Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche 07 juin 2009

J'ai vu... Home (Yann Arthus-Bertrand)

Film diffusé dans plus de 130 pays à partir du 5 juin, sous toutes formes de supports (écrans géants dans les grandes villes, comme sur le Champ de Mars à Paris, prime-time sur des chaînes nationales comme France 2, cinémas, internet, DVDs...), Home est une sorte de documentaire écologique sur fond d'images aériennes magnifiques (vous connaissez sans doute déjà Yann Arthus-Bertrand par sa Terre vue du ciel...).

Car si le propos et la "visibilité" de la dégradation de l'environnement attristent et/ou mettent en colère, le pari relevé par ce film est de tout esthétiser, que ce soient les images d'une nature pure, brute, ou celles, terribles, qui la montrent abîmée. La déforestation, la fonte des glaces, ces réalités sont sublimées par un cadrage artistique, et en deviennent plus criantes. Certaines images m'ont littéralement fait pleurer.

La voix-off de Yann Arthus-Bertrand, sur ces images, se veut pédagogique, explique les bases scientifiques de l'étude du climat (cycle du carbone et de l'eau, importance des végétaux & minéraux), énonce des chiffres effarants, faciles à retenir (voir le site www.home-2009.com) tout en restant à l'échelle humaine: Home est écologiste mais aussi humaniste, rappelle que nous sommes peu de choses (apparus il y a 200 000 ans, alors que vie en a 4 milliards) mais nous montre aussi les belles initiatives, ce qui lui permet de se terminer sur une note d'espoir, avec la bien jolie formule "il est trop tard pour être pessimistes".

Home.jpg

Pour moi qui connais bien le sujet (étudié en SVT obligatoire et de spécialité), ce sont les images qui sont les plus intéressantes, mais je crois très fort en l'importance de la répétition des évidences essentielles, puisqu'il y a encore de nombreuses personnes -même dans les pays riches- qui ne savent pas ; et en l'impact de ces images superposées à ces propos, puisque comme le dit très bien Yann Arthus-Bertrand, "ce que nous savons, maintenant il faut le croire".

J'espère que cet évènement planétaire aura un impact fort politiquement, puisque ce sont les Etats qui peuvent prendre les grandes décisions, celles qui agissent à grande échelle. C'est bien de trier ses déchets, mais ne nous leurrons pas, il faut des actions moins démagogiques et plus ambitieuses pour vraiment changer quelque chose. A vous alors de faire pression sur vos représentants de la façon que vous jugerez appropriée, en commençant par exemple par signer des pétitions (comme celles de Greenpeace, disponibles sur Internet)...

écrit par moi le 6-07-09 - image trouvée sur Yahoo

Autres articles plus ou moins sur le sujet de l'environnement:
Le beau genre humain (dégats de l'homme en général)
Conte de fée moderne (antennes GSM)

dimanche 07 juin 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Commentaires (1) |  Facebook | |

mercredi 03 juin 2009

J'ai vu... Véronica Mars saison 3

Comme vous le savez, je suis une inconditionnelle de Véronica Mars. C'est donc tout naturel que je vous présente le coffret DVD de la saison 3 de cette série télé. Voici ce que j'en ai pensé...

Véronica Mars saison 3.jpg

On m'avait dit que la saison 3 était moins bonne que les 2 premières, et c'est sans doute vrai. La réalisation et le visuel sont toujours aussi hors-normes et réussis, mais ce qui manque, c'est une cohérence sur toute la saison, une enquête "fil rouge". Ici il y en a deux à la suite l'une de l'autre, ce qui fait que le propos se disperse un peu, il manque la satisfaction finale, l'impression que toutes les pièces du puzzle se réunissent enfin, et le suspense général en souffre un peu.

Cela dit, chaque épisode en tant que tel est un petit chef-d'oeuvre. Les enquêtes courtes sont pour la plupart bien ficelées et certaines sont même "politiquement et philosophiquement" passionnantes.

Le casting a changé de façon assez importante - passage à la fac oblige -, mais on retrouve tout de même quelques personnages de second plan déjà vus dans les saisons 1 et 2. On suit les aventures de Véronica et Logan, qui n'ont décidemment pas fini de nous en faire voir de toutes les couleurs...

