Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 28 décembre 2011

Sous le sapin

Le matin de Noël j'ai trouvé près de mes chaussons:

  • des DVDs: la saison 1 de Haven, la saison 8 de One Tree Hill (oui bon Les frères Scott si vous y tenez), la saison 2 de Sanctuary, les saisons 1 à 3 des Enquêtes de Murdoch.
  • des CDs: Simon & Garfunkel, Adele, Jessie J.
  • des livres: Ceux qui vont mourir te saluent (Fred Vargas), un recueil d'Hemingway.
  • un kit de couture dans une magnifique petite boîte en tissu fabriquée par ma mère.

Et je profiterai aussi de cadeaux des autres, comme par exemple le dernier Artemis Fowl en anglais (offert par mon père à mon frère).

Et moi qu'ai-je offert?

  • à mon père: une cravate, une BD et un livre sur les échecs.
  • à ma mère: un recueil de contes africains, un livre sur l'apparition du zéro, des recettes de macarons.
  • à ma grand-mère: un recueil anthologie de mes poèmes, un livre de photos d'évènements marquants du siècle dernier, des ciseaux de couture "cigogne" multicolores.
  • à mon frérot: une cravate rouge (comme dans Hitman!), un beau stylo à motifs celtiques, le DVD de Planète des singes: les Origines.

Et vous, que vous a réservé le petit Papa Noël cette année? J'espère en tout cas que vous avez passé un bon moment, entourés de ceux que vous aimez!

mercredi 28 décembre 2011 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 10 décembre 2011

Fête de Noël entre amies

J'ai organisé une petite fête de Noël dans mon appart avec deux amies vendredi soir - au départ trois étaient invitées, mais c'était sans compter sur la gastro.

L'une d'elle est arrivée plus tôt pour m'aider à déplacer les meubles:

AVANT                        APRES

DSC06983.JPG  DSC00610.JPG
Canapé contre le mur et table au milieu
(et la photo de gauche datant de mon installation, il faut compter avec tout le bazar qui s'y était accumulé et qu'il a fallu évacuer!)

DSC07012.JPG  DSC00611.JPG
Bureau poussé contre le placard mural et transformé en buffet apéro

Puis la fête a commencé: repas de fête, échange de cadeaux (j'ai reçu un bracelet de cheville doré avec des petits dauphins de la part de Tina et une écharpe en camaïeu de vert de la part de Lale), playlist Youtube de chansons de Noël (puis visionnage de vidéos de perroquets qui parlent, de chats qui jouent du piano, de caméras cachées japonaises...) et papotage intensif jusqu'à 3h du matin.

menu de Noël
Le menu!
(j'ai pris l'image sur Internet et n'ai aucun droit sur elle)

DSC00615.JPG
Lale et Tina

forêt noire  forêt noire
La forêt noire!!!
Je peux vous envoyer la recette sur demande (avec ou sans gluten/lait).

Puis le lendemain matin, rangement...

DSC00633.JPG
Oh, c'est donc là qu'avait disparu tout mon bazar!!!
(hey, c'est toujours mieux que la méthode Gaston Lagaffe utilisée par une de mes connaissances!)

DSC00635.JPG
Et voici le bazar en question réintégré sur la table remise en place!

Voilà! Cela m'a permis de bien me détendre après avoir déposé mon dossier Micefa (pour passer un semestre aux USA l'an prochain - maintenant les dés sont jetés, j'aurai la réponse d'ici un ou deux mois) et maintenant je suis en ambiance vacances pour la dernière semaine de cours.

samedi 10 décembre 2011 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 23 novembre 2011

Des nouvelles - Toefl, poèmes, graphisme

J'ai passé le Toefl samedi - j'ai déjà le Toeic, mais le Toefl est indispensable pour les universités américaines dans lesquelles j'aimerais passer le semestre à l'étranger de ma troisième année. Ca s'est bien passé et j'aurai les résultats d'ici un ou deux mois. Je récléchis aussi à mes autres choix de destinations.

