Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi 28 février 2009

500 euros et 500 secondes par Marianne

J'ai été taguée par Madmoiselle... Voici les consignes:

1. Écrire un article relatant ce que vous feriez s’il vous restait 500 euros et 500 secondes à vivre. Vous avez carte blanche, que ce soit en 3 mots ou en 500 lignes, laissez libre court à votre imagination.
2. Relancer la chaîne en invitant 5 de vos amis à répondre à leur tour à la question.
3. Faire référence à cet article et à ces mini-règles afin que l’on puisse tracer tous les participants.
4. Intituler votre article “500 euros et 500 secondes par
Votre Nom"

Je tague: Adeline, Milathea, Purple Girl, Sans queue ni tige, Cassandra.

500 euros.jpg

Bon, ben tant que j'y suis je vais jouer le jeu à fond ;) Avec ce qu'on appelle les étapes du deuil: déni, colère, marchandage, dépression, acceptation.

C'est n'importe quoi. Pourquoi je mourrais si tôt, hein? Et puis j'ai pas 500 euros dans mon porte-monnaie, de toute façon. Je sais pas ce que vous avez fumé, mais allez continuer ailleurs et laissez-moi glandouiller.

Même pas 8 minutes? Ce n'est pas vrai! Pas juste! Je ne mérite pas ça, je veux vivre!

J'ai 500 euros, je peux même y aller de ma tirelire perso, mais donnez-moi plus, laissez-moi vivre. 500 euros, ça vaut bien quelques mois? Un an, peut-être?

Ce n'est pas possible. Ca n'a donc aucun sens? Je ne veux pas partir.

Bon, il faut s'y faire. J'ai 500 secondes (8 minutes 1/3) et 500 euros (3280 francs, à une vache près). Moins, même, vu le temps que m'ont pris les 4 étapes précédentes... Autant les mettre à profit.

Il n'y a pas grand chose que je puisse acheter qui vaille l'investissement, vu que j'en aurais de toute façon peu l'usage... Je crois que je vais simplement passer le temps qu'il me reste près de ceux que j'aime, et puis histoire de pas laisser mes 500 euros au fisc, les donner à je ne sais quelle association, la SPA, peut-être ;)

Allez, c'est à vous maintenant. Que feriez vous de vos 500 dernières secondes avec 500 euros en poche?

texte de moi - image de Fotolia

samedi 28 février 2009 Publié dans Réflexions | Commentaires (7) |  Facebook | |

jeudi 26 février 2009

Stars des archives

Vu le nombre impressionnant de notes déjà publiées (plus de 250...), voici une petite sélection d'articles à visiter, pour ceux qui veulent découvrir la vie antérieure du blog, et ont du temps à perdre... ;p

Un poème: Laisse-moi

Une description de passage: Description n°11 (le journal intime)

Une réflexion: Les héroïnes de tragédie

Une sélection de citations: Vous trouverez la sagesse... n°1 et n°2

Un bouillon de culture: Bouillon n°6 (fulminer, euthanasie, marginal, quiétude, diluvien)

Un mini auto dialogue: Dialogue n°3 (la Bretagne)

Un "j'ai vu j'ai lu j'ai entendu": If I were a boy (Beyonce)

Une fanfic: Une chance sur deux (les 4400)

Un dessin: Elfes combattantes

Un graphisme: La petite sirène

Une photo: Balançoire de la liberté

Un "titres de chansons": Titres n°3 (en anglais)

Bonne visite, et n'oubliez pas de laisser des comms!

jeudi 26 février 2009 Publié dans Par rapport au blog, Stars des archives | Commentaires (0) |  Facebook | |

mardi 24 février 2009

La chasse à l'anglicisme...

J'ai remarqué que certains "puristes" de la langue française s'offusquaient de l'usage de mots anglais en français. Telle ma prof de français de 6ème et 4ème, qui nous interdisait d'utiliser le mot "stresser", bien que ni "s'énerver", ni "angoisser" n'aient vraiment le même sens...

