Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 04 mars 2009

J'ai vu... Ce jour-là tout a changé (1 et 2)

J'ai regardé les deux premiers épisodes d'une série de "docu-fictions" historiques français, qui sont diffusés sur la 2: "L'assassinat de Henri IV" et "L'évasion de Louis XVI" (respectivement le 13 janvier et le 24 février)

Le principe de cette série, avec Jacques Malaterre comme directeur artistique, est de retracer à chaque fois une journée qui a influencé l'Histoire française, en la resituant dans le contexte grâce à des flash-backs. De plus, à la fin du docu-fiction, la voix-off nous explique ce que sont devenus les différents protagonistes.

Une excellente qualité de "reconstitution", mais également de jeu, de psychologie. Bien que romancés, ces docus restent fiables historiquement parlant, et apportent même une perspective nouvelle sur des préjugés que l'on peut avoir...

Ce jour-là tout a changé.jpg

Les héros des deux premiers épisodes sont des rois de France, parmi les plus connus: Henri IV dont on retrace la journée qui a précédé son assassinat (le 14 mai 1610), et Louis XVI dont on suit l'évasion du Palais des Tuileries, qui mènera à sa décapitation (le 21 juin 1791).

Ils nous sont assez sympathiques, sans jamais tomber dans le pathétique. Leur entourage est lui aussi dépeint, et la politique, bien que présente en trame de fond, laisse la part belle aux sentiments, aux relations, à l'humanité en quelque sorte.

La façon de tourner, qui nous fait suivre pas à pas le personnage principal, est très prenante, nous "met à sa place". Les costumes d'époque, le parler, sont cohérents avec l'époque sans trop dépayser le spectateur moderne.

On est empli d'un sentiment d'inexorabilité tout au long du film, qui va en crescendo, car on sait ce qui va arriver, ce qui est arrivé. Et pourtant, le suspense fonctionne plutôt bien, on s'identifie quand même aux protagonistes...

Bref, j'attends avec impatience le prochain épisode, probablement fin mars ou début avril. Une série à surveiller, et dont une version DVD sera sans doute disponible pour ceux qui ont raté la diffusion TV.

texte de moi - image trouvée sur le net

dimanche 22 février 2009

J'ai vu... Orgueil et préjugés

J'ai regardé la rediff' de Orgueils et préjugés, sur la 2, dimanche 15 février... Comme vous le savez sans doute, il s'agit d'une adaptation du roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés (ou, dans sa version originale, Pride and prejudice) que je n'ai personnellement pas lu.

Orgueil et préjugés.jpg

La famille Bennet, pas très riche, compte cinq filles: Jane, Lizzy, Mary, Kitty et Lydia . L'obsession de leur mère est de les marier au plus vite, avantageusement si possible, et Mr Bingley, jeune rentier récemment arrivé dans le voisinage, semble le candidat idéal. Celui-ci est accompagné d'un ami, Mr Darcy, renfrogné et peu aimable.

L''intrigue est centrée sur l'héroïne, Lizzy, jouée par Keira Knightley, et sa relation mouvementée avec Mr Darcy, mais nous donne aussi à voir l'évolution de sa famille.

Loin de l'atmosphère gnangnan que je craignais, ce film est convaincant, très bien mené, et irradie de la présence de Keira Knightley, qui campe une Lizzy extraordinaire d'impudence et d'humanité... Autre star à noter: Donald Sutherland, dans le rôle de Mr Bennet, un très joli rôle.

Une ambiance musicale et visuelle qui correspond parfaitement aux moments de l'intrigue, un aspect "historique" convaincant mais sans lourdeur, qui s'éclipse derrière les personnages quand c'est opportun.

Orgueil et préjugés 2.jpg

En résumé, je conseille ce film à tous! A moins que vous n'aimiez vraiment que les films d'action et d'horreur, il devrait vous plaire...

texte de moi - images trouvées sur le net

dimanche 22 février 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Commentaires (3) |  Facebook | |

lundi 12 janvier 2009

J'ai vu... Détention secrète

Anwar (Omar Metwally), biochimiste, est égyptien mais a vécu moins longtemps en Egypte qu'aux Etats-Unis, où il a fondé une famille avec Isabella (Reese Witherspoon), enceinte de leur second enfant.

Il est en voyage d'affaire en Afrique du Sud quand un attentat terroriste a lieu en Egypte, tuant un agent de la CIA et devenant ainsi affaire américaine.

