Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi 02 mars 2009

Le beau genre humain

Au cas où l'ironie du titre vous aurait échappé, je précise que je ne tiens pas le genre humain en haute estime. Enfin, ça dépend des jours, parfois je me surprends à espérer, mais aujourd'hui c'est un jour cynique, deal with it...

Le beau genre humain est apparu il y a 200 000 ans environ, sous le joli nom d'Homo Sapiens (ou, hypothèse généralement appréciée par les scientifiques, il y a tout juste 6000 ans, si l'on en croit certains créationnistes) et s'est vite pris pour le roi du monde. Il a soumis les animaux, la nature. Qui ne sont là que pour le servir. L'homme a longtemps cru qu'il en était de même de la femme, mais ce n'est plus d'actualité depuis des lustres - il n'y a qu'à voir le regard plein de considération qu'il lui jette en même temps que des pierres, coutume charmante de certains pays, que je vous conseille vivement pour partir en vacances - surtout si vous portez une paire de seins...

Le beau genre humain est évolué. C'est pour ça qu'on ne peut pas le comparer avec les animaux, vous pensez bien. Les animaux n'ont pas créé la civilisation, ni les usines, ni la bombe nucléaire, y a pas photo. Quels cons, ces animaux. Même pas foutus de se défendre correctement contre les braconniers, même quand il s'agit de la survie de leur espèce...

Le beau genre humain se croit le centre du monde. Ca s'appelle l'anthropocentrisme, en mots simples, ça veut dire qu'il a le droit de tout faire sans se préoccuper des conséquences - sauf celles qui l'affectent, lui. La plupart du temps, il ne voit aussi les choses qu'à travers sa manière de faire et croit que c'est sa civilisation la meilleure - c'est l'ethnocentrisme. Il est aussi souvent égocentrique - là, il se fout carrément de ce qui arrive à ses semblables. Il faudrait inventer le mot pour dire qu'il n'a rien à faire non plus de ce qui arrivera à ses descendants - épococentrisme, peut-être? Bref, vous l'aurez compris, en général, il est centré sur son nombril.

Le beau genre humain fait l'amour et fait la guerre. Les deux se ressemblent souvent dans son esprit. Il promet l'amour éternel et au bout de deux ans, c'est la guerre - enfin, dans ce cas-là, ça s'appelle le divorce. Il profite des retombées de guerres à l'autre bout du monde, mais a quand même la bienséance d'essuyer larme de crocodile en voyant les cadavres au JT de 20h...

Le beau genre humain a fait plein de progrès. Vous saviez, vous, qu'en 200 ans, il a réussi à augmenter de 30% un taux de CO2 atmosphérique qui était stable depuis des dizaines, des centaines de milliers d'années au moins? A multiplier par 40 à 60 le taux d'extinction des mammifères et oiseaux? (merci à mon cours d'SVT pour ces informations très rassurantes) Ah ça oui, il peut être fier: il est le tout premier élément non géologique (comme le volcanisme) ou externe (comme une météorite) à pouvoir modifier l'environnement terrestre, et prétendre un jour au titre d'agent provocateur d'une crise biologique majeure (la 6ème depuis l'apparition de la vie, il y a 3,8 milliards d'années...)

Le beau genre humain joue les désolés, mais n'est pas très convaincant. Il continue à agir en nombrilocentriste, même en sachant quelles peuvent être les conséquences à assez court terme - ne serait-ce que dans 50 ans... Il fait comme s'il s'en voulait, mais ça l'arrange de croire qu'il ne peut rien changer.

Le beau genre humain panique un peu de temps en temps, mais seulement pour sa pomme: zut alors, mon lotissement a été construit avec des déchets nucléaires... (authentique!) Oh flûte, mon pied à terre est dans les zones qui seront touchées par la montée des eaux d'ici à ma retraite... Il s'inquiète de temps en temps pour ses enfants, mais si peu. Il se fout totalement de la planète, des animaux, des végétaux, de la vie. Il fout tout en l'air, et alors? Tout ça lui appartient.

Et peut-être, avec un peu de chance, pourra-t-il partir en vaisseau spatial rejoindre une planète toute neuve, avant que l'actuelle soit complètement détruite... Une arche de Noé nouvelle finalement... Pour continuer ailleurs...

