Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi 30 octobre 2008

Poème: Sous la pluie

Elle court à perdre haleine
Sous la pluie ruisselante
Qui à ses larmes se mêle

Trop de questions la hantent

Elle court sans s'arrêter
Derrière elle, tant de peine
Elle veut juste s'échapper
Avant qu'elle ne l'emmène

Elle court, à bout de forces
Elle ne peut pas ralentir
Elle a perdu son écorce
Et s'il n'y avait pas d'avenir?

Sous la pluie.jpg

poème écrit en plusieurs fois entre l'été et septembre (2008)

jeudi 30 octobre 2008 Publié dans Poèmes | Tags : poème, poésie, pluie, courir, court, sous la pluie | Commentaires (4) |  Facebook | |

mercredi 29 octobre 2008

J'AI LE CODE!!! - Description de passage 10: la salle d'examen

Ca y est, j'ai le code de la route! Je l'ai passé ce matin... J'étais tellement stressée et ravie que j'ai pas demandé combien d'erreurs j'avais fait, mais le test était facile et je pense pas m'être trompée sur plus de 3 questions (peut-être même aucune...)

Comme je n'ai pas posté de descriptions de passages depuis des lustres et que l'observation attentive est un moyen comme un autre de tempérer mon stress, je vous ai concocté une description de la salle d'examen du code en 400 mots.

J'en profite pour m'excuser pour l'absence de descriptions de passages sus-évoquée... Je crois que je suis dans une phase où j'ai plus envie de décrire des sentiments, des émotions, des situations, que des personnes... Evolution qui a pris un peu de temps mais qui donnera sans doute de nouvelles et différentes descriptions...

panneau danger escargot.jpg

Le froid. Une bâtisse de briques rouges, une double porte en PVC blanc en haut d’un escalier de pierre. Une vingtaine de jeunes et de moins jeunes poireautant devant, ou de l’autre côté de la rue. Mots et nuages blancs franchissent leurs lèvres. Leurs gestes sont nerveux.

Quelques adultes avec des dossiers à la main – les dossiers des candidats. Bientôt ils pénètrent dans le bâtiment avec leurs ouailles, un par un.

-°-

Une grande salle au plafond haut, aux murs en crépis blanc. Des chaises en métal et en simili-cuir jaune, organisées en deux grandes colonnes et une vingtaine de rangées. Au fond, un grand bureau sur une estrade, devant l’écran sur lequel seront projetées les questions. Bouffée de stress.

Les candidats longent le mur de gauche pour rejoindre une femme brune assise au bureau, devant un ordinateur et une mallette pleine de boîtiers "zappettes". Boule d’angoisse.

Elle les appelle par leur prénom, ils lui tendent leur carte d’identité. Quelques mains tremblent. Elle leur assigne une place, séparant ceux qui viennent d’une même auto-école.

-°-

Puis l’attente, encore, pendant que les autres s’installent. Quelques mots chuchotés, échangés de loin avec ceux qu’on connaît. Avant que d’autres candidats soient installés entre eux et soi.

Le boîtier qui nous brûle les doigts – brûlure de froid. Inquiétude – va-t-il fonctionner ? Tentative : se remémorer les questions pièges qu’on rate toujours, et leurs réponses. Mais qu’est-ce que je fais là ?

-°-

Et puis ça y est, tout le monde est installé. On nous explique comment déverrouiller nos boîtiers – un code compliqué, comme si nous avions besoin d’une source de stress supplémentaire.

Puis, après quelques explications, le test commence et les questions se succèdent sur l’écran. Respiration ventrale, on essaie de calmer son cœur qui bat à tout rompre et d’oublier cette foutue boule d’angoisse coincée au creux de sa poitrine. Et de contrôler ses mains comme son esprit – se concentrer sur les questions, regarder attentivement les images, vérifier qu’on tape bien les bonnes réponses sur le petit boîtier.

