Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 05 septembre 2012

Semaine n°3: du 29 août au 5 septembre

Activités:

  • footings avec Suelan
  • long week-end (lundi 3 = Labor Day)
  • shopping avec Andrea (ma roomie)
  • ciné: Robot and Frank (avec Mimi, Jenny & Andrea) + Celeste and Jesse Forever (avec Andrea)

Différence culturelle:

  • il faut compter les vêtements qu'on veut essayer, et on nous donne une petite pancarte avec le nombre en question, que l'on doit rendre une fois qu'on a terminé (pour vérifier qu'aucun vêtement n'a disparu entre temps...)

Nouveaux mots:

  • Bossy (autoritaire), pushy (insistant), assertive (sûr de soi, qui sait s'imposer).

Une photo à l'intérieur:

DSC03265.JPG
Nouveaux stores qui fonctionnent!!!
(les anciens étaient complètement déglingués)

Une photo à San Jose:

DSC03186.JPG
Eglise.

Une photo ailleurs:

378178_461324513907920_281852675_n (2).jpg
A Campbell, juste à côté de San José, avec ma roomie Andrea qui essaie de m'étrangler (pour de faux!).

Prochainement:

  • pas de shopping pour un moment!
  • peut-être ciné à nouveau - The Words ou The Bourne Legacy par exemple.
  • et qui sait quoi d'autre ;p

mercredi 05 septembre 2012 Publié dans Dans ma vie..., Photos, USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 29 août 2012

Semaine n°2: du 22 au 29 août

Activités:

  • cours (10h par semaine) et devoirs (énormément de lecture et quelques trucs à écrire).
  • babyfoot, ping pong, poker à l'i-House.
  • virée à Santa Cruz samedi avec un groupe de résidents.
  • visite à l'infirmerie de la fac pour un muscle froissé en courant sur la plage samedi ;p. Rien de grave.

Différence culturelle:

  • traverser la rue en dehors des clous (jaywalking) est très mal vu et illégal.
  • marcher dans la rue avec un récipient ouvert contenant de l'alcool est illégal. Même après 21 ans.
  • le plagiat c'est très, très mal. On peut être accusé de plagiat même en citant l'auteur de l'idée, si on ne le cite pas selon une certaine méthodologie qui me donne la migraine.

Nouveaux mots:

  • to pigeonhole = cataloguer, mettre dans une case, coller une étiquette.
  • a strain / to strain = un muscle froissé / se froisser un muscle.
  • to swell = gonfler, enfler.

Une photo à l'intérieur:

DSC03203.JPGAu restau à Santa Cruz.

Une photo à San José:

san josé, california

Une photo ailleurs:

santa cruz, boardwalk, ride
A Santa Cruz.

Prochainement:

  • encore plus de devoirs xS.

mercredi 29 août 2012 Publié dans Dans ma vie..., Photos, USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 22 août 2012

Semaine n°1: du 15 au 22 août

Activités:

  • installation à l'i-House (maison internationale) et décoration de ma chambre.
  • courses à Safeway, Valley Fair mall, Trader Joe's, Walmart.
  • journées d'orientation de la fac puis de l'i-House.
  • voyage en bus à San Francisco.

Différence culturelle:

  • les "malls" (centres commerciaux) ne sont pas bâtis autour d'une grande surface comme c'est l'usage en France. On a donc d'un côté les "malls" comme Valley Fair, avec des bijouteries, boutiques de vêtements et de téléphone portable; et d'un autre côté, les méga grandes surfaces comme Walmart.

Nouveaux mots:

  • to squawk (brailler, crier)
  • hella (beaucoup de, très), apparemment utilisé seulement en Californie du Nord.

Une photo à l'intérieur:

chambre, déco
Dans ma chambre à l'i-House.

Une photo à San José:

campus, sjsu, san josé, californie, csu, cal state, tower hall, tower
Tower Hall sur le campus SJSU.

Une photo ailleurs:

san francisco, sf, frisco, fisherman, wharf, bateau
Fisherman's Wharf à San Francisco.

