Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi 17 mars 2011

Déchets de langage et abus nucléaires

Avez-vous remarqué à quelle vitesse les pro-nucléaires, du gouvernement comme d'Areva, se sont tous pointés au journal télévisé? Je voudrais revenir sur quelques morceaux choisis.

nucléaire, symbole, atomique, centrale, énergie, danger, déchet

"Indécent". C'est un mot qui revient souvent. Il est "indécent" de parler de supprimer le nucléaire en France, "indécent" d' "exploiter" le drame japonais dans un but bassement anti-nucléaire... Une façon comme une autre de rejeter des questionnements légitimes.

"Il n'existe pas de risque zéro", selon notre Premier Ministre. Voilà ce qui est indécent, pour moi. Reconnaître et accepter qu'il y a un risque de catastrophe nucléaire, et continuer dans cette voie. Je sais que beaucoup de choses comportent des risques, mais il s'agit ici de la possible destruction de tout un écosystème, de nombreuses morts, probablement des centaines de milliers à long terme, sans compter toutes les vies gâchées: cancers, malformations des nouveaux-nés...

Enfin, on nous répète sans cesse qu'il est "hors de question d'abandonner le nucléaire". Au nom de quoi? De quel droit nos gouvernants décident-ils ainsi à notre place, écartant l'idée d'un referendum comme si elle était complètement absurde? Pour qui se prennent-ils? Ils semblent oublier que c'est de nous qu'ils tiennent le pouvoir, qu'ils sont censés nous représenter. Qu'ils cessent donc de nous prendre pour des idiots, et qu'ils nous laissent décider par nous-mêmes!

Autre leitmotiv: "nous avons besoin du nucléaire". Vraiment? Pourtant, certains pays s'en passent. Il y a d'autres solutions, que nous aurions dû développer il y a bien longtemps - le solaire et l'éolien pourraient être plus que de simples solutions complémentaires, contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire, à condition d'y mettre la volonté et l'investissement nécessaires.
Et même s'ils avaient raison, posons-nous la question: une société qui ne peut se passer d'une source d'énergie aussi dangereuse et produisant des déchets tout aussi dangereux et à la durée de vie extrêmement longue, que l'on ne peut que stocker, fonctionne-t-elle correctement? Ne faut-il pas la remettre en question en profondeur?

Je suis contre le nucléaire. Pas par idéalisme, mais par réalisme, par pragmatisme. Les naïfs, les doux rêveurs, ce sont ceux qui préfèrent se mettre des oeillères et se persuader que rien ne tournera jamais mal. Dites ça aux Japonais...

Sondage sur le nucléaire sur MesOpinions.com - faites passer à vos proches, faites entendre votre voix.

jeudi 17 mars 2011 Publié dans Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.