Ça dure longtemps et en même temps, c’est très vite passé. Le silence revient, la lumière aussi. Le stress est au maximum. Elle appelle les candidats un par un, contrôle leur boîtier avec un engin qui affiche automatiquement le nombre de bonnes réponses. Mes mains tremblent quand je tend le mien, même si je suis presque certaine d’avoir réussi l’examen. "C’est bon", entends-je. On souffle un grand coup.

texte et description de MOI - photo de Fotolia

Dites-moi ce que vous en pensez!!!

mardi 28 octobre 2008

L'elfe aux champignons

Ma 5ème toile, qui date de juillet 2006, offerte à une amie pour son anniversaire.
Avec mes toutes nouvelles acryliques, un de ces jours j'essaierai peut-être d'en refaire une de ce genre en donnant plus de profondeur aux couleurs...
toile 5.jpg
toile de MOI

mardi 28 octobre 2008 Publié dans Dessins et graphismes | Tags : dessin, peinture, elfe, champignons, fée, forêt | Commentaires (2) |  Facebook | |

dimanche 26 octobre 2008

Blague cubaine

L'ONU décida de faire un Grand Sondage Mondial. L'énoncé était: "Donnez honnêtement votre opinion sur le manque de nourriture dans le reste du monde."

Résultat désastreux: les européens ne comprirent pas ce qu'est le "manque". Les africains ne savaient pas ce qu'est la "nourriture". Les nord-américains demandèrent la signification du "reste du monde". Le congrès argentin débat encore sur ce que signifie "honnêtement". Et les cubains demandèrent de plus amples explications sur le mot "opinion".

Blague cubaine extraite de mon manuel d'espagnol au Cned, traduite par moi

dimanche 26 octobre 2008 Publié dans Citations, extraits de chansons | Tags : blague, drôle, humour, cuba, cubain, cubaine | Commentaires (1) |  Facebook | |

vendredi 24 octobre 2008

J'ai vu et entendu... Cabrel en concert

Hier soir, j'ai vu Cabrel en concert à Clermont-Ferrand. Surprise que nous a faite mon père - et qu'il s'est fait par la même occasion, car il ne s'en est souvenu que dans l'après-midi... Oui bon ben c'est mon père quoi...

Francis Cabrel est un des chanteurs préférés de ma mère, et moi et mon frère l'aimons bien aussi - j'avais adoré son dernier album que j'écoute encore en boucle...

Nous sommes arrivés au Zénith de Clermont en cours de première partie, qui n'était pas indiquée sur nos billets... Dommage, on n'a entendu que les dernières chansons de Marie Cherrier, que je connaissais déjà un peu et que mes parents et mon frère ont découverte.

Une jolie voix bien particulière et une plume bien affutée - j'aime particulièrement sa chanson Les baleines, et aussi (mais je ne l'ai pas entendue hier) C'est pas d'ma faute.

Puis Cabrel arrive. Avec une ponctualité remarquable, 20h30 précises.

Que vous dire? C'est difficile de décrire un concert. Les chansons étaient toutes très chouettes, très bien jouées - j'ai adoré La corrida, avec l'accordéon surtout. Et le public était très bien lui aussi, nous avons repris en coeur Petite Marie, et tout à la fin, Je l'aime à mourir.

Et puis il y avait les chansons de son dernier album. Avec notamment Mademoiselle l'aventure, très jolie chanson dont l'arrangement des lumières sur la scène était génial. Et aussi Les cardinaux en costume, Le chêne liège...

Et, j'ai un peu honte mais j'avoue, j'ai découvert une chanson de Cabrel que je ne connaissais pas: Bonne nouvelle, là aussi très bien chantée et jouée...

Alors voilà pour le compte-rendu. Si vous les avez ratés en concert, rattrapez-vous avec leurs albums: Des roses et des orties, de Francis Cabrel, et Alors quoi, de Marie Cherrier!

texte de MOI

mercredi 22 octobre 2008

Mes projets d'avenir

L'avenir... Rien qu'à ce mot une boule de stress familière vient s'ancrer dans ma poitrine...

Pourquoi stresser me direz-vous? Je suis bonne élève, j'ai de bonnes notes, je ferai de bonnes études... Ce à quoi je vous répondrai, d'abord que le stress est tout sauf rationnel, et ensuite, que les notes ne font pas tout. Les notes, c'est un moyen, et je ne connais pas ma destination.

