Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 30 novembre 2011

KKK n°5: les répétitions, pléonasmes et autres redondances

Cela faisait un moment que je n'avais pas publié de Koman Ktu Koz, ayant abordé la plupart des erreurs qui me hérissent dans les précédents numéros. Et puis j'ai entendu un animateur radio sortir un pléonasme d'une redondance affligeante (oui, comme un "pléonasme redondant"!) et me revoilà!

Je commence donc avec l'absurdité en question, avant d'en énumérer quelques autres:

Vrais pléonasmes, ou l'art de la redondance:

  • Le titre de cette chanson s'intitule...
    Oui mais non. Le titre est, ou cette chanson s'intitule, mais pas les deux, puisque "s'intituler" signifie justement "avoir pour titre".
    -
  • Cela s'avère vrai...
    Très courant... Pourtant, le sens de "s'avérer", au départ, c'est "se réléver vrai" - son étymon latin, c'est "verus" (vrai). Le pire pour moi est encore de dire "s'avérer faux", une belle contradiction...
    Dans l'idéal, il ne faudrait pas non plus utiliser "s'avérer" au sens de "se révéler", comme dans "cela s'est avéré une bonne décision", mais l'usage en a décidé autrement - le français est une langue vivante et évolue forcément...
    -
  • L'insurrection s'est soulevée...
    Une insurrection, c'est un soulèvement - son origine latine, le verbe "insurgere", signifie "se lever".
    -
  • La panacée universelle
    La panacée est déjà un remède... universel!
    -
  • Actuellement en cours
    -
  • Prévoir à l'avance

Répétitions pas très élégantes:

  • Son caractère se caractérise...
    Alors là j'ai envie de dire, tant qu'à faire, continuons et disons que "son caractère se caractérise par le fait d'être caractériel". Au moins on a l'air de faire un jeu de mot volontaire, et pas de parler sans réfléchir.
    -
  • Se réunir ensemble... ou même se rassembler ensemble...

Bien sûr tout le monde peut déraper à l'oral, mais faisons au moins attention à ce que nous écrivons... et éventuellement, corrigeons-nous quand nous nous apercevons de notre erreur!

mercredi 30 novembre 2011 Publié dans Culture et langue française, Koman ktu koz? | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 26 novembre 2011

J'ai vu... Time out

J'ai pris le temps aujourd'hui d'aller voir au cinéma ce film dont le synopsis m'avait séduite. À la base, savoir que Justin Timberlake jouait le rôle principal était plutôt un point négatif à mes yeux - non pas que je le trouve désagréable à regarder ou que j'aie une opposition de principe aux chanteurs qui ont aussi une casquette d'acteur, mais dans son cas je ne le voyais pas comme un bon acteur. Et à la réflexion, je ne sais même pas si cette idée me venait d'un film où je l'aurais vu, d'un commentaire d'une connaissance, ou d'un simple préjugé. Dans tous les cas, elle n'est absolument pas justifiée dans ce film!

in time, time out, film, justin timberlake, amanda seyfried, matt bomer, cillian murphy, olivia wilde

Le titre est Time Out en français, In Time en anglais (encore un exemple de changement de préposition pour être compris par un public francophone, après Up in the air qui s'était transformé en In the air, perdant au passage son sens métaphorique... Time out aurait plutôt le sens de pause, mais bon...). Dans tous les cas, nous l'aurons compris, il s'agit de temps.

Dans un futur relativement proche, les progrès de la science permette d'arrêter de vieillir à 25 ans. Mais après ça, on n'a plus qu'un an de temps en réserve, et il faut en gagner en permanence puisque le temps a remplacé l'argent: on reçoit son salaire en temps, mais on paie aussi ses impôts, son loyer, sa nourriture en temps. Ainsi un café peut coûter 4 minutes, un trajet en bus 2 heures... Lorsque le compteur que l'on porte sur son bras arrive à zéro, on meurt.

in time, time out, film, justin timberlake, amanda seyfried, olivia wilde, cillian murphy, matt bomer

Dans le ghetto, la plupart se réveillent chaque matin avec tout juste assez de temps pour survivre à la journée et se tuer au travail, comme Will Salas, le personnage joué par Justin Timberlake. Mais dans d'autres quartiers (time zones) plus riches, protégés par des péages (droit de passage: un mois ou un an de vie...) qui empêchent de facto les pauvres d'y pénétrer, certains peuvent accéder à l'immortalité.

Will rencontre un homme venant de New Greenwich, le plus riche de ces quartiers. Cet immortel joué par Matthew Bomer en a assez de l'éternité et veut mourir. Il révèle à notre héros que les conditions précaires dans lesquelles vit la majorité de la population n'a rien d'un hasard: pour que quelques uns accèdent à l'immortalité, beaucoup doivent mourir - sinon la planète serait surpeuplée. Puis il lui transfère les cent années qui lui restent à vivre, ce qui revient à se suicider.