Pour ce qui est du passage à l'université, il est assez bien traité, même si la hargne de Véronica passe évidemment moins bien dans un univers un peu moins hostile que celui du lycée de Neptune - ce qui n'est pas difficile, me direz-vous...

Disons que c'est une saison de transition, qui aurait mérité une suite (la saison 4 n'a malheureusement pas passé le stade des pilotes). Ah, et tant qu'on y est, il paraît qu'un film va être tourné: Rob Thomas (créateur de la série) a annoncé qu'il avait un scénario en tête et travaillait dessus, donc si les producteurs suivent et que les acteurs sont disponibles, le film closant la série, tant attendu par les fans, devrait voir le jour...

Et pour ceux qui ne peuvent pas attendre si longtemps, le site Hypnoweb publie une saison 4 virtuelle écrite par des fans "à la façon de" la série... L'adresse c'est: Saison 4... Pour prendre son mal en patience en compagnie des persos de la série.

mercredi 03 juin 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Commentaires (2) |  Facebook | |

mardi 12 mai 2009

J'ai entendu... Down to earth (Jem)

Down to earth est un album très sympa, une sorte de pop-rock mi-acoustique, mi-électro, avec des chansons aux paroles très poétiques et touchantes, qu'on devine personnelles, et d'autres plus axées sur le rythme "dance" ou "r'n'b".

Jem est une artiste complète, auteur-compositeur-interprète, et douée. Vous pouvez écouter gratuitement son premier album, Finally Woken, sur Deezer. Il compte aussi de très, très belles chansons, et vous donnera une idée du contenu du nouveau, même si celui-ci compte des influences plus variées.

Down to earth.jpg

Un extrait de You will make it:

"Do not stand at my grave and weep
I am not there, I do not sleep
I am a thousand winds that blow
I am the diamond glints on snow
I am the sun on ripened grain
I am the gentle autumn rain
When you awaken in the morning's hush
I am the swift uplifting rush
Of quiet birds in circled flight
I am the soft stars that shine at night
Do not stand at my grave and cry
I am not there, I did not die.
"

mardi 12 mai 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Tags : jem, down to earth | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 06 mai 2009

J'ai lu... Enola Holmes: la double disparition (Nancy Springer)

Imaginez que Sherlock Holmes ait eu une soeur... C'est le point de départ de ce roman. Cette soeur s'appelle Enola, alone à l'envers, et cela sonne comme un présage, puisque c'est bel et bien seule qu'elle se retrouve le jour de son quatorzième anniversaire, quand sa mère disparaît mystérieusement...

Enola appelle au secours ses frères aînés, Mycroft et Sherlock, dont elle ne garde que de vagues souvenirs - il faut dire qu'elle les a vus pour la dernière fois lors de l'enterrement de leur père, dix ans auparavant. Mais ceux-ci ne semblent guère disposés à étudier la logique - ou plutôt l'absence de logique, selon eux - des femmes. Et n'avancent pas dans leurs recherches...

Et pendant ce temps, Mycroft veut envoyer Enola dans une pension, pour faire d'elle une lady. Cours de maintien et de bonne conduite, corsets serrés, la seule perspective en désespère la jeune fille, qui résout de s'enfuir. De faire de la mysoginie de ses frères un atout, d'aller où ils ne l'attendent pas. Et de retrouver sa mère, seule...

Enola Holmes.jpg

La double disparition est le premier tome d'une série de romans qui en compte pour l'instant trois (j'ai dévoré les 3!). L'idée, originale, est servie par une narration bien bâtie et une écriture fluide, agréable, souvent drôle.

Qu'on connaisse ou non l'univers de Sherlock Holmes, ces romans sont très abordables et pourraient bien donner envie aux uns de sortir Conan Doyle de l'armoire, aux autres de le découvrir. Une nouvelle facette du grand détective apparaît par petites touches, au fil de ses rencontres avec cette soeur qui ne lui ressemble que trop.

L'aspect historique est très bien étudié, les descriptions nous font découvrir l'Angleterre de l'époque, sous un tout autre point de vue que dans les aventures du frérot: parce que la narratrice est une enfant, certes, mais aussi et surtout parce que c'est une femme, dans un monde d'hommes, qui nous décrit les charmants us et coutumes de cette période...

