Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 30 septembre 2009

J'ai lu... Une ombre plus pâle (Andrea H. Japp)

J'ai reçu ce livre comme "sélection" d'un catalogue, comme cadeau pour une de mes nombreuses - et volumineuses - commandes. Je ne savais rien de l'auteur, ni de l'histoire, et je me suis juste laissée happer...

C'est assez difficile à expliquer, ça ne m'était pas arrivée depuis bien longtemps d'être à ce point fascinée par un livre sans vraiment savoir pourquoi. Il y a un peu de suspense, mais rien d'insoutenable ; les personnages sont très réalistes, mais pas plus attachants que la moyenne ; le style est agréable, mais sans aucune fioriture décelable à l'oeil nu. Et pourtant, dès les premières pages, pas moyen de décrocher. Une alchimie imperceptible est mise en oeuvre, sans doute...

Ce roman s'inscrit dans une série de livres, c'est la suite de "Dans la tête, le venin" et l'histoire se poursuivra dans "La Mort, simplement". Cela dit, lire "Une ombre plus pâle" en premier ne m'a posé aucun problème de compréhension, c'est un roman à part entière avec un début et une fin, même si je compte lire les autres de la saga...

Un résumé de l'histoire tout de même: Diane Silver est profileuse au FBI. Elle traque les tueurs en série avec une motivation sans faille, puisque sa fille, Leonor, en a elle-même été victime il y a bien des années. Elle a ici à résoudre une affaire où l'on a retrouvé deux femmes et un homme, morts dans une cave aménagée en lieu de détention. Mais parallèlement, elle fait des compromis avec la loi et la morale pour retrouver une femme qui aurait attiré les victimes du tueur de sa fille (lui-même mort).
Pendant ce temps, l'on suit la vie en France d'une femme, Sara, et de son jeune fils Victor, brisés par la mort de leur fille et soeur, et surtout par ce que chacun sait sans rien en dire à l'autre: la jeune fille était sataniste et les aurait tués tous les deux si un homme mystérieux ne l'avait pas éliminée le premier.

La grande force de ce roman, à part le style très sobre et pourtant scotchant, est selon moi la pertinence et le réalisme des personnages. Leur psychologie est très bien organisée, il s'agit de véritables êtres, et leurs actions sont cohérentes. Cela donne notamment des dialogues un peu hors du temps, pas du tout consensuels, qui ressemblent à la "vraie vie" (enfin, à part le sujet, des tueries sauvages...).

Un extrait choisi:

"Rick Ford devait être garé dans la rue. La rabatteuse a juste eu à maintenir Leonor et les autres durant quelques instants, à les pousser vers la rue, à les empêcher de crier. Il a fait le reste. Sans doute le jeune âge des victimes correspondait-il au fantasme de Ford. Toutefois, avouez qu'en termes de résistance, un enfant... c'est le rêve."

Il ne s'étonnait plus de ses formulations, souvent choquantes. L'extrême intelligence de Diane ne tolérait aucune atténuation. Quant à "politiquement correct", elle ne savait pas l'épeler. Ne lui avait-elle pas un jour balancé: "J'emmerde les humanistes de supérette! Leur fille n'a pas été découpée au scalpel et brûlée au chalumeau durant quatre heures. C'est facile de philosopher sur le bien et le mal lorsque tout va bien, que vos enfants gambadent autour de vous et que la pire chose qui leur soit arrivée, c'est de se casser la figure d'une planche à roulettes ou de se faire griffer par le chat de la maison!"

mercredi 30 septembre 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Tags : une ombre plus pâle, andrea japp, japp | Commentaires (0) |  Facebook | |

lundi 28 septembre 2009

Bouillon de culture 13

Postérité

Sens: tous ceux qui sont à venir, ou qui sont venus après une époque donnée ; descendants d'une même origine.

Etymologie: du latin "post" = après, et ?"erit" = sera, du verbe être (sum-es-esse-fui)?

Synonyme: descendance, dynastie, progéniture, lignée...

Exemple: Elle voulait laisser une trace à la postérité.

Origami

Sens: art du pliage de papier ; par extension, objet réalisé selon les règles de cet art.

Etymologie: du japonais "oru" = plier, et "kami" = papier.

Dérivés: origamiste (qui fait de l'origami), origamanie (passion de l'origami).

Exemple: Il réalisa une grue en origami.

Grégarisme

Sens: comportement grégaire, c'est-à-dire qui pousse les êtres à former des groupes et à adopter les mêmes comportements ; à rapprocher de l'expression "mouton de panurge".

