Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi 26 juin 2008

Lézards exotiques en vadrouille

Chaque jour ou presque, je me promène au même endroit avec ma mère et ma chienne, et parfois mon frère et/ou mon père.

Un large chemin qui passe dans des champs et dans de la forêt, sur des ponts... Paisible, quand il n'y a pas trop de monde.

Il y a quelques mois, nous avons repéré des lézards dans des feuillages sur l'un des ponts. Rien d'inhabituel me direz-vous, on en croise beaucoup, des lézards, quand il fait beau.

Chez nous, ils sont normalement gris et kakis, petits et minces, pas plus de 10 cm de long et 1 cm de large. Mais ces lézards-là sont beaucoup plus gros, parfois 40 cm de long et 3 à 4 cm de large. Couleurs tropicales, bleu turquoise, vert fluo...

Nous les observons à plusieurs reprises. Pas très méfiants, ils doivent être entre 6 et 8, et restaient tous dans la même zone.

Puis au bout de quelques temps, ils ont commencé à se disperser, probablement pour trouver de la nourriture. Apparemment, ils s'en sortent plutôt bien pour le moment.

Notre théorie: des animaux de compagnie exotiques, abandonnés là par je ne sais quel irresponsable.

Tout ça pour dire, et la période (les grands départs en vacances, qui approchent) me semble particulièrement bien choisie, qu'un animal n'est pas juste un cadeau sympa pour Noël ou un anniversaire, qu'on peut jeter quand il devient encombrant.

Surtout qu'avec la diversification des animaux domestiques, on ne parle plus seulement de chiens ou de chats, mais aussi d'animaux exotiques comme nos fameux lézards, qui ont donc moins de chance d'être récupérés par un passant, et qui ne sont pas faits pour vivre dans nos conditions climatiques, végétales, etc...

texte de MOI

jeudi 26 juin 2008 Publié dans Réflexions | Tags : lézard, exotique, animal, animaux, abandonné, abandon, abandonner | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.