Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 05 octobre 2011

Des nouvelles - rentrée, gestion du stress, santé...

Voilà, je suis bel et bien réinstallée à Paris. J'applique mes bonnes résolutions et je m'en sors pas mal. Ma gestion du stress s'est clairement améliorée, entre fleurs de Bach, sédatif PC, yoga et efforts sur moi.

Le moment stressant par excellence de la semaine, j'ai nommé les courses (activité que j'abhorre, d'autant plus à Paris vu l'amabilité extrême des autres clients et des caissières, et la difficulté pour trouver les articles ad hoc), devient plus supportable et je me fécilite en sortant du Temple de la Consommation d'avoir su garder mon sang-froid.

J'essaie également de ne pas prendre trop à coeur les cours et les devoirs. Ma seule difficulté, c'est quand les profs envoient les devoirs à faire par mail au dernier moment - alors que sinon, j'ai moyen de finir tous les devoirs d'une semaine pour une autre avant le week-end, tout en ayant un peu de temps pour moi. J'ai donc contacté certains de ces enquiquineurs pour leur signaler gentiment que même si la plupart de leurs élèves aiment à s'y prendre au dernier moment, ce n'est pas le cas de tout le monde.

Je "joue" sur mon état de santé. En effet, mes parents et moi avons prévenu l'administration et les profs de mes problèmes pour expliquer que je serai peut-être absente souvent et que la masse de travail pourra parfois me poser problème, surtout pour les devoirs en groupe. Cela simplifie les choses et m'évite de culpabiliser (ma grande spécialité) pour tout et n'importe quoi - en vrac, pour "bâcler" un devoir, ma définition de ce mot étant ne pas y passer des heures ; pour une absence, un oubli, etc. C'est quelque chose qu'il me faut apprendre à gérer, et dont je crois trouver les racines dans ma relation affective à l'école dans l'enfance.
Voyez, même quand c'est justifié je culpabilise d'utiliser mon état de santé et ai l'impression d'en "jouer". C'est cette même sensation que j'avais quand je revenais en cours au collège ou au lycée après une longue absence, que les imbéciles me demandaient si j'avais passé de bonnes vacances et que j'intériorisais leur vision des choses, d'une certaine façon.

J'ai vu un homéopathe qui a écrit un livre sur les problèmes de thyroïde, à Lille, et qui m'a donné un traitement sur 4 mois. Il n'a pas l'air de trouver mes taux d'hormones et d'anticorps trop alarmants, mais pense qu'il faut agir sur mon "terrain" sujet aux problèmes d'immunité - notamment, j'ai été sérieusement malade après chaque vaccin ou rappel obligatoire au cours de mon enfance... Pour plus d'infos sur les vaccins, vous pouvez lire Vaccinations - les vérités indésirables (Michel Georget), dont je parle dans cet article.
Des granules et des ampoules s'ajoutent donc à mes compléments alimentaires. A ce stade, cela ne complique pas les choses plus que ça.

J'ai pour l'instant une vie sociale richissime pour l'introvertie casanière que je suis: déjeuner et expo avec une amie le premier samedi, sortie avec une copine le mercredi soir, visite chez mon oncle et ma tante à Calais avec mon père dimanche avant le rendez-vous à Lille lundi, et ce week-end j'accueille chez moi une amie américaine à qui j'avais fait visiter Paris au printemps dernier, Ashley, tout en essayant de trouver un moment pour voir une amie et son copain qui seront aussi de passage dans la ville lumière. Piouf! C'est agréable mais j'espère avoir quelques semaines un peu plus calmes quand même ;).

Niveau rhumes, j'ai déjà échappé à un premier début de laryngite vendredi dernier, et me voilà à nouveau avec une petite gêne dans la gorge. Dans les deux cas je ne suis pas allée en cours pour éviter changements de température et contact avec les gentils microbes de mes généreux camarades de classe, professeurs et voisins de métro. J'ose espérer que ce ne sera pas aussi fréquent tout le long de l'année - mais je pense que c'est juste le virus bien costaud qui circule ces temps-ci. Et moi, contrairement à tous ceux qui vont en souffrir une semaine, je compte bien le tuer dans l'oeuf aussi souvent que nécessaire. D'ailleurs je pense écrire bientôt un p'tit article de conseils pour se soigner dès les premiers symptômes...

mercredi 05 octobre 2011 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.