Je me suis remise à écrire beaucoup de poèmes, que vous verrez d'ici quelques temps sur Clé&Fil, et j'ai aussi repris les colorisations sur Photoshop.

Et puis je commence à planifier la petite fête que je ferais avec quelques amies pour fêter Noël ensemble avant les vacances.

Voilà, rien de bien nouveau ;).

mercredi 23 novembre 2011 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 12 novembre 2011

Automédication - la pharmacie d'urgence anti-rhumes

J'ai une immense expérience des rhumes, laryngites, rhinopharyngites et autres charmants virus et infections, et me suis aperçue qu'alors que je suis plus fragile, j'en attrape moins (me protégeant mieux) et les traîne moins longtemps (me soignant plus tôt) que la plupart des gens, qui ont tendance à "attendre que ça passe".

Je me suis donc dit que je pourrais vous faire profiter de cette expérience. Mes motivations sont altruistes - vous éviter de vous enrhumer - mais aussi égoïstes: un enrhumé de moins, cela fait toujours un risque de tomber malade de moins pour moi...

Pour que ces conseils fonctionnent, il faut cela dit agir le plus tôt possible, et donc être à l'écoute de son corps pour repérer les premiers symptômes. Pour moi, il s'agit en général d'une gêne, d'une fragilité dans la gorge, mais il peut aussi s'agir d'un nez qui coule ou bouché, de fatigue, d'un frisson... L'avantage de l'homéopathie et des remèdes que j'utilise, c'est qu'ils ne peuvent pas vous faire de mal même si vous ne couvez rien du tout.
Et puis l'idéal, c'est de les utiliser aussi dès que vous êtes exposé à un risque: vous sentez que vous prenez froid, vous côtoyez quelqu'un de malade...
Pour cela, il faut bien sûr que vous en ayez toujours chez vous, et pourquoi pas sur vous pour les moins encombrants (j'ai toujours dans mon sac à main quelques tubes d'homéopathie).

Le thym et le miel

Ce sont des antibiotiques et antiseptiques naturels. Le thym, particulièrement pour les affections respiratoires, et le miel en général (on l'utilise pour traiter les grands brûlés, par exemple).

Je vous conseille donc des infusions de thym (on le trouve en sachets de tisane en pharmacie, vous pouvez aussi l'acheter frais) avec du miel: non seulement cela soulage immédiatement le mal de gorge, mais cela aide à soigner le rhume.

Si vous devez sortir, préparez-vous un thermos de cette infusion, à consommer tout au long de la journée!

L'extrait de pépins de pamplemousse

C'est un antibiotique et antiviral naturel. On peut le trouver dans certaines pharmacies et boutiques bio, ou par correspondance.

En prévention ou une fois le rhume déclaré, on en verse quelques gouttes (cela varie selon les marques: 10 à 40 en général) dans un verre, que l'on mélange avec de l'eau ou un jus de fruit (certaines marques ont un goût fortement amer qui n'est pas au goût de tout le monde, je conseille dans ce cas un jus d'orange ou de pamplemousse pour le masquer) et que l'on avale, une à trois fois par jour.

L'homéopathie:

Voici quelques remèdes homéopathiques avec la description des symptômes auxquels ils correspondent. Choisissez un dosage de 5CH (plus concentré), 7CH ou 9CH (moins concentré) ; laissez fondre 3 à 5 granules de chaque dans la bouche, à renouveler 3 fois par jour ou même toutes les heures si les symptômes sont importants.

Je décris ici principalement leur action face au rhume, mais la plupart ont d'autres champs d'actions (pour des descriptions plus complètes, allez sur ce site).

- Arnica montana: coup de froid.
C'est LE tube qu'on devrait toujours avoir sur soi, puisqu'il se prend aussi en cas de coup pour éviter les bleus (comme l'arnica en gel ou en pommade) et avant/après un choc psychologique.

