Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche 22 août 2010

KKK n°4: la ponctuation

Un petit résumé sur cette espèce en voie de disparition, la ponctuation...

Tout d'abord, le point. Il marque la fin d'une phrase et n'est absolument pas facultatif, pas plus que la majuscule qui le suit systématiquement (après un espace, bien entendu...).
Je t'aime. Je t'aimerai toujours.

Il y a aussi le point d'exclamation, qui remplace le point à la fin d'une phrase exclamative ; le point d'interrogation, à la fin d'une phrase interrogative ; et les points de suspension, qui montrent une interruption, une hésitation, etc. En français, les deux premiers doivent en principe être précédés d'un espace (que Word place automatiquement), ce qui n'est pas le cas en anglais. Et tous les trois sont suivis d'un espace et d'une majuscule.
Je t'aime ! T'aimerai-je toujours ? Je t'ai toujours aimé...

Le deux-points permet quant à lui de représenter une relation logique de type induction, déduction... Lui aussi est théoriquement précédé par un espace en français, mais pas en anglais ; dans les deux langues, il est suivi par un espace.
Je t'aime : je t'aimerai toujours.

Ensuite, il y a la virgule, très utile cette petite virgule, qui permet de marquer la respiration dans une phrase, et aussi de séparer différentes propositions ou mots pour mieux comprendre l'articulation logique de la phrase. Elle est suivie (mais pas précédée) d'un espace. Lorsque l'on veut une pause plus longue sans pour autant faire plusieurs phrases, il y a le point-virgule : il est précédé et suivi d'un espace en français, uniquement suivi d'un espace en anglais.
Je t'aime, je t'aimerai toujours. Je t'aime ; je t'aimerai toujours.

Les guillemets permettent de signaler un dialogue, une citation ou parfois un mot approximatif, familier, etc. Les guillemets français sont précédés et suivis d'un espace, chacun dans un sens différent pour ouvrir, puis fermer, la citation ; les guillemets à l'anglaise sont identiques à l'ouverture et à la fermeture, le premier étant précédé d'un espace, et le second suivi d'un espace. On peut les employer indifféremment, même s'ils sont parfois tous deux employés dans un même texte avec des usages différents (français pour les dialogues et anglais pour les mots à l'intérieur du texte, par exemple). Les indications précisant qui parle et comment, peuvent se placer soit à l'intérieur, soit à l'extérieur des guillemets.
« Je t'aimerai toujours », dit-elle en appuyant sur "toujours".
Un peu plus difficile : comment ponctue-t-on un dialogue, avec plusieurs répliques se suivant ? Il est toujours possible d'utiliser des guillemets à chaque réplique, comme le font les anglophones ; mais le français nous permet aussi d'ouvrir un dialogue avec un guillemet français, puis de commencer toutes les répliques suivantes par un tiret, et de ne fermer les guillemets qu'à la toute fin du dialogue. Cela autorise aussi des paragraphes de texte entre les répliques, simplement en ne plaçant pas de tiret.
« Je t'aime, dit-elle.
- Je t'aimerai toujours, répondit-il. »

Enfin, il y a les parenthèses et les tirets, qui permettent de préciser des détails, de faire des digressions, etc. En théorie, il y a une nuance de sens entre les deux, mais contentez-vous de vous souvenir que les parenthèses s'ouvrent et se ferment, même placées à la fin d'une phrase, tandis qu'un tiret seul suffit en fin de phrase.
Je t'aime (je t'aimerai toujours). Je t'aime - je t'aimerai toujours. Je t'aime - je t'aimerai toujours - mais m'aimes-tu?

dimanche 22 août 2010 Publié dans Koman ktu koz? | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.