Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi 28 juillet 2012

Fanfic: Bas les masques (Le monde extérieur)

J'ai créé un site Internet pour l'univers de ma fanfic "Bas les masques" (dont j'ai publié deux extraits sur ce blog à l'époque où je l'appelais encore Crossover: ici et ): bas-les-masques.e-monsite.com.

Il s'agit d'un crossover entre Le Caméléon et FBI: Portés disparus (des résumés de ces deux séries sont proposés sur le site). Les autres projets que j'ai en cours dans ce même univers se concentrent sur Le Caméléon.

J'y ai publié récemment une série de oneshots intitulée Catherine, ainsi que ce oneshot, Le monde extérieur, qui est en fait l'incipit d'une fanfic en plusieurs chapitres que je suis en train de rédiger - un prequel de "Bas les masques". Le voici... et j'espère vous retrouver sur Bas les masques, le site!

*°*

jarod, caméléon, sara, bas les masques, centre, bluecove, delaware, monde, extérieur

 « Tu as déjà pensé au monde extérieur ?

- Tu veux rire ? sourit la jeune fille avant de baisser les yeux sur son travail, l’air un peu triste. J’y pense sans arrêt.

Les deux jeunes Caméléons étaient, une fois n’est pas coutume, réunis au grand jour, le temps d’une simulation. Ils travaillaient sur un réseau informatique pour en perfectionner les pare-feux, Sara jouant le hacker et Jarod adaptant les protections au fur et à mesure – activité à laquelle chacun d’entre eux aurait pu s’adonner les yeux fermés, ce qui leur permettait de discuter, à condition de rester discrets.

- Hey ! réagit le jeune garçon, tapant à toute vitesse sur son clavier pour déjouer une attaque de son adversaire, qui se fendit d’un sourire mutin. Bien joué, ajouta-t-il plus calmement. Le pare-feu au niveau de l’envoi d’informations laisse encore à désirer.

- Attends, fit Sara en abandonnant son moniteur et en se glissant à côté de son comparse. Tu permets ? interrogea-t-elle en commençant à pianoter sans attendre de réponse. Je crois que comme ça, l’ensemble fonctionnera mieux.

Jarod, lisant les lignes de programme par-dessus l’épaule de son amie, eut un sourire appréciateur avant de laisser son regard caresser les traits fins de son visage. Sydney, jusque là en retrait à quelques mètres des Caméléons, intervint pour le principe :

- Vous savez que vous êtes censés vous en tenir chacun au rôle qui vous a été assigné ?

- Ce serait moins drôle, répliqua Sara, mi-agacée, mi-amusée.

- Et moins efficace, compléta Jarod en esquissant un sourire.

Le psychologue ne put s’empêcher de remarquer que ce sourire, tout comme cette remarque, avaient un brin de l’espièglerie caractéristique de Sara, et que l’un de ses deux protégés venait, une fois encore, de terminer une phrase commencée par l’autre. Ils avaient de toute évidence une influence profonde l’un sur l’autre, ce qu’il trouvait plutôt bénéfique pour chacun d’entre eux – même si le Centre n’aurait pas forcément été d’accord.

- Au travail, les rappela-t-il donc simplement à l’ordre en souriant.

- J’espère qu’on le verra ensemble un jour, souffla Jarod à l’oreille de sa compagne avant qu’elle ne retourne à son poste. »

Nul besoin de préciser de quoi il parlait, le « monde extérieur » n’ayant pas quitté un seul instant leurs pensées à tous deux. Il fut récompensé par le sourire qui flotta tout le reste de la séance sur les lèvres, et dans les yeux, de Sara.

*°*

Mes fanfics et traductions de fanfics sur Fanfiction.net: ici.
Le site de ma fanfic Programme Halcyon: .
Le site de ma fanfic Bas les masques: là-bas.
Merci de ne pas publier ou citer mes fanfictions sans inclure un lien vers ce blog et/ou mon profil Fanfiction.net.

