Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 03 avril 2013

J'ai vu et lu... Hunger Games

J’avais vu Hunger Games à sa sortie sur grand écran en France, et l’ai revu en DVD depuis ; et j’ai également lu les 3 tomes en anglais (et des bribes en français, car nous avons les deux chez moi). J’écris cet article à retardement, après avoir revu le film en comparant non seulement au tome 1, mais aussi aux suivants en pensant à ce que les modifications faites peuvent impliquer.

Katniss Everdeen - The Hunger Games wallpaper

La première chose qui m’a sauté aux yeux, c’est la différence de focalisation (ou point de vue) entre les deux supports. Celle du livre est interne : on voit tout à travers les yeux de Katniss, et il est extrêmement marquant lorsqu’on a d’abord vu le film, de découvrir toutes ses pensées, notamment son extrême manque de confiance (que je n’appellerai pas paranoïa car la moitié du temps, elle a raison sur les manipulations des gens même si elle ne détecte pas forcément leurs intentions exactes). La focalisation externe du film passe à côté d’une bonne partie de cela, nous laissant uniquement voir les réactions extérieures de Katniss (et on voit difficilement comment il aurait pu être tourné différemment, cela aurait fait une voix off bien bavarde), mais nous permet par contre découvrir des aspects non traités dans le livre, où nous n’en savions pas plus que Katniss sur les actions des Gamemakers (les Juges dans la version française, je crois ?) ou du Président Snow. Ce sont des scènes largement minoritaires par rapport à celles qui mettent Katniss à l’honneur, mais cela apporte une vision d’ensemble qui convient bien à un film.

Il est des modifications qui me « choquent » plus maintenant que j’ai lu la série tout entière. Ou disons que je suis curieuse quant à ce que les scénaristes en feront dans les deux films suivants. Notamment, l’histoire et la signification du symbole du Mockingjay (le Geai Moqueur). Il n’empêche que c’est à mon avis une bonne adaptation – le mot veut dire ce qu’il veut dire, après tout, une adaptation n’est pas censée être en tout point identique avec l’œuvre originale.

hunger, games, catching, fire

Pour ce qui est des deuxième et troisième tomes (Catching Fire ou L’Embrasement, et Mockingjay ou La Révolte), ils ont réussi à s’éloigner du plan instauré par le premier et à me surprendre à plusieurs reprises. La fin, notamment.

L’écriture est pleine de symboles, comme le fameux geai moqueur, et de présages dont on ne comprend la signification que plus tard.

Une saga vraiment addictive, et qui fait réfléchir.

Les commentaires sont fermés.