Prochainement:

  • rentrée des classes le 22.

mercredi 22 août 2012 Publié dans Dans ma vie..., Photos, USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

mardi 21 août 2012

Premiers jours en Californie

Arrivée à San José le 15 août. Je m'installe à l'I-house (maison internationale), où j'ai ma chambre pour moi toute seule pour quelques jours - ma coloc n'arrive que le samedi.

DSC03099.JPG
Mon côté de la chambre une fois rangé (plus ou moins) et décoré.

Le décalage horaire et la nostalgie me frappent au début, mais je discute avec ma smala par webcam, m'adapte vite, rencontre les autres résidents, qui viennent d'un peu partout et sont tous très sympas.

Le 16, c'est la journée d'accueil (orientation) de la fac, je rencontre les autres étudiants étrangers et on nous explique des tas de trucs (en insistant notamment sur l'âge légal pour consommer de l'alcool aux USA: 21 ans... que je n'aurai qu'en octobre lol).

Le 18, sortie en bus à San Francisco pour les résidents de l'I-house. On voit le Golden Gate, Fisherman's wharf, on se balade et lèche les vitrines à Union Square puis on admire le panorama de Twin Peak sur toute la ville et la baie.

san francisco, sf, frisco, union, square
A San Francisco.

Au retour je rencontre ma coloc, Andrea, qui est américaine d'origine vietnamienne.

Le 19, je fais un footing le matin et apprivoise le campus qui paraît moins énorme au pas de course et presque vide avant que les gens se lèvent. Je fais des courses, seule pas loin, puis l'après-midi avec ma coloc à Campbell, ville voisine, où nous allons en empruntant le VTA (sorte de tramway).

campus, sjsu, san josé, californie, csu, cal state
L'une des entrées du campus.

Puis aujourd'hui, journée d'accueil de l'I-house, assez marrante au début avec des icebreakers (jeux pour apprendre à se connaître, "briser la glace") puis parfois un peu ennuyeuse lorsqu'on nous répète les instructions sur l'alcool cinquante fois.

Pendant tout ce temps, je prépare ma propre nourriture dans la super cuisine de l'I-house. Ce soir, premier repas servi par la fac (à la cafet et aussi à l'I-house) mais je ne sais pas exactement ce que je vais pouvoir manger avec mon régime sans gluten (et normalement sans caséine, mais cela paraît difficile à tenir pour l'instant). Dans la région pas mal de gens ont un régime de ce genre et les restos en tiennent compte... Mais ça n'a pas l'air si facile pour la cafet, même si c'est ce qu'on m'avait dit au début. Au moins je n'ai pris que le pass 5 jours et pas 7 jours, et si vraiment je ne trouve pas de variété je pourrai toujours manger des fruits et de la salade là-bas... et compléter par ailleurs.

campus, sjsu, san josé, californie, csu, cal state
Sur le campus.

Les cours commencent mercredi, j'en ai 4 par semaine, de 2h30 chacun (3 divisés en 2 cours d'1h15 différents jours de la semaine, et 1 en une fois), ce qui fait seulement 10h, mais il paraît que selon les cours on peut avoir beaucoup de devoirs. On verra...

J'espère avoir le temps de visiter la région et de voir certaines des personnes rencontrées lors de mon précédent périple américain... Dans tous les cas je vous tiens au courant!

mardi 21 août 2012 Publié dans Dans ma vie..., USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 15 août 2012

Stars des archives n°13 & départ aux Etats-Unis

Aloha! Comme certains d'entre vous le savent peut-être déjà, je vais passer le premier semestre de ma troisième année isitiste aux Etats-Unis. Plus précisément, en Californie, dans la baie de San Francisco, région où j'avais déjà séjourné pendant mon périple de 2010 (voir mes récits de voyage dans la catégorie USA du blog).

Mon avion décolle aujourd'hui même puisque j'ai une réunion d'orientation obligatoire demain. La rentrée, quant à elle, aura lieu le 22 août (eh oui ils commencent tôt les amerloques). Je ne rentrerai en France que juste avant Noël.

J'essaierai de continuer à alimenter ce blog durant cette grande aventure pour la partager avec vous... En attendant, voici un petit Stars des Archives si vous voulez (re)visiter mes anciens articles.