Me jetterez-vous des roses... ou des tomates? Ne me laissez pas dans le doute, laissez un commentaire!

samedi 28 juillet 2012 Publié dans Fanfics | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 25 juillet 2012

Quelques photos de... ce métal qui a une âme

Disappointment to a noble soul is what cold water is to burning metal; it strengthens, tempers, intensifies, but never destroys it.*
(Eliza Tabor)

bidon, métal, rouille, végétal, plante

cadenas du Pont des Arts photographiés par Clo en mars 2011 (son deviantart: ici)
pont, arts, cadenas, métal, seine, paris, clo

tracteur, métal, vieux, rouille, végétal, plante

roue de vespa photographiée par Clo en juin 2011 (son deviantart: ici)
roue, vespa, moto, bretagne, clo

jardin, plantes, paris, 5ème, cinquième, kiosque, parc

roue, tracteur, métal, végétal, bois

* La déception est à une âme noble ce que l'eau froide est au métal brûlant ; elle renforce, pondère, consolide, mais ne détruit jamais.

Mes autres photos: ici.

samedi 21 juillet 2012

Description de passage n°28: la fenêtre du rêve

Voici une vieille note datant de mai 2008 (plus de quatre ans... je me fais vieille! pour ceux que ça intéresse, voici le lien), réadaptée et accompagnée d'une photo prise chez moi en mai 2012.

fenêtre, chien-assis, maison, rideaux, appui de fenêtre, toit, toiture, tuiles

Assise sur l'appui de fenêtre surplombant mon jardin, le vent caressant ma peau et jouant avec mes cheveux, je griffonne mes pensées... Je parcourant du regard la verdure, les animaux, le ciel...

Endroit de réflexion et d'écriture par excellence... De liberté aussi, de solitude.

Combien de fois me suis-je réfugiée ici après une dispute, une révolte, pour mettre la musique à fond et noircir une feuille de mon écriture chaotique et de mes larmes amères?

Combien de fois ai-je regardé le ciel étoilé, tard dans la nuit, pensant à ma grand-mère qui a déménagé là-haut, lui adressant une longue lettre, priant un peu à ma manière, faisant le point sur ma vie?

Combien de fois cette vue si familière et pourtant jamais identique, jamais explorée tout à fait, cette vue si rassurante et écrasante de tranquillité, a-t-elle séché mes pleurs ou tempéré mes peurs?

J'aime sentir ce vent, regarder et écouter ces oiseaux, lever les yeux vers le ciel, et sentir physiquement la hauteur que j'ai sur les choses - début de vertige, grisant.

Me sentir en vie, plus que jamais peut-être, et avoir conscience de mon insignifiance. Et par voie de conséquence, de l'insignifiance de mes soucis, de mes angoisses. Les mettre en perspective sans culpabilité aucune, ne serait-ce que pour un instant.

Petit bonheur simple. Être ou ne pas être? Être, assurément. Ne serait-ce que pour ces moments d’éternité, cela vaudrait le coup de supporter bien des épreuves que je n’ai jamais connues.

Puis je retourne à ma petite vie, parce qu'elle avance avec ou sans moi, et que j'aime autant en faire partie. Et puis je sais que cette fenêtre sera toujours là...

samedi 21 juillet 2012 Publié dans Descriptions de passage, Photos | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 18 juillet 2012

Une semaine en Bretagne entre amies - photos

Une semaine en Bretagne avec mon amie Clo, du 9 au 16 juillet.

Virées:

  • Lamballe et ses trois églises: Saint Jean, la Collégiale Notre-Dame, Saint Martin.
  • Le Cap Fréhel: rando puis au retour, baignade sur une petite plage entre le Cap et Sables d'Or les Pins.
  • Dinan: librairie Le Grenier, la Belle-Iloise, expo les Cordeliers, église Saint Sauveur.
  • Chemin des Douaniers du Val-André à Dahouët, puis pique-nique sur la plage et baignade.

Et aussi...

