Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi 25 mars 2010

Semaine n°3 - Vancouver

Jeudi 18 mars 2010:

  • équitation
  • footing avec Edwina
  • dîner de famille (ma cousine, son mari et leurs enfants + le père de Liz)

Vendredi 19 mars 2010:

  • shopping (Agave)
  • Ridgefield: maison en bois Chinook
  • Ridgefield National Wildlife Park (oiseaux)
  • resto typique du Northwest

Samedi 20 mars 2010:

  • Côte Pacifique: Cannon Beach, Seaside

Dimanche 21 mars 2010:

  • journée tranquille pour récupérer de mon rhume
  • peinture de la statue de jardin "ratons laveurs" de P & L.
  • marche
  • pizza américaine devant la télé (vote de Health Care Bill)

Lundi 22 mars 2010:

  • journée avec Ben (mon petit cousin qui a 3 ans)
  • déjeuner à MacDo
  • jeux au parc
  • "déménagement" vers chez Emmanuelle et Thad + dîner + télé: Matrix 1

Mardi 23 mars 2010:

  • bagels & café
  • librairie
  • séance biblio à l'école française de Portland (où vont Alex et Ben), lecture d'histoires en français à la classe d'Alex
  • balade dans Portland (yaourt glacé, boutiques)
  • on passe chercher les enfants à l'école + dîner + télé: Matrix 2

Mercredi 24 mars 2010:

  • promenade en vélo au bord d'une rivière à Vancouver avec Emmanuelle
  • Rose Garden & Japanese Garden (près de Portland)
  • sandwich et cookie à Paradise
  • on passe chercher les enfants à l'école
  • visite d'une amie d'Emmanuelle et de ses enfants + dîner + télé: Matrix 3

Bilan résumé (nouveautés)

Activités:

  • lecture d'histoires
  • marche, visites
  • vélo
  • Matrix 1 et 2

Nourriture: 

  • bagels
  • ratatouille
  • scones
  • sandwich
  • sangria

Mots:

  • it's the last straw (c'est le comble, c'est la goutte qui fait déborder le vase)
  • oblivious (inconscient)
  • forthcoming (prochain, avenant, disponible)

jeudi 25 mars 2010 Publié dans USA | Commentaires (1) |  Facebook | |

lundi 22 mars 2010

Faits & anecdotes en vrac

* les églises ont bien des formes différentes, on en voit en bois, en béton... et peu en pierres!

* on voit de temps en temps des chaussures accrochées à des arbres ou à des fils téléphoniques, les envoyer là est une sorte de jeu dont tout le monde semble avoir oublié la signification de départ (en tout cas je n'y ai pas trouvé d'explication).
Update: j'apprends qu'à certains endroits, comme NYC, cela désignerait les endroits où l'on vend de la drogue ; et que certaines personnes le font aussi quand ils prennent leur retraite, comme pour se débarrasser de leur ancienne vie).

* on voit du français un peu partout, souvent pour faire "chic": cuisine, entrees (écrit sans accent, ou même: entreés ; et dans le sens de "plat principal)...

* à un Américain me demandant où en France je vis, je répond: au centre. "A l'est de Paris?" "Enfin, plutôt au sud." "Au sud-est, alors?" Interprétation: la France est trop petite pour son importance politique, selon le barème américain, et ils l'imaginent donc plus étendue.

* en bas des pubs pour les jeux de hasard, il est précisé: "lottery games should not be played for investment purposes."

* aux carrefours, pendant les vacances scolaires (springbreak en ce moment), des enfants installent une table et vendent de la limonade faite maison.

* on voit régulièrement des "affiches vivantes", sortes d'hommes-sandwiches sans ce costume précis: certains tiennent une affiche annonçant une promo et l'agitent pour être remarqués des passants; et il y a aussi ceux portant un costume bleu-vert métallisé censé représenter la statue de la liberté, faisant de la pub pour une société qui se propose de s'occuper de votre déclaration de revenus (qui doit être rendue le 15 avril, ici) - personnellement, je ne ferais pas forcément confiance à des personnes qui payent une agence de pub pour une telle idée...

