Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi 29 décembre 2009

Citations: Bénabar

[Il voudrait être un méchant de James Bond]
Alors personne s'rait assez fou pour le prendre de haut
Les yeux il les baisserait plus, il aurait le dernier mot
On le respecterait enfin, lui ne nous détesterait plus
Lui qui n'aimait que son chien, son chien d'ailleurs qu'il a perdu
(Le méchant de James Bond)

Le transport qu'elle préfère c'est la balançoire
On bouge d'avant en arrière en prenant du retard
(Paresseuse)

Je ne demande qu'à te croire
Tu dis que tout va parfaitement
Ce serait plus convaincant encore
Si tu l'disais pas en pleurant
(Allez!)

Si j'avais su que j'aurais autant de peine
Si j'avais su, je t'aurais aimé quand même

(Si j'avais su)

Je n'ai pas la gourmandise Qui consiste à tout détester
C'est pas pour moi le mal de vivre, C'est beaucoup trop raffiné
[...] Ce n'est pas du désespoir, Il faudrait vaille que vaille
Souffrir du matin au soir, C'est beaucoup trop d'travail
(Triste compagne)

Le choix de quelques uns Dans un bureau occidental
Bouleverse des millions de destins Surtout si le bureau est ovale
Il n'y a que l'ours blanc qui s'étonne Que sa banquise fonde
Ça ne surprend plus personne De notre côté du monde

(L'effet papillon)

Je ne reproche rien à personne
A aucune femme, à aucun homme
Je suis un figurant, c'est tout
Pas transparent, juste un peu flou
(Voir sans être vu)

Les mots d'amour c'est pas ça
C'est bien plus compliqué crois-moi
Les déclarations les plus belles
Ne figurent pas dans les manuels
(Les mots d'amour)

Ce vieil homme fatigué d'Algérie Qui regrette son Maghreb jour et nuit,
Tout juste toléré aujourd'hui, Faut dire qu' ça fait que trente ans qu'il est ici.
Qu'il ne sera jamais propriétaire, Qu'il occupe une chambre de bonne
Au pays de Voltaire, au pays des lumières Et des droits de l'homme
(Qu'est-ce que tu voulais que je lui dise)

Il y aura hier des années de ça
Nous étions tout de suite aujourd'hui déjà
La course cycliste qui remonte la rue
Les épaules de mon père, ce sera le début

(Le cahier de solfège)

mardi 29 décembre 2009 Publié dans Citations, extraits de chansons | Tags : bénabar, extrait, chanson, parole, citation | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.