Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi 22 octobre 2011

Adulescence

Ce n'est pas moi qui ai inventé le mot ; l'adulescence, mot formé à partir d'adulte et d'adolescence par Tony Anatrella, prêtre et psychanalyste, et repris par d'autres, désigne le prolongement de comportements adolescents dans l'âge adulte. Une situation de plus en plus courante de nos jours, que ce soit avec les Tanguy ou les jeunes faisant tout en bande comme dans Friends (exemple donné par Wikipédia) ou How I met your mother.

Sans forcément me comporter de cette façon (même si je tendrais plus vers Tanguy que vers Friends, de par mon introversion), je me sens de fait entre adolescence et âge adulte. Je ne suis pas adulte. J'ai 20 ans (et du mal à le réaliser) mais je ne me considère pas comme adulte.

Peut-être, d'abord, parce que je dépends financièrement de mes parents. Mais surtout, je crois, parce que je ne contrôle pas ma vie. Après la fin de mes études, même si je galère un peu au début et même si je ne gagne pas encore bien ma vie, je crois que je me sentirai adulte car j'aurai le contrôle. Mais pour l'instant, ma vie est contrôlée par l'Isit, et plus largement par la nécessité de valider ses capacités par un diplôme dans notre société - car j'estime que je pourrais acquérir les mêmes connaissances de mon côté, peut-être même plus vite sur certains sujets... et en ayant la vie plus belle.

En fait, à la réflexion, je me sentais plus adulte pendant mes 2 ans au Cned (1ère et Term) et pendant mon année sabbatique (surtout pendant mes 2 mois aux USA, bien sûr). Parce qu'alors, je contrôlais ma vie. Mes journées. Mes objectifs. J'étais forcée de prendre mes responsabilités, quand l'Isit et la fréquentation d'autres élèves a au contraire tendance à m'infantiliser, à me mettre en position passive - et à me stresser, ce qui me fait régresser plus encore...

Dans l'article de Wikipédia sur l'adulescence, il est précisé qu'elle commence à 18 ans. Ce qui suppose que l'âge adulte commence normalement à l'âge de la majorité, l'âge du bac. Mais le bac a maintenant si peu de sens que je ne vois pas en quoi il peut être considéré comme un rite de passage.
La majorité, c'est quoi d'autre? L'âge minimum pour conduire, mais ils sont rares ceux qui passent le permis à cet âge exact - j'ai commencé la conduite accompagnée à 17 ans et passé le permis à presque 19 ans, et la plupart de mes amies ne l'ont toujours pas passé à 20 ans...
L'âge pour voter, aussi. Je n'ai encore jamais voté. Il y a eu les élections régionales après mes 18 ans, mais j'étais aux Etats-Unis et je n'ai pas pris la peine de faire une procuration - c'est pas bien, je sais. Il va y avoir les présidentielles l'an prochain... et je vais voter, oui, parce que c'est important, parce qu'on ne peut pas se plaindre du résultat d'élections où l'on n'a pas voté. Mais sérieux, quel choix vais-je avoir??? Qu'est-ce que ça veut dire, voter, quand tous les choix sont nullissimes? Faudrait qu'ils se mettent à comptabiliser les votes blancs, ou que la majorité soit calculée en tenant compte des abstentionnistes (quelle légitimité a un gouvernement élu par 51% de 80 ou 60% de la population??? ce qui fait 30 à 40% réels...). Bref, ce n'est pas la question du jour. Mais mon impression est que, si voter c'est être adulte, alors adulte signifie désabusé...
Oh, par contre, c'est l'âge pour donner son sang. Je l'ai enfin fait en juillet dernier et là, c'est vrai que je me sentais adulte.

Comme vous l'aurez compris, je ne me sens pas encore adulte. Mais suis-je pour autant encore ado? Sans doute plus tout à fait. J'ai un certain recul par rapport à toutes ces choses qui semblent insurmontables à 15 ans...
Et même si je continue à me poser des questions existentielles et à être angoissée, c'est plus une partie de mon caractère qu'une phase adolescente. Et je le fais de façon plus apaisée.
Je suis toujours révoltée, aussi... Mais là encore, je crois que je le serai toujours. Et c'est plutôt une bonne chose, ne pas cesser de s'indigner, comme le dit Stéphane Hessel (auteur d'Indignez-vous! et Engagez-vous!) repris par le mouvement international des Indignés.

Je suis plutôt impatiente d'être adulte, dans ma définition du terme. D'avoir une vraie prise sur ma vie, de faire mes propres choix au quotidien. Cela me fait peur, bien sûr, mais j'ai l'impression que ma vie d'étudiante comporte certains des "mauvais côtés" de l'âge adulte (gérer son propre logement, sortir les poubelles, faire les courses seul, la cuisine et la vaisselle à tous les repas...) sans en avoir les "bons côtés" (les vraies responsabilités). J'essaie juste de ne pas oublier de profiter des bons moments quand ils se présentent.

samedi 22 octobre 2011 Publié dans Dans ma vie..., Réflexions | Commentaires (1) |  Facebook | |

Commentaires

Vraiment top votre blog merci beaucoup

Écrit par : tchatche | vendredi, 28 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.