* pour Pâques, c'est un lapin (Easter Bunny) qui apporte les oeufs, et pas une poule ou des cloches.

* porter un jean à carreaux et une écharpe suffit pour se faire accoster par un parfait inconnu dans la rue: "Are you european? You look like you're european"... J'ajoute que j'ai acheté le jean en question aux USA ;p. Mais il paraît que c'est plutôt un compliment!

Bilan résumé (nouveautés)

Activités:

  • journée sur la Côte Pacifique
  • peinture d'une statue de jardin en bois représentant 3 ratons laveurs
  • marche

Nourriture:

  • clam chowder (soupe crémeuse aux palourdes), absolument divin!
  • tarte aux pommes caramélisée
  • quesadillas aux crevettes + margarita
  • bagels & cheese cream
  • pizza

Mots:

  • law of the land (ensemble des lois du pays)
  • downfall (chute, ruine)
  • whale (baleine)
  • pier (digue, jetée)
Painting racoons (2).jpg Painting racoons (3).jpg

* pendant les vacances on voit des enfants installés à une table aux croisements de rues, vendant de la limonade faite maison.

Bilan résumé (nouveautés)

* les Américains prennent très peu le train, et les gares des villes de taille moyenne sont vraiment toutes petites, selon l'échelle française.

* dans certains coffee shops (notamment Starbucks) et restaurants, on vous demande votre prénom une fois que vous avez passé votre commande, pour vous appeler quand elle est prête (dans les restaus, c'est pour vous attribuer une table quand il y a une file d'attente). Mais la plupart du commun des mortels est obligée de donner un diminutif, puisque les noms un rien longs ou compliqués ne sont pas compris. Ainsi ma cousine Emmanuelle devient Emma, mon oncle Patrick tente de se faire appeler Pat (ce qui est en général compris comme "Butt"), et je deviens automatiquement Maria, même en prononçant Mary Ann à l'américaine... Mais parfois rien n'y fait: Edwina peut se présenter sous n'importe quelle variante de son prénom, pas moyen de se faire comprendre, "Eddie" étant compris comme "Addie" puisqu'elle est une fille, et elle finit par inventer un prénom... et l'oublier au moment de récupérer sa commande!

lundi 22 mars 2010 Publié dans USA | Commentaires (3) |  Facebook | |

samedi 20 mars 2010

Super semaine avec Edwina

Edwina est une nièce de Liz, la femme de mon oncle Patrick. Ce qui fait de nous des cousines par alliance ou quelque chose du genre. Après cette semaine, on peut dire simplement cousines - terme plus approprié dans notre cas qu'avec certaines de mes "vraies" cousines que je connais à peine.

Nous avons le même âge. Edwina vient du Minnessota mais étudie à l'université Montana State, dont elle fait partie de l'équipe de ski "cross country" (de fond). Elle vient de passer une semaine avec nous, une semaine qui est passée très vite et a été très enrichissante - et très amusante!

Je l'adore parce que:

* elle m'a gratifiée d'un "American hug" dès notre première rencontre, quand on est allés la chercher à l'aéroport, et m'a tout de suite traitée comme si on se connaissait depuis des lustres.

* elle a emmené toute sa garde-robe -et toutes ses chaussures!- pour une semaine de vacances, ce qui fait une valise plus imposante que la mienne pour deux mois (et malgré mes efforts, je ne voyage pas très léger).

Edwina tenue de soirée.JPG
Tenue de soirée.

* elle a une méthode de rangement de sa chambre très innovante, permettant de rentabiliser au maximum l'espace au sol, et qui convaincrait peut-être mes parents que mes affaires sont très ordonnées.

Edwina's tidy room.JPG
Et, je cite "Tu n'as pas vu ma chambre à la fac!"

* elle devine plutôt bien les mots que je cherche quand je les mime ou fais des approximations, et répète ses phrases autant que nécessaire si je le lui demande.

* elle conduit avec la musique si forte qu'on n'entendrait pas un avion décoller juste à côté.

Voiture Edwina'.jpg
Quel dommage que vous ne profitiez pas du son!

* son (léger) accent du Minnessota est tout à fait compréhensible et même plutôt joli.