A dévorer dès que possible!

mercredi 06 mai 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Commentaires (0) |  Facebook | |

jeudi 30 avril 2009

J'ai vu... Profilage (série télé française)

Cette série est diffusée le jeudi à 20h45 sur TF1, depuis le 23 avril (la semaine dernière), à raison de 2 épisodes par soir. J'ai vu les 2 premiers, et voici mon compte-rendu.

Une psy criminologue (profileuse), Chloé, est affectée dans la brigade de Matthieu, policier qui préfère les méthodes "traditionnelles". Elle détonne tout de suite, avec ses cheveux roux, ses robes courtes et collants psychédéliques, ses talons hauts et, surtout, son gros sac à main jaune qui ne la quitte pas... Un peu particulière (on ne s'étonne pas qu'elle consulte, elle aussi, un psy), elle aide pourtant bien dans les enquêtes, et essaie de trouver sa place et de se faire accepter...

Des enquêtes intéressantes, bien bâties, une réalisation convaincante (je citerai particulièrement les moments où Chloé se "met dans la peau" d'un autre, très bien filmés), avec un duo de choc dont l'évolution donne envie de suivre la série. Une idée originale, c'est pas si courant dans le paysage télévisuel français, sautez dessus!

jeudi 30 avril 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Commentaires (1) |  Facebook | |

vendredi 24 avril 2009

J'ai lu... Ellana tome 3, la Prophétie (Pierre Bottero)

Par je ne sais quelle déformation de l'espace-temps, nous avions raté la parution du troisième et dernier tome d'Ellana, série dérivée d'Ewilan. Tout le monde étant fan dans ma famille, tomber sur ce livre par hasard dans une librairie nous a semblé incroyable. Une alerte mail (ou 4 ;p) a dû ne pas fonctionner quelque part!!! Comme vous vous en doutez, nous nous sommes jetés dessus, et voici ce que j'en pense:

Pour ceux qui n'ont pas suivi toute la série, voici une petite explication: dans les six tomes d'Ewilan, divisés en 2 séries (la quête d'Ewilan, les mondes d'Ewilan), on suit les aventures d'une jeune fille, Ewilan, dans un univers que l'on peut qualifier de fantastique et fantasy à la fois, où les Dessinateurs comme elle peuvent créer de la matière à partir de l'Imagination... Au cours de son voyage, elle rencontre Ellana, une marchombre (et définir ce terme me semble bien compliqué...).
C'est ce personnage que nous suivons dans la troisième série de trois livres, qui porte son nom. Les deux premiers tomes retracent sa jeunesse, avant sa rencontre avec Ewilan. Le troisième, dont il est question ici, reprend l'histoire à la fin de la saga Ewilan... Donc, pour résumer, dans l'ordre chronologique, nous avons: Ellana, tomes 1 et 2 (Ellana ; Ellana, l'envol) ; La quête d'Ewilan ; les mondes d'Ewilan ; Ellana, tome 3 (la Prophétie).

9782700234022[1].jpg

Difficile de parler du début de ce roman sans trahir toute une partie de son intrigue... Aussi, je ne résumerai pas grand-chose ici. Ceux qui connaissent déjà la saga: jetez-vous dessus! Ceux qui ne connaissent pas encore: commencez l'un des livres, n'importe lequel mais de préférence le premier Ewilan ou le premier Ellana, et vous serez probablement happé dans les 9 livres en moins de dix pages...

Ce tome clôt assez joliment la saga, tous les fils de l'intrigue semblent être démêlés, notamment la fameuse Prophétie qui s'accomplit dans le comble de l'ironie... Non, je n'en dirai pas plus.

