Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche 18 octobre 2009

Merci les pompiers!

J'ai eu une peur bleue jeudi soir... J'étais seule à la maison avec ma grand-mère, et elle est tombée dans la salle de bains - fermée à clé bien sûr... Encore heureux que je me sois trouvée à glandouiller devant la télé plutôt qu'à bosser dans mon bureau à l'étage, d'où je ne l'aurais jamais entendue appeler...

Bref, après un moment de flottement horrible - que puis-je faire??? - les réflexes conditionnés acquis dans la tendre enfance sont ressortis: on appelle le 15... Je sais pas si vous avez déjà eu à composer ce numéro, mais j'ignorais absolument qu'on nous mettait en attente. Pas longtemps, d'accord, peut-être trente secondes, mais c'est méga-stressant dans ce genre de situation, surtout quand on appelle du téléphone fixe qui se trouve de l'autre côté de la maison par rapport à la salle de bains...

On nous a donc envoyé les pompiers. Qui sont arrivés très vite, objectivement, sans doute pas beaucoup plus de cinq minutes et dans tous les cas moins de dix, sachant que la caserne de ma petite ville est uniquement composée de pompiers volontaires, qui vaquaient donc à leurs occupations avant mon appel. Le temps de s'équiper et de récupérer leur véhicule... Je crois pas qu'on fasse mieux dans les grandes villes! Mais là encore, sur le coup, on ne sait pas quoi faire et on se demande ce qu'ils boutiquent... J'étais là, de l'autre côté de la porte, essayant de faire parler ma grand-mère, ne sachant pas du tout dans quel état elle pouvait être... Brrrr!

Quatre pompiers ont donc débarqué chez moi, ont ouvert la porte de la salle de bains (pas le plus dur puisque ce type de verrou est paraît-il enfantin à crocheter avec un simple couteau ou tournevis - ils m'ont ensuite expliqué comment faire si j'avais à nouveau ce genre de problème), puis ont relevé ma grand-mère (ce que je n'aurais de toute façon pas pu faire seule), ont vérifié que tout allait bien, lui ont pris sa tension et son pouls (assez élevés, mais les miens devaient l'être au moins autant!), l'ont fait marcher un peu (elle gambadait presque) et sont repartis au bout de dix ou quinze minutes, épatés que la petite vieille dame soit en aussi bonne forme. 81 ans, mais une mécanique solide comme on n'en fait plus!

Heureusement, ils n'ont donc pas eu à l'emmener à l'hôpital ni rien. Heureusement pour eux, car vous ne connaissez pas ma grand-mère... Disons qu'elle n'est pas très pro-médecin et médos, et c'auraient été les pompiers qui auraient eu besoin d'assistance médicale s'ils avaient voulu la "kidnapper"... Quant à moi, j'étais bien soulagée aussi car je n'aurais pas trop su comment faire, partir avec elle sans prévenir personne...

Bref, nous en sommes toutes deux quittes pour une bonne frayeur... Et quelques bleus quand même, pour elle! Quant à ma mère et mon frère, ils sont rentrés de leur rendez-vous chez le docteur après la bataille, et heureusement, après que les pompiers soient partis (la seule chose à laquelle j'arrivais à penser à part l'état de ma grand-mère, avant l'arrivée des pompiers, était la panique de ces deux-là s'ils voyaient une ambulance devant la maison en arrivant...).

Pour conclure, on sous-estime souvent la grande chance qu'on a d'être aussi bien servis au niveau urgences, et je crois que nous ferons un bon gros don quand viendront les calendriers des pompiers...

dimanche 18 octobre 2009 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.