Un conseil, Dieu: si tu nous rejoues l'arche de Noé, oublies d'embarquer les passagers humains, ça t'épargnera bien du souci...
Un conseils, les petits hommes verts: évitez de venir nous coloniser, ou alors instaurez un régime écologique totalitaire...

Et si on était la seule chance, la seule planète où la vie a pu et pourra jamais naître? Et si le terrocentrisme, lui, était justifié? Et si on était en train de détruire, non seulement nous, non seulement toutes les espèces animales, végétales, toute la vie de notre planète, mais aussi la seule étincelle de vie qu'il y a et qu'il y aura jamais eu...
Nevermind. Retournons à notre production de CO2 et de déchets radioactifs à la chaîne... Et dormez bien, cette nuit. ;p

texte de MOI écrit le 9-02-09

lundi 02 mars 2009 Publié dans Réflexions | Commentaires (8) |  Facebook | |

Commentaires

Je comprends ton point de vue, et si on regarde la globalité des actions humaines notamment concernant l'environnement, on ne peut pas s'empêcher de voir tout le mal, toute l'horreur et toute la bêtise dont l'humanité seule est capable. Mais bien heureusement l'humanité, ce n'est pas que ça. On retient les destructeurs, mais rarement ce qui font le bien quotidiennement. Mais le Bien est "normal" alors que le mal choque, donc on oublie le Bien qui est fait et on ne retient que le mauvais de l'être humain. Mais les gens biens, tu les vois sûrement tous les jours autour de toi: tes amis, tes parents (je présume), ceux que tu aimes ou même ceux que tu ne connais pas bien mais qui te paraissent raisonnables et sensés... ce sont des gens biens, non? L'humanité est capable du pire, mais c'est aussi la seule qui peut être capable de Bien. Ne retenir que les crapules (qui sont quand même bien trop nombreux, faut avouer) et en faire des figures représentatives de l'humanité toute entière est injuste envers ceux qui se battent tous les jours pour faire le Bien autour d'eux, préserver la planète etc.

L'humanité est bourrée de vices en tout genre, égocentrisme, cruauté, méchanceté etc. Ces vices peuvent créer des horreurs, des horreurs absolues et insoutenables. Mais l'humanité est également très belle, car elle se compose aussi (et en majorité) d'individus fondamentalement bons et généreux, tant de personnes qui nous font sourire tous les jours et aspirent à plus qu'à leur petit plaisir personnel et égoïste.

Apparemment tu étais dans un jour cynique (ça me fait souvent ça quand j'ai l'occasion de découvrir une preuve de plus de la bêtise/cruauté humaine par exemple), mais tu dis ne pas tenir le genre humain en haute estime de manière générale. Ce que je voulais dire c'est que condamner la nature de l'ensemble des hommes (ce que tu sembles faire en parlant de genre humain) me paraît assez hypocrite (à ne pas prendre comme une critique personnelle personnelle bien sûr, j'utilise ce mot dans sons sens le plus strict et primordial XD): tu te rends compte toi-même de tous les défauts des hommes puisque tu les exposes, et je suppose que tu évites de faire le mal que tu vois d'autres personnes faire. De même, d'autres personnes doivent aussi avoir fait le même constat que toi et veulent agir en bien.

Et peux-tu dire que tu ne tiens pas ceux que tu aimes en haute estime? En parlant de genre humain, tu parles probablement d'une vision globale et générale de l'humanité. Mais j'en reviens à ma conclusion précédente: il serait hypocrite de tenir tes proches en haute estime et pas le genre humain, ou faire de la cruauté (etc) de plusieurs hommes la représentation du genre humain dans son ensemble.

Et maintenant stop à la tartine! J'étais dans une humeur contraire à la tienne aujourd'hui, plutôt joyeuse, donc c'est peut-être pour ça que je t'ai répondu avec autant d'enthousiasme ;)

Écrit par : Meili | lundi, 02 mars 2009

Minnnce, mon commentaire fait la taille de ton article XD Je me répète pas mal en fin de compte, mais bon. Si tu ne te sens pas de le lire, je t'en voudrai pas, j'ai juste eu une pulsion de réponse XD

Écrit par : Meili | lundi, 02 mars 2009

Ça me rappelle "Le Jour où la Terre s'arrêtera" :)

Écrit par : MADmoiselle | mardi, 03 mars 2009

Meili: si si, j'ai lu ton commentaire en entier ;p

Dans mes jours optimistes, je vois bien sûr tout le bien que l'humanité peut faire, toute la beauté de ce qu'elle peut créer... Mais dans les jours cyniques, je me demande si cela peut contrebalancer tout le mal qu'elle peut faire. Notre belle civilisation, le progrès, c'est bien beau mais à qui ça sert, à part nous-mêmes?