Avec, bien sûr, toujours la merveilleuse écriture de Pierre Bottero, et le splendide monde qu'il a créé de sa plume. Ewilan, Ellana et tous les autres, parsèmeront longtemps mes rêves de Dessin et de Marchombres...

jeudi 16 avril 2009

J'ai vu... Prédictions

Une fois n'est pas coutume, je vous présente dans cette rubrique un film qui vient de sortir (à mon échelle de temps, puisque cela fait en réalité plus d'une semaine...). Je suis allée au ciné (fait exceptionnel, puisque j'y vais rarement plus de deux fois par an) avec des amies lundi 6, et l'heureux élu est... Prédictions, avec Nicolas Cage.

predictions.jpg

Il y a 50 ans, une école enterre une "capsule temporelle" remplie de dessins d'élèves. Aujourd'hui, on la déterre et les dessins sont distribués aux élèves actuels... L'un d'eux reçoit, non pas un dessin, mais une feuille couverte de chiffres. Son père finit par y repérer des séquences familières (91101, le 11 septembre 2001, par exemple), et découvre qu'il s'agit d'une liste des catastrophes majeures survenues depuis l'enfouissement des dessins, avec date, nombre de morts, et lieu... Et surtout, il s'aperçoit que les trois dernières séquences de chiffres représentent des évènements qui ne sont pas encore arrivés...

Je vous passe l'annonce suspense "une course contre la montre pour empêcher ces catastrophes démarre", etc... Car le scénario est un peu original. Bien sûr Nicolas Cage va essayer de sauver le monde, mais ne vous attendez pas à un remake d'Armageddon ou d'Independence Day (non je vous dirai pas si c'est un astéroïde ou des extraterrestre ou "autre-chose" qui menace la planète!), ce film n'est pas tout à fait holliwoodien.

Un excellent casting, une ambiance convaincante, un film qui alterne moments calmes, d'action et de tension psychologique, de façon très efficace. Des effets spéciaux utilisés à bon escient, sans "catastrophisme" excessif. Une fin originale, heureuse malgré tout, si vous voulez le savoir, mais pas de la façon dont on s'y attend (non j'en dirai pas plus, na na na nanère...)

Un film perturbant par son sujet, une fin du monde qu'on ne peut pas forcément éviter... Très fin, avec de jolies métaphores. Et pendant lequel on ne s'ennuie pas une seule seconde...

jeudi 16 avril 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Commentaires (1) |  Facebook | |

vendredi 10 avril 2009

J'ai lu... Où es-tu maintenant? (Mary Higgins Clark)

Mack a disparu depuis dix ans, ne donnant de ses nouvelles à sa famille qu'une fois par an, téléphonant le jour de la fête des mères, ne disant rien de sa vie ni des raisons de son départ, et paralysant du même coup la vie de sa mère, qui ne vit que pour ce coup de fil annuel.

Sa soeur Carolyn décide que la situation a assez duré et décide de partir à sa recherche. Mais bientôt la police croit reconnaître en Mack un tueur en série responsable de la disparition de plusieurs jeunes filles. Et il ne semble pas prêt à sortir de sa cachette pour s'en défendre...

où es-tu maintenant.jpg

Un très joli roman, très bien écrit et au suspense magnifiquement mené. Mary Higgins Clark tisse sa toile dès le début du roman, distribuant des morceaux du puzzle qu'on n'arrive pas à réunir avant la fin... Qui nous surprend alors qu'on croyait avoir tout envisagé.

Agréable à lire, réjouissant, un roman policier sans en être tout à fait un, qui explore les relations familiales de façon convaincante.

Extrait choisi (chapitre 1)
"Lorsque nous étions enfants, Mack était mon meilleur ami, mon confident, mon copain. La moitié de mes amies avaient le béguin pour lui. Il était le fils parfait, le frère parfait, beau, drôle, brillant dans ses études. Quels sont mes sentiments pour lui aujourd'hui? Je n'en sais plus rien. Je me souviens combien je l'aimais, mais cet amour s'est presque entièrement mué en colère et en ressentiment. Je voudrais pouvoir douter qu'il est en vie, me dire que quelqu'un d'autre nous joue un tour cruel."

mardi 31 mars 2009

J'ai lu... L'étrange disparition d'Esme Lennox (Maggie O'Farrell)

Un roman étrange, tout comme la disparition d'Esme de tout arbre généalogique... Sa petite-nièce, Iris, qui ne connaissait même pas son existence, est un jour contactée par un hôpital psychiatrique sur le point de fermer, dont Esme est pensionnaire depuis plus de soixante ans.

Comment une jeune fille de 16 ans peut-elle se retrouver enfermée pendant presque toute sa vie, sans que personne ne s'en émeuve? Comment peut-elle disparaître des mémoires?