Etymologie: du latin "grex-gregis" = troupeau.

Sur la même racine: grégaire (adj) ; agréger (associer quelqu'un à un groupe, réunir).

Exemple: Ils se figent sur des grégarismes nationalistes.

Chtonien ou Chthonien

Sens: relatif à l'enfer, aux divinités infernales.

Etymologie: du grec "khthôn" = terre.

Sur la même racine: autochtone (sur la terre de soi-même), allochtone (d'une autre terre).

Exemple: Leurs récits mythologiques sont pleins de symboles chtoniens.

Dilettante

Sens: passionné, amateur (de musique, de littérature, d'art) ; en opposition à professionnel, personne qui s'occupe d'une chose en amateur ; sens péjoratif, personne qui accorde peu d'importance à ses tâches, peu motivée.

Etymologie: de l'italien "dilettante" = qui se délecte, se délectant.

Synonyme: amateur ; touriste, fumiste dans le sens péjoratif (bien que ces deux mots soient plus familiers).

Exemple: Il fait de la musique en dilettante (en amateur). Ce stagiaire accomplit son travail en dilettante (en touriste).

? = information non vérifiable

samedi 26 septembre 2009

Citations: Edmund Burke

"Les dons les plus précieux de l'esprit ne résistent pas à la perte d'une parcelle d'honneur."

"Où commence le mystère finit la justice."

"Ceux qui ont beaucoup à espérer et rien à perdre seront toujours dangereux."

"Le mal triomphe par l'inaction des gens de bien."

"Un Etat qui n'a pas les moyens d'effectuer des changements n'a pas les moyens de se maintenir."

"Un mot et tout est sauvé. Un mot et tout est perdu."

samedi 26 septembre 2009 Publié dans Citations, extraits de chansons | Tags : edmund burke, edmond burke, burke, citation, extrait | Commentaires (0) |  Facebook | |

jeudi 24 septembre 2009

Vacances improvisées: virée tourisme & shopping à Clermont

D'un simple déplacement pour rendre à une agence location une ponceuse (que mes parents ont utilisée dans les apparts qu'ils comptent louer, d'ailleurs on est bientôt, enfin, au bout des travaux, même si certains artisans nous mettent un peu en retard), nous avons improvisé une journée de vacances en famille...Même si mon frérot devra rattraper ce temps de cours du Cned samedi, et que moi aussi je bosserai un peu ce week-end, c'est vraiment pratique de ne pas avoir d'obligations d'horaires!

Départ vers 8h30 ce matin, on dépose l'appareil en question vers 9h30 et on se gare dans le centre-ville de Clermont...
On flâne, on se pose à la terrasse d'un café...
On visite la cathédrale, vitraux superbes incitant à la contemplation artistique mais aussi spirituelle...
On dévalise la librairie-papetterie des Volcans...
Puis on mange dans un Subway (je vous avais parlé de ce concept découvert en Irlande, en août : des vrais bons sandwiches avec du bon pain, de la bonne viande et des légumes frais, et pas très cher en plus), on se balade dans le Jardin Lecoq où on croise un cygne pas bien farouche...
On se dirige ensuite vers la Fnac, où on se modère dans nos achats vu la rafle sus-évoquée dans la librairie des Volcans ; puis on prend un milkshake et un café dans le centre Jaude, avant de finir par C&A, où nous achetons tous un (plus ou moins) petit quelque chose...

Arrivée à la maison vers 16h30-17h, on se pose, crevés et les pieds en compote, devant un bon thé, et on redécouvre nos achats, on bouquine chacun dans notre coin, ensemble malgré tout, le beau soleil qui a éclairé toute cette journée nous accorde encore quelques rayons, avec le CD tout juste acquis de Colbie Caillat en bande-son... Sensation de vacances, de bonheur volé, qui se prolonge...

jeudi 24 septembre 2009 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 23 septembre 2009

Petit quatrain

En ce moment, je suis plus inspirée sur des quatrains que sur de longs poèmes, sur des petits bouts de vie, des évocations, que sur des histoires ou plaidoyers complets. Résultat: ces quatrains sont plutôt gais, plutôt optimistes.