C'est sûr qu'il y a deux poids, deux mesures: "égoïstement", je veux évidemment vivre, je veux que mes proches vivent, et dans mon penchant "altruiste" si l'on peut dire, disons dans un penchant généreux pour les autres formes de vie, je me dis que le mieux qu'on pourrait faire, c'est disparaître... Evidemment c'est une façon de parler, mais quand on voit l'égocentrisme actuel, produisons plus pour gagner plus aujourd'hui, et on s'en fout que nos enfants doivent payer les pots cassés (ce qui est d'une absurdité horrible, car les effets du réchauffement climatique se feront probablement ressentir avant que la génération de dirigeants actuels soit morte...)

J'aime croire en l'humanité de temps en temps, mais ça me fait de la peine de voir tout ce que notre génération, et a fortiori celle de nos enfants, devront supporter parce qu'on n'a pas le courage actuellement, parce qu'on ne l'a pas eu il y a vingt ans, d'accepter qu'on fait tourner la Terre à l'envers...

Bon ben moi aussi j'étais inspirée pour répondre ;D

Écrit par : mari6s | mardi, 03 mars 2009

Par rapport au début de ta réponse, il est vrai que les progrès (disons scientifiques) faits ne servent que nous-mêmes. Mais en même temps, qu'est-ce qu'ils pourraient servir d'autre? La vie est absurde en soi, elle ne sert concrètement à rien; le but d'une vie reste de vivre heureux, donc il y a une part d'égoïsme dans la nature humaine qui me parait indépassable et non condamnable.

Après, c'est vrai que malgré tous nos bons sentiments, et même sans parler du mal extrême que certains hommes font, l'être humain lambda est plein de vices et d'égoïsme destructeur; nous n'avons pas toujours envie de penser au sort des autres (hommes ou animaux ou végétaux etc), par commodité. C'est sûr que c'est le propre de l'humain de détruire consciemment ce qui l'entoure pour son propre confort, et que c'est injuste que la seule bêtise humaine puisse priver d'autres espèces de leur vie, sans que ceux si n'aient rien fait du tout. Mais bon. Je persiste tout de même à croire en l'humain, pas de manière farouche et inébranlable, mais plutôt en les voyant en tant qu'individu (je me comprends).

Ceci dit, je comprends carrément ton point de vue et le trouve plus que justifié malheureusement...!

Écrit par : Meili | mercredi, 04 mars 2009

"C'est sûr que c'est le propre de l'humain de détruire consciemment ce qui l'entoure pour son propre confort, et que c'est injuste que la seule bêtise humaine puisse priver d'autres espèces de leur vie, sans que ceux si n'aient rien fait du tout. Mais bon. Je persiste tout de même à croire en l'humain, pas de manière farouche et inébranlable, mais plutôt en les voyant en tant qu'individu (je me comprends)."

Cela résume en fait bien mon propre point de vue: l'humanité en général est égoïste, mais chaque individu mérite tout de même qu'on s'y attarde...

Écrit par : mari6s | jeudi, 05 mars 2009

Waw, t'as résumé en deux lignes ce que j'ai essayé de dire en... beaucoup XD
C'est quand même un étrange paradoxe, presque une question de point de vue quand on y pense. de Peut-être aussi relativise-t-on nous plus lorsqu'il s'agit de juger les agissements d'un individu (je ne creuserai pas plus ça, d'une part parce que c'est pas 100% clair dans ma tête, et d'autre part parce que le dodo m'appelle ;) )

Je dois dire que ton article m'a bien fait réfléchir en tout cas...!!!

=)

Écrit par : Meili | vendredi, 06 mars 2009

Oui, c'est sans doute une question de relativisation, on ressent plus facilement de la sympathie pour un individu donné que pour une espèce en général...

Eh bien tant mieux, c'est le but ;)

Écrit par : mari6s | vendredi, 06 mars 2009

Les commentaires sont fermés.