Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 31 octobre 2012

Semaine n°11: du 24 au 31 octobre

Activités:

  • footing avec Suelan
  • ciné avec Jenny: Cloud Atlas
  • soirée costumée au club Fahrenheit
  • sculpture de citrouilles
  • trick or treating le soir d'Halloween avec un groupe de l'i-house
  • billard
  • écriture du début de mon "final paper"

Différence culturelle:

  • Halloween est beaucoup plus célébré ici, beaucoup de maisons sont décorées plus de quinze jours avant, et pas qu'un peu: citrouilles, guirlandes lumineuses, araignées et chauve-souris, fantômes et squelettes...

Nouveaux mots:

  • tepid = lukewarm = tiède, mitigé, peu enthousiaste.
  • loophole = lacune (surtout dans une loi, un règlement).
  • icky (familier) = dégueu, gluant, visqueux.

Photos:

DSC03569.JPG
Déguisée en "flapper" des années 20, version zombie.

DSC03509.JPG
Ma citrouille!

Prochainement:

  • déjeuner avec des membres de ma famille.
  • peut-être un peu de shopping
  • Yosemite le week-end du 9 novembre.

mercredi 31 octobre 2012 Publié dans Photos, USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 27 octobre 2012

J’ai entendu… Ronan, de Taylor Swift.

(écrit en septembre)

ronan, taylor, swift, cancer, stand up to cancer, deuil, mort, enfant, poème, pascal

Cette chanson de Taylor Swift est inspirée du blog de la maman de Ronan, un petit garçon de quatre ans atteint d’un cancer qui a rejoint les anges en mai 2011. J’ai dû l’écouter une dizaine de fois en deux jours, et les larmes continuent de couler et je me surprends à frissonner. Surtout avec la version chantée en live sur le plateau de « Stand Up To Cancer », une émission du genre téléthon.

Je ne sais pas si ma réaction vient de l’horreur universelle face à la perte d’un enfant, ou de mon histoire familiale dans ce domaine – ma grand-mère a perdu un petit garçon de trois ans il y a un demi-siècle, bien avant que je sois même un projet dans les rêves de mes parents, ce qui n’empêche pas que j’ai une forme de relation personnelle avec cet oncle que je n’ai jamais connu, qui m’a notamment inspiré une description de passage (Ce qui n’a jamais été), et que j’ai décrit ainsi dans un autre article :

"Pascal est né en 1955. Je ne sais presque rien de lui, si ce n'est que ma mère lui doit son deuxième prénom - Pascale. Et qu'il vénérait son grand frère Alain, qu'il surnommait Yaya. C'est un oncle fantôme. Et pour cause, il n'a pas eu le temps de vivre."

La force que je trouve dans cette chanson, Ronan, c’est la description de tous ces petits moments de vie : "I remember your bare feet, down the hallway, I remember your little laugh. Race cars on the kitchen floor, plastic dinosaurs, I love you to the moon and back". Et celle, si simple, du deuil impossible: "I remember the drive home, when the blind hope turned to crying and screaming why. Flowers pile up in the worst way, no one knows what to say about a beautiful boy who died. And it’s about to be Halloween, you could be anything you wanted if you were still here."

Cette dernière phrase m’a particulièrement émue, peut-être parce qu’elle résonne avec ma description de passage (que j’ai dû relire pour mettre le doigt sur ce sentiment diffus) : "On parle de lui, le grand inconnu, le potentiel jamais réalisé, celui qui n’a rien pu devenir que des regrets, ce qui n’a jamais été […] celui qui est parti trop tôt, celui qui n’a rien pu devenir." Voilà comment je comprends ce "you could be anything".

Et puis en rédigeant cette note, j’avais le souvenir flou d’avoir écrit quelque chose d’autre sur la perte d’un enfant, sans arriver à trouver quoi. J’ai cherché un moment, et finalement j’ai trouvé (Les volets de sa chambre). Et là j’ai pris conscience d’une autre influence qui explique peut-être en partie mes sentiments à ce sujet : Pascal n’est pas le seul "potentiel jamais réalisé" dans ma vie. L’un de mes petits cousins est lui aussi monté au ciel avant son heure, alors que j’avais une dizaine d’années ; un bébé que j’avais tenu dans mes bras et aidé à changer, pour qui j’avais prié avec ma grand-mère. Cet article devient vraiment trop personnel à mon goût, les larmes reviennent et je me demande si je vais le publier. Si vous le lisez, de toute évidence j’aurai fait mon choix. De temps à autre je me demande jusqu'où pousser l'exhibitionnisme, si la catharsis que j'en retire justifie vraiment d'exposer certaines choses sur la place publique...