Portland Chinese Garden (2).JPG
Chinese garden, teahouse

* elle comprend mon sens de l'humour la plupart du temps, et moi le sien, et nous avons les mêmes idées de "bêtises".

Costumes américains (1).JPG
... comme cette fois où nous avons enfreint la loi interdisant de prendre des photos dans les magasins, et nous sommes décorées comme des sapins de Noël avec des articles piochés dans le rayon "fête nationale".

* elle s'intéresse à toutes les différences France/Amérique, comme la forme des camions ou la mentalité des conducteurs, ou encore le vouvoiement/tutoiement (dont elle comprend plus ou moins les nuances car elle parle espagnol!), et m'a demandé de lui montrer des photos de coiffes traditionnelles bretonnes.

Edwina & Marianne maquillées pour Showcase (1).JPG
Prêtes pour le grand dîner du spectacle de danse!

* elle m'a refilé 500 chansons américaines et écoute les 250 françaises que je lui ai refilées.

musique d'Edwina.PNG

* elle m'a laissé prendre autant de photos ridicules d'elle, qu'elle en a pris de moi.

Portland Chinese Garden (61).JPG
Chinese Garden

Bilan résumé (nouveautés)

Activités:

  • assister au Showcase (spectacle de danse)
  • shopping à Nordstrom
  • Columbia River Gorge (visitez & randos)
  • Pilates
  • Portland: Powell's bookstore, Chinatown, Chinese Garden, Riverfront
  • ski (alpin, à Mount Hood Meadows)
  • équitation, canter (petit galop)
  • course à pied
  • Ridgefield: shopping + balades dans la nature

Nourriture:

  • pizza (The Rock)
  • café à Starbucks
  • Applebee's
  • cuisine du Northwest

Mots:

  • downhill ski (alpin), cross-country ski (de fond)
  • wedge (position des skis en "chasse-neige")
  • geese (oies), swans (cygnes), ducks (canards), coots (foulques).
  • otter (loutre), nutria (ragondin), beaver (castor)
  • kite (cerf-volant)
  • as to be expected
  • peddle (colporter)

samedi 20 mars 2010 Publié dans USA | Commentaires (1) |  Facebook | |

jeudi 18 mars 2010

Semaine n°2 - Vancouver

Jeudi 11 mars 2010:

  • équitation
  • danse
  • resto hawaïen

Vendredi 12 mars 2010:

  • déjeuner entre voisines
  • shopping (boutiques, centre commercial)
  • marche
  • resto thaï

Samedi 13 mars 2010:

  • visite de Fort Vancouver
  • balade sur Columbia Way, où se trouve notamment un pommier planté vers 1825.
  • on passe chercher Edwina à l'aéroport
  • pizza à The Rock

Dimanche 14 mars 2010:

  • showcase de Patrick (spectacle de danse evec déjeuner et dîner)
  • café à Starbucks
  • shopping à Nordstrom

Lundi 15 mars 2010:

  • Columbia River Gorge
  • rando à Beacon Rock
  • visite d'une ferme à poissons (saumons, esturgeons)
  • visite du barrage de Bonnevlle
  • randos à Horsetail & Ponytail Falls puis à Multnomah Fall.

Mardi 16 mars 2010:

  • Pilates.
  • Portland: Powell's bookstore
  • Portland: Chinatown dont Chinese Garden
  • Portland: Riverfront
  • photos délirantes avec Edwina dans un magasin
  • dîner dans un Applebee's (burger & sundae)

Mercredi 17 mars 2010:

  • ski à Mount Hood Meadows

jeudi 18 mars 2010 Publié dans USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

dimanche 14 mars 2010

Compréhension et expression orales

On ne sait pas comment on parle une langue avant d'être immergé dedans pendant plus d'une semaine, de devoir l'utiliser et de ne pas parler que par monosyllabes. C'est la première conclusion que je peux tirer de ce voyage, du point de vue linguistique.

