Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 22 mars 2017

Photos : Les violettes font-elles le printemps ?

Photos prises à la même période l'an dernier, en mars 2016.

photo, photographie, photograph, macro, violette, violet, fleur, flower, printemps, spring

photo, photographie, photograph, macro, violette, violet, fleur, flower, printemps, spring

photo, photographie, photograph, macro, violette, violet, fleur, flower, printemps, spring

photo, photographie, photograph, macro, violette, violet, fleur, flower, printemps, spring

© mari6s - Merci de ne pas utiliser ces images
(même à but non lucratif) sans ma permission expresse.

samedi 18 mars 2017

Puzzle 49 : The Wind in the Crack (spécial Leonard Cohen)

Ce puzzle me tourne en tête depuis la disparition du grand Leonard Cohen, avec quelques unes de ses chansons les plus emblématiques. J'espère qu'il vous plaira, et j'en élaborerai peut-être bientôt un autre avec les extraits que je n'ai pas pu placer ici !

I did my best, it wasn’t much, the wind is blowing. I was cautioned to surrender, this I could not do – I have tried in my way to be free.

I have struggled with some demons, oh the wind, the wind is blowing, there is a crack in everything.

My faith was strong but I needed proof. I have torn everyone who reached out for me – why do I feel alone? If thine is the glory, then mine must be the shame.

There’s a lover in the story, but the story’s still the same. I couldn’t feel so I tried to touch, and just when I meant to tell her that I have no love to give her – who for his greed, who for his hunger – she let the river answer that I’ve always been her lover.

She wants it darker, oh the wind, the wind is blowing, through the graves the wind is blowing, we kill the flame.

But there is a crack in everything, that’s how the light gets in. And even though it all went wrong, oh the wind, the wind is blowing, freedom soon will come.

 

leonard, cohen

Hallelujah

The Partisan

Bird on the Wire

You Want it Darker

Anthem

So Long, Marianne

Suzanne

Who by Fire                 


J’ai fait de mon mieux, ce n’était pas grand-chose, le vent souffle. On m’a dit « Résigne-toi », mais je n’ai pas pu – j’ai tenté à ma façon d’être libre.

J’ai lutté contre quelques démons, oh le vent, le vent souffle, il y a toujours une faille quelque part.

Ma foi était solide mais il me fallait des preuves. J’ai déchiré tous ceux qui m’ont tendu la main – je me sens seul, pourquoi ? Si la gloire est à toi, la honte doit être mienne.

Il y a un amour dans l’histoire, mais l’histoire reste la même. Je ne ressentais rien alors j’ai essayé de toucher, et au moment où je comptais lui dire que je n’ai pas d’amour à lui donner – qui par cupidité, qui par famine – elle laissa la rivière me répondre que j’ai toujours été son amour.

Elle préfère l’obscurité, oh le vent, le vent souffle, sur les tombes le vent souffle, nous soufflons la flamme.

Mais il y a toujours une faille quelque part, c’est par là que passe la lumière. Et même si tout est allé de travers, oh le vent, le vent souffle, la liberté reviendra.

© Composition réalisée par moi (mari6s) sans rémunération quelle qu'elle soit, à partir des chansons citées ci-dessus, dont les droits appartiennent à leurs auteurs, compositeurs et interprètes respectifs, ici principalement Leonard Cohen. Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure, ainsi que les droits cités précédemment, et d'inclure un lien vers mon blog. Je suis également l'auteure de la traduction libre (où j'ai inséré les paroles originales de la Complainte du Partisan d'Anna Marly, dont The Partisan est une adaptation).

mercredi 15 mars 2017

Poèmes : Just sounds & Tous faux

Deux poèmes écrits en février 2017.

J'ai commencé par Just sounds, qui au début s'appelait simplement When something is broken et a progressé strophe par strophe sur plus de dix jours ; puis je l'ai adapté en français avec Tous faux, qui une fois l'accroche trouvée (Après une fracture, modification grammaticale dont je suis assez fière) s'est écrit en une seule soirée.

