Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 01 août 2012

Le moule, le piège

Un texte écrit le 20 mai 2012, dans le train.

Tant de noms différents pour quelque chose qui existe depuis si longtemps… On l’a appelé l’étiquette, la bonne éducation, la sociabilité, les codes sociaux… Mais ne vous y trompez pas, c’est toujours lui. Le moule. Qui nous attire par de belles promesses et tente de nous façonner à sa guise.

Il a de bonnes intentions. Il ne vise que notre bien-être. Notre intégration. Notre sociabilisation. Il est prêt à tout, le moule, pour y arriver. Il nous apprend à dire ce qu’il faut, à ne pas tout dire, à enjoliver la réalité et à bien l’enrober, à dissimuler ce qui heurterait nos interlocuteurs. A rire ou verser une larme mais sans trop d’excès. Il nous apprend à plier comme le roseau pour ne pas casser comme le chêne. A s’adapter. A louvoyer. Petit à petit, nous développons une personnalité à géométrie variable.

Mais il est aussi cruel, le moule. C’est un professeur impitoyable qui se retourne contre nous et nous recrache lorsqu’ingrat, l’on ne suit pas ses conseils avertis. Il nous montre du doigt à ses fidèles disciples qui nous mettent aussitôt à l’index, qui avec un zeste de pitié, qui avec une satisfaction perverse. Sans lui, aux autres nos réussites ne suffisent jamais et nos échecs sont source d’autocongratulation.

Nous ne sommes pas tous égaux face au moule. Certains souffrent d’un terrible handicap, d’une sorte d’incapacité à s’y fondre, en général accompagnée, sans que l’on sache si c’en est la cause ou la conséquence, d’un certain dégoût pour lui. Une sorte de peur paranoïaque de la compromission et des petits arrangements avec la vérité, de tristesse de ne pas pouvoir l’éviter, d’angoisse qu’il nous piège.

Avec le temps, j’ai appris à faire avec le moule. J’arrive même parfois à le tromper. Mais je reste, fondamentalement, la fille qui entre quelque part, sent le regard des autres se poser sur elle et se demande si elle fait quelque chose de travers.

mercredi 01 août 2012 Publié dans Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.