Will va alors découvrir New Greenwich, faire la connaissance d'autres immortels (dont la fille d'un banquier, jouée par Amanda Seyfried) et de garde-temps, des policiers chargés de contrôler la circulation du temps (leur chef est joué par Cillian Murphy), et décider de s'attaquer à ce système en redistribuant le temps...

in time, time out, film, justin timberlake, amanda seyfried, olivia wilde, cillian murphy, matt bomer

Première remarque sur le casting, absolument stupéfiant: Justin Timberlake et Amanda Seyfried (à la filmographie impressionnante: Veronica Mars, Mamma Mia, Lettres à Juliette, Le Chaperon Rouge...), quasi méconnaissable en rousse, sont excellents. On remarque aussi Matthew Bomer (personnage principal de White Collar), Olivia Wilde (Numéro Treize dans Docteur House), Cillian Murphy (vu notamment dans Inception: la cible de l'équipe, héritier d'une multinationale ; et dans Le vent se lève: un membre de l'IRA pendant la guerre d'indépendance et la guerre civile irlandaises), qui montrent chacun une autre facette de leur jeu d'acteur - Cillian Murphy est particulièrement bluffant en garde-temps en perpétuelle course contre la montre et empêtré dans ses contradictions.

Ce film est à la fois une réflexion sur l'immortalité à la Aeon Flux (en effet, les riches de Time out ne font rien de leur vie éternelle car ils ont tout le temps de tout repousser à plus tard et ne veulent prendre aucun risque de mourir par accident) et une critique de notre société et du capitalisme (avec cette même idée du 99%/1% - dans la vraie vie, on ne meurt pas instantanément quand le "compteur" arrive à zéro, non, mais on se retrouve vite à la rue...). Un bel exemple de science-fiction qui fait à la fois rêver et réfléchir.

in time, time out, film, justin timberlake, amanda seyfried, olivia wilde, cillian murphy, matt bomer

Bref, je vous le recommande chaleureusement!

samedi 26 novembre 2011 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 23 novembre 2011

Des nouvelles - Toefl, poèmes, graphisme

J'ai passé le Toefl samedi - j'ai déjà le Toeic, mais le Toefl est indispensable pour les universités américaines dans lesquelles j'aimerais passer le semestre à l'étranger de ma troisième année. Ca s'est bien passé et j'aurai les résultats d'ici un ou deux mois. Je récléchis aussi à mes autres choix de destinations.

Je me suis remise à écrire beaucoup de poèmes, que vous verrez d'ici quelques temps sur Clé&Fil, et j'ai aussi repris les colorisations sur Photoshop.

Et puis je commence à planifier la petite fête que je ferais avec quelques amies pour fêter Noël ensemble avant les vacances.

Voilà, rien de bien nouveau ;).

mercredi 23 novembre 2011 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 19 novembre 2011

Bouillon de culture 22

Florilège

Définition: recueil de morceaux choisis.

Synonymes: anthologie

Etymologie: du latin "flos-floris" M (fleur) et "legere" (choisir/cueillir) = même construction qu'anthologie, qui vient du grec ανθος (anthos: fleur) et λεγω (légô: choisir/cueillir).

Sur la même racine: fleur (flower en anglais, flor en espagnol, fiore en italien), fleurir, fleuraison, affleurement... ; lire, lecteur, lecture, élire, électeur, élection, légion (sélection, rassemblement)...

______________

Impéritie

Définition: incapacité, ignorance de ce qu'on doit savoir dans sa profession.

Etymologie: du latin "imperitia" (inexpérience, ignorance), de "in" et "peritia" (expérience), de "peritus-a-um" (expérimenté), participe passé du verbe "perior" (essayer, expérimenter).

Exemple: L'impéritie (l'inexpérience) du roi et l'incurie (la négligence) de ses ministres.

Sur la même racine: expérience et dérivés (expérimental, expérimenter, expérimentation...)

_______________

Mômerie ou momerie

Définition: mascarade ; cérémonie bizarre, ridicule ; affectation ridicule d'un sentiment qu'on n'a pas.

Etymologie: de "môme" (enfant, mais aussi jeune femme de la rue, maîtresse).

Construction similaire: enfantillage.

Sur la même racine: mominette (vieilli: petit verre d'alcool fort).

_______________

Agonir

Définition: attaquer/accabler par des paroles outrageuses.

Etymologie: de l'ancien français "ahonnir" ou "ahonir" (couvrir de honte), modifié avec la graphie de "agonie".

Ne pas confondre avec: agoniser (être à l'agonie, mourir).

Exemple: Il m'a agoni de reproches / d'injures / de bêtises.