Les réponses nous arrivent par miettes, à travers un récit en trois branches: le présent, avec Iris ; et le passé, de façon claire et analytique par Esme, qui semble avoir toute sa tête pour une folle ; de façon floue et désordonnée par Kitty, sa soeur aînée, grand-mère d'Iris, atteinte de la maladie d'Alzheimer - faut-il y voir l'ironie du destin?

Esme Lennox.jpg

On a une sensation de malaise tout au long du roman, et puis on commence à comprendre et c'est pire encore. La fin nous laisse abasourdis, remués, désespérés de tant... d'étrangeté, dirai-je pour ne pas vous retirer tout le suspense.

Ce livre est dérangeant, émouvant, et se lit d'une seule traite ou presque (je l'ai lu en deux soirées). Magnifiquement bien écrit, percutant. Jetez-vous dessus, mais pas en période de dépression ;)

Extrait choisi (pages 99 à 101)
"Les volumes sont énormes et lourds. Iris doit les feuilleter debout. Une épaisse couche de poussière s'est accumulée sur le dos et la tranche supérieure. Iris en prend un et, en ouvrant au hasard les pages jaunies et cassantes, tombe sur mai 1941. Une certaine Amy est admise par le Dr Wallis. Veuve de guerre, Amy est soupçonnée d'avoir la fièvre puerpérale. C'est son frère qui l'amène. Il dit qu'elle n'arrête pas de nettoyer la maison. On ne mentionne pas le bébé, et Iris se demande ce qu'il est devenu. A-t-il vécu? Le frère s'en est-il chargé? Lui ou sa femme? Le frère était-il marié? Amy est-elle ressortie de l'hôpital psychiatrique?
Iris tourne quelques pages. Une femme convaincue que la TSF allait tous les tuer. Une jeune fille qui s'échappait de la maison la nuit. Une lady quelque chose qui attaquait sans cesse une certaine domestique. Une femme de pêcheur, à Cockenzie, dont le comportement était jugé libidineux et indiscipliné. Une fille cadette qui s'était enfuie en Irlande avec un clerc de notaire. [...] Une certaine Jane qui a eu la témérité de faire de longues promenades solitaires et de refuser des demandes en mariage. [...]
Certaines d'entre elles sont peut-être toujours ici, comme Esme."

samedi 14 mars 2009

J'ai lu... The gun seller - Tout est sous contrôle (Hugh Laurie)

Vous connaissez sans doute Hugh Laurie, l'interprète de Dr House (House M.D.), dont le passage à la télé de la 4ème saison me ravit ? Eh bien il n'est pas qu'acteur, il écrit, aussi, et même très bien.

Pendant les vacances, j'ai lu son roman The gun seller (en version française, ça donne Tout est sous contrôle), en anglais bien sûr ;)

Résultat: un roman excellent. Drôle et cynique, le même genre d'humour que dans la série télé, si vous l'aimez, vous adorerez le bouquin, et même si vous n'appréciez pas le "méchant docteur", tentez votre chance!

the gun seller.jpg

Thomas Lang est un type presque ordinaire. Presque, parce qu'il a été dans l'armée, et qu'il a un sens de l'humour et de la répartie assez particulier. Mais à part ça, c'est Monsieur tout le monde, avec peut-être un frigo un peu plus vide et plus de factures impayées.

On lui propose de l'argent - beaucoup l'argent - pour tuer quelqu'un. Comme c'est quelqu'un de bien élevé, il refuse. Et il pousse le civisme jusqu'à essayer de prévenir le condamné. C'est là que les ennuis commencent.

Car il va se retrouver embarquer dans un vilain complot et devra sauver le monde ainsi que sa peau, accessoirement.

Je peux difficilement en dire beaucoup plus sans révéler l'intrigue, mais pour résumer, vous trouverez dans ce bouquin une bonne dose d'action, de suspense, d'humour et même une petite dose de romance. Ca se passe en Grande-Bretagne of course (je dis ça mais j'ai quand même mis quelques minutes à comprendre pourquoi y avait une voiture avec le volant à droite xp), avec des méchants Américains dans l'histoire, et des voyages autour du monde.

Intrigue bien ficelée, écriture très agréable - je ne sais pas ce que ça donne dans la traduction française, mais en VO c'est tout bonnement délicieux =D

Bref: jetez-vous dessus!