Je conclus vite avant de faire couler mon maquillage (quelle invention idiote, le mascara) en vous recommandant fortement d’écouter Ronan (et si vous la téléchargez sur iTunes, votre argent ira à la lutte contre le cancer). Et en vous renvoyant à quelques uns de mes poèmes sur la perte et le deuil:

La voix sur le répondeur (franchement déprimant).
Ton visage (que je vois comme assez positif au bout du compte).
Mon étoile (le plus optimiste).

samedi 27 octobre 2012 | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 24 octobre 2012

Semaine n°10: du 17 au 24 octobre

Activités:

  • échange de cadeaux "Secret Pal" (je reçois des autocollants pour décorer ma chambre)
  • footing seule, avec Suelan et Fuyo, Suelan et Jenny
  • shopping à Great Mall avec Shanique et Jenny (Secret Pal)
  • yaourt glacé et fruits offerts par Shanique (cadeau tardif pour mes 21 ans)
  • glace Ben & Jerry's (cookie dough) offerte par l'i-house en remerciement de notre travail pour le Pancake Breakfast
  • shopping à Valley Fair Mall avec un groupe (costume d'Halloween et cadeaux pour la famille et les amis) et retour en voiture, serrés comme des sardines, en chantant avec la radio
  • ciné avec Jenny (The Perks of Being a Wallflower)
  • shopping avec Jenny (nourriture à Trader Joe's et un puzzle pour l'i-house)
  • glace Cold Stone (cotton candy & mint) avec Jenny
  • ciné seule (Argo)
  • écriture de la première page de mon final paper sur la religion!
  • lecture intensive d'Handmaid's Tale, roman étudié en littérature, que je finis avec deux semaines d'avance tellement j'étais accrochée.
  • entraînement au billard - je progresse un petit peu
  • coffee night avec fondue au chocolat ;)

En résumé, beaucoup de glace, de shopping et de films!!!

Photo de la déco dans ma chambre avec mes nouveaux stickers
(et c'est la seule nouvelle photo cette semaine car j'ai été trop occupée pour en prendre lol)

DSC03496.JPG

Prochainement:

  • ciné, encore: probablement Cloud Atlas.
  • ???

mercredi 24 octobre 2012 Publié dans Dans ma vie..., Photos, USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 20 octobre 2012

Expérience californienne: moitié du séjour!

A la moitié du semestre, je crois qu’il est grand temps de vous en dire un peu plus sur mon séjour en Californie !

Je vis donc à l’i-house (International House), juste à côté du campus de San Jose State University. Nous sommes soixante-dix, dont une vingtaine d’Américains et des étudiants venant de vingt-et-un autres pays, certains étant là pour obtenir un diplôme et d’autres, comme moi, pour une durée plus réduite avant de retourner dans leur université d’origine.

Je vous le dis tout de suite, l’idée de vivre dans une résidence de ce genre m’inquiétait un peu. Si vous avez lu quelques un de mes articles, vous savez que j’ai de légères tendances asociales, ou disons que j’ai besoin de solitude, de silence et d’espace pour rester (un tant soit peu) équilibrée. Mais en fait, je me suis vite rendue compte que l’i-house était l’endroit rêvé pour un séjour aussi court – me permettant de rencontrer de nombreuses personnes très vite, dont la plupart vivent une expérience similaire à la mienne.

De plus, être ainsi entourée m’a permis de m’adapter plus facilement et de ne pas déprimer loin de ma famille (avec qui je me connecte par webcam tous les jours, quand même ;p). Le premier jour a été assez dur, avec le décalage horaire et une question qui tournait et retournait dans mon esprit : mais qu’est-ce qui m’est passé par la tête ? Qu’est-ce que je fais ici ?

Et puis au fur et à mesure j’ai récupéré mes heures de sommeil, me suis installée (j’ai eu un peu de temps pour ranger mes affaires puisque ma « roommate » Andrea n’est arrivée que quelques jours plus tard) et ai décoré mes murs avec des photos de famille et des dessins et phrases positives du genre « tout ira bien ». J’ai fait connaissance avec les autres résidents, me suis fait des amis, ai appris à connaître Andrea et à cohabiter avec elle.