 

Un poème : Au fil de mes erreurs.

 

Une description de passage : n°27 la palissade.

 

Une réflexion : Le trou noir.

 

Une sélection de citations : Walls.

 

Un puzzle musical : n°3 The castle walls you built up.

 

Un bouillon de culture : n°22 Florilège de mômeries.

 

Une fanfic : Le chemin non emprunté (Fringe).

 

Un meilleur épisode : Le Caméléon 4.05 Road Trip.

 

Un dessin : More than a machine.

 

Un graphisme : Une épaule pour pleurer.

 

Une photo : Quelques photos de street art.

 

mercredi 15 août 2012 Publié dans Dans ma vie..., Par rapport au blog, Stars des archives, USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 18 juillet 2012

Une semaine en Bretagne entre amies - photos

Une semaine en Bretagne avec mon amie Clo, du 9 au 16 juillet.

Virées:

  • Lamballe et ses trois églises: Saint Jean, la Collégiale Notre-Dame, Saint Martin.
  • Le Cap Fréhel: rando puis au retour, baignade sur une petite plage entre le Cap et Sables d'Or les Pins.
  • Dinan: librairie Le Grenier, la Belle-Iloise, expo les Cordeliers, église Saint Sauveur.
  • Chemin des Douaniers du Val-André à Dahouët, puis pique-nique sur la plage et baignade.

Et aussi...

  • 2 footings.
  • Apéros en famille.
  • Une séance d'aquarelle sous la pluie... et une au sec.
  • Cuisine et patisserie. 
  • De l'écriture, de la lecture...

lamballe, bretagne

cap, fréhel, bruyère, bretagne

Dinan, église, marie, notre dame

val-andré, chemin, douaniers, plage, mer

val-andré, dahouët, phare, port

val-andré, dahouët, phare, port, bateau, pêche, filet

piégu, port, val-andré, bateau

mercredi 18 juillet 2012 Publié dans Dans ma vie..., Photos | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 11 juillet 2012

Synchronicité, sérendipité

Parfois le hasard fait bien les choses. Lui, ou la vie, le destin, l’univers, son grand architecte si vous y croyez, ou encore notre inconscient. Peu importe. Parfois ils nous envoient précisément ce dont on a besoin, au moment où on en a besoin. Jung appelle cela la synchronicité (l’occurrence simultanée d’au moins deux évènements sans lien de cause à effet, mais dont l’association a un sens pour la personne qui les perçoit).

Par exemple, il y a environ un an, pendant mon stage dans une bibliothèque, je découvre en feuilletant un livre le mot « sérendipité ». En rentrant chez moi, je le cherche sur Internet et découvre son sens et son origine (que j’ai expliqué sur ce blog : ici): en gros, le fait de trouver quelque chose sans le chercher. Un accident heureux, en quelque sorte. Une bonne surprise.
Dans les semaines qui suivent, je tombe sur ce mot plusieurs fois, notamment dans le pseudo d’une chanteuse de reprises que je suis sur Youtube et que je n’avais jamais remarqué jusque-là, et plus tard je l’entends deux fois en anglais (langue dans laquelle il est légèrement moins rare qu’en français) : dans la bouche d’une prof en cours, et de Gaius Baltar dans BSG 2003 (« the universe is a vast and complex system; coincidental, serendipitous events are bound to occur. » : l’univers est un système vaste et complexe ; des coïncidences et des évènements fortuits arrivent forcément).

serendipity, sérendipité
Une image de SEREN-D-IPITY sur Deviantart (ici).

Cela m’arrive régulièrement, mais pas avec une telle intensité. Bien sûr, il y a une explication tout à fait logique : peut-être ne prêtais-je jusque-là pas attention à ce mot, cela ne veut pas dire que personne ne l’utilisait. Pour preuve, le pseudo Youtube que je n’avais jamais remarqué, et la phrase de Baltar dans un épisode que j’avais déjà vu sans relever le mot.