Ces gens présentent ce mélange des langues comme une "invasion". Je ne suis pas d'accord. Autant ça m'énerve quand quelqu'un utilise des anglicismes à tout bout de champ pour "faire style", autant cela m'attriste qu'on veuille barricader un langage...

Car l'évolution fait partie de la vie d'une langue, et ce n'est pas nouveau. Le français n'est pas né un jour tel qu'il est, sans évoluer par la suite... Notre beau langage, hormis ses racines grecques et latines, est allé glaner des mots chez tous ses voisins, et même chez les arabes ou les Indiens d'Amérique... Normal, pour nommer ce qu'on ne connaissait pas avant eux: les "oranges", le "maïs"... mais aussi l' "algèbre" et les "chiffres", qu'on ne nomme pas arabes pour rien...

Le processus est toujours le même: on reprend un mot, anglais par exemple - car il faut avouer que c'est le cas le plus courant de nos jours - qui n'a pas de véritable équivalent en français, et on le mixe dans notre langue - avec ou sans "francisation" préalable... Ce n'est que quand le terme a déjà un synonyme français tout aussi facile d'emploi que ça devient ridicule.

Et nous ne sommes heureusement pas les seuls à enrichir notre langue de cette façon: l'anglais lui-même compte beaucoup de mots d'origine française, et d'expressions reprises - les Américains en sont particulièrement friands, regardez une série ou un film américains en VO et vous en serez convaincu, mais les Anglais apprécient aussi: "fiancé", "rendezvous" (contracté en un mot), "esprit de corps", "déjà-vu"... Le tout prononcé avec un accent qui donne un goût exotique à ces mots banals pour nous.

Quant à moi, je revendique mon "stress", mon "leadership" (inexistant), mes "week-ends" (encore heureux ;p), mes "mails", et mes séries américaines de "prime time"...

Halte à la chasse systématique à l'anglicisme! L'échange de mots est peut-être la meilleure solution pour commencer à mieux se comprendre...

anglais-français.jpg

texte de MOI écrit le 6-02-09

pour en savoir plus sur les anglicismes: ici
sur les gallicismes (page assez pauvre):
sur l'anglicisation: ici
sur la francisation:

mardi 24 février 2009 Publié dans Réflexions | Commentaires (1) |  Facebook | |

dimanche 22 février 2009

J'ai vu... Orgueil et préjugés

J'ai regardé la rediff' de Orgueils et préjugés, sur la 2, dimanche 15 février... Comme vous le savez sans doute, il s'agit d'une adaptation du roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés (ou, dans sa version originale, Pride and prejudice) que je n'ai personnellement pas lu.

Orgueil et préjugés.jpg

La famille Bennet, pas très riche, compte cinq filles: Jane, Lizzy, Mary, Kitty et Lydia . L'obsession de leur mère est de les marier au plus vite, avantageusement si possible, et Mr Bingley, jeune rentier récemment arrivé dans le voisinage, semble le candidat idéal. Celui-ci est accompagné d'un ami, Mr Darcy, renfrogné et peu aimable.

L''intrigue est centrée sur l'héroïne, Lizzy, jouée par Keira Knightley, et sa relation mouvementée avec Mr Darcy, mais nous donne aussi à voir l'évolution de sa famille.

Loin de l'atmosphère gnangnan que je craignais, ce film est convaincant, très bien mené, et irradie de la présence de Keira Knightley, qui campe une Lizzy extraordinaire d'impudence et d'humanité... Autre star à noter: Donald Sutherland, dans le rôle de Mr Bennet, un très joli rôle.

Une ambiance musicale et visuelle qui correspond parfaitement aux moments de l'intrigue, un aspect "historique" convaincant mais sans lourdeur, qui s'éclipse derrière les personnages quand c'est opportun.