  • 2 footings.
  • Apéros en famille.
  • Une séance d'aquarelle sous la pluie... et une au sec.
  • Cuisine et patisserie. 
  • De l'écriture, de la lecture...

lamballe, bretagne

cap, fréhel, bruyère, bretagne

Dinan, église, marie, notre dame

val-andré, chemin, douaniers, plage, mer

val-andré, dahouët, phare, port

val-andré, dahouët, phare, port, bateau, pêche, filet

piégu, port, val-andré, bateau

mercredi 18 juillet 2012 Publié dans Dans ma vie..., Photos | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 14 juillet 2012

Poème: Let the whole world know

 Ecrit le 29 avril 2012.

I don’t care what people think
No I don’t care what they’ll say
Somehow the two of us are linked
And I know that’s here to stay

 I have waited forever
I’ve been longing for so long
I won’t hide any longer
Haven’t done anything wrong

 If this love is forbidden
I will gladly break the law
We are free and we won’t run
And we’ll let the whole world know

samedi 14 juillet 2012 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 11 juillet 2012

Synchronicité, sérendipité

Parfois le hasard fait bien les choses. Lui, ou la vie, le destin, l’univers, son grand architecte si vous y croyez, ou encore notre inconscient. Peu importe. Parfois ils nous envoient précisément ce dont on a besoin, au moment où on en a besoin. Jung appelle cela la synchronicité (l’occurrence simultanée d’au moins deux évènements sans lien de cause à effet, mais dont l’association a un sens pour la personne qui les perçoit).

Par exemple, il y a environ un an, pendant mon stage dans une bibliothèque, je découvre en feuilletant un livre le mot « sérendipité ». En rentrant chez moi, je le cherche sur Internet et découvre son sens et son origine (que j’ai expliqué sur ce blog : ici): en gros, le fait de trouver quelque chose sans le chercher. Un accident heureux, en quelque sorte. Une bonne surprise.
Dans les semaines qui suivent, je tombe sur ce mot plusieurs fois, notamment dans le pseudo d’une chanteuse de reprises que je suis sur Youtube et que je n’avais jamais remarqué jusque-là, et plus tard je l’entends deux fois en anglais (langue dans laquelle il est légèrement moins rare qu’en français) : dans la bouche d’une prof en cours, et de Gaius Baltar dans BSG 2003 (« the universe is a vast and complex system; coincidental, serendipitous events are bound to occur. » : l’univers est un système vaste et complexe ; des coïncidences et des évènements fortuits arrivent forcément).

serendipity, sérendipité
Une image de SEREN-D-IPITY sur Deviantart (ici).

Cela m’arrive régulièrement, mais pas avec une telle intensité. Bien sûr, il y a une explication tout à fait logique : peut-être ne prêtais-je jusque-là pas attention à ce mot, cela ne veut pas dire que personne ne l’utilisait. Pour preuve, le pseudo Youtube que je n’avais jamais remarqué, et la phrase de Baltar dans un épisode que j’avais déjà vu sans relever le mot.

Mais peut-être que c’est plus que ça. Peut-être est-ce un message. Si ce n’est de l’univers, peut-être simplement de mon inconscient, subconscient, bref, de ma petite voix intérieure. Quel message, me direz-vous ? Avec le recul, je dirais qu’il s’agissait d’une incitation à m’ouvrir à la sérendipité. N’est-ce pas par exemple le sujet de mon article publié fin 2011, Cultiver l’imprévu ? Il est vrai que j’ai un peu tendance à filer droit devant sans regarder autour, et à avoir des idées bien arrêtées. Par exemple sur mes études à Paris, qui sont un passage obligé mais dont je me serais bien passée. Accepter la sérendipité, c’est ne pas pour autant oublier de profiter des bons côtés, des films en VO, des musées, des rencontres. C’est ralentir un peu le pas, regarder le ciel (http://www.onlyphotos.org/article-regarde-le-ciel-98329657.html), s’arrêter pour prendre une photo de graffiti.

graff, tag, graffiti, street art, regarde, le, ciel, regarde le ciel
Celle-ci n'est pas de moi mais de pitch, postée sur pix-populi (ici).
Quelques photos de street art, de moi celles-là: ici.