Mais peut-être que c’est plus que ça. Peut-être est-ce un message. Si ce n’est de l’univers, peut-être simplement de mon inconscient, subconscient, bref, de ma petite voix intérieure. Quel message, me direz-vous ? Avec le recul, je dirais qu’il s’agissait d’une incitation à m’ouvrir à la sérendipité. N’est-ce pas par exemple le sujet de mon article publié fin 2011, Cultiver l’imprévu ? Il est vrai que j’ai un peu tendance à filer droit devant sans regarder autour, et à avoir des idées bien arrêtées. Par exemple sur mes études à Paris, qui sont un passage obligé mais dont je me serais bien passée. Accepter la sérendipité, c’est ne pas pour autant oublier de profiter des bons côtés, des films en VO, des musées, des rencontres. C’est ralentir un peu le pas, regarder le ciel (http://www.onlyphotos.org/article-regarde-le-ciel-98329657.html), s’arrêter pour prendre une photo de graffiti.

graff, tag, graffiti, street art, regarde, le, ciel, regarde le ciel
Celle-ci n'est pas de moi mais de pitch, postée sur pix-populi (ici).
Quelques photos de street art, de moi celles-là: ici.

Cela vous est-il aussi arrivé de découvrir une chanson qui reflète ce que vous ressentez ou vous permet de le transcender quand vous en aviez le plus besoin ? Cela m’est arrivé tout récemment et c’est ce qui m’a poussée à écrire cet article qui me trottait dans la tête depuis cette histoire de sérendipité qui fait, avouons-le, un parfait exemple de mise en abyme ;p.

Et les gens, alors ? N’avez-vous jamais rencontré ou sympathisé avec quelqu’un dans un moment où vous en aviez bien besoin ? C’est ainsi qu’est née en février 2011 une belle amitié avec ma camarade de classe Tina, qui était jusque-là une bonne copine. Je venais d’apprendre une mauvaise nouvelle en compagnie de ma mère, qui me rendait visite à Paris. Mais lorsqu’elle rentra en province le lendemain, je savais que j’avais besoin d’en parler à quelqu’un, de ne pas rester toute seule (ma tendance naturelle).

DSC00724.JPG

Je ne saurais dire si j’ai choisi Tina parce que nous étions toutes les deux en avance ce jour-là ou parce que je sentais que c’était la bonne personne. Le fait est qu’elle m’a raccompagnée chez moi pour la pause après ce cours, malgré la peur de s’imposer, parce qu’elle savait qu’il ne fallait pas me laisser seule. Qu’elle m’a écoutée. Et qu’on ne s’est pour ainsi dire plus quittées. Alors elle me fait rire quand elle dit que je la sauve toujours, moi que son copain surnomme Super Marianne. Parce que c’est elle, Wonder Tina, qui m’a sauvée la première.

Car l’amitié sauve, vous savez ? J’avais tendance à l’oublier à Paris, loin de mes amies d’enfance, je croyais pouvoir filer droit devant sans regarder autour, et les retrouver pendant les vacances. Jusqu’à ce que la sérendipité se rappelle à moi…

mercredi 11 juillet 2012 Publié dans Dans ma vie..., Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 04 juillet 2012

Séjour en Charente

J'ai passé le mois de juin dans la ferme de mon oncle pour un stage. J'ai notamment créé son site Internet (fougerat.net) et pratiqué mon russe embryonnaire avec sa femme, Nata (qui est ukrainienne mais parle le russe couramment, comme tous les gens de sa génération, qui ont grandi sous l'URSS). Le tout dans une ambiance familiale et entourée d'animaux.

Et puis j'ai pris beaucoup, beaucoup de photos. Voici quelques morceaux choisis:

tracteur

chien, toutou, songeur, pensif
Athos alias Tutu, regardant au loin, songeur.

charente, fleuve, rivière, eau, cours
Au bord de la Charente.

botteleuse, botte, foin

kitty, chat, chaton, félin, bébé, calin, tendresse
Kitty.

kitty, grimpe, escalade, chat, chaton, jambe
... et ça, c'est ma jambe. Aïe.

chat, chaton, kitty, épaule

jaunet, chat, minou, matou, yeux, grands
Jaunet, alias John ou Reji (рыжий = roux)

tracteur, roue, végétation, fleur, planche

tigrou, chat, minou, matou, rose, fleur, herbe, aguet, affût
Tigrou chasse.