Orgueil et préjugés 2.jpg

En résumé, je conseille ce film à tous! A moins que vous n'aimiez vraiment que les films d'action et d'horreur, il devrait vous plaire...

texte de moi - images trouvées sur le net

dimanche 22 février 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Commentaires (3) |  Facebook | |

vendredi 20 février 2009

Description de passage 15: La neige

Regarder la neige tomber, se poser, tout blanchir.

Ne pas maudire la neige, ne pas râler parce qu'on va devoir rouler lentement, parce qu'il fait froid. Juste un petit moment, retomber en enfance...

Marcher sur l'étendue immaculée, dans les traces de pas des autres pour ne pas trop la salir.

Aimer le contact des flocons sur sa peau, ouvrir la bouche pour en avaler quelques uns.

Voir le paysage enneigé, et trouver ça simplement beau.

neige & rouge-gorge.jpg

description de 75 mots, écrite le 13-02-09 - image de Fotolia

vendredi 20 février 2009 Publié dans Descriptions de passage | Tags : neige, blanc, enneigé, flocon, hiver | Commentaires (1) |  Facebook | |

lundi 16 février 2009

Le prochain truc sur ma liste...

Vous vous souvenez de cette liste, 15 choses que je dois faire avant mes 25 ans? (si vous avez l'impression de débarquer, allez vous mettre au courant ici) Eh bien voilà les dernières évolutions... (mise à jour du 6 juillet 2009)

1- Apprendre le russe.
-> l'an prochain, avec mon frère.

2- Donner mon sang.
-> dès ma majorité.

3- Danser en public.
-> probablement avec
Adeline, sous peu.

4- Dire à 2 personnes tout le bien ou tout le mal que je pense d'elles.
-> je n'ai pas encore choisi... je verrai selon les occasions.

5- Me teindre les cheveux.
-> pendant les grandes vacances ou l'an prochain. Des mèches caramel ou safran, peut-être, ou quelque chose de plus vif... juste pour essayer!

6- Porter une jupe/robe très courte.
-> expérimenté en famille à Noël, fait pour de bon à mon départ en Bretagne en juin 2009.

7- Manger dans un resto asiatique.
-> j'attends d'être invitée ^^

8- Planter un arbre.
-> vu le nombre que j'en ai dans mon jardin, j'attends une occasion d'en planter un ailleurs ;p

9- Agir sur un coup de tête et ne rien regretter.
-> je l'ai déjà fait, en quelque sorte, mais j'attend d'être sûre pour la partie "ne rien regretter"...

10- Participer à un concours d'écriture.
Fait: 2 nouvelles envoyées au Prix du Jeune Ecrivain de Langue Française (le 3 février)

11- Participer à un concours de dessin.
-> j'attends juste d'en trouver un qui m'intéresse.

12- Ecrire un livre et l'envoyer à un éditeur.
-> il faudrait que je me remette à bosser sur mon texte le plus avancé, pas loin d'être fini... pendant les grandes vacances, j'ai retrouvé l'inspiration, on va voir ce que ça donne.

13- Prendre position selon mes opinions.
-> j'attends une occasion...

14- Donner de l'argent ou du temps à une bonne cause.
-> j'attends de trouver la cause... peut-être du bénévolat pour la SPA...

15- Visiter une merveille du monde moderne.
-> déjà fait en quelque sorte, le Mont Saint-Michel pouvait être considéré comme une merveille du monde (visité en juin 2009), mais j'attend de voir pour en visiter d'autres...

texte de MOI

Et vous, c'est qui le prochain truc sur votre liste?

lundi 16 février 2009 Publié dans Dans ma vie..., Ma liste | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 14 février 2009

Design poème: Dis-moi, sais-tu

poème Dis-moi sais-tu.jpg
Tous mes poèmes en montages graphiques ICI
-
Laissez un commentaire!

samedi 14 février 2009 Publié dans Dessins et graphismes, Poèmes | Commentaires (1) |  Facebook | |

jeudi 12 février 2009

Description de passage 14: la fille qui faisait semblant

Voici une petite description de passage de 500 mots, inspirée de mes "défouloirs" de mon année de 2nde, ces pages Word que je remplissais de mots pour cracher mon mal-être en pleurant pour des riens (et dont vous pouvez trouver des extraits ici)
Sur le même genre de thèmes, vous pouvez lire ces articles: Nouveau départ, Les gens raisonnables, Les conditions du bonheur, Réflexions: l'exigence, la création..., Système scolaire...

