Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 06 juillet 2011

Dédoublement de personnalité

Un petit texte écrit cet hiver...

C’est assez étrange de vivre à deux endroits. De passer moins de temps dans sa vraie maison, son foyer (« home sweet home »), que dans le petit studio que l’on finit néanmoins par s’approprier et par appeler parfois « chez moi ».

On a certaines affaires en double. On en transbahute d’autres sans arrêt, ordinateur portable, agenda… On oublie parfois où est tel ou tel truc, et évidemment, ce n’est jamais là où on en aurait besoin.

Il y a toujours un temps d’adaptation quand on arrive. On ne se sent pas à sa place. On se sent seul dans ce petit studio si vide malgré la déco et les photos dont on l’a rempli. Alors on allume la télé pour se donner l’illusion d’une présence. On se sent un peu maladroit dans cette maison, on oublie où se rangent certains objets ou les horaires habituels de ses autres occupants. Alors on ne fait pas grand-chose pendant quelques jours, le temps que les pendules se remettent à l’heure.

On se sent parfois comme deux personnes différentes. Une étudiante responsable et casanière qui ne voit jamais sa famille ; et une fille un brin feignante mais dynamique, qui passe presque tout son temps en famille.  Comme deux vies séparées.

Plus tard, je veux la seconde. Avec peut-être quelques bons côtés hérités de la première, bien sûr. Mais plus tard, je veux être celle qui aime ce qu’elle fait et fait ce qu’elle aime, qui rend visite à sa grand-mère à l’hôpital, qui emmène son frérot au ciné. Pas celle qui n’est là que de temps en temps. Quitter le nid, très bien. Mais quand on sait qu’il n’y en a pas 36 comme ça, pourquoi ne pas installer le sien à proximité ?

mercredi 06 juillet 2011 Publié dans Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.