________________

Prérogative

Définition: avantage attaché à une fonction.

Synonymes: privilège.

Etymologie: du latin "praerogativa" (prérogative, privilège), de "praerogativus" (qui vote le premier), de "prae" (avant, devant) et "rogare" (consulter, proposer une loi ou un candidat).

Sur la même racine: rogar (prier en espagnol).

samedi 19 novembre 2011 Publié dans Bouillon de culture: définitions de mots | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 12 novembre 2011

Automédication - la pharmacie d'urgence anti-rhumes

J'ai une immense expérience des rhumes, laryngites, rhinopharyngites et autres charmants virus et infections, et me suis aperçue qu'alors que je suis plus fragile, j'en attrape moins (me protégeant mieux) et les traîne moins longtemps (me soignant plus tôt) que la plupart des gens, qui ont tendance à "attendre que ça passe".

Je me suis donc dit que je pourrais vous faire profiter de cette expérience. Mes motivations sont altruistes - vous éviter de vous enrhumer - mais aussi égoïstes: un enrhumé de moins, cela fait toujours un risque de tomber malade de moins pour moi...

Pour que ces conseils fonctionnent, il faut cela dit agir le plus tôt possible, et donc être à l'écoute de son corps pour repérer les premiers symptômes. Pour moi, il s'agit en général d'une gêne, d'une fragilité dans la gorge, mais il peut aussi s'agir d'un nez qui coule ou bouché, de fatigue, d'un frisson... L'avantage de l'homéopathie et des remèdes que j'utilise, c'est qu'ils ne peuvent pas vous faire de mal même si vous ne couvez rien du tout.
Et puis l'idéal, c'est de les utiliser aussi dès que vous êtes exposé à un risque: vous sentez que vous prenez froid, vous côtoyez quelqu'un de malade...
Pour cela, il faut bien sûr que vous en ayez toujours chez vous, et pourquoi pas sur vous pour les moins encombrants (j'ai toujours dans mon sac à main quelques tubes d'homéopathie).

Le thym et le miel

Ce sont des antibiotiques et antiseptiques naturels. Le thym, particulièrement pour les affections respiratoires, et le miel en général (on l'utilise pour traiter les grands brûlés, par exemple).

Je vous conseille donc des infusions de thym (on le trouve en sachets de tisane en pharmacie, vous pouvez aussi l'acheter frais) avec du miel: non seulement cela soulage immédiatement le mal de gorge, mais cela aide à soigner le rhume.

Si vous devez sortir, préparez-vous un thermos de cette infusion, à consommer tout au long de la journée!

L'extrait de pépins de pamplemousse

C'est un antibiotique et antiviral naturel. On peut le trouver dans certaines pharmacies et boutiques bio, ou par correspondance.

En prévention ou une fois le rhume déclaré, on en verse quelques gouttes (cela varie selon les marques: 10 à 40 en général) dans un verre, que l'on mélange avec de l'eau ou un jus de fruit (certaines marques ont un goût fortement amer qui n'est pas au goût de tout le monde, je conseille dans ce cas un jus d'orange ou de pamplemousse pour le masquer) et que l'on avale, une à trois fois par jour.

L'homéopathie:

Voici quelques remèdes homéopathiques avec la description des symptômes auxquels ils correspondent. Choisissez un dosage de 5CH (plus concentré), 7CH ou 9CH (moins concentré) ; laissez fondre 3 à 5 granules de chaque dans la bouche, à renouveler 3 fois par jour ou même toutes les heures si les symptômes sont importants.

Je décris ici principalement leur action face au rhume, mais la plupart ont d'autres champs d'actions (pour des descriptions plus complètes, allez sur ce site).

- Arnica montana: coup de froid.
C'est LE tube qu'on devrait toujours avoir sur soi, puisqu'il se prend aussi en cas de coup pour éviter les bleus (comme l'arnica en gel ou en pommade) et avant/après un choc psychologique.

- Poumon histamine: allergies respiratoires et cutanées et donc: rhume des foins, asthme...
Les allergiques en auront toujours sur eux... par exemple il peut être utilisé en traitement de fond contre les allergies aux pollens.

- Sulfur: infections en général (ORL mais aussi dermato, ophtalmo, maladies digestives, problèmes gynécologiques, crises d'asthme...)

- Sticta pulmonaria: affections des voies respiratoires (sinusite, nez qui coule, gorge sèche, toux d'irritation).

- Aconitum napellus: fièvre, infections respiratoires.

- Belladonna: fièvre, rhinopharyngite, laryngite, otite, trachéite...

- Arum triphyllum: laryngites, troubles ORL.

- Influenzinum: contre la grippe et les problèmes respiratoires.

- Alium cepa: rhinite, bronchite, rhume des foins.