Je le sais maintenant, il est peu probable que j'exerce le même métier toute ma vie. Ce que je ressentais en moi depuis bien longtemps s'est vu confirmer par la décision de mes parents, à presque 50 balais, de changer de secteur professionnel du tout au tout, et pas pour la première fois. Je sais donc qu'une "erreur" dans mes choix ne porterait pas tant à conséquence.

Pourtant le stress est là. Séquelle de mon passage dans le système éducatif français, où on vous répète maintes fois qu'il faut choisir un métier, qu'il faut choisir une orientation, qu'il ne faut pas se tromper, qu'on n'a pas beaucoup de temps. C'est un conditionnement dont j'ai, encore aujourd'hui, du mal à me libérer.

Pas étonnant, remarquez, quand on sait que la plupart des profs le sont, soit par vocation, soit pour les privilèges du statut de fonctionnaire, et que dans les deux cas, ils ont du mal à envisager qu'on puisse avoir un CV écclectique sans que ce soit un accident de parcours.

D'accord. Alors, je changerai de métier quand je changerai d'intérêts, de passions, ou simplement quand j'aurai envie de faire autre chose. Reste qu'il faut choisir un métier pour bientôt.

J'ai décidé de m'engager dans la traduction. Parce que je me passionne de langues depuis quelques temps, parce que je ne vois pas prof de langues, parce que je préfère l'écrit à l'oral.

Je compte donc faire une école de langues. Je ne l'ai pas encore choisie. Et c'est assez stressant. Mais j'ai une année de sursis.

En effet, après mon bac que je passe en 2009, je compte faire une année de prépa à Paris, qui porte l'accent sur les langues et la culture générale pendant un semestre, avant de nous envoyer dans une université à l'étranger le 2ème semestre. Je pense choisir les Etats-Unis.

Et je suis terrifiée. Pas tellement sur des trucs concrets, parce que je parle déjà bien anglais et je vais encore me perfectionner, parce que je n'ai pas de craintes à avoir sur mon niveau. Mais n'empêche, je vais partir de chez moi pour aller, d'abord à Paris, puis de l'autre côté de l'Atlantique!

Et puis tout va trop vite pour moi. J'aimerais profiter plus longtemps de ma tranquillité d'ado enfin pas trop mal dans sa peau, j'ai mis tant de temps à l'obtenir...

Mais je suis quand même contente d'avoir découvert cette prépa à Paris, d'avoir pris le temps d'y réfléchir, un temps que je n'aurais sans doute pas eu si j'avais été au lycée et pas au Cned.

En parlant du Cned, j'ai commencé mon année sur les chapeaux de roues et je suis super motivée! Et je préfère ne pas trop penser au bac pour l'instant. Oui, je sais, on n'est pas censé stresser pour le bac quand on a mes notes, mais une mention Très bien récompenserait quand même pas mal mon travail... En même temps, je stressais pour le brevet alors que je l'avais déjà rien qu'avec le contrôle continu... Oui, je suis une malade!

texte de MOI écrit le 26-09-08

mercredi 22 octobre 2008 Publié dans Dans ma vie... | Tags : avenir, futur, projet, orientation, métier, études, angoisse | Commentaires (4) |  Facebook | |

lundi 20 octobre 2008

Poème: Ni maître ni esclave

Ni maître ni esclave
Sans morale et sans loi
Pas lâche mais pas brave

Sans rêves et sans foi

Ni juge ni jury
Pas non plus avocat
Par l'âme ou par l'esprit
Elle ne condamne pas

Ni amour ni haine
Pas de paix, ou combat
Elle peut paraître vaine
ELle ne se prononce pas

Ni rires ni sanglots
Ni souffrance ni joie
Ni menace ni cadeau
On ne la comprend pas

Un poème que j'ai écrit en juillet 2007, qui m'a un peu fait penser après coup à la chanson Sans maître ni mentor, de Dorval.
Mais au départ j'avais tiré mon inspiration d'une phrase dans la chanson Enfant des étoiles sur le CD Thorgal "Tu refuses d'avoir un maître comme d'en être un" et le reste était venu tout seul...