Les deux poèmes traitent du même sujet, avec des différences de forme et aussi de sens (illustrées par la différence de titre, et qu'on retrouve aussi dans le dernier quatrain), qui est influencé par la forme et par la façon dont on peut exprimer les choses dans ces deux langues...

When something is broken
Can it truly be fixed
When words go unspoken
Can they ever exist

However many times
You then say them out loud
However many rhymes
They are only just sounds

When something goes off track
In the wrong direction
Can you just get it back
Back into proportion

However much effort
To try and make it right
However much comfort
It is lost in the night

However many words
They are only just sounds

silence, words, mots, hush, chut, hésitation, hesitation
photo Pixabay - Brooke Agle

Après une fracture
Peut-on tout réparer
Après tant de silence
Peut-on encore parler

Qu’importe combien de fois
On dira tous les mots
Qu’on a pensé tout bas
Ils sonneront tous faux

Après autant d’usure
Quand tout a déraillé
Peut-on dans le bon sens
Essayer d’avancer

Qu’importe combien d’efforts
Pour retrouver les rails
On aura toujours tort
Dans cette maison de paille

Qu’importe combien de mots
Ils sonneront tous faux

© mari6s - Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

samedi 11 mars 2017

Citations : La magie de la lecture

« On a tendance à croire que sa douleur, son chagrin sont sans précédent dans toute l’histoire du monde. Et puis on se met à lire. C’est grâce aux livres que j’ai compris une chose : ce qui me faisait le plus souffrir était précisément ce qui me rattachait à tous ceux qui vivent, à tous ceux qui avaient vécu. »

(James Baldwin dans une interview à LIFE Magazine)

« J'ai passé ma vie coincée entre les pages des bouquins.

En l'absence de relations humaines, j'ai noué des liens avec des personnages de papier. J'ai connu l'amour et la perte de l'être aimé au fil de petites histoires entremêlées dans la grande, j'ai vécu l'adolescence par association d'idées. Mon univers est un réseau d'entrelacs de mots, de membres liés à des membres, d'os à des muscles, de pensées et d'images enchevêtrées. Je suis constituée de lettres, un personnage créé par de phrases, un produit de l'imagination forgé par la lecture de romans. »

(Tahereh Mafi, Insaissisable, tome 1 : Ne me touche pas)

« Entre autres choses, tu découvriras que tu n’es pas le premier à être perturbé et même dégoûté par le comportement de l’être humain. À cet égard, tu n’es pas le seul, et de le savoir cela t’enthousiasmera, te stimulera. Bien des hommes ont été tout aussi troublés moralement et spirituellement que tu l’es en ce moment.

Par chance, quelques-uns ont écrit le récit de leurs troubles. Tu apprendras beaucoup en les lisant – si tu choisis de le faire. De même que d’autres, un jour, si tu as quelque chose à offrir, d’autres apprendront en te lisant.

C’est un merveilleux arrangement réciproque. Et ce n’est pas de l’éducation. C’est de l’histoire. C’est de la poésie. »

(J.D. Salinger, L’Attrape-cœurs)

« La magie ne repose que dans ce que disent les livres, dans la trame des éléments de l’univers qu’ils tissent pour nous en vêtir. »

(Ray Bradbury, Fahrenheit 451)

« Les meilleurs moments de lecture sont lorsque vous tombez sur quelque chose – une pensée, un sentiment, une façon de regarder les choses – que vous aviez cru être spécial, propre à vous. Et le voilà, écrit par quelqu’un d’autre, une personne inconnue, peut-être quelqu’un de mort depuis bien longtemps, et c’est comme si une main s’étendait vers vous et saisissait la vôtre… »

(Alan Bennett, film History Boys)

photo, photographie, photograph, art, reading, woman, femme, books, livres, lire, lecture, magic, magie
Photographe : © Dom's Shootings. Modèle : k-méléon.

“You think your pain and your heartbreak are unprecedented in the history of the world, but then you read. It was books that taught me that the things that tormented me most were the very things that connected me with all the people who were alive, or who had ever been alive.”

