Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi 30 octobre 2008

Poème: Sous la pluie

Elle court à perdre haleine
Sous la pluie ruisselante
Qui à ses larmes se mêle

Trop de questions la hantent

Elle court sans s'arrêter
Derrière elle, tant de peine
Elle veut juste s'échapper
Avant qu'elle ne l'emmène

Elle court, à bout de forces
Elle ne peut pas ralentir
Elle a perdu son écorce
Et s'il n'y avait pas d'avenir?

Sous la pluie.jpg

poème écrit en plusieurs fois entre l'été et septembre (2008)

jeudi 30 octobre 2008 Publié dans Poèmes | Tags : poème, poésie, pluie, courir, court, sous la pluie | Commentaires (4) |  Facebook | |

Commentaires

C'est magnifique !!! Et je n'ai aucun autre mot pour décrire ce poème.
En le lisant, je me suis immaginée une scène, comme si j'étais dans un film et que ces paroles résonaient. Je me reconnais vraiment dans ton poème, c'est comme si je me retrouvais quelques années en arrière, me cherchant, cherchant une vraie raison à la vie, raison que je n'ai pas encore trouvée...
Félicitations, très bonne inspiration.

Écrit par : Adeline | jeudi, 30 octobre 2008

C'est beau, mais qu'est-ce que c'est triste.
De toute façon, les poèmes les plus tristes sont, je crois, les plus beaux...

Écrit par : MADmoiselle | vendredi, 31 octobre 2008

C'est vrai que la plupart du temps, je n'écris pas de poèmes joyeux. Je ne ressens pas forcément le besoin d'écrire quand tout va bien dans le meilleur des mondes, c'est la tristesse, la nostalgie, la colère, la révolte, qui me dictent mes poèmes, en règle générale.

Écrit par : mari6s | samedi, 01 novembre 2008

En même temps, je pense que l'inspiration vient mieux avec des poèmes plus tristes que des poèmes joyeux, car avec les poèmes joyeux, on a tendance à dériver un peu sur des choses qui perdent leurs valeurs. Cependant, ça arrive qu'il y ait de très beaux poèmes sur des thèmes joyeux ;D

Écrit par : Adeline | samedi, 01 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.