Poème de MOI

lundi 20 octobre 2008 Publié dans Poèmes | Tags : poème, poésie, ni maître ni esclave | Commentaires (1) |  Facebook | |

samedi 18 octobre 2008

Citations humoristiques

Je crois parfois que Dieu, en créant l'Homme, a quelque peu surestimé ses capacités (Oscar Wilde)

J'ai des amis qui ne manquent pas, avant de prendre l'avion, de consulter leur horoscope... Moi, ce qui m'intéresse vraiment, c'est celui du pilote! (Jean Amadou)

On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse (Clémenceau)

Sauf erreur, je ne me trompe jamais (Alexandre Vialatte)
(et j'en connais qui "disent toujours la vérité, sauf quand ils mentent", pas vrai Liny?)

Je suis allé à l'aéroport. J'avais mes 3 valises. J'ai demandé à ce qu'on en envoie une à Toronto, une à Cleveland et la dernière en Floride. Le responsable m'a dit que ce n'était pas possible. Je lui ai répondu "Vous y êtes bien arrivé, la dernière fois!" (Henri Youngman)

Il y a des gens qui parlent, qui parlent - jusqu'à ce qu'ils aient enfin trouvé quelque chose à dire (Sacha Guitry)

lection par MOI

samedi 18 octobre 2008 Publié dans Citations, extraits de chansons | Tags : citation, humour, humoristique, drôle | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 15 octobre 2008

Tag livresque

J'ai été taguée par MADmoiselle (son blog est ICI)

- Indiquez le règlement.
- Citez la personne qui vous a tagué.
- Choisir un livre, indiquer son titre, l'auteur, l'éditeur et l'année.
- Ouvrir la page 123, recopier à partir de la 5ème ligne, les 5 lignes suivantes.
- Choisissez 4 blogueurs que vous taguez.
- Les avertir par un commentaire sur leur blog.

Je farfouille dans mes étagères pour trouver un livre à citer, et je tombe sur l'excellent Spellman & Associés, de Lisa Lutz, que j'ai lu il y a déjà plusieurs mois. Edition Albin Michel, 2007.

Page 123, 5 lignes à partir de la 5ème ligne.

" - Dois-je répéter ma question?
  - L'oncle Ray était une catastrophe ambulante, mais il ne cherchait pas à faire plonger qui que ce soit. On ne pouvait pas compter sur lui pour tondre la pelouse, mais il n'aurait pas fait de mal à une mouche.
  - D'après toutes les sources, votre soeur a réagi très violemment à son arrivée. Pouvez-vous en dire plus? "

Et je tague (roulements de tambour): Adeline, Milathéa, Pauline du loup et Dieu.

mercredi 15 octobre 2008 | Commentaires (2) |  Facebook | |

mardi 14 octobre 2008

Titres de chanson n°7 (en anglais)

It's just the littlest things, bugging me everytime I'm sitting down here thinking all over my head.

Can you hear me speaking, crying, screaming?

I'm trying so hard to make sense of all the times I cried, all the times I've been away from the sun.

Slow slow, I start to realize there may be no sense and no answers.

Chansons de (dans l'ordre): Lily Allen, Britney Spears, Lene Marlin, The Fray, Enrique Iglesias, Sharleen Spiteri, 3 Doors Down, Ayo.

Traduction approximative:

C'est simplement les plus petites choses, qui m'embêtent à chaque fois que je suis assise ici, à me torturer l'esprit.

M'entendez-vous parler, crier, hurler?

Je fais tant d'efforts pour essayer de donner un sens à tous les moments où j'ai pleuré, à tous les moments où j'ai été éloignée du soleil.

Très lentement, je commence à réaliser qu'il n'y a peut-être pas de sens et pas de réponses.

texte de MOI

mardi 14 octobre 2008 Publié dans Puzzles musicaux | Tags : titre, chanson, musique, texte, anglais | Commentaires (3) |  Facebook | |