Au niveau compréhension orale, j'ai été très agréablement surprise par ma maîtrise. L'anglais dont je me suis imprégnée grâce à la télé et à la musique est plus ou moins exactement le même que celui que j'entends ici, les expressions utilisées me sont familières (une seule petite surprise: "How are you doing", souvent abrégé en "How you doing", parfois "How you guys doing", en plus de demander comment ça se passe pour nous, est quasiment une formule de salutation à part entière, c'est souvent la première chose qu'un serveur de restau ou un commerçant dit quand on entre).

Et au niveau expression orale... Eh bien, on ne peut pas dire que ça se passe mal, mais il m'a fallu du temps pour commencer à être à l'aise. J'avais déjà parlé anglais à des anglophones, en Irlande l'été dernier, mais rarement plus d'une phrase à la fois... ici c'est très différent. En m'entendant parler plus longtemps, j'ai réalisé que mon accent, ou disons mes intonations, pouvaient sembler très françaises parfois, surtout quand je cherche mes mots ; et quelques constructions françaises que je n'utiliserais jamais au grand jamais à l'écrit, me viennent parfois sans prévenir (according to à la place de depending on, par exemple).

Au début j'étais très timide et ne disais pas grand-chose. Je n'avais pas toujours grand-chose à dire, c'est vrai, mais il y a des inconvénients comme des avantages à ne prendre la parole que quand c'est essentiel. Maintenant, ça va mieux et je peux avoir des discussions plus approfondies avec Patrick et Liz.

Bref, si je peux donner un conseil à tous ceux qui apprennent des langues étrangères et s'y intéressent: voyagez, testez votre niveau sur le terrain, vous aurez de bonnes comme de mauvaises surprises, et c'est la seule façon de connaître votre vrai niveau, ainsi que vos points faibles... qui ne demandent qu'à être comblés!

Bilan résumé (nouveautés)

Activités:

  • déjeuner de voisines
  • shopping au centre commercial
  • marche
  • course à pied
  • visite de Fort Vancouver

Nourriture:

  • thaï

Mots:

  • a blank in my brain
  • stall (caler (voiture))
  • horn (klaxon), to honk (klaxonner)

dimanche 14 mars 2010 Publié dans USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

vendredi 12 mars 2010

Premier coup de blues

Premier petit coup de blues et de nostalgie dans la soirée, "I feel down" sans vraie raison, la pluie qui a tombé toute la journée y est peut-être pour quelque chose (jusque-là nous avions eu beaucoup de chance et plein de journées ensoleillées)... En anglais on dit "homesick", mais ici il s'agit plutôt de "peoplesick". Je suis bien installée ici et ma maison ne me manque pas vraiment, pas encore, et ma ville certainement pas, pas alors que je découvre tant de choses différentes ici... Mais ma famille me manque, les voir tout le temps me manque, leur parler plus de 30 minutes par webcam me manque...

Je n'essaie pas de refouler cette sensation, non, I know better than that... Le mieux est de la laisser s'exprimer pour l'épuiser tout à fait. Et écrire me paraît une bonne solution, écrire sur ce blog est au fond un prétexte pour ne pas avoir l'impression de juste m'apitoyer sur mon sort. Après tout, si je partage avec mes lecteurs mon excitation, mes découvertes, mes joies américaines, pourquoi leur cacherais-je le revers de la médaille, les moments de douce déprime et de sourde angoisse? Je n'ai pas grande estime pour ces héros de pacotille qui n'usent de pudeur que quand cela leur évite d'écorcher leur image, faisant croire au commun des mortels qu'ils ne seraient jamais capables de faire la même chose. Je n'ai pas plus de courage, pas plus de résistance à la nostalgie que la moyenne, le laisser croire serait malhonnête.

Le front un peu lourd, un peu préoccupé, une boule d'angoisse diffuse au creux de la poitrine et un sourire un peu plus difficile à déclencher que d'habitude. Les yeux un peu plus humides, aussi, pas vraiment de larmes mais un petit vague à l'âme, un petit pincement au coeur en pensant à ces gens qu'on a laissé derrière soi. Tout cela ne s'exprime, au fond, que lors des moments inoccupés, des pauses entre activités exaltantes qui occupent autant l'esprit que le corps. Et le ciel gris n'aide pas, c'est sûr.