botte, foin, debout

chèvrefeuille, fleur

mouton, agneau, brebis, bébé, né
Agneau d'un jour et sa maman malade (qui s'en est remise).

vache
T'as d'beaux yeux, tu sais!

fleur, bleu, insecte

Merci de ne pas utiliser ces images sans ma permission.

mercredi 04 juillet 2012 Publié dans Dans ma vie..., Photos | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 28 janvier 2012

La médiathèque du traducteur

Voici quelques ouvrages et sites utiles à mon sens à tout traducteur, amateur ou non, ou de façon générale, à toute personne qui s'intéresse aux langues.

Umberto Eco, sans doute l'un des traducteurs les plus connus au monde, et dont je vous conseille d'ailleurs quelques lignes plus bas l'un des ouvrages, considère que "tous les grands écrivains sont des grands lecteurs de dictionnaires : ils nagent à travers les mots." C'est aussi le cas des traducteurs, peut-être à plus forte raison encore, puisqu'il faut un "réseau" de vocabulaire colossal pour trouver le mot juste, pour exprimer non sa propre pensée mais celle d'un autre...
Je vous conseille donc en premier lieu de consulter autant que possible des dictionnaires unilingues, bilingues voire thématiques. Dès que vous rencontrez un mot inconnu ou mal connu, par exemple...

  • En français, le Larousse ou le Robert.
  • En anglais, le Harrap's ou le Collins.
  • En règle générale, vérifiez la qualité d'un dictionnaire avec des "tests" sur des mots que vous connaissez: si "cat" est traduit par "chat", "chat" doit aussi être traduit par "cat" ; et mieux vaut que quelques expressions idiomatiques y figurent, comme "donner sa langue au chat".

De nombreux dictionnaires sont disponibles en ligne:

  • Le Larousse en ligne pour le français.
  • Le Merriam-Webster Dictionary pour l'anglais.
  • Le dictionnaire de la RAE (Real Academia Española) pour l'espagnol.
  • Wordreference en bilingue (anglais, français, espagnol, allemand, italien, portugais...) qui comprend de plus un forum (dont la principale qualité est aussi la principale faille: faire intervenir des locuteurs "comme vous et moi", qui peuvent indiquer ce qui est plus ou moins idiomatique, mais ne sont pas infaillibles)
  • Wiktionnaire en unilingue pour diverses langues, avec l'avantage de préciser en général l'étymologie et les mots de même origine dans d'autres langues.

Il peut également être utile d'avoir des listes de vocabulaire thématiques. Pour cela, il existe une collection formidable: Le Mot et l'Idée (Ophrys). En anglais, espagnol, russe, chinois, arabe, et même néerlandais... (je me contente des trois premiers ;p) Et puis en français aussi!

Et une fois que l'on a tout ce vocabulaire, encore faut-il trouver le bon mot... Trouver le mot juste, comme le dit ce petit ouvrage de Paul Rouais chez Le Livre de Poche, sous-titré Dictionnaire des idées suggérées par les mots. C'est magique. Il reproduit en quelque sorte notre processus de pensée, permettant en général de trouver les mots que l'on a sur le bout de la langue en s'en rapprochant par approximation.
Par exemple, pour "désespoir", il liste: désespérance, abattement, accablement, affaissement, découragement, démoralisation, consternation, prostration, déboire, désappointement, déception, mécompte, désillusion, désenchantement, désespérément. "Déception", quant à lui, nous renvoie à "erreur", qui liste entre autres: aberration, égarement, méprise, fourvoiement, confusion, quiproquo, leurre, chimère, illusion, faire fausse route, châteaux en Espagne, peau de l'ours.

Une grammaire peut toujours servir... Je crois que le choix est avant tout une question de goût, le tout est qu'elle vous convienne.

Il y a ensuite des ouvrages de "théorie de la traduction", de traductologie si l'on veut employer les grands mots. Ceux que je vous conseille ici sont passionnants et pas si théoriques que ça, en fait: parsemés d'exemples, d'anecdotes, ils se dévorent comme un bon polar ;).

