Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi 25 octobre 2010

Le trou noir

Cela faisait fort longtemps que je n’avais pas repensé au mal-être diffus que je ressentais en quasi permanence il y a quelques années. Simplement parce que j’ai évolué – une évolution en mosaïque, pour reprendre le vocabulaire de la génétique : évolution puis régression et vice versa. On ne change pas du jour au lendemain, mais doucement, pas à pas, sans presque s’en apercevoir. A posteriori, on réalise le chemin parcouru, mais sans se replonger dans les sentiments que l’on éprouvait auparavant.

Quelque chose dans ma vie m’y a fait repenser, cela dit – ou disons quelqu'un. Et cela m’a permis de m’apercevoir que je n’avais pas tant écrit là-dessus. Au jour le jour, un peu, mais en minimisant – pour ne pas effrayer ou repousser mes lecteurs, pour ne pas me terroriser moi-même. Et sans le recul nécessaire pour généraliser… Si je ressens maintenant le besoin de témoigner, c’est que j’ai aussi réalisé que non seulement je ne suis pas la seule terrienne à être passée par là, mais qu’en plus tout le monde n’en sort pas aussi facilement que je l’ai fait.

J’ai une nature peut-être un peu fragile par certains aspects. Rêveuse, idéaliste et exigeante. Trop rêveuse, trop idéaliste, trop exigeante. Ce sont aussi, pour moi, mes plus belles qualités, la source de ma force. Vous savez ce qu’on dit, la médaille et son revers…

Pendant longtemps, je n’ai pas su gérer ces trop. Avec le recul, je pense que c’est simplement parce que je ne savais pas les comprendre. Je crois sincèrement que poser des mots sur ce qu’on ressent est une étape primordiale pour avancer – ça ne fait peut-être pas changer les attitudes et les ressentis du jour au lendemain, mais au moins l’on se sent moins perdu et l’on sait quelle direction prendre.

Comment cela se traduisait-il dans ma vie de tous les jours ? Par une angoisse permanente – notamment le stress scolaire et ma peur du fameux regard des autres. Par cette impression d’avoir tout pour être heureuse sans pour autant y parvenir. Et sans savoir ce qui n’allait pas chez moi.

Encore maintenant, j’écris ça de façon scientifique et rationnelle, j’ai l’air d’une analyste objective. Ça ne veut pas dire que je n’ai pas la gorge nouée en y repensant… J’ai eu des moments de déprime noire, de colère noire, de désespoir et de révolte forcenés. Le moindre petit truc qui allait de travers – une remarque d’un prof, mon frère qui me piquait la télé – pouvait déclencher des réactions démesurées. Et souvent je me sentais vide, tout simplement.

Et maintenant, ma vie est-elle parfaite ? Non. J’ai des rechutes, régulièrement. Des coups de blues, des sursauts d’angoisse existentielle. Mais ça va mieux. J’ai trouvé des passions qui me sauvent, j’ai appris à me confier aux personnes que j’aime. Et à relativiser.

Je crois que ce qui m’a permis de ne jamais toucher le fond, et finalement de garder la tête hors de l’eau, c’est l’espoir qui ne m’a jamais quittée. Le bon côté de mon imagination, de mon idéalisme, de mon exigence : j’ai toujours su, ou du moins pressenti, que quelque chose de meilleur existait quelque part et qu’il ne tenait qu’à moi d’y accéder. Ce qui facilite pas mal les choses…

Et si je n’avais qu’une seule phrase pour rassurer ceux qui traversent quelque chose de similaire, ce serait : quelles que soient les difficultés, l’amélioration est toujours possible, plus proche que vous ne le croyez, et il ne tient qu’à vous d’être le changement que vous voulez voir dans votre vie*.

* Inspiré de la citation de Gandhi : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. »

Update: voici un lien vers une vidéo YouTube (en anglais) qui dit le même genre de choses d'une façon différente.
http://www.youtube.com/user/tonjesml#p/u/31/7Hih-AI48Zs

lundi 25 octobre 2010 Publié dans Dans ma vie..., Réflexions | Commentaires (3) |  Facebook | |

Commentaires

Ton article fait du bien.
Il me rassure, moi qui traverse une période difficile et qui semble devoir s'éterniser. Je suis aussi trop fragile, et très peu réaliste... je pense que pour avancer dans ma vie, il faut que j'avance "sur moi". Le chemin risque d'être long et compliqué, peut-être difficilement supportable, et je me doute que tout ne se passera pas comme je le voudrais... mais j'essaierai de le parcourir avec de l'espoir et de la volonté :)
Alors merci pour ce que tu écris, ça permet de se sentir moins seule et plus courageuse :)

Écrit par : Lili. P | mercredi, 01 décembre 2010

Merci à toi pour ce commentaire qui me fait chaud au coeur. C'est génial de savoir que ce que j'écris peut faire une différence, si infime soit-elle.
Je te souhaite beaucoup de chance, d'espoir et de courage sur ce chemin qui, j'en suis sûre, te mènera à des paysages magnifiques! Et si tu as besoin de parler à un moment donné, n'hésites pas à me contacter.

Écrit par : mari6s | mercredi, 01 décembre 2010

Merci beaucoup :)
C'est parfois "l'infime différence" qui redonne du courage ;)

Écrit par : Lili. P | mercredi, 08 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.