Alors quoi? Rentrer, laisser tomber au premier coup de blues? Ou se replier sur soi-même et se lamenter? Ma foi non! Ce serait reculer ou s'arrêter alors que la vie continue à avancer, et le plus simple est encore de se laisser porter et d'aller de l'avant... En attendant la fin du passage à vide, ou en la provoquant. Par l'écriture et ses vertus cathartiques ; par le sport, même s'il faudra peut-être attendre une embellie pour ça ; et puis un peu de chocolat aussi, peut-être!

Je vous retrouve bientôt pour une note plus positive!

Bilan résumé (nouveautés)

Activités:

  • équitation
  • danse (tango, foxtrot, cha-cha, valse)

Nourriture:

  • hawaien

Mots:

  • goofy (gaffeur, clownesque)
  • down the road (in the future)
  • to skip one's mind (words, name...)

vendredi 12 mars 2010 Publié dans Dans ma vie..., USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

jeudi 11 mars 2010

Semaine n°1 - Vancouver

Mercredi 3 mars 2010 - journée dans l'avion.

Jeudi 4 mars 2010:

  • équitation.
  • promenade en vélo.
  • resto mexicain.

Vendredi 5 mars 2010:

  • course à pied.
  • resto "seafood" à Portland.
  • musée pour enfants puis jeux avec mes petits-cousins.

Samedi 6 mars 2010:

  • Salem.
  • déjeuner Subway.
  • Silver Falls State Park.

Dimanche 7 mars 2010:

  • kayak.
  • course à pied.
  • télé (cérémonie des oscars) et pizza américaine.

Lundi 8 mars 2010:

  • rando à Siouxon Creek.
  • hot tub.

Mardi 9 mars 2010:

  • Pilates.
  • jardinage.
  • resto indien.

Mercredi 10 mars 2010:

  • course à pied
  • danse
  • jardinage
  • resto japonais (sushi)

Bilan résumé de la journée (nouveautés)

Activités:

  • course à pied
  • danse (rumba, swing, salsa, valse)
  • jardinage

Nourriture:

  • sushi

Mots:

  • quick, slow ; turn (voca de danse)
  • blister (ampoule)
  • weed (mauvaise herbe)
  • seed (graine)

jeudi 11 mars 2010 Publié dans USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 10 mars 2010

Concrete signs of a different civilization

Je vous ai parlé de la végétation ; mais ce n'est pas la première chose que l'on voit quand on arrive aux Etats-Unis, à moins d'être dans un bateau qui s'échoue sur une plage déserte...

Ce que l'on voit en premier, c'est un aéroport. Tous les aéroports, d'après mon expérience fort limitée, se ressemblent sans être identiques ; le premier "choc", si l'on peut dire, est donc celui du langage, écrit (sur les panneaux) et parlé (instructions du personnel de sécurité et de douane). Cela dit, ce choc est le plus souvent dilué dans le temps, notamment quand on voyage avec une compagnie américaine (le langage principal dans l'avion est alors l'anglais). De plus, j'ai acquis un très bon niveau de compréhension réelle simplement par l'immersion dans les films et séries télé en version originale.

Quand on sort de l'aéroport, une fois les formalités remplies et les bagages récupérés, on se retrouve dans une zone urbaine somme toute assez classique, pas moins familière que l'extérieur de l'aéroport Charles de Gaulle. Assez rapidement, cependant, comme je vous l'ai déjà dit, c'est la taille des voitures (et, à moindre mesure, leur forme) qui indiquent qu'on est "ailleurs". C'est drôle, ça fait cliché, et pourtant je ne m'attendais pas le moins du monde à être aussi dépaysée par ce genre de chose...