Cela vous est-il aussi arrivé de découvrir une chanson qui reflète ce que vous ressentez ou vous permet de le transcender quand vous en aviez le plus besoin ? Cela m’est arrivé tout récemment et c’est ce qui m’a poussée à écrire cet article qui me trottait dans la tête depuis cette histoire de sérendipité qui fait, avouons-le, un parfait exemple de mise en abyme ;p.

Et les gens, alors ? N’avez-vous jamais rencontré ou sympathisé avec quelqu’un dans un moment où vous en aviez bien besoin ? C’est ainsi qu’est née en février 2011 une belle amitié avec ma camarade de classe Tina, qui était jusque-là une bonne copine. Je venais d’apprendre une mauvaise nouvelle en compagnie de ma mère, qui me rendait visite à Paris. Mais lorsqu’elle rentra en province le lendemain, je savais que j’avais besoin d’en parler à quelqu’un, de ne pas rester toute seule (ma tendance naturelle).

DSC00724.JPG

Je ne saurais dire si j’ai choisi Tina parce que nous étions toutes les deux en avance ce jour-là ou parce que je sentais que c’était la bonne personne. Le fait est qu’elle m’a raccompagnée chez moi pour la pause après ce cours, malgré la peur de s’imposer, parce qu’elle savait qu’il ne fallait pas me laisser seule. Qu’elle m’a écoutée. Et qu’on ne s’est pour ainsi dire plus quittées. Alors elle me fait rire quand elle dit que je la sauve toujours, moi que son copain surnomme Super Marianne. Parce que c’est elle, Wonder Tina, qui m’a sauvée la première.

Car l’amitié sauve, vous savez ? J’avais tendance à l’oublier à Paris, loin de mes amies d’enfance, je croyais pouvoir filer droit devant sans regarder autour, et les retrouver pendant les vacances. Jusqu’à ce que la sérendipité se rappelle à moi…

mercredi 11 juillet 2012 Publié dans Dans ma vie..., Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 07 juillet 2012

Quelques photos de Paris

"Paris, ville de plaisirs où les quatre cinquièmes des habitants meurent de chagrin."
Nicolas de Chamfort

paris

paris, rue

paris, rue, carmes

paris, pompier, rue, voiture, camion, échelle, rouge

 

paris, rue, soufflot, panthéon

paris

couple, luxembourg, jardin, parc, paris, sénat

samedi 07 juillet 2012 Publié dans Photos | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 04 juillet 2012

Séjour en Charente

J'ai passé le mois de juin dans la ferme de mon oncle pour un stage. J'ai notamment créé son site Internet (fougerat.net) et pratiqué mon russe embryonnaire avec sa femme, Nata (qui est ukrainienne mais parle le russe couramment, comme tous les gens de sa génération, qui ont grandi sous l'URSS). Le tout dans une ambiance familiale et entourée d'animaux.

Et puis j'ai pris beaucoup, beaucoup de photos. Voici quelques morceaux choisis:

tracteur

chien, toutou, songeur, pensif
Athos alias Tutu, regardant au loin, songeur.

charente, fleuve, rivière, eau, cours
Au bord de la Charente.

botteleuse, botte, foin

kitty, chat, chaton, félin, bébé, calin, tendresse
Kitty.

kitty, grimpe, escalade, chat, chaton, jambe
... et ça, c'est ma jambe. Aïe.

chat, chaton, kitty, épaule

jaunet, chat, minou, matou, yeux, grands
Jaunet, alias John ou Reji (рыжий = roux)

tracteur, roue, végétation, fleur, planche

tigrou, chat, minou, matou, rose, fleur, herbe, aguet, affût
Tigrou chasse.

botte, foin, debout

chèvrefeuille, fleur

mouton, agneau, brebis, bébé, né
Agneau d'un jour et sa maman malade (qui s'en est remise).

vache
T'as d'beaux yeux, tu sais!

fleur, bleu, insecte

Merci de ne pas utiliser ces images sans ma permission.

mercredi 04 juillet 2012 Publié dans Dans ma vie..., Photos | Commentaires (0) |  Facebook | |