- Poumon histamine: allergies respiratoires et cutanées et donc: rhume des foins, asthme...
Les allergiques en auront toujours sur eux... par exemple il peut être utilisé en traitement de fond contre les allergies aux pollens.

- Sulfur: infections en général (ORL mais aussi dermato, ophtalmo, maladies digestives, problèmes gynécologiques, crises d'asthme...)

- Sticta pulmonaria: affections des voies respiratoires (sinusite, nez qui coule, gorge sèche, toux d'irritation).

- Aconitum napellus: fièvre, infections respiratoires.

- Belladonna: fièvre, rhinopharyngite, laryngite, otite, trachéite...

- Arum triphyllum: laryngites, troubles ORL.

- Influenzinum: contre la grippe et les problèmes respiratoires.

- Alium cepa: rhinite, bronchite, rhume des foins.

- Coccus cacti: toux.

- Drosera rotundifolia: toux, désinfection des bronches.

En fonction de vos symptômes les plus fréquents, vous pouvez par exemple choisir une demi-douzaine de remèdes dont vous aurez toujours 2 ou 3 tubes chez vous...

Les huiles essentielles:

- Eucalyptus: bronchite, rhume, sinusite, toux. 
Vous pouvez en verser quelques gouttes sur votre col ou sur une écharpe pour être protégé, ainsi que dans un récipient d'eau placé sur votre radiateur pour que l'eucalyptus se diffuse dans la pièce.

- Menthe poivrée: rhume, nez bouché, pharyngite.
Une goutte sur une cuillère de miel, à avaler en laissant fondre dans la bouche, ou dans une tisane.

Et aussi...

- Le L52 des laboratoires Stehning, contre les états grippaux (une vingtaine de gouttes dans un fond de verre d'eau, à garder sous la langue un moment, jusqu'à 8 fois par jour)

- le Collu Hextril, un antiseptique à vaporiser dans la gorge trois fois par jour pour éviter ou chasser l'infection.

- Le Mucomyst ou Fluimucil, une poudre à dissoudre dans l'eau (au bon goût de jus d'orange), qui aide à évacuer les sécrétions de la gorge - en faisant tousser, donc à éviter juste avant le coucher ou un rendez-vous important.

- Le fameux Vicks Vaporub à appliquer sur la gorge pour décongestionner les voies respiratoires, ou dans un bol d'eau chaude en fumigation.

Voilà! Bien entendu, si les symptômes persistent, mieux vaut aller voir un médecin. Et tous ces conseils ne valent pas forcément pour les enfants (par exemple, Vicks Vaporub ne peut être utilisé en application cutanée que pour les plus de 6 ans, et en fumigation pour les plus de 12 ans).

N'oubliez pas non plus les règles élémentaires de l'hygiène et de la civilité: quand on est contagieux (et on l'est en général dès les premiers symptômes et quelques jours après leur disparition), on reste chez soi autant que possible, on ne fait la bise à personne, on ne serre la main des gens que si on vient de se les laver, on ne boit pas dans le même récipient que d'autres... Et quand on tousse ou on se mouche, on évite d'en faire profiter tout le monde alentour.

Prenez soin de vous!

samedi 12 novembre 2011 Publié dans Dans ma vie..., Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 22 octobre 2011

Adulescence

Ce n'est pas moi qui ai inventé le mot ; l'adulescence, mot formé à partir d'adulte et d'adolescence par Tony Anatrella, prêtre et psychanalyste, et repris par d'autres, désigne le prolongement de comportements adolescents dans l'âge adulte. Une situation de plus en plus courante de nos jours, que ce soit avec les Tanguy ou les jeunes faisant tout en bande comme dans Friends (exemple donné par Wikipédia) ou How I met your mother.