Et puis une fois sur la route, là encore je vous en ai déjà parlé, il y a la signalisation. Légèrement différente pour un oeil averti, et j'en ai deux depuis que je conduis moi-même (crotte de mamouth, je ne vais pas pouvoir conduire pendant mes deux mois ici! bachibouzak! - sorry, je me suis emportée...). Les voies qui vont dans un sens et celles qui vont dans l'autre sont délimitées par des lignes jaunes, et pas blanches, mais le système de pointillés pour indiquer quand on peut doubler est le même ; beaucoup de routes ont au moins deux voies dans chaque sens de circulation, et beaucoup de carrefours ont des feux (les rond-points n'existent pour ainsi dire pas ici) ; il n'y a pas de priorité à droite (!) ; et dans beaucoup de carrefours, les quatre voies ont un stop (et l'ordre de passage est déterminé par l'ordre d'arrivée). Dans l'ensemble, les Américains sont beaucoup plus courtois au volant, plus respectueux que les Français (ce qui n'est pas bien difficile!).

Quand on y prête plus attention, on repère d'autres détails... Par exemple, les bâtiments: paradoxalement, je les trouve plus... bas. Dans les "petites villes" (qui sont plutôt grandes pour un Français), la plupart des magasins, etc, n'ont qu'un seul étage, et assez bas ; et les maisons ont au plus deux étages.

Pour ce qui est du style de bâtiments, il n'y en a pas vraiment "un". Ici dans le Nord-Ouest, le plus courant semble être une maison en planches de bois (à la verticale et/ou à l'horizontale, parfois en diagonale sous les pentes de toit), peintes d'une couleur plutôt claire, avec un toit en petites pierres foncées, à la pente formant un angle entre 20 et 40° par rapport à l'horizontale. Mais on rencontre aussi des maisons en briques, en ciment, des toits en tôle, en tuiles... Dans cette partie du pays, il n'y a pas de maisons vraiment vieilles, puisque le peuplement réel remonte à peu de temps.

Le long des routes, l'on voit bien plus d'enseignes et de publicités qu'en France. Pour ceux qui connaissent le périph' parisien, avec les énormes lettres accrochées aux bâtiments, eh bien imaginez la même chose sur toutes les routes bordées de magasins, avec des bâtiments plus petits. Même les cabinets de dentiste ont des enseignes aux couleurs tape-à-l'oeil...

Information intéressante: le pays étant relativement jeune et ayant été "créé" en peu de temps, ses infrastructures sont bien plus organisées que les nôtres. Je crois que tout le monde a en tête les plans de villes américaines avec des rues est-ouest et des avenues nord-sud (ou parfois, vice-versa), bien différents de ceux de Paris, par exemple, où les rues s'entrelacent et se mélangent... De plus, beaucoup de rues et d'avenues sont numérotées: 9th street, 10th street, etc. Et si la 11ème rue a un nom (Maple street, par exemple), la suivante s'appellera tout de même 12th street.
Je n'ai appris que récemment que l'organisation va bien plus loin: dans une adresse, le numéro est donné par la route perpendiculaire la plus proche (par exemple, une maison située sur 115th street, mais proche de 101th avenue aura pour numéro: 101), rallongé par le nombre de maisons qu'il devrait y avoir depuis cette route perpendiculaire (par exemple, s'il n'y a qu'une maison entre 101th avenue et la nôtre, mais qu'il pourrait y en avoir 2 étant donné la place disponible, alors on aura le numéro 10103, la première maison ayant le numéro 10101). Autre précision à apporter: deux lettres indiquant la position de la rue par rapport au centre de la ville, par exemple SW si l'on est au sud-ouest => on se trouve donc au 10103 SW 115th street. Dès qu'on voit une adresse, on peut donc en général la situer assez facilement par rapport à là où l'on se trouve!
Dans le même genre de logique, il y a la numérotation des sorties d'autoroutes: ce n'est pas l'ordre (1, 2, 3...) comme en France, mais la distance depuis le "début" de l'autoroute (pour les interstates, le comptage commence à la frontière de l'Etat): si une sortie se trouve à 1 mile du début, alors elle sera numérotée "exit 1" ; mais si la suivante se trouve à 10 miles, alors ce sera l' "exit 10". On sait donc toujours quelle distance on a parcouru, et en plus de ça, s'il faut un jour ajouter une sortie supplémentaire, nul besoin de renuméroter les autres ou de recourir à un "sortie 5 bis": le numéro correspondant reste disponible (comme pour les maisons tout à l'heure: si une maison est bâtie entre le 10101 et le 10103, ce sera le... 10102!).

