Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche 04 avril 2010

Des mérites comparés du train et de l'avion - aux USA

Je ne parlerai même pas de la voiture. Je crois que ses avantages et inconvénients sont clairs: d'un côté, on est tranquille, on fait ce qu'on veut, et de l'autre, sur des longs trajets, il y a la fatigue...

Cela dit, il me semble important de préciser que si, en France, sur certains trajets, la rapidité peut se classer (ordre croissant): voiture - train - avion, c'est assez rarement le cas aux Etats-Unis, où même les trains "rapides" comme Acela sur la Côte Est, font pâle figure à côté de nos lignes TGV. Le train ne peut être plus rapide que la voiture que si on tient compte d'embouteillages catastrophiques et/ou d'arrêts nécessaires (si on est seul au volant, par exemple). Et encore...

:-:-:-:

Tout d'abord, pour ce qui est des bagages, la règle est à peu près la même dans les trains que dans les avions: on peut emmener deux "carry-on" (bagages à main) de taille moyenne avec soi dans le train, et enregistrer (check in) de plus gros bagages. Mais avantage au train pour les tracasseries et formalités: "quick and painless", on donne le sac à enregistrer qui est pesé, on reçoit un coupon numéroté, et zou! embarquez! sans sécurité supplémentaire.

Ce qui compense en partie le désavantage du train au niveau durée: pas besoin d'être à la gare 2h avant comme pour l'aéroport, 45 minutes sont largement suffisantes. Moins de stress, aussi. Et - alleluia - pas besoin d'enlever ses chaussures!

On m'avait prévenue que les trains américains n'étaient pas très ponctuels, néanmoins je n'ai pas eu à m'en plaindre: le mien est arrivé en gare de Vancouver (Washington) quelques minutes à peine après l'horaire théorique, et bien que sur le chemin il ait d'abord été en retard (jusqu'à une heure de retard dans certaines gares), puis en avance, il est arrivé à destination (la gare de San Jose) quasiment à la minute près. Ce qui est assez impressionnant, pour un trajet de 20h... je n'en attendrais certainement pas autant d'un avion.

Côté service, pas de problème, les employés d'Amtrak sont serviables. On the off side, pas de plateaux repas 'gratuits' (c'est-à-dire, inclus dans le prix du billet) comme dans l'avion, mais à la place un snack bar où il faut payer pour une nourriture peut-être pas extra (je n'y ai pas goûté, ayant emmené mes propres provisions). Et les employés sus-mentionnés ne sont bien sûr pas aussi présents que les hôtesses de l'air, donc si on a une question, il faut se déplacer et chercher un peu. Rien de mortel, cela dit.

Les toilettes sont plus nombreuses que dans un avion, mais pas de signal lumineux pour indiquer quand elles sont libres, il faut donc descendre (elles se trouvent au 'rez-de-chaussée' du train alors que les passagers sont pour la plupart installés au '1er étage') et faire la queue si nécessaire.

A cause des gens qui passent d'un wagon à l'autre pour aller aux toilettes, au snack bar ou à la lounge, le train est assez bruyant, les portes s'ouvrant et se fermant dans un sifflement pas très mélodieux, et laissant entrer pendant quelques secondes un courant d'air froid (le 'sas' entre les deux portes n'étant pas isolé de l'extérieur) et le bruit des roues sur les rails - ce qui peut être assez énervant quand on essaie de s'endormir.
On est un peu secoués par moments aussi, mais rien de pire que de petites turbulences dans un avion.

Par rapport à la mobilité, on a la possibilité de se lever et de marcher d'un wagon à l'autre, tandis que ce n'est pas très bien vu dans un avion... On peut aussi théoriquement sortir du train à certaines gares où on s'arrête longtemps, mais Amtrak décline toute responsabilité si on reste derrière, ce qui n'est pas très tentant!

Et pour le confort, les sièges de train ne sont pas mal du tout, en réservant le plus bas prix on peut relever et abaisser son dossier et le repose-pieds, et on nous distribue des oreillers, ce qui fait que dormir n'est pas plus difficile que dans un avion. Si vous avez les moyens, le grand confort est de réserver une "chambre" dans un wagon-lit, mais les plus petites sont pour deux personnes.

Bref, survivre à 20h de train n'a rien d'impossible, et comme l'essentiel était de nuit, cela ne m'a pas semblé aussi long!

Voilà pour le compte-rendu... A bientôt pour mes premières impressions californiennes!

dimanche 04 avril 2010 Publié dans USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.