Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi 23 mai 2008

Descriptions de passage 5: le fou de la gare & le parieur de l'hippodrome

Comme promis voici les descriptions de passage inspirées de la journée du 8 mai, un peu tard c'est tout ;p...

...oO°Oo...

Les tribunes d'un hippodrome. Début d'une course de trot attelé. Ambiance de fête bon enfant, voix métallique du commentateur.

"Vous devriez jouer sur la 2" me dit une voix, à ma droite. Je me retourne pour voir un petit homme que je n'avais pas remarqué jusque là, assis non loin de moi.

Petit, les cheveux gris blanc, une veste élimée, aussi verte que l'herbe de la piste, et un pantalon vaguement gris. Un visage classique, passe-partout, ridé - il doit avoir 60 ans.

Il disserte encore un moment sur la supériorité du 2, en jargon que je ne comprends pas, même quand je lui explique que je ne peux pas parier, étant donné que je suis mineure. Il continue jusqu'à ce que sa chère 2 soit disqualifiée pour avoir galopé.

Puis il se tait jusqu'à l'arrivée des autres chevaux, et il descend des tribunes pour parier sur la prochaine course.

¨¨°OoO¨¨

Une gare. L'arrivée d'un TER. Flot de passagers qui descendent et montent, puis le train repart et le quai se vide peu à peu. Bientôt, il ne reste plus que moi, deux amies, et un type en noir qui marche de long en large tout au bord de la voie.

Courbé. Le dos penché, la tête plus encore, presque à l'horizontale. Jean délavé noir, T-shirt noir, casquette noire, boots noires. Sac à dos d'écolier, kaki et marron, aux motifs "camouflage".

La peau bronzée, le visage buriné. Des cheveux noirs parsemés de gris dépassent de sa casquette. Son regard est fuyant, ses yeux foncés, son nez aquilin.

Il passe devant nous et commence à parler du TGV qui n'arrivera pas de sitôt dans notre ville, des voies qui ne sont pas conformes et ne sont pas prêtes de l'être... D'abord on croit qu'il s'adresse à nous, puis il devient clair qu'il est seul dans son délire, dans sa bulle.

On oscille entre une vague peur et une bête pitié. Il continue à faire les cent pas en marmonnant dans sa barbe, puis entre dans la zone d'accueil de la gare, où il se plonge dans un examen détaillé du tableau des arrivées.

...oO°Oo...

Textes de MOI

vendredi 23 mai 2008 Publié dans Descriptions de passage | Tags : description, décrire, portrait, fou, gare, train, tgv | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.