Sans forcément me comporter de cette façon (même si je tendrais plus vers Tanguy que vers Friends, de par mon introversion), je me sens de fait entre adolescence et âge adulte. Je ne suis pas adulte. J'ai 20 ans (et du mal à le réaliser) mais je ne me considère pas comme adulte.

Peut-être, d'abord, parce que je dépends financièrement de mes parents. Mais surtout, je crois, parce que je ne contrôle pas ma vie. Après la fin de mes études, même si je galère un peu au début et même si je ne gagne pas encore bien ma vie, je crois que je me sentirai adulte car j'aurai le contrôle. Mais pour l'instant, ma vie est contrôlée par l'Isit, et plus largement par la nécessité de valider ses capacités par un diplôme dans notre société - car j'estime que je pourrais acquérir les mêmes connaissances de mon côté, peut-être même plus vite sur certains sujets... et en ayant la vie plus belle.

En fait, à la réflexion, je me sentais plus adulte pendant mes 2 ans au Cned (1ère et Term) et pendant mon année sabbatique (surtout pendant mes 2 mois aux USA, bien sûr). Parce qu'alors, je contrôlais ma vie. Mes journées. Mes objectifs. J'étais forcée de prendre mes responsabilités, quand l'Isit et la fréquentation d'autres élèves a au contraire tendance à m'infantiliser, à me mettre en position passive - et à me stresser, ce qui me fait régresser plus encore...

Dans l'article de Wikipédia sur l'adulescence, il est précisé qu'elle commence à 18 ans. Ce qui suppose que l'âge adulte commence normalement à l'âge de la majorité, l'âge du bac. Mais le bac a maintenant si peu de sens que je ne vois pas en quoi il peut être considéré comme un rite de passage.
La majorité, c'est quoi d'autre? L'âge minimum pour conduire, mais ils sont rares ceux qui passent le permis à cet âge exact - j'ai commencé la conduite accompagnée à 17 ans et passé le permis à presque 19 ans, et la plupart de mes amies ne l'ont toujours pas passé à 20 ans...
L'âge pour voter, aussi. Je n'ai encore jamais voté. Il y a eu les élections régionales après mes 18 ans, mais j'étais aux Etats-Unis et je n'ai pas pris la peine de faire une procuration - c'est pas bien, je sais. Il va y avoir les présidentielles l'an prochain... et je vais voter, oui, parce que c'est important, parce qu'on ne peut pas se plaindre du résultat d'élections où l'on n'a pas voté. Mais sérieux, quel choix vais-je avoir??? Qu'est-ce que ça veut dire, voter, quand tous les choix sont nullissimes? Faudrait qu'ils se mettent à comptabiliser les votes blancs, ou que la majorité soit calculée en tenant compte des abstentionnistes (quelle légitimité a un gouvernement élu par 51% de 80 ou 60% de la population??? ce qui fait 30 à 40% réels...). Bref, ce n'est pas la question du jour. Mais mon impression est que, si voter c'est être adulte, alors adulte signifie désabusé...
Oh, par contre, c'est l'âge pour donner son sang. Je l'ai enfin fait en juillet dernier et là, c'est vrai que je me sentais adulte.

Comme vous l'aurez compris, je ne me sens pas encore adulte. Mais suis-je pour autant encore ado? Sans doute plus tout à fait. J'ai un certain recul par rapport à toutes ces choses qui semblent insurmontables à 15 ans...
Et même si je continue à me poser des questions existentielles et à être angoissée, c'est plus une partie de mon caractère qu'une phase adolescente. Et je le fais de façon plus apaisée.
Je suis toujours révoltée, aussi... Mais là encore, je crois que je le serai toujours. Et c'est plutôt une bonne chose, ne pas cesser de s'indigner, comme le dit Stéphane Hessel (auteur d'Indignez-vous! et Engagez-vous!) repris par le mouvement international des Indignés.