  • Dire presque la même chose - Expériences de traduction (Umberto Eco), qui explique en fait comment (bien) traduire à partir d'exemples concrets (et de très nombreux contre-exemples) inspirés par l'expérience d'auteur, d'éditeur et de traducteur d'Eco, dans diverses langues: l'italien, langue de l'auteur (que, malheureusement, je ne parle pas, je lis donc l'édition française de l'ouvrage), l'anglais, le français...
  • Il était une fois 7000 langues (Louis-Jean Calvet), qui raconte l'apparition et l'évolution des langues orales et écrites, avec une partie consacrée plus particulièrement à la traduction. De nombreux encarts contenant des exemples d'alphabets, des tableaux de correspondance entre langues, des statistiques ou encore des extraits de livres, le rendent particulièrement vivant et accessible à tous.

Laissons le mot de la fin à Mark Twain:
"The difference between the right word and the almost right word is the difference between 'lightning' and 'lightning bug'."
Pour comprendre cette citation, il faut savoir que "lightning", c'est un éclair, et "lightning bug", une luciole. En voici ma traduction personnelle: "La différence entre le mot juste et le mot presque juste, c'est la différence entre 'éclair' et 'éclaircie'."

samedi 28 janvier 2012 Publié dans Dans ma vie..., Réflexions, Sélections, Traduction | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 25 janvier 2012

Bulletin d'information de Thyroïdland

Mes deux dernières séries d'analyses sont extrêmement encourageantes!

Je vous rappelle que j'ai des anticorps "rebelles" qui attaquent ma thyroïde et l'empêchent de produire autant d'hormones qu'elle le devrait, et que les lésions peuvent devenir permanentes si on n'inverse pas le processus assez rapidement (dans les mois ou quelques années qui viennent).

Depuis plus de 6 mois je suis au régime sans gluten et sans lait, avec en plus divers compléments alimentaires (oméga 3, zinc, sélénium, etc), et depuis 4 mois je suis aussi un traitement homéopathique de fond pour traiter ma thyroïde et mon "terrain" propice aux maladies auto-immunes. Le tout en essayant de réduire mon stress, qui a une influence importante sur la thyroïde. Pour plus de détails, faites un tour dans la section "Dans ma vie" de ce blog.

En septembre dernier, mes anticorps anti-thyroglobuline étaient à 3000 UI/mL (unités internationales par millilitre, si vous voulez tout savoir) - ils avaient atteint le même niveau en 2007 puis étaient redescendus et remontés. Fin décembre ils avaient diminué de moitié, et au 20 janvier ils étaient à 1000!

Quant à mes anticorps anti-thyropéroxydase (atchoum!), ils étaient à 189 UI/mL en septembre (et étaient montés jusqu'à 300 en 2007). En décembre, ils étaient descendus à 95, et maintenant à 94.

Cela reste bien au-dessus de la normale: 115 pour les globu et 34 pour les péroxy. Mais c'est la baisse la plus rapide que j'aie connue depuis l'apparition du problème (même s'il est difficile de savoir jusqu'où ils étaient montés avant le diagnostic), et puis certains médecins considèrent que les normes sont un peu strictes.

Dans tous les cas, c'est agréable de savoir que je peux avoir une influence sur ma chère petite thyroïde, car c'est l'impuissance qui m'était la plus insupportable. Bon, je continue à paniquer dès que j'attrape un rhume et il faut de fait que je fasse attention, mais j'ai eu une grosse rhino-laryngo-bronchite fin décembre juste avant mes analyses et ça ne s'est pas ressenti ni sur celles-là, ni sur les dernières.

Donc je vais persévérer dans mes efforts (bien que j'aie fait quelques écarts sur le régime alimentaire pendant les fêtes: de la vraie chantilly, un p'tit chocolat, un bout de pain de campagne et du pain surprise...) en espérant que ça va continuer au même rythme! Pendant ce temps les hormones sont stables et ont même remonté un peu, donc je suis aux anges!

mercredi 25 janvier 2012 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (0) |  Facebook | |