Dernier signe distinctif: le drapeau américain, très présent partout. Bon, pas à toutes les maisons ni à tous les bâtiments, bien sûr, mais on en voit quand même énormément, en voiture on ne peut pas rouler cinq minutes sans en voir un, à moins d'être en pleine nature...

Au risque de paraître obsédée par la signalisation, je crois que les différences de code de la route entre la France et les Etats-Unis sont représentatives de différentes façons de penser. La priorité au premier arrivé et les carrefours à 4 stops ne fonctionneraient jamais en France, parce que l'automobiliste français (et je parle ici d'un stéréotype basé sur la moyenne des comportements) se sent prioritaire par principe et considère que les règles ont été créées pour l'emmerder et ne s'appliquent pas à lui, puisqu'il est bien meilleur conducteur que "les autres". Ce n'est apparemment pas le cas de la majorité des conducteurs américains, ici en tout cas. De même, il n'est pas rare qu'un conducteur se range sur le bas-côté pour se laisser dépasser par plus rapide que lui, alors que certains français se font un devoir d'accélérer pendant qu'on les dépasse...

Pour ce qui est des pubs, je crois que cela dénote une société de consommation à un stade encore plus avancé que le nôtre. Les grosses voitures, les très grandes maisons donnant souvent dans le clinquant sont un beau reflet de l'american way of life et de ses signes extérieurs de richesse, qui sont acceptés et même glorifiés à un point où, en France, on les trouverait trop ostentatoires.

Je ne me risquerai pas plus loin dans l'interprétation fumeuse, vu que j'ai peu de recul et qu'il se fait tard (enlevez 9h à l'heure de publication!)... To be continued!

Bilan résumé (nouveautés)

Activités:

  • Pilates
  • jardinage

Nourriture:

  • indien

Mots:

  • shovel (pelle)
  • wheelbarrow (brouette)
  • clippers (sécateur)
  • willow (saule)
  • weeping cherry (variété de cerisier)
  • a graph (graphique), a peek (pic)

mercredi 10 mars 2010 Publié dans USA | Commentaires (2) |  Facebook | |

lundi 08 mars 2010

Amazing nature

Où que l'on aille, elle reste présente, toujours plus ou moins la même. La nature. C'est peut-être ce qui m'a le plus marquée depuis mon arrivée ici, après la taille des voitures et la signalisation, dont je vous ai déjà parlé.

Comment concevoir que la faune, la flore, la terre soient si semblables, sur deux continents séparés depuis des millions d'années et artificiellement reliés par les hommes somme toute très récemment? Comment appréhender le fait qu'elles se ressemblent plus dans le Nord-Ouest américain et en France, qu'en France et dans le Maghreb?

Silver Falls State Park (Entering) 2.JPG
A l'entrée du Silver Falls State Park, Oregon.

Ici je retrouve tous les arbres que j'ai l'habitude de voir en France. Des sapins, des chênes... Ils forment les mêmes paysages avec des montagnes similaires formées par la même tectonique des plaques et érodées par le même vent, des lits de rivières semblables creusés par la même force immuable de l'eau...

Siouxon Creek hiking trail (2).JPG
Chemin de rando de Siouxon Creek, Etat de Washington.

Je retrouve des fleurs proches si ce n'est identiques, des fruits à peine différents (seules les blueberries m'ont véritablement dépaysée, moi qui croyais que c'étaient simplement des myrtilles alors que nos myrtilles européennes seraient plutôt des bilberries, apparemment).

Salem 8.JPG
Esplanade à Salem, Oregon.

Les animaux sont aussi assez similaires, mais il est difficile de savoir à quel point c'est dû aux importations... Les canards colverts que j'ai pu voir, par exemple, sont les descendants de ceux lâchés ici ou au Canada à partir des années 30 (merci Wikipedia!). Même chose pour les animaux domestiques... Mais les corbeaux, quant à eux, semblent avoir évolué ici de façon indépendante aux "nôtres" depuis bien longtemps, tout en gardant un air de famille étonnant (difficile de voir la différence de loin).
Pour ce qui est des autres oiseaux sauvages, ils sont quelque peu différents de ceux que j'ai l'habitude de voir chez moi. Leurs "rouge-gorges", par exemple (aussi appelés merles d'Amérique), n'ont rien à voir avec les rouge-gorges européens: plus gros, moins ronds, avec une couleur rouge similaire sur la poitrine mais un noir bien plus marqué sur le reste du corps. J'ai aussi pu voir des écureuils américains, qui ressemblent beaucoup aux européens.