Je suis plutôt impatiente d'être adulte, dans ma définition du terme. D'avoir une vraie prise sur ma vie, de faire mes propres choix au quotidien. Cela me fait peur, bien sûr, mais j'ai l'impression que ma vie d'étudiante comporte certains des "mauvais côtés" de l'âge adulte (gérer son propre logement, sortir les poubelles, faire les courses seul, la cuisine et la vaisselle à tous les repas...) sans en avoir les "bons côtés" (les vraies responsabilités). J'essaie juste de ne pas oublier de profiter des bons moments quand ils se présentent.

samedi 22 octobre 2011 Publié dans Dans ma vie..., Réflexions | Commentaires (1) |  Facebook | |

lundi 10 octobre 2011

Poème: How can I trust you anymore

Voilà un poème parlant des maladies auto-immunes – dans mon cas, thyroïdite de Hashimoto, mais je crois qu’il peut s’appliquer à de nombreux problèmes de santé. L’aspect particulier d’une maladie auto-immune, c’est que ce n’est pas un corps étranger qui nous attaque, c’est notre corps. Ce n’est pas anodin…
Pour plus d’informations sur ma pauvre petite thyroïde, voir cet article.

My body, my own enemy
Attacking itself, attacking me
What is wrong, what is right?
The one that I defend, I fight

How can I trust you anymore
You threaten me in every way
In every cell and every pore
Craftsman of your own decay

How can I love you anymore
When you jeopardize my future
Yet you are me and I am you
Who would I hurt by hating you?

Why put me through such pain and fright?
Is it revenge, is it a test?
I might not always treat you right
But you know I’m trying my best

How can I love you anymore
You threaten me in every way
And you jeopardize my future
Craftsman of your own decay

What did I do to deserve this?
Is there a way to make it okay?
Can’t we just make up and kiss?
And make it through another day

How can I trust you anymore
You threaten me in every pore
Yet you are me and I am you
Who would I hurt by hating you?

Ecrit les 29/07/2011 & 13/09/2011

lundi 10 octobre 2011 Publié dans Dans ma vie..., Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 05 octobre 2011

Des nouvelles - rentrée, gestion du stress, santé...

Voilà, je suis bel et bien réinstallée à Paris. J'applique mes bonnes résolutions et je m'en sors pas mal. Ma gestion du stress s'est clairement améliorée, entre fleurs de Bach, sédatif PC, yoga et efforts sur moi.

Le moment stressant par excellence de la semaine, j'ai nommé les courses (activité que j'abhorre, d'autant plus à Paris vu l'amabilité extrême des autres clients et des caissières, et la difficulté pour trouver les articles ad hoc), devient plus supportable et je me fécilite en sortant du Temple de la Consommation d'avoir su garder mon sang-froid.

J'essaie également de ne pas prendre trop à coeur les cours et les devoirs. Ma seule difficulté, c'est quand les profs envoient les devoirs à faire par mail au dernier moment - alors que sinon, j'ai moyen de finir tous les devoirs d'une semaine pour une autre avant le week-end, tout en ayant un peu de temps pour moi. J'ai donc contacté certains de ces enquiquineurs pour leur signaler gentiment que même si la plupart de leurs élèves aiment à s'y prendre au dernier moment, ce n'est pas le cas de tout le monde.

Je "joue" sur mon état de santé. En effet, mes parents et moi avons prévenu l'administration et les profs de mes problèmes pour expliquer que je serai peut-être absente souvent et que la masse de travail pourra parfois me poser problème, surtout pour les devoirs en groupe. Cela simplifie les choses et m'évite de culpabiliser (ma grande spécialité) pour tout et n'importe quoi - en vrac, pour "bâcler" un devoir, ma définition de ce mot étant ne pas y passer des heures ; pour une absence, un oubli, etc. C'est quelque chose qu'il me faut apprendre à gérer, et dont je crois trouver les racines dans ma relation affective à l'école dans l'enfance.
Voyez, même quand c'est justifié je culpabilise d'utiliser mon état de santé et ai l'impression d'en "jouer". C'est cette même sensation que j'avais quand je revenais en cours au collège ou au lycée après une longue absence, que les imbéciles me demandaient si j'avais passé de bonnes vacances et que j'intériorisais leur vision des choses, d'une certaine façon.