Quand les cours ont commencé, j’ai un peu paniqué à la quantité de travail personnel à fournir. Je m’imaginais que quatre cours de 2h30, soit dix heures par semaine, me laisseraient pas mal de temps libre… mais chaque prof attend environ 5 à 6h de travail perso en plus : lectures obligatoires, résumés ou analyses à écrire, etc. D’autant que certains de mes profs attendent de moi que j’écrive « à l’américaine », avec des conventions bien différentes de ce à quoi je suis habituée, ce qui a été extrêmement chronophage pendant la phase d’adaptation. Mais je commence à m’y faire, à mieux savoir m’y prendre pour ne pas y consacrer trop de temps ; d’autant que j’ai eu quelques bonnes notes qui me rassurent et me permettent de me lâcher un peu de lest.

Les activités de l’i-house occupent aussi une part importante de mon temps : les « coffee nights » à thème, ouvertes au public, tous les mardis soirs ; le « student council » les mercredis soirs ; sans compter les sorties touristiques le week-end (San Francisco, Santa Cruz, Stanford, Great America…), et les divertissements comme les jeux de carte, le babyfoot ou le ping-pong, ainsi que les fêtes d’anniversaire « surprise » à minuit tapantes. De plus Andrea m’a traînée au cinéma quelques fois (elle est étudiante en « RTVF », radio-télé-film) et me voilà accro, j’y vais avec ou sans d’autres résidents une à deux fois par semaine. Je cours aussi assez souvent.

Dans mes cours, je me suis liée avec relativement peu de personnes. Dans certains cours, les gens ne se parlent quasiment pas, ce qui est assez flippant… mais dans d’autres les profs organisent des débats et activités de groupes (auxquels je participe avec enthousiasme, qui l’eût cru ?). La classe la plus conviviale est celle de traduction anglais-espagnol, où plus de la moitié des élèves sont d’origine latino… ce qui influence fortement l’ambiance. Le cours se fait en espagnol, ce qui me permet de bien pratiquer.

Bref, je ne regrette pas du tout mon choix. Je me sens bien ici. Vraiment bien, mon humeur est étonnamment stable. On m’a fait remarquer que j’avais un beau sourire. Et je me suis dit, tiens, c’est vrai, je souris. Beaucoup. Presque tout le temps, en fait. Tellement plus qu’à Paris. Il faut dire que l’ambiance ici y incite plus. La météo, bien sûr, mais aussi le comportement des gens, l’ambiance générale.

Je profite au maximum de ce semestre qui passe incroyablement vite. J’ai du mal à croire que dans seulement deux mois, je quitterai tous ces gens dont cette expérience de dingue m’a rapprochée si vite. Un certain nombre m’a déjà promis de venir squatter mon canapé à Paris, et ils ont plutôt intérêt !

samedi 20 octobre 2012 Publié dans Dans ma vie..., Mes écrits, USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 17 octobre 2012

Semaine n°9: du 10 au 17 octobre

Activités:

  • footings.
  • Pancake Breakfast, un évènement organisé par l'i-house qui se transforme en restau le temps d'un dimanche. Les résidents cuisinent, servent, font la vaisselle (c'est moi!) et chantent/dansent etc, le tout en costume traditionnel de différents pays.
  • devoirs - notamment un projet de représentation visuelle où je laisse s'exprimer mes tendances artistiques.

Différence culturelle:

Beaucoup d'Américains ont un peu l'impression d'être le centre du monde, ignorant (souvent volontairement) leurs différences mais aussi similitudes avec d'autres cultures. Pas tous, surtout ceux que je suis amenée à côtoyer qui ont souvent l'habitude des échanges culturels. Mais quand même.

Nouveaux mots:

  • a sieve (passoire, tamis).
  • censorship (censure).

Photos:

DSC03426.JPG
Représentation visuelle, dont l'essentiel est tiré du livre de Michelle Alexander (The New Jim Crow) et du cours sur le rêve américain du professeur Ormsbee.

DSC03445.JPG
La maison internationale décorée pour le Pancake Breakfast.

DSC03461.JPG
Photo dans mon costume traditionnel (Nouvelle Guinée) prise sur le vif par Jenny.

Prochainement:

  • shopping et mojito avec Shanique.
  • ciné (j'ai vraiment envie de voir The Perks of Being a Wallflower).
  • dessin et écriture? Il faut que je m'y remette!
  • reprise des recherches pour mon projet sur la religion, pas le courage...

mercredi 17 octobre 2012 Publié dans Dans ma vie..., Photos, USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 13 octobre 2012

Poème: Forgive me

 

Please forgive me, for I have sinned
Witnessing joy I’ve felt envy
Feeling ignored I’ve been angry
And I didn’t fight the feeling

I have used words to hurt and wound
To get my way, to spread rumors
I have wished ill on my neighbor
And more than once asked for the moon

I’ve judged some books by their cover
Blamed some roses for having thorns
I have treated people with scorn
And often felt superior

I’ve been selfish and a coward
I’ve talked about ending the fray
And I have looked the other way
When it happened in my backyard

I have wallowed in self-pity
Refused every helping hand
Claimed that no one could understand
And I forgot to feel lucky

Please forgive me, I am human
Not only am I not perfect
But let me confess with regret
I don’t always do all I can

But I’ll try harder tomorrow

samedi 13 octobre 2012 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 10 octobre 2012

Semaine n°8: du 3 au 10 octobre

Activités:

  • footings avec Suelan et Jenny
  • survivre à la vague de chaleur
  • écrire et rendre 3 "papers"
  • ciné: Taken 2
  • anniversaire: 21 ans! fête "surprise" à l'i-house vendredi soir, puis sortie bar+boîte samedi soir

Différence culturelle:

Interdit de boire avant 21 ans. Et même après, il est interdit d'avoir de l'alcool dans un "récipient ouvert" (verre mais aussi bouteille qui a été ouverte même si elle est rebouchée) dans un lieu public, ce qui inclut la rue.

Nouveaux mots:

  • chirpy = bubbly = pétillant; gai, enjoué, plein de vitalité.

Prochainement:

  • beaucoup de lecture pour mes cours
  • reprendre les recherches pour mon cours sur la religion
  • Pancake Breakfast dimanche!

mercredi 10 octobre 2012 Publié dans Dans ma vie..., USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 06 octobre 2012

Citations: home

 Never make your home in a place. Make a home for yourself inside your own head. You’ll find that you need to furnish it – memories, friends you can trust, love of learning, and other such things. That way it will go with you wherever you journey.
(Tad Williams)

They say home is where your heart is set in stone
is where you go when you’re alone
is where you go to rest your bones
It’s not just where you lay your head
It’s not just where you make your bed
(Home, Gabrielle Aplin)

The ache for home lives in all of us, the safe place where we can go as we are and not be questioned.
(Maya Angelou)

Home is any four walls that enclose the right person.
(Helen Rowland)

I’m surrounded by
A million people I
Still feel all alone
I just wanna go home
(Home, Michael Bublé)

Homesickness is. . . absolutely nothing. Fifty percent of the people in the world are homesick all the time. You don't really long for another country. You long for something in yourself that you don't have, or haven't been able to find.
(John Cheever)

The worst feeling in the world is the homesickness that comes over a man occasionally when he is at home.
(Edgar Watson Howe)

Something about how you live here
I wanna live that way
(Dotted lines, Sweet talk radio)

A house is not a home unless it contains food and fire for the mind as well as for the body.
(Benjamin Franklin)

Home is not where you live but where they understand you. 
(Christian Morgenstern)

Au fond j’crois qu’la terre est ronde
Pour une seule bonne raison
Après avoir fait l’tour du monde
Tout’c’qu’on veut c’est être à la maison
(La Terre est ronde, Orelsan)

 

samedi 06 octobre 2012 Publié dans Citations, extraits de chansons | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 03 octobre 2012

Semaine n°7: du 26 septembre au 3 octobre

Activités:

  • footing avec Jenny
  • Japantown avec Jenny
  • ciné (Won't back down & Looper)
  • Great America (parc d'attractions) en groupe

Différence culturelle:

  • le plus souvent aux caisses de boutiques et petits magasins, il n'y a qu'une seule file d'attente et la première caisse disponible va au premier dans la file. Et même quand cette dernière ne saute pas aux yeux, il y a toujours un ordre d'attente et seuls les goujats ne le respectent pas.

Nouveaux mots:

  • Q-tip = coton-tige.
  • make-up remover = démaquillant.
  • nail polish remover = dissolvant (pour vernis à ongles).

Photo à San Jose:

campus, sjsu, san josé, californie, csu, cal state, tower hall, tower
Tower Hall, encore - je suis obsédée par ce magnifique bâtiment au coeur du campus de San Jose State University.

Photo ailleurs:

DSC03393.JPG
Déco d'Halloween à Great America.

Prochainement:

  • mes 21 ans, le 6 octobre.
  • quelques deadlines pour des travaux écrits à rendre.

mercredi 03 octobre 2012 Publié dans Dans ma vie..., Photos, USA | Commentaires (0) |  Facebook | |