Une plume blanche qui navigue sur le vent
Et l'envie soudaine de rire plus souvent
La brise emplie d'iode, de l'odeur du sable
Souvenir banal mais ineffaçable

écrit par mari6s le 3-09-09

Autres quatrains publiés le 17/09/09 dans Poèmes.

mercredi 23 septembre 2009 Publié dans Poèmes | Commentaires (2) |  Facebook | |

lundi 21 septembre 2009

J'ai lu... Hell (Lolita Pille)

J'ai tendance à me méfier des super-modes et des livres portés aux nues, encore plus quand comme pour Hell, tout le monde s'accorde à dire qu'ils sont délicieusement révoltés et anticonformistes. J'ai donc attendu pas mal de temps avant de me décider à lire ce court roman ; en fait, je me suis décidée en le voyant dans la liste de lecture d'une bloggueuse dont j'apprécie le plus souvent les choix.

Et j'avoue volontiers que je n'ai pas été déçue. Bon, ce n'est pas selon moi le roman du siècle, mais il y a là un petit bijou, ne serait-ce qu'au niveau du style. Disons que c'est un must have read pour votre culture personnelle...

Hell.jpg

L'histoire est celle d'Hell, qui fait partie de la jeunesse dorée de Paris. Hell sort, Hell boit, Hell se drogue et Hell a des ex qu'elle désigne par des lettres (A., B. ...). Hell est révoltée, lucide sur la vanité de sa vie et de la vie en général. Mais ça ne l'empêche pas de continuer à claquer l'argent de ses parents en se détruisant de toutes les façons possibles... Jusqu'à ce qu'elle rencontre Andrea, son exact reflet masculin.

L'histoire en elle-même n'est pas l'essentiel. Elle est dure, triste, et comme le dit Hell elle-même: "N'attendez pas de chute à cette histoire, il n'y en a pas". Quant à la description du monde de la nuit parisien, ce n'est pas non plus franchement ce qui m'attire dans ce livre. Non, le véritable intérêt ici, c'est la verve d'Hell, puis d'Andrea, qui prend aussi la parole. C'est l'ironie noire, décapante, le sarcasme cynique élevé au rang de mode de vie. Même si ça ne mène nulle part.

Extrait choisi:
"On vit... comme des cons. On mange, on dort, on baise, on sort. Encore et encore. Et encore... Chaque jour est l'inconsciente répétition du précédent: on mange autre chose, on dort mieux, ou moins bien, on baise quelqu'un d'autre, on sort ailleurs. Mais c'est pareil, sans but, sans intérêt. On continue, on se fixe des objectifs factices. Pouvoir. Fric. Gosses. On se défonce à les réaliser. Soit on ne les réalise jamais et on est frustrés pour l'éternité, soit on y parvient et on se rend compte qu'on s'en fout. Et puis on crève. Et la boucle est bouclée. Quand on se rend compte de ça, on a singulièrement envie de boucler la boucle immédiatement, pour ne pas lutter en vain, pour déjouer la fatalité, pour sortir du piège. Mais on a peur. De l'inconnu. Du pire. Et puis qu'on le veuille ou non, on attend toujours quelque chose. Sinon, on presserait sur la détente, on avalerait la plaquette de médocs, on appuierait sur la lame de rasoir jusqu'à ce que le sang gicle..."

lundi 21 septembre 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Commentaires (2) |  Facebook | |

samedi 19 septembre 2009

Fanfic: Programme Halcyon

Programme Halcyon est une fanfiction dont j'ai écrit presque 6 épisodes pour l'instant, dont 4 disponibles dès à présent sur Fanfiction.net. Pour le descriptif de cette fic, allez ici. Et voici un petit extrait de l'épisode 1:

1990 – Orphelinat Saint Thomas, Cleggan, Comté de Galway, Irlande.

C’était la récréation, Elisha était assise seule sur une marche, dans la cour. Elle était plutôt solitaire et n’avait pas vraiment d’amis. Elle rêvait. C’était la seule façon de s’évader de cet orphelinat, de cette vie. La sœur Aislinn lui tapota sur l’épaule.

« Il y a quelqu'un qui voudrait te voir. »

Elisha, intriguée, la suivit jusqu’à son bureau. Qui pouvait bien s’intéresser à elle ? Elle avait huit ans et se doutait bien que personne ne l’adopterait. Cela faisait longtemps qu’elle ne soignait plus sa tenue, les jours où de potentiels parents adoptifs venaient visiter l’orphelinat. A quoi cela aurait-il servi ? Ils ne regardaient que les petits. Ou, parmi les plus âgés, ceux qui étaient assez malléables pour devenir ce qu’on attendait d’eux, oublier leur passé. Et, qu’elle le veuille ou non, Elisha ne ferait jamais partie de cette catégorie.