J'ai vu un homéopathe qui a écrit un livre sur les problèmes de thyroïde, à Lille, et qui m'a donné un traitement sur 4 mois. Il n'a pas l'air de trouver mes taux d'hormones et d'anticorps trop alarmants, mais pense qu'il faut agir sur mon "terrain" sujet aux problèmes d'immunité - notamment, j'ai été sérieusement malade après chaque vaccin ou rappel obligatoire au cours de mon enfance... Pour plus d'infos sur les vaccins, vous pouvez lire Vaccinations - les vérités indésirables (Michel Georget), dont je parle dans cet article.
Des granules et des ampoules s'ajoutent donc à mes compléments alimentaires. A ce stade, cela ne complique pas les choses plus que ça.

J'ai pour l'instant une vie sociale richissime pour l'introvertie casanière que je suis: déjeuner et expo avec une amie le premier samedi, sortie avec une copine le mercredi soir, visite chez mon oncle et ma tante à Calais avec mon père dimanche avant le rendez-vous à Lille lundi, et ce week-end j'accueille chez moi une amie américaine à qui j'avais fait visiter Paris au printemps dernier, Ashley, tout en essayant de trouver un moment pour voir une amie et son copain qui seront aussi de passage dans la ville lumière. Piouf! C'est agréable mais j'espère avoir quelques semaines un peu plus calmes quand même ;).

Niveau rhumes, j'ai déjà échappé à un premier début de laryngite vendredi dernier, et me voilà à nouveau avec une petite gêne dans la gorge. Dans les deux cas je ne suis pas allée en cours pour éviter changements de température et contact avec les gentils microbes de mes généreux camarades de classe, professeurs et voisins de métro. J'ose espérer que ce ne sera pas aussi fréquent tout le long de l'année - mais je pense que c'est juste le virus bien costaud qui circule ces temps-ci. Et moi, contrairement à tous ceux qui vont en souffrir une semaine, je compte bien le tuer dans l'oeuf aussi souvent que nécessaire. D'ailleurs je pense écrire bientôt un p'tit article de conseils pour se soigner dès les premiers symptômes...

mercredi 05 octobre 2011 Publié dans Dans ma vie... | Commentaires (0) |  Facebook | |

lundi 29 août 2011

Cette année je m'en sortirai mieux...

Encore de bonnes résolutions et la méthode Coué pour cette nouvelle année scolaire. L'an dernier, ma première année à l'Isit, j'étais trop stressée - et pourtant j'ai fait des progrès de ce côté-là - et je bossais trop - même si j'ai essayé d'apprendre à "bâcler" sur les derniers mois.

Je suis perfectionniste, c'est ma tare. Je sais que dans ma vie professionnelle, cela deviendra une qualité, mais dans le système d'éducation, que ce soit à l'école ou à l'Isit (mais pas au Cned), c'est un handicap énorme. Notamment dans les travaux en groupe, où je ne peux pas m'empêcher de m'y prendre à l'avance et où je me retrouve à faire le travail des autres à leur place quand ils réalisent qu'ils sont à la bourre! Mais aussi pour tous les exercices débiles qu'on nous donne, parfois au tout dernier moment, et que je me sens obligée de peaufiner même s'ils ne servent à que dalle.
L'un de mes objectifs cette année est donc d'arriver à me concentrer sur ce qui m'est profitable - les traductions, et la grammaire espagnpme - et à expédier le reste en vitesse. Et même si c'est noté, et même si je n'ai "que" 13 ou 10, qu'est-ce que ça peut bien faire???