(James Baldwin, LIFE Magazine interview)

“I spent my life folded between the pages of books.

In the absence of human relationships I formed bonds with paper characters. I lived love and loss through stories threaded in history; I experienced adolescence by association. My world is one interwoven web of words, stringing limb to limb, bone to sinew, thoughts and images all together. I am a being comprised of letters, a character created by sentences, a figment of imagination formed through fiction.”

(Tahereh Mafi, Shatter Me)

“Among other things, you'll find that you're not the first person who was ever confused and frightened and even sickened by human behavior. You're by no means alone on that score, you'll be excited and stimulated to know.

Many, many men have been just as troubled morally and spiritually as you are right now. Happily, some of them kept records of their troubles. You'll learn from them—if you want to. Just as someday, if you have something to offer, someone will learn something from you.

It's a beautiful reciprocal arrangement. And it isn't education. It's history. It's poetry.”

(J.D. Salinger, The Catcher in the Rye)

“The magic is only in what books say, how they stitched the patches of the universe together into one garment for us.”

(Ray Bradbury, Fahrenheit 451)

“The best moments in reading are when you come across something - a thought, a feeling, a way of looking at things - which you had thought special and particular to you. And now, here it is, set down by someone else, a person you have never met, someone even who is long dead. And it is as if a hand has come out, and taken yours.”

(Alan Bennett, The History Boys: The Film)

Les citations appartiennent à leurs auteurs respectifs, avec des traductions officielles que j'ai parfois légèrement remaniées.

mercredi 08 mars 2017

Photos enneigées (2)

Photos de janvier 2017. Zéro retouche !
(toutes les couleurs viennent de la balance des blancs...
et d'un bon nombre de tests de réglages pour chaque emplacement !)

snow, neige, fence, barrière, grillage, barbelé, barbwire, herbe, grass, field, champ, route, road

snow, neige, arbre, tree, field, champ
snow, neige, tombe, grave, cimetière, graveyard, cemetery, chemin, path

snow, neige, arbre, tree, field, champ, vallée, valley, hedge, haie

snow, neige, arbre, tree, field, champ, melt, fondre, grass, herbe, soleil, ombre

© mari6s - Merci de ne pas utiliser ces images
(même à but non lucratif) sans ma permission expresse.

samedi 04 mars 2017

Puzzle 48 : Delilah's Hallelujah

The history books forgot about us and the Bible didn’t mention us, not even once. Oh I cut your hair myself one night, a pair of dull scissors in the yellow light, and from your lips I drew the Hallelujah...

Never knew I was a dancer until Delilah showed me how.

Samson went back to bed, not much hair left on his head. I've seen your flag on the marble arch, but love is not a victory march, and we couldn’t bring the columns down, we couldn’t destroy a single one.

Now I’m dancing with Delilah and her vision is mine. You are my sweetest downfall...

salomé, danse, voiles, sept, dance, seven, veils, delilah, dancing, bible, photo, picture, art

 

 

 

 

 

Samson (Regina Spektor) 

e
Hallelujah (Leonard Cohen ;  
reprise modifiée de Jeff Buckley) 

e
Delilah (Florence & the Machine) 

 

 

 

 

e
 Photographe : © Dom's Shootings. Modèle : k-méléon.

Les livres d’histoire nous ont oubliés et la Bible ne nous a même pas cités, pas une seule fois. Oh je t’ai coupé les cheveux un soir, une paire de ciseaux émoussés dans la lumière jaune, et de tes lèvres j’ai tiré l’Alléluia...

Je n’aurais jamais cru savoir danser jusqu’à ce que Delilah m’apprenne.

Samson est retourné se coucher, sans cheveux sur la tête ou presque. J’ai vu ta bannière sur l’arche de marbre, mais l’amour n’est pas un défilé victorieux, et nous n’avons pas réussi à renverser les colonnes, pas même à en détruire une seule.

Maintenant je danse avec Delilah et sa vision est la mienne. Tu es ma chute la plus douce...

