Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi 05 décembre 2008

Nouveau départ

Je crois qu'on rêve tous de nouveaux départs, plus ou moins consciemment...

Moi en tout cas, pendant des années je n'ai vécu que pour ça. Cette année c'est pas terrible, mais l'année scolaire prochaine, je serai cool, j'aurai tel vêtement à la mode, je n'aurai plus peur d'être moi, tout le monde m'aimera. Mais aucune année n'est jamais parfaite, alors ça recommence...

Je ne sais pas si vous en avez déjà fait l'expérience, mais c'est très frustrant quand vous vous imaginez que vous pouvez devenir un autre et que finalement, tout le monde, même les inconnus, vous colle exactement la même étiquette qu'avant, en 5 minutes chrono... Une étiquette qui n'a rien à voir avec ce que vous voulez devenir, ni avec ce que vous êtes vraiment.

Et même si ça marche, même si vous arrivez à changer le regard des autres sur vous, ça ne rend pas les choses plus faciles. Tôt ou tard, ils se rendent compte de l'arnaque. Ou pire encore, ils ne remarquent rien et vous êtes condamné à jouer un rôle. Et vous vous retrouvez plus seul encore, personne ne sait qui vous êtes, et même vous n'en êtes plus vraiment sûr...

Au fond, tant que la vie ne sera pas parfaite, on rêvera toujours de nouveaux départs. Parce que le monde dans lequel nous vivons ne nous permet pas vraiment de changer au fur et à mesure, parce qu'on vous catalogue dès la première rencontre et que peu de personnes sont prêtes à changer d'opinion sur vous.

Vouloir un nouveau départ n'est pas en soi un problème. Mais, si l'on veut éviter déception et insatisfaction, il faut être conscient que rien ne sera jamais parfait, et faire la différence entre: ce que l'on veut être et ce que l'on voudrait paraître; ce que l'on veut être et ce que l'on peut devenir.

Ce qui m'a beaucoup aidé dans cette quête effrenée de nouveau départ, c'est le fait d'être au Cned. Du collège au lycée, aucun changement ne s'était accompli et j'étais déjà considérée comme une intello coincée avant même qu'on rende le premier contrôle. Mais en travaillant avec le Cned, j'ai eu le temps de réfléchir, de faire plus ample connaissance avec moi-même, de tâter mes limites, mes envies. J'ai pu faire tout ça tranquillement, sans le regard des autres pesant sur moi. Me poser les vraies questions.

Bien sûr, rien ne dit qu'une fois mon bac passé et mon ermitage terminé, je ne vais pas reculer de trois pas là où j'ai avancé d'un seul. C'est plus facile de calmer sa timidité quand on ne fait que croiser les gens, occasionnellement, que quand on sait qu'on va passer un an ou plus à les côtoyer... Plus facile d'être soi-même et d'exprimer ses opinions sans se soucier de ce qu'en pensent les autres, quand ça n'a pas de vraies conséquences...

Mais je me connais mieux et je n'attends que des choses raisonnables de mes prochains "nouveaux départs". Et je ne compte les vivre ni dans la nostalgie, ni dans l'attente d'une hypothétique perfection...

texte de MOI - le 19-11-08

vendredi 05 décembre 2008 Publié dans Réflexions | Tags : nouveau départ, fresh start, nouveau, départ, changer, changement | Commentaires (5) |  Facebook | |

Commentaires

"Quoi qu'on fasse ou quoi qu'on en dise on ne devient jamais celui qu'on veut être mais celui qui a a tenté de s'en rapprocher en n'en subissant les conséquences."

C'est marrant d'en être tous au même point de frustration en voulant devenir quelqu'un d'autre, ou tout simplement soi même et sans apparats.

Écrit par : Chocaprice | vendredi, 05 décembre 2008

C'est pas forcément perdu d'avance, si tu te retrouves avec des gens ouverts, zen, cool, etc. ; des gens qui ne te voient pas comme quelqu'un de formaté pourrait te voir. Là, un nouveau départ est possible, sans changer d'attitude et en restant soi-même.
Bien sûr, c'est pas facile à trouver... Mais c'est toujours possible. Et puis si les gens autour nous prennent pour ce que l'on n'est pas, ils ne valent pas la peine qu'on les fréquente...

Écrit par : MADmoiselle | vendredi, 05 décembre 2008

Bonjour Marianne,

Ne t'es-t-il pas déjà arrivé de te faire une opinion sur quelqu'un dès la première rencontre ?

Et de ne pas en changer ?

Allons, je suis sûr que si, cherche bien...

Au fond, personne n'est réellement différent.

L'important, c'est de ne pas se contenter de la première impression, qui est souvent la bonne mais pas toujours...

Il m'est arrivé de rencontrer des personnes qui me semblaient antipathiques et je m'apercevais à force de les côtoyer qu'elles se dévoilaient mieux à moi petit à petit...

Et que ma première impression était fausse !

Comme je disais à une époque, il faut parfois gratter sous la couche...

Il est vrai que j'ai eu affaire aussi à des personnes pas sympathiques du tout, et pas qu'avec moi...

Dans ce cas, je pense que la mauvaise impression est bien réelle...

Je fais parfois le test avec des commerçant ou des serveuses pas sympathiques au premier abord et en m'intéressant à eux, j'arrive souvent à les dérider.

Comme quoi...

Écrit par : Gilles | samedi, 06 décembre 2008

MADmoiselle: tout à fait d'accord: ceux qui n'essaient même pas de nous connaître ne valent pas la peine qu'on les fréquente...

Gilles: bien sûr, comme tout le monde, je me fais une première opinion sur les gens assez vite. Mais j'évite de les cataloguer, et je n'ai pas peur de revoir cette opinion à l'occasion...
Les gens qui m'énervent sont justement ceux qui gardent la première image qu'ils se font de quelqu'un, une image qui ne correspond parfois même pas à la réalité du moment, et qui ne changeraient d'avis pour rien au monde...

Écrit par : mari6s | samedi, 06 décembre 2008

Très bien ton texte. Et puis, c'est bizarre, mais je me retrouve totalement là dedans. Le fait de se cacher, de montrer une autre personne et après de rester coincé. C'est ce qui m'est arrivé plus ou moins l'année dernière, voulant me faire des amis. Heureusement, ils m'ont compris et maintenant, je suis telle que je suis d'habitude avec eux. Et c'est vrai que c'est parfois bizarre quand on dit quelque chose ou qu'on fait une tête particulière et que ça étonne les autres, alors que nous sommes souvent comme ça. Ca montre que l'on garde quand même secrètes pas mal de choses sur nous, qu'on a du mal à faire confiance aux gens et qu'on a du mal à se comprendre soi-même.

Écrit par : Adeline | samedi, 06 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.