Si j'arrive à tenir cet objectif - et je ne me leurre pas, ce sera difficile et j'ai chargé ma famille de me les rappeler au téléphone (situation pas si bizarre pour eux puisque déjà quand j'étais en 2nde au lycée et que j'avais des problèmes de santé, c'étaient eux qui me disaient de travailler moins) - alors j'aurai déjà un peu plus d'espace pour respirer. Si l'Isit me laisse faire, bien sûr. Je n'aime pas du tout leur façon de faire - ils ne nous informent souvent qu'au dernier moment, ils nous traitent comme des gamins (il faut un mot des parents pour justifier les absences...) mais quand ça les arrange, nous disent qu'on est grands (en d'autres mots, démerdez-vous!). Ils nous convoquent une matinée entière pour nous donner un putain d'emploi du temps, et vont en profiter pour nous stresser à fond comme l'an dernier - leur façon de motiver les feignants, qui n'en ont pas grand-chose à faire, tandis que moi je mords à l'hameçon à chaque fois même en sachant que je ne suis pas concernée par leur discours catastrophiste... Faut que j'apprenne à m'en détacher. Ca ira sans doute mieux que la dernière fois, cela dit, puisque je ne savais alors rien du niveau d'exigence de la maison - si ma mère n'avait pas été là pour me remettre les idées en place, je me serais mise à chialer en rentrant à l'appart... Et si je ne m'étais pas préparée mentalement à un niveau un peu bas, je me serais barrée au bout de deux jours de cours. Maintenant que je sais ce qui m'attend, cela ira mieux. Oui, il faudra que ça aille mieux.

Et le temps et la disponibilité d'esprit que je gagnerai, je veux le consacrer à différentes choses, dont l'apprentissage du russe (j'en ai fait peu et de façon sporadique l'an passé) et l'écriture - je suis persuadée que si j'écrivais plus, je me sentirais bien mieux dans ma peau.

Tout ça n'est pas qu'une question de "confort de vie". C'est aussi une question de survie au sens psychologique, car l'angoisse existentielle n'est jamais loin, surtout quand je suis loin de chez moi - et un facteur important pour ma santé, puisque les problèmes de thyroïde sont très liés au stress et aux émotions. Si je pouvais me mettre à méditer un peu, cela me ferait sans doute du bien - et puis il faut que je continue à courir malgré la pollution parisienne... Il faut que je vive quand je suis là-bas, aussi - car même si c'est pour moi une vilaine parenthèse par laquelle il faut bien passer, c'est maintenant que ma santé se joue... ce qui est aussi stressant en soi, paroxysme du paradoxe...

Question thyroïde, je vais continuer mon régime sans gluten et sans lait (voir cet article), ce qui sera sans doute assez épique à Paris. Nous explorons d'autres possibilités de traitement, notamment deux homéopathes vivant dans le Nord qui ont écrit un livre (Confiez votre thyroïde à l'homéopathie) et qui obtiennent apparemment de bons résultats sur des cas comme le mien. Je soigne déjà mes laryngites et Cie à l'homéopathie, ainsi que le stress, mais eux attaquent "directement" la maladie. Nous cherchons actuellement à voir si nous pouvons les voir en consultation, ou trouver d'autres homéopathes "spécialisés" dans ce genre de problèmes.

Cette année, je vais mieux m'en sortir. Je n'y crois qu'à moitié, au fond. Mais je vais essayer. N'hésitez pas à me rappeler à l'ordre si je ne profite pas assez de la vie.

o°oO°

En relisant cet article, je pense à la chanson This Year de la très talentueuse Meghan Tonjes, chanteuse que j'ai découverte sur Youtube.

This year is gonna be better, and you're gonna see
This year I'm gonna be stronger and a braver me...

Voici cette chanson, que vous pouvez d'ailleurs acheter (en téléchargement seule, ou en commandant son album du même nom). La chaîne de Meghan: ici.

lundi 29 août 2011 Publié dans Dans ma vie..., Réflexions, Vidéos | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 27 août 2011

Virée frère-soeur

Mon p'tit frère Gilou et moi avons fait une virée "roadtrip" d'une semaine.

