Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 20 mars 2013

J'ai vu... No

En 1988, après 15 ans de dictature militaire, le Général Pinochet cède à la pression internationale et organise un référendum soumettant au peuple la question du maintien ou non du régime. Les opposants, partisans du « No », ont pour la première fois 15 minutes de liberté d’expression relative à la télévision nationale. Mais les mettre à profit ne sera pas si simple, l’opposition se divisant en 17 partis dont les dirigeants ont tant souffert de la dictature qu’ils ont du mal à concentrer leur campagne sur un futur meilleur plutôt que sur la dénonciation des exactions passées.

C’est là qu’intervient le personnage principal, joué par Gael García Bernal, qui travaille dans une agence de publicité dont le patron défend le « Si » (le « oui ») mais qui va s’impliquer dans la campagne du « No » et y imposer le thème de… la joie.

Un film très agréable, intelligent et inattendu. L’ambiance visuelle est très originale, avec des couleurs très années 1980, et un cadrage avec beaucoup de plans très rapprochés, une caméra qui bouge… Les dialogues sont bien conçus, avec des changements de décor en milieu de conversation qui donnent une impression de bribes reliées entre elles que l’on peut avoir dans des souvenirs. Les acteurs sont convaincants.

Ce film est sorti le 6 mars, donc on peut encore le voir sur grand écran. Je conseille évidemment aux hispanophones de le voir en VO si possible. Même sans un niveau extraordinaire beaucoup de choses se comprennent, et sinon il y a toujours les sous-titres.

Les commentaires sont fermés.