Silver Falls State Park (South Fall 7).JPG
Sous la South Fall, Silver Falls State Park, Oregon.

La terre, l'herbe, l'eau, le vent... Cela peut sembler évident mais quand on y réfléchit, une telle constance est surprenante. Cela me donne, en tout cas, de quoi méditer!

photos prises par moi les 6 et 8 mars 2010

Bilan résumé (nouveautés)

Activités:

  • course à pied (2 fois)
  • musée pour enfants (petits-cousins)
  • tourisme à Salem
  • balade au Silver Falls State Park
  • kayak
  • rando à Siouxon Creek

Nourriture:

  • seafood
  • blueberries
  • waffles (gaufres) avec sirop d'érable
  • Subway
  • asperges vertes chaudes
  • biscuits girl scouts
  • pizza américaine

Mots:

  • hiking (randonnée)
  • (to) paddle (rame ; ramer)
  • to capsize (chavirer)

lundi 08 mars 2010 Publié dans USA | Tags : nature, oregon, washington, salem, silver falls, siouxon, siouxon creek, paysage | Commentaires (0) |  Facebook | |

vendredi 05 mars 2010

Premières impressions américaines

Comme quand je suis allée en Irlande, c'est la signalisation qui me fait sentir en premier que je ne suis pas chez moi. Voies séparées par des lignes jaunes, panneaux inconnus, feux placés après les intersections (ce qui me semblait bizarre avant, mais maintenant que je les ai vus, je trouve ça plutôt pratique: ils sont visibles de loin et restent visibles quand on est arrêté avant l'intersection).

Toujours sur la route, il y a les véhicules. Impossible de ne pas remarquer que les voitures ici sont énormes. Il y a des tas de SUV et pick-ups, de gros 4-4 aux formes américaines, très hauts sur roues (des roues d'ailleurs elles aussi gigantesques, en diamètre et en largeur), le genre de bagnole à laquelle on préfère céder la priorité en toutes circonstances, si vous voyez ce que je veux dire... Et même les autres voitures sont plutôt grosses (et longues, aussi ; j'ai vu pour la première fois des 4x4 longs comme une limousine!), je n'ai pas vu une seule vraie petite voiture (pas de twingos, pas de sans-permis et équivalents, toutes les voitures semblent avoir au moins 4 vraies places avec portières et un gros coffre...).

Il y a aussi le langage, évidemment ; mais je m'en aperçois à peine. Seulement quand je bute sur un mot, en fait. Les panneaux et les journaux, je les lis sans problème ; et je comprends aussi très bien l'oral (je n'ai du mal qu'avec des mots rares, ou quand il y a des "interférences", trop de bruit autour etc). Le parler d'ici ressemble assez à celui des séries télé et films que j'ingurgite à dose intensive depuis quelques temps déjà, je ne me sens pas du tout dépaysée.

A part ça, eh bien la région de Portland est vraiment chouette, il y a beaucoup de zones encore peu peuplées, à l'apparence rurale. Les maisons sont très différentes, pour la plupart très récentes et dans des styles divers, dans l'ensemble plutôt jolies. C'est le début du printemps ici, les fleurs éclosent, des tas de jolis arbres aux fleurs roses (des pruniers, je crois) colorent les paysages...

To be continued!

Bilan résumé (nouveautés)

Activités:

  • vol en avion
  • équitation
  • promenade en vélo

Nourriture:

  • mexicain

Mots:

  • flight attendant (hôtesse de l'air)
  • saddle (selle)
  • stirrup (étrier)
  • reins (rênes)
  • canter (petit galop), to canter (pas = walk ; trot = trot)

vendredi 05 mars 2010 Publié dans USA | Commentaires (2) |  Facebook | |