La description d'une fille qui ressemble un peu à celle que j'étais à cette époque, et finalement assez peu à celle que je suis aujourd'hui... Ce texte peut sembler triste ou dur, mais illustre surtout le chemin que j'ai parcouru...

Je précise au passage que je n'ai pas de phobie scolaire, la confusion étant courante et certains éléments de mon texte pouvant y faire penser: un phobique scolaire n'arrive pas à entrer en cours, fait des crises d'angoisse, etc. Moi je me sentais juste mal ;p

Dédiée à ceux qui font semblant et qui croient que ça ne pourra jamais changer... Gardez espoir et agissez!
Et à ceux qui, par leurs conseils, leur écoute, leur présence, m'ont aidée à devenir celle que je suis aujourd'hui et m'ont encouragée dans mes choix: Papa, Maman, Adeline, Anaïs, Clo, Drey, Flo, Gilou...

mal-être & larmes.jpg

Son réveil sonne. Elle n'a pas assez dormi et ferait n'importe quoi pour ne pas aller en cours, mais se lève quand même. Se prépare à toute allure. Seul le stress causé par la journée à venir parvient à chasser les brumes du sommeil.

Il fait encore nuit noire. Elle sort dans le froid, attend son bus, monte à bord. Prie pour que quelque chose se passe, un accident, n'importe quoi qui l'empêcherait d'atteindre le lycée. Mais rien n'arrive. Et chaque jour, elle a l'impression qu'elle n'y survivra pas.

Elle arrive en cours, s'assoit à une table dans une salle devant un prof. Elle a l'air de suivre. Ne vous y fiez pas, les trois-quarts du temps elle n'est qu'à moitié là, elle s'envole dans ses rêves, elle écrit en esprit les histoires qu'elle n'a pas le temps d'écrire pour de vrai. Allez-y, blâmez-la, elle n'attend que ça, elle donnerait tout que quelqu'un s'en aperçoive enfin. Pour que quelqu'un voit combien elle s'ennuie ici.

Oh, elle n'est pas surdouée. Juste un peu plus intelligente ou travailleuse que la moyenne, elle a juste soif d'apprendre. Tous les autres élèves, même les moins cons, s'en foutent de perdre leur temps ici. Râlent juste un peu pour faire bien, mais au fond, s'en satisfont. Pas elle. Elle n'arrive pas à accepter de ne rien apprendre en toute une journée. Ca la tue à petit feu.

Mais personne ne voit jamais rien, ou alors, ils ne veulent pas voir, parce qu'il ne faudrait surtout pas douter que tout va bien dans le meilleur des mondes. Elle a de bonnes notes, c'est une élève disciplinée, elle ne s'habille pas en gothique et ne grave pas Life sucks au compas sur les tables, alors elle va bien, forcément. Ca les arrange. Et elle joue le jeu, pour ne pas (se) faire peur, (se) choquer...

Elle se dit que c'est pas si étonnant que des gens se tuent sans que personne se soit douté de rien. Elle n'est pas suicidaire, pas assez de lâcheté ni de courage, et puis elle aime la vie et sait qu'un jour elle en fera quelque chose de mieux. N'empêche, les oeillères que les gens se mettent d'eux-mêmes tuent. Physiquement ou psychologiquement, elles tuent.

Elle est toujours un peu à l'écart, dans les couloirs ou la cour. Oh, elle a des amies, des filles formidables qui l'écoutent et la comprennent. Elle parle à ses camarades. Mais ça ne l'empêche pas de ne pas se sentir à sa place - on le lui fait savoir, parfois. Parfois elle essaie d'être un peu plus normale, le reste du temps elle tente juste d'être elle-même - pas si facile dans l'univers de l'hypocrisie...

