Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 07 août 2013

J’ai vu… Minuit à Paris

Ils se font rares, ces films qui mélangent la réalité et le fantastique de façon naturelle et poétique. Sans chercher à expliquer mais plutôt en laissant le spectateur interpréter le message tel qu’il le souhaite.

Minuit à Paris, de Woody Allen, fait exception.

Le héros, un scénariste d’Hollywood qui rêve plutôt d’écrire des romans, est de passage à Paris avec sa fiancée et les parents de celle-ci. Paris, c'est la ville de ses rêves où il a séjourné quand il était étudiant et qu'il regrette d'avoir quittée.

Un soir, par hasard, il se retrouve dans les années 20, qu'il considère comme l'Âge d'Or. Il y rencontre ses idoles comme Hemingway, et une charmante jeune femme qui joue les muses pour divers peintres. Tous les soirs à minuit, il y retourne.

En dire plus vous gâcherait la suite…

Minuit à Paris.jpg

Ce film joue avec la nostalgie d'un Âge d'Or passé, révolu. Woody Allen semble très bien comprendre ces rêveries d'artistes incompris, mais aussi adresser un message aux spectateurs sur la nécessité de vivre dans le présent.

L’Âge d’Or n’est pas une idée nouvelle, Ovide en parle déjà dans ses Métamorphoses :

Aurea prima sata est aetas, quae vindice nullo,
sponte sua, sine lege fidem rectumque colebat.
(Le premier âge à voir le jour fut l'âge d'or qui , sans juge,
spontanément, sans lois, pratiquait la bonne foi et le droit.)

[...]
Ipsa quoque inmunis rastroque intacta nec ullis
saucia uomeribus per se dabat omnia tellus
(La terre, sans contrainte elle aussi, épargnée par le hoyau,
ignorant les blessures de la charrue, offrait tout d'elle-même.)

C’est l'idée d'un bonheur originel, qui revient sous différentes formes, comme le Paradis perdu judéo-chrétien, ou l’état de nature selon Rousseau.

Minuit-a-Paris6.jpg

L’idée de Minuit à Paris, c’est que même si chaque époque a des choses à nous apprendre, aucune n’était parfaite, et les gens qui les vivaient rêvaient eux aussi d’un Âge d’Or plus ancien encore – la Belle Époque, la Renaissance, et cætera.

L’une des analyses possibles, développée notamment par Raoul Girardet dans Mythes et mythologies politiques, c’est que cette nostalgie est une réponse à la perte d'anciens repères quand l'évolution de la société semble trop rapide.

C'est aussi une façon de refuser un présent morose en vivant le fantasme d’un passé grandiose, dont les protagonistes étaient en fait tout aussi insatisfaits.

Mais le message de ce film n'est en aucun cas d'arrêter de rêver. Il encourage simplement à garder les pieds sur terre et un œil ouvert sur notre vraie vie pendant qu’on a la tête dans les nuages. Des nuages qui ont bien des choses à nous apprendre !

minuit à paris pluie 3.jpg

Les commentaires sont fermés.