© Composition réalisée par moi (mari6s) sans rémunération quelle qu'elle soit, à partir des chansons citées ci-dessus, dont les droits appartiennent à leurs auteurs, compositeurs et interprètes respectifs. Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure, ainsi que les droits cités précédemment, et d'inclure un lien vers mon blog. Je suis également l'auteure de la traduction libre.

samedi 04 mars 2017 Publié dans Puzzles de chansons, Puzzles musicaux | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 01 mars 2017

Poème : Pour que puisse battre notre cœur

Un poème écrit le 19 février 2017.

poème, poésie, poetry, poem, coeur, cœur, battre, heart, beat, battement, sang, veine, blood, veins, hurt, mal, peine, douleur, pain

Ce n’est pas parce que ça fait mal
Que ça n’en valait pas la peine
La vie n’est pas qu’un festival
Parfois c’est la danse qui nous mène

Pour que puisse battre notre cœur
Il faut bien du sang dans nos veines
Accepter qu’une âme nous effleure
C’est accepter qu’un jour il saigne

Ce n’est pas parce que ça fait mal
Qu’il faut s’enfermer dans la peur
Verrouiller à jamais son âme
Serait bien pire que la douleur

Il faut du courage dans nos veines
Pour qu’une autre âme nous effleure
Cela vaudra toujours la peine
Pour que puisse battre notre cœur

© mari6s - Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

samedi 25 février 2017

Cuisine : 5 astuces pour recycler un cake ou une quiche

Le cake, la quiche : des basiques tellement pratiques quand on n'a pas le temps de cuisiner tous les jours, et adaptables à l'infini avec tous les ingrédients imaginables. Qu'on les prépare le week-end pour toute la semaine, ou que ce soit maman qui nous les envoie pendant les périodes d'examen, c'est une valeur sûre. Mais au bout de quelques repas, on risque de s'en lasser... et ils risquent de sécher ou de s'abîmer.

Oui, mais ça, c'est sans compter sur de petites astuces simples et rapides !

1- Chaud ou froid

Première variation : on peut les manger froids en pause déjeuner au travail, ou tout droit sortant du frigo quand il fait chaud ; ou chauds, réchauffés au four ou même toastés au grille-pain s'ils ne sont pas trop coulants, ou encore à la poêle. Une bonne cuisson retarde un peu le moment où il risque de s'abîmer ; et s'il commence à sécher, chauffez-le avec un peu d'eau ou de beurre pour lui rendre son moelleux - ou appliquez les recettes 4 ou 5.

2- En bouchées apéro

À servir coupé en petits carrés avec des olives, des cornichons, etc., avec des cure-dents. Pratique pour un apéro improvisé.

3- En salade froide

Coupez en petits morceaux et mélangez avec de la salade verte ou une salade de légumes, de riz et/ou de pâtes.

4- En poêlée !

Coupez votre cake ou votre quiche en morceaux et faites-les revenir à la poêle dans du beurre ou de l'huile. Faites cuire des pâtes dans l'eau bouillantes (spaghettis, nouilles, tagliatelles... le choix est large). Ajoutez ensuite les pâtes égouttées dans la poêle, elles prendront le goût des ingrédients du cake. Vous pouvez ajouter des herbes aromatiques, du jus de citron, de la sauce tomate, ou encore de la crème fraîche, selon l'inspiration. C'est prêt en moins de 10 minutes, et vous ne reconnaîtrez plus votre cake / quiche !

5- En pain perdu !

Aussi connu sous le nom de pain doré, cette recette se fait habituellement avec du pain sec, en mode sucré, mais s'adapte très bien au salé. Particulièrement pratique pour les sauvetages de cake ou quiche très secs (attention tout de même à ce qu'ils soient encore consommable au niveau des ingrédients qui risqueraient de s'abîmer, légumes ou viande par exemple) : mélangez du lait et des œufs battus dans un récipient creux (saladier, assiette à soupe) et trempez-y des tranches de cake ou de quiche. Laissez bien imbiber, retournez la tranche si besoin. Puis dans une poêle bien chaude avec un fond d'huile ou de beurre, faites cuire vos tranches 2 ou 3 minutes de chaque côté, jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées. Miam !

