Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi 08 janvier 2010

Le meilleur épisode de... Les Experts (Las Vegas)

Tout d'abord, j'annonce que je ne suis pas une grande fan de la première version des Experts. C'est bien réalisé, aussi convainquant que ces séries policières high-tech peuvent l'être, les enquêtes sont bien ficelées; mais j'avoue trouver les personnages (principaux comme secondaires) moins attachants que dans Manhattan, de loin ma version préférée des Experts...

Il y a eu beaucoup de saisons et d'épisodes, que je n'ai probablement pas tous vus ; mais selon moi, le meilleur de la série reste la saison 7, avec notamment l'intrigue du tueur aux miniatures (qui, pour ceux qui n'ont pas suivi la série, laisse sur chaque scène de crime une maquette parfaite de celle-ci) mais aussi un niveau optimal dans les autres épisodes...

-°-

L'épisode dont je vais vous parler ici est le septième de cette saison 7, Maison de poupée (Post mortem en V.O.). Il fait, comme le titre français l'indique, partie de l'intrigue du tueur en série, avec le meurtre d'une vieille femme (qui semble d'abord motivé par un vol de médicaments, mais une maquette est ensuite retrouvée), mais son véritable intérêt selon moi reste le "procès" de Greg Sanders (l'un des enquêteurs scientifiques) pour un homicide en état de légitime défense intervenu dans l'épisode 7.04 (Fous furieux en V.F., Fannysmackin' en V.O.).

Je mets "procès" entre guillemets car il s'agit en fait d'une procédure toute américaine (et encore, elle ne doit exister que localement), l'enquête du coroner (coroner's inquest), où le "juge" est en fait une sorte d'arbitre, où le jury, le procureur mais aussi la famille de la victime peuvent poser des questions aux différents témoins, et dont le but est de contrebalancer le pouvoir du bureau du Sheriff (dont dépend l'équipe de Grissom). Et donc, ici, de déterminer si la mort de Demetrius James, tué par Greg, est "justifiable", "excusable" ou "criminelle". Voici la nuance: une mort justifiable était quasi nécessaire, la seule solution possible, on est dans le cadre strict de la légitime défense ; si elle est excusable, cela signifie par contre que même si les causes en étaient de bonnes intentions et si elle ne sera pas jugée au pénal, elle aurait pu être évitée ; et une mort criminelle serait causée par une faute grave ou encore la volonté de faire du mal.

Résumons un peu l'épisode 7.04, tout d'abord. L'équipe d'enquêteurs vit une nuit de folie avec une victime de tabassage toutes les demi-heures environ. Les coupables: une bande de jeunes, pour la plupart mineurs, dont c'est l'idée d'une bonne fête entre copains, et qui choisissent leurs victimes au hasard. Un employé de restaurant est mort, une touriste se retrouve à l'hôpital dans un état assez grave. Puis Greg est envoyé sur une autre scène de crime, apparemment liée aux précédentes ; il est seul en voiture et se dirige vers cette scène quand il aperçoit un groupe étrange dans une ruelle ; s'approchant, il s'aperçoit que ce sont les jeunes en question, en train de frapper un homme étendu à terre. Il appelle des renforts, qui n'arriveront pas avant cinq minutes ; sachant que l'homme sera sans doute mort d'ici-là, il s'engage dans la ruelle en voiture, klaxonne, actionne la sirène, crie. Les jeunes finissent par se disperser, sauf un qui ramasse une pierre, fait mine de vouloir achever sa victime avec, avant de finalement s'élancer vers la voiture de Greg, prêt à le frapper de sa pierre. Greg redémarre alors et heurte le jeune homme - qui s'avère ensuite être Demetrius James. Mais ce n'est pas fini, car le reste de la bande n'était pas loin et revient extraire Greg de sa voiture, puis le tabassent à son tour.

Et c'est donc pour avoir écrasé Demetrius James que Greg doit maintenant se justifier. Je ne vais pas vous faire le détail du procès, mais disons qu'à peu près tout le monde est contre lui: le "juge" est en pleine campagne pour être élu à un haut poste, aussi il cherche avant tout à être bien vu du grand public, et laisse les jurés et la famille du défunt dire à peu près n'importe quoi ; un membre du jury semble avoir quelque chose contre les policiers en général, et le fait savoir de façon claire, etc... On a notamment une scène surréaliste où la mère et le frère de Demetrius expliquent comme il était bon élève à la fac, dans le déni évident de ce que le pauvre chéri a fait (plus tard, ils affirmeront même devant des caméras télé qu'il ne faisait pas du tout partie du gang, mais essayait au contraire d'arrêter le tabassage quand Greg est arrivé...)

J'ai beaucoup apprécié dans cet épisode la description de gens qui jugent sans savoir, qui se font une idée en tenant plus compte de leurs préjugés que des faits... Et de la difficulté du métier qu'exerce Greg, avec notamment sa conversation avec Sofia (une inspectrice de la criminelle) qui lui dit en substance que personne ne peut comprendre ce qu'ils vivent, le danger auquel ils font face tous les jours pour "protéger et servir", l'impossibilité de se soucier à la fois des victimes et des conséquences pour soi-même... Comment en effet, dans les quelques secondes qu'il a eu pour décider de ce qu'il allait faire, pour sauver la vie d'un homme, aurait-il pu se douter qu'on examinerait ensuite ses actes au microscope, que personne d'autre que lui ne pourrait confirmer la véracité de ses dires?

Une scène terrible aussi, à la fin du "procès", avec les journalistes qui interrogent tous ceux qui sortent de la salle, chaque interviewé racontant sa version de façon évidemment profitable à leurs intérêts... Mais qui se finit, aussi, sur l'essentiel, finalement très oublié tout au long de l'épisode: alors que Greg ne sait trop que répondre aux journalistes qui l'assaillent, arrive en sauveur Stanley Tanner, l'homme qui serait mort sans son intervention. Affirmant haut et fort devant les caméras que cet homme-là est un héros ; un héros tourmenté, certes, mais cela ne nous le rend que plus sympathique...

Le tout est filmé de façon sobre mais cohérente. Bref, un épisode sympa bien que pas tout à fait indépendant du reste - en même temps, c'est le genre que je préfère...

vendredi 08 janvier 2010 Publié dans Le meilleur épisode de... | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.