Une femme l’attendait, assise face au bureau de Sœur Aislinn, tournant le dos à la porte. Quand elle l’entendit s’ouvrir, elle se retourna. Elisha la trouva très belle, elle devait avoir trente-cinq ou quarante ans et avait de très beaux cheveux bruns, très longs. Des yeux marron brillants, et un magnifique sourire.

« Bonjour, je m’appelle Irina, dit-elle avec un léger accent, sans doute russe, qui rendait sa voix mélodieuse. Est-ce que ça te plairait de partir d’ici ? »

C’est ainsi qu’Elisha avait intégré le programme Halcyon. Entraînement intensif à toutes les techniques de combat et au tir, apprentissage des méthodes d’infiltration, de torture, tout le nécessaire pour devenir le parfait espion – ou la parfaite tueuse.

 

halcyon, programme, alias, clode, elisha, irina, derevko, bristow, fanfic

 

Pour lire cette fic, cliquez ici.

Pour voir mes autres fanfictions, c'est .

Et n'oubliez pas de laisser des reviews!

écrit par mari6s - merci de ne pas l'utiliser sans inclure un lien vers la fanfiction complète.

samedi 19 septembre 2009 Publié dans Fanfics | Commentaires (0) |  Facebook | |

jeudi 17 septembre 2009

Poèmes: Brin de souvenir & Promesse d'avenir

Deux petits quatrains qui me sont venus comme ça, en cinq minutes chacun... Ils ne se suivent pas vraiment, mais se ressemblent.

Une couleur, un instant, un simple éclat de rire
La lueur du moment, un brin de souvenir
Que j'évoque et invoque dans les moments de doute
Qui me guide toujours pour reprendre ma route.

Un regard, quelques mots, l'esquisse d'un sourire
Une main qui se tend, une promesse d'avenir
Je ne demande rien, somme toute, à la vie
De plus que ce que j'ai aujourd'hui et ici.

poèmes écrits par mari6s les 30 et 29-08-09

A vous la parole! Cliquez sur Commentaires.

jeudi 17 septembre 2009 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

mardi 15 septembre 2009

Citations: bonnes et mauvaises intentions

"Nous aurions souvent honte de nos plus belles actions si le monde voyait tous les motifs qui les produisent" (La Rochefoucauld)

"Mon âge? Cela dépend, Madame, de vos intentions" (Alfred Capus)

"Une vérité énoncée avec de mauvaises intentions surpasse tous les mensonges de l'imagination" (William Blake)

"Entre une mauvaise cuisinière et une empoisonneuse, il n'y a qu'une différence d'intention" (Pierre Desproges)

"L'enfer est pavé de bonnes intentions" (Samuel Johnson)

mardi 15 septembre 2009 Publié dans Citations, extraits de chansons | Commentaires (0) |  Facebook | |

dimanche 13 septembre 2009

Inventivité culinaire

Cette année, mes parents ont instauré un tour de cuisine, et mon frère et moi nous sommes pris au jeu. Nous cuisinons tous les deux le mercredi soir, et seuls, le vendredi pour moi et le samedi pour lui.

Du coup, vu que je ne supporte pas de regarder cuire le repas sans rien faire, et que si je m'éloigne c'est la catastrophe assuré (vous ai-je déjà parlé de ma notion du temps toute relative?), je fais aussi des petits desserts, des présentations inventives, etc.

Et je me rends compte que non seulement c'est pas désagréable - j'ai déjà fait cuire des nouilles quand même, et préparé quelques gâteaux, donc je savais à quoi m'attendre - mais en plus, il y a une sorte de folie créatrice qui s'empare de moi quand je réfléchis à ce que je vais faire, créativité que je qualifierais d'inspiratrice, sur tout le reste (écriture, cours...)

Et, miracle prodigieux, quand nous cuisinons ensemble, mon frère et moi ne nous disputons pas du tout...

Ce que nous avons fait pour l'instant?

Ensemble: salade composée & pancakes ; petit-déjeuner irlandais & smoothie framboise-litchi ; sandwiches divers & coupes de sorbets & fruits.

Moi: sautés de porc au vin blanc et à la moutarde (+ riz) & salade de fruits accompagnée de sauce chocolat et de chantilly chocolat ; poêlée de riz & saumon à l'aneth et à la crème & pancakes aux fruits et aux pépites de chocolat.

Mon frérot: steaks à la tomate & à la sauce tomate ; fondants d'asperges aux herbes & mouillettes au fromage de chèvre, suivis de suprêmes de poulet aux légumes.

dimanche 13 septembre 2009 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (0) |  Facebook | |