Samedi 20, départ pour la Charente, avec arrêt à Bellac et à Mézières-sur Issoires, dont voici les charmants (faux) moutons:

mézières, issoire, mouton

Arrivée au Breuil dans l'après-midi, à la ferme de mon oncle Alain et de sa femme Nata. Nous y passons ensuite deux jours. La température élevée nous a empêchés de beaucoup bouger, mais nous avons énormément discuté avec Alain et Nata, ce qui était l'objectif principal, vu les animaux, et aussi fait un tour dans un magasin russe à Angoulême (Nata est ukrainienne).

gilles, gilou, chat, chaton, tigrou

Le Breuil (34).JPG

nata, tigrou, rex

mouton, brebis

Puis mardi 23, nous partons pour Tours et nous arrêtons au Futuroscope où nous passons la journée. Nous faisons neuf attractions, dont Les yeux grands fermés (un aveugle nous guide dans des salles obscures où nous devons utiliser nos autres sens), Le Petit Prince (un film 4D d'une quinzaine de minutes racontant une histoire inédite avec le Petit Prince, sa Rose et le Renard) et Chocs cosmiques (un film sur les collisions entre planètes, étoiles, astéroïdes, galaxies, commenté par Lorant Deutsch avec humour et poésie).

futuroscope

futuroscope, gyrotour

futuroscope, gilou

Arrivée à Tours dans la soirée, chez mon parrain Jacques et son épouse Martine. Le lendemain, Gilles et moi accompagnons Martine et une amie, Jocelyne, à l'abbaye de Marmoutier dont nous faisons une visite guidée de deux heures.

marmoutier, tours, gilou, marianne

marmoutier, tours

marmoutier, tours

Puis nous rejoignons les deux Jacques - les époux respectifs de Martine et de Jocelyne - dans un restaurant où nous partageons un bon repas en discutant.

tours, restaurant

Le lendemain, nous passons au magasin bio du quartier en fin de matinée, puis assistons dans un ciné à un opéra filmé: la Fille du Régiment, interprété par la Royal Opera House avec notamment Natalie Dessay et Juan Diego Florez.

la fille du régiment, opéra, royal opera house, donizetti, dessay, florez

Et le vendredi 26 au matin, nous reprenons la route vers chez nous. Nous faisons une étape au zoo de Beauval. 

zoo, beauval, saint-aignan, gilou

tigre blanc, zoo, beauval, saint-aignan

beauval, zoo, saint aignan

Et nous voilà rentrés chez nous!

samedi 27 août 2011 Publié dans Dans ma vie..., Photos | Commentaires (0) |  Facebook | |

vendredi 19 août 2011

Stars des archives n°11

Je pars en road-trip avec mon frérot pour une petite semaine. Parcours: un triangle de chez nous jusqu'à la ferme de notre oncle en Charente, puis de là-bas à Tours où vit mon parrain, et enfin retour, avec sur chaque itinéraire un ou deux arrêts culturels, notamment le Futuroscope.

Un poème: Noeud marin

Une description de passage: Tears

Une réflexion: Déchets de langage et abus nucléaires

Une sélection de citations: La rupture amoureuse

Un puzzle musical: Puzzle n°1: broken glass & loud silence

Un bouillon de culture: n°19: sérendipité et achoppement

Une fanfic: Caprica

Un "meilleur épisode de": Docteur House

Un "Clé & Fil": Yggdrasil & les 9 mondes

Un "Koman ktu koz": n°4: la ponctuation

Un récit de voyage: Bla bla, introspection, différences France/USA

Un dessin: Saint Cornély

Un graphisme: This is not a sad song

Une photographie: Bretagne 2011

vendredi 19 août 2011 Publié dans Dans ma vie..., Stars des archives | Commentaires (0) |  Facebook | |