- Coccus cacti: toux.

- Drosera rotundifolia: toux, désinfection des bronches.

En fonction de vos symptômes les plus fréquents, vous pouvez par exemple choisir une demi-douzaine de remèdes dont vous aurez toujours 2 ou 3 tubes chez vous...

Les huiles essentielles:

- Eucalyptus: bronchite, rhume, sinusite, toux. 
Vous pouvez en verser quelques gouttes sur votre col ou sur une écharpe pour être protégé, ainsi que dans un récipient d'eau placé sur votre radiateur pour que l'eucalyptus se diffuse dans la pièce.

- Menthe poivrée: rhume, nez bouché, pharyngite.
Une goutte sur une cuillère de miel, à avaler en laissant fondre dans la bouche, ou dans une tisane.

Et aussi...

- Le L52 des laboratoires Stehning, contre les états grippaux (une vingtaine de gouttes dans un fond de verre d'eau, à garder sous la langue un moment, jusqu'à 8 fois par jour)

- le Collu Hextril, un antiseptique à vaporiser dans la gorge trois fois par jour pour éviter ou chasser l'infection.

- Le Mucomyst ou Fluimucil, une poudre à dissoudre dans l'eau (au bon goût de jus d'orange), qui aide à évacuer les sécrétions de la gorge - en faisant tousser, donc à éviter juste avant le coucher ou un rendez-vous important.

- Le fameux Vicks Vaporub à appliquer sur la gorge pour décongestionner les voies respiratoires, ou dans un bol d'eau chaude en fumigation.

Voilà! Bien entendu, si les symptômes persistent, mieux vaut aller voir un médecin. Et tous ces conseils ne valent pas forcément pour les enfants (par exemple, Vicks Vaporub ne peut être utilisé en application cutanée que pour les plus de 6 ans, et en fumigation pour les plus de 12 ans).

N'oubliez pas non plus les règles élémentaires de l'hygiène et de la civilité: quand on est contagieux (et on l'est en général dès les premiers symptômes et quelques jours après leur disparition), on reste chez soi autant que possible, on ne fait la bise à personne, on ne serre la main des gens que si on vient de se les laver, on ne boit pas dans le même récipient que d'autres... Et quand on tousse ou on se mouche, on évite d'en faire profiter tout le monde alentour.

Prenez soin de vous!

samedi 12 novembre 2011 Publié dans Dans ma vie..., Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 05 novembre 2011

Poème: Comment va ta vie maintenant

Ce poème écrit en juillet 2011 est parti de cette envie qu'on a parfois de faire savoir aux personnes qui nous ont maltraités ou sous-estimés ce que l'on est devenus "malgré" eux. Il porte beaucoup de rage, de celle que l'on emploie dans sa tête mais rarement en paroles - à quoi cela servirait-il, d'ailleurs? En ce qui me concerne, je m'enorgueillis de ne haïr personne, pas même ceux dont je me suis inspirée pour écrire ce poème, issus de mon expérience ou de celle de mes proches. Et je crois sincèrement qu'ils ont contribué à mon évolution, ne serait-ce qu'en me donnant envie de prouver qu'ils avaient tort, et en m'apprenant à ne plus trop me soucier du regard des autres.

Salut t’es sûre on se connaît ?
Tu me dis quelque chose, ouais
Peut-être à l’école primaire
T’étais l’une des filles populaires

Oui maintenant ça me revient
Tu me parlais comme à un chien
Tu critiquais mes vêtements
Pour me rendre service, sûrement

Comment va ta vie maintenant ?
Moi on peut dire que tout va bien
Il m’a fallu pas mal de temps
Mais j’ai trouvé mon chemin
Même si j’ai parfois mal encore
Et si c’est vrai ce qu’on dit
Ce qui ne tue pas rend plus fort
Alors je dois te dire merci

Bonjour monsieur le professeur
J’apprenais vos leçons par cœur
Maintenant j’ai tout oublié
Et vous, vous êtes retraité

Oui maintenant ça me revient
Vous disiez que je n’étais bonne à rien
Et quand je rêvassais en cours
Vous en faisiez un calembour

Comment allez-vous maintenant ?
Moi on peut dire que tout va bien
Il m’a fallu pas mal de temps
Mais j’ai trouvé mon chemin
Même si j’ai parfois mal encore
Et si c’est vrai ce qu’on dit
Ce qui ne tue pas rend plus fort
Alors je dois vous dire merci

Comment va ta vie maintenant ?
Moi j’ai un bout de chou que j’essaie
De protéger et d’éloigner
Des gens comme toi, des méchants
Qui croient qu’être soi c’est avoir tort
Et si c’est vrai ce qu’on dit
Ce qui ne tue pas rend plus fort
Alors je dois te dire merci

samedi 05 novembre 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |