Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 17 avril 2013

J’ai vu… Total Recall (2012)

La planète Terre, contaminée, est devenue presque inhabitable. Ne restent que la Union Fédérale Britannique, qui conduit l’Angleterre une partie des côtes européennes, et la Colonie australienne, reliées par « la Chute » (the Fall) via le centre de la terre, ce qui permet aux travailleurs pauvres de la colonie de rejoindre les usines de l’Union Fédérale chaque jour.

Douglas Quaid est l’un de ces travailleurs pauvres, participant à la construction des soldats « synthés », et marié à une ravissante agent des services de sécurité. Mais il aspire à autre chose, une vie avec plus de sens, et rêve de missions secrètes avec une mystérieuse jeune femme. Il se laisse convaincre par les promesses de Rekall, une entreprise d’implant de souvenirs virtuels… et se retrouve embarqué dans une histoire d’espions, de manipulations politiques et cérébrales, et le combat entre le gouvernement de l’Union Fédérale et la Résistance.

Total recall.jpg

Ce film s’amuse à nous faire perdre le fil entre réel et virtuel ; dès qu’une conviction commence à s’installer confortablement, elle est remise en question. Le jeu d’acteur soutient solidement ce va et vient mental. C’est un divertissement très sympa, qui peut se regarder comme un « simple » film d’action mais qui pose aussi quelques questions intéressantes si l’on est d’humeur à philosopher.

 

Les commentaires sont fermés.