Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi 08 octobre 2009

J'ai lu... Philosophie en séries (Thibaut de Saint Maurice)

Ce livre, écrit par un prof de philo en lycée, est une petite merveille, pour les amateurs de philosophie comme pour ceux de séries télé. Le principe est simple: un chapitre est consacré à chacune des 13 séries choisies, où l'on répond à une problématique mettant en jeu une ou deux notions de philosophie (par exemple, la morale et le devoir, pour 24h chrono: la fin justifie-t-elle les moyens?), sous forme d'un "cours" ou d'une dissert de philo, avec des citations plus ou moins longues de philosophes célèbres, qui peuvent de plus introduire à leur doctrine pour les lire de façon plus exhaustive.

La philo est donc expliquée de façon très concrète, avec des exemples tirés des séries qui l'éclairent ; et les séries gagnent aussi à être regardées d'un oeil philosophique, comme l'explique le "season premiere" (peut-on philosopher devant un écran de télévision?)

Voici la liste des séries et notions:
24h chrono (la morale, le devoir)
Prison break (la liberté)
Desperate housewives (le bonheur)
Grey's anatomy (le travail)
Rome (l'histoire)
Les experts (la démonstration, théorie et expérience)
Nip/tuck (La matière et l'esprit)
Dr House (la raison et le réel, la vérité)
Lost (la société)
Dexter (la justice)
Alias (le sujet, la conscience)
Les sopranos (l'inconscient)
Six feet under (l'existence et le temps)

Enfin, sur la notion manquante (l'art), une partie (le "season finale") est consacrée à la problématique "Les séries télévisées peuvent-elles être des oeuvres d'art?", très intéressante et bien traitée elle aussi.

Certains passages des citations pourront sembler très complexes à ceux qui n'auraient jamais fait de philosophie (vocabulaire spécifique, notamment, ajouté parfois à des formulations anciennes, pour les auteurs non contemporains), mais tous sont ensuite expliqués de façon la plus simple possible, ce qui rend le tout accessible à n'importe qui (à condition d'avoir un minimum d'esprit critique). Ces parties d'explications sont de plus un excellent exemple de l'exercice d' "explication de texte philosophique" demandé aux Terminales.

Bref, excellent ouvrage à la fois de vulgarisation et d'approfondissement de la philosophie!

Commentaires

Intéressant, oui surtout pour faire aimer la philo aux djeunz :D

Intéressante aussi la dernière question. Si le cinéma est considéré comme le 7ème art (et la BD le 8ème), je pense que les séries télé (certaines, pas toutes, y'a des croûtes aussi dans les séries) devraient être considérées comme le 9ème art...

Écrit par : MADmoiselle | mardi, 06 octobre 2009

PS : Et X-Files ? Ils parlent pas d'X-Files ???!!!

Écrit par : MADmoiselle | mardi, 06 octobre 2009

Non, ils parlent pas d'X-Files. Leur sélection de séries est loin d'être exhaustive, en fait ils expliquent avoir choisi sur plusieurs critères: des séries récentes, qui ont eu assez de succès pour être connu de la plupart des lecteurs, et qui collent bien aux thèmes de philo de lycée.
Ils ont aussi évité de faire "doublon": un thème n'est abordé qu'une fois, et les séries ont été choisies dans des genres relativement différents. Cela dit, c'est vrai que côté science-fiction, y a guère que Lost...

Pour la question sur l'art, je suis de ton avis: certaines séries sont, à mes yeux, des oeuvres d'art, au sens qu'elles font réfléchir et obéissent à une certaine esthétique.
Cela dit, l'essentiel du problème abordé dans le bouquin est qu'en philo, on considère habituellement que l'art est une création désintéressée de l'Homme. Or les séries télé sont une vraie industrie (y a qu'à voir les belles séries arrêtées pour causes "économiques"...) - mais comme le dit ensuite le bouquin, la littérature, le cinéma et, dans une certaine mesure, tous les autres arts, obéissent aujourd'hui à une logique commerciale... Enfin bref, c'est une réflexion très intéressante!

Écrit par : mari6s | mardi, 06 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.