À noter : le cake et la quiche se congèlent très bien, il faudra simplement les réchauffer d'une façon ou d'une autre pour qu'ils retrouvent la bonne texture (les recettes poêlée ou pain perdu fonctionnent très bien), et les consommer assez rapidement par la suite. Un conseil : les couper en tranches avant congélation, ainsi on peut sortir une seule part et la faire cuire directement, sans décongeler l'ensemble...

mercredi 22 février 2017

Citations : Ce n'est pas parce que ça fait mal...

Just because it hurts
Doesn't mean it isn't worth it

(Maria Mena, Growing Pains)

Just because it burns doesn't mean you're gonna die
You've gotta get up and try try try

(P!nk, Try)

The good times and the bad times both will pass. It will pass. It will get easier. But the fact that it will get easier does not mean that it doesn’t hurt now. And when people try to minimize your pain they are doing you a disservice. And when you try to minimize your own pain you’re doing yourself a disservice. Don’t do that. The truth is that it hurts because it’s real. It hurts because it mattered. And that’s an important thing to acknowledge to yourself. But that doesn’t mean that it won’t end, that it won’t get better. Because it will.

(John Green)

black & white girl jacket Craig Dennis.jpeg
Photo Pixabay - Craig Dennis

Ce n’est pas parce que ça fait mal
Que ça ne vaut pas le coup

(Maria Mena, Growing Pains)

Ce n’est pas parce que ça brûle que tu vas mourir
Il faut te relever et essayer, encore et encore essayer

(P!nk, Try)

Les bons moments comme les mauvais moments vont passer. Ça va passer. Ça va devenir plus facile. Mais ce n’est pas parce que ça va devenir plus facile que ça ne fait pas mal, en ce moment. Et quand les gens essaient de minimiser ta douleur, ils te font du tort. Et quand tu essaies de minimiser ta propre douleur, tu te fais du tort. Ne fais pas ça. La vérité, c’est que ça fait mal parce que c’était réel. Ça fait mal parce que ça a compté. Et c’est important que tu le reconnaisses. Mais ça ne veut pas dire que ça ne va pas s’arrêter, que ça ne va jamais aller mieux. Bien sûr que ça ira mieux.

(John Green)

Les citations appartiennent à leurs auteurs respectifs, et les traductions sont de moi (mari6s), sans rémunération quelle qu'elle soit. Si elles vous plaisent, vous pouvez les réutiliser dans les mêmes conditions non lucratives, à condition de me citer comme traductrice et d'inclure un lien vers mon blog.

mercredi 22 février 2017 Publié dans Citations, extraits de chansons | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 18 février 2017

Poème : Hymne aux merveilles

Un poème écrit entre le 30 août et le 2 septembre 2016.

Chrysalide endormie
Qui lentement s’éveille
Fleur qui deviendra fruit
Et nourrit les abeilles
Feuilles qui dansent dans la brise
Qui soulève les pollens
Les emmène à sa guise
Et bientôt les resème

Timide fruit naissant
Qui rougit au soleil
Bientôt deviendra grand
Goût sucré, teinte vermeil
Sous les rayons qui lèchent
L’herbe et les fleurs sauvage
La terre bronze et s’assèche
Puis boit quand vient l’orage

De petites billes mûrissent
En grappes sur la treille
Et les noisettes grossissent
Plaisir des écureils
Tapis rouge, ocre, orange
Les arbres perdent leurs feuilles
Que la terre bientôt mange
Pour nourrir ses merveilles

Boules de vert, rouge et blanc
Dans les arbres en sommeil
Silhouettes de dénuement
Qui attendent le dégel
Poussière de neige au vent
Qui balaye et se mêle
Au doux parfum d’antan
Qui attend le soleil

© mari6s - Si vous le citez, merci de préciser
que j'en suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

samedi 18 février 2017 Publié dans Mes écrits, Poèmes | Tags : poème, poésie, poem, poetry, hymne, merveilles, hymn, wonders, nature, seasons, saisons | Commentaires (0) |  Facebook | |