Elle aimerait tant leur hurler à la figure ce qu'elle est vraiment. Mais elle est timide, bien élevée, et elle a peur de briser cette image qu'ils se font d'elle autant qu'elle en crêve d'envie... Alors elle se tait. Fait semblant de rien. Souffre en silence. En attendant des jours meilleurs...

texte de moi écrit le 31-01-09 - image de Fotolia

mardi 10 février 2009

Frères et soeurs

Frères et soeurs... Relations jamais idylliques tout le temps - ou si elles en ont l'air, je dirais que quelque chose ne va pas.

De l'amour. La plupart du temps. Tous ceux qui ont déjà vécu en famille le savent: l'amour, on l'oublie souvent lors des disputes. On ne se hait pas, non. Mais on se crie dessus, on se jette des trucs à la figure (au sens figuré comme au sens propre), on en vient aux mains. Dans ces moments-là, ce n'est pas qu'on ne s'aime pas, c'est juste qu'on n'y pense pas.

De la tendresse. Ca oui. Et l'instant d'après, du mépris. De l'entraide, de la complicité. Et puis aussi des coups bas, de la jalousie. Frère et soeur, c'est une relation souvent extrême. Passionnelle en quelque sorte.

Rarement vraiment amis quand on est enfant - trop d'écart d'âge, d'intérêts, et puis le frère ou la soeur, c'est quelqu'un qu'on n'a pas choisi. On joue ensemble, puis on ne veut plus se voir. On se raconte nos secrets, puis on se bat comme des chiffoniers. Amis, on peut le devenir plus grands, peut-être, si on ne laisse pas la vie nous séparer.

Frères et soeurs... On peut se faire très mal, avec des coups et surtout, avec des mots. Mais on peut aussi se pardonner très vite, et puis se consoler. Et plus tard, ressortir les vieilles disputes du placard, des détails sans importance qui deviennent des armes - c'est toi qui as eu le plus beau cadeau, tu me donnais toujours des ordres...

Un frère, une soeur, c'est plus qu'un lien de sang. C'est celui avec qui on grandit. Celui qui nous apprend que dans la vie, on n'aura pas toujours ce qu'on voudra, que les autres existent à côté de nous et ont aussi des envies, des besoins. Celui avec qui on a plus de points communs et de différences qu'avec quiconque au monde... Celui qui nous fait grandir.

Marianne et Gilles - 2008 juillet.jpg

J'espère bien qu'on ne laissera pas la vie nous séparer, mon Gilou...
Bon, quart d'heure émotion terminé, tu me passes la télé maintenant?!? ;p

texte de MOI écrit en janvier 2009 - photo de mon frère et moi, prise à Carnac, en juillet 2008

mardi 10 février 2009 Publié dans Réflexions | Tags : frère, soeur, frère et soeur, frères et soeurs, famille, fraternité, famille | Commentaires (1) |  Facebook | |

lundi 09 février 2009

Philo...

Juste pour partager cette surprise et cette joie: je viens de recevoir la copie corrigée de mon devoir 4 de philo: j'ai 18!!!

Je ne savais même pas que c'était possible d'avoir une telle note en philo, surtout vu mes devoirs précédents, même si j'avais finalement eu 16 au n°3 (voir cet article)

Il faut croire que Rousseau, son Contrat social et la réflexion sur l'esclavage m'inspirent particulièrement... (c'était le sujet de l'explication de texte ; le 16, c'était une dissert sur les règles imposées ou non par la société...)

18/20 en philo, j'arrive pas à y croire, je suis ravie, aux anges, mon travail a porté ses fruits... Et c'est rassurant pour le bac: je suis forcément capable d'avoir plus de la moyenne à l'exam, même avec des sujets pourris...

Bises à tous!

lundi 09 février 2009 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (2) |  Facebook | |