Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi 05 septembre 2009

J'ai lu... Enola Holmes t.4: Le secret de l'éventail (Nancy Springer)

Lien vers ma critique des tomes 1, 2 et 3 de Enola Holmes.

Enola, la petite soeur de Sherlock Holmes, continue de faire des siennes dans le monde des enquêtes. Installée dans son cabinet de "Spécialiste en recherches - toutes disparitions", elle résoud diverses affaires sous le nom du Dr Ragostin, qui n'a pas plus d'existence réelle que sa secrétaire, Ivy Meshle, dont elle tient le rôle auprès des clients.

Elle avait d'ailleurs retrouvé et secouru la jeune lady Cecily Alistair (tome 2: l'affaire lady Alistair), avec qui elle s'était liée d'amitié. Et voilà qu'elle croise Cecily en ville, désespérée et sous la garde de deux femmes sévères. Elle disparaît après avoir laissé à Enola un mystérieux éventail en papier rose.

La jeune détective, plus que jamais hantée par le souvenir de sa mère et cherchant désespérément une preuve de son affection, va donc tout faire pour déchiffrer le message qu'il recèle, et délivrer Cecily. Ce faisant, elle va à nouveau croiser le chemin de son célèbre frère aîné...

Enola Holmes 4.jpg

De tome en tome, cette saga devient de plus en plus addictive. Les persos gagnent en profondeur: Enola bien sûr, mais aussi, ici, Cecily, et surtout Sherlock, formidable d'humanité sous la plume de Nancy Springer. Les enquêtes, quant à elles, sont toujours aussi passionnantes et bien ficelées, et continuent à dépeindre une société d'époque criante de réalité.

Un petit extrait choisi:

"M'attarder auprès de Sherlock, je n'aurais pas demandé mieux, tant il me semblait qu'avec lui je devais pouvoir très vite atteindre un honnête niveau de confiance, ce qui était beaucoup plus que je n'aurais su dire de Mycroft. J'aurais tant voulu expliquer à Sherlock pourquoi je les fuyais, tous les deux: par refus de me faire corseter, au propre comme au figuré, par refus de me couler dans le moule des conventions féminines. J'aurais tant voulu lui dire mon admiration pour lui."

samedi 05 septembre 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.