Une enquête rapide débouche sur un lien entre Anwar et un chef terroriste, par l'intermédiaire d'un coup de téléphone sur son portable. Une décision rapide par les grands manitous de l'antiterrorisme américain (Meryl Streep et Alan Arkin) plus tard, Anwar est fait prisonnier à l'aéroport de New York et toute trace de son arrivée est effacée.

Il est ensuite emmené en Egypte pour être interrogé - autrement dit, torturé - par les autorités locales, en présence d'un analyste de la CIA, Douglas Freeman (Jake Gyllenhaal), qui va vite se poser des questions sur la pertinence de ces méthodes...

Pendant ce temps aux Etats-Unis, Isabella fait tout pour savoir ce qu'il est arrivé à son mari, mais se heurte au silence de la "sécurité nationale"...

En parallèle, on suit la révolte de la fille du chef égyptien de l'antiterrorisme, qui fugue pour rejoindre son petit-ami aux tendances extrémistes...

Je ne peux pas vous en dire plus sans vous priver de tout le suspense...

détention secrète.jpg

Ce film est intelligemment tourné et très bien construit. Ce n'est qu'à la fin que les pièces du puzzle - autrement dit, les deux intrigues - se mettent en place, et là, on comprend tout.

Il donne l'impression désagréable que le respect des droits de l'homme est facultatif sous prétexte que les informations obtenues sous la torture permettent de "sauver des vies".

Excellent film, assez dur bien sûr, vu le sujet, il a été soutenu par Amnesty International. Choquant, engagé, mais quand même hollywoodien en ce qu'il finit plutôt bien.

texte de MOI - le 30-12-08

lundi 12 janvier 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Tags : film, détention secrète, dvd | Commentaires (1) |  Facebook | |

vendredi 02 janvier 2009

J'ai entendu... Infréquentable (Bénabar)

Le nouvel album de Bénabar est rempli de perles. Vous avez peut-être entendu "L'effet papillon" et "A la campagne" à la radio. Les autres sont au moins aussi bonnes. Un must si vous aimez ce genre de musique...

Comme d'habitude, des paroles extra, drôles et poétiques, avec des arrangements musicaux soignés.

Mention spéciale pour "Allez", qui revisite avec beaucoup d'humour le thème du copain déprimé , "Si j'avais su" sur la rupture amoureuse, "Tout vu tout lu" sur les beaux parleurs, "Les numéros", "Infréquentable"...

bénabar.jpg

Et une fois n'est pas coutume, je vous offre des extraits de plusieurs chansons, vu que je suis incapable d'en choisir une...

Extrait de "Les numéros":
"Cinq ou six anniversaires La bataille de Marignan
Y en a des faux, y en a des verts Des numéros y en a tant"

Extrait de "Tout vu, tout lu":
"J'ai un stock d'anecdotes Plus ou moins réelles
Plus ou moins vécues J'en ai tellement raconté
Le vrai l'inventé Je sais plus"

Extrait de "Allez":
"Je ne demande qu'à te croire Tu dis que tout va parfaitement
Ce serait plus convaincant encore Si tu l'disais pas en pleurant"

Extrait de "Si j'avais su":
"Si j'avais su que j'aurais autant de peine
Si j'avais su, je t'aurais aimée quand même"

Extrait de "Voir sans être vu":
"Je ne reproche rien à personne A aucune femme, à aucun homme
Je suis un figurant, c'est tout Pas transparent, juste un peu flou"

texte et lection des extraits par MOI

vendredi 02 janvier 2009 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Tags : infréquentable, bénabar, cd, album, musique | Commentaires (2) |  Facebook | |

mardi 30 décembre 2008

J'ai vu... Angles d'attaque

8 étrangers, 8 points de vue, 1 vérité, c'est le slogan de ce film. Ca le décrit assez bien.

On revit six fois le même évènement, un attentat visant une conférence antiterroriste réunissant en Espagne les dirigeants de nombreux pays. A chaque fois, on n'a qu'une partie des pièces du puzzle, et on ne comprend qu'au fur et à mesure que ces visions se recoupent.

angles d'attaque.jpg

La même période, environ 15 minutes avant et après l'attentat, est vue sous différents angles. Filmés de façon très réaliste, ces "points de vue" nous permettent de nous identifier aux différents personnages que l'on suit, et de nous sentir impliqués dans l'affaire.

Ces personnages sont: Rex (Sigourney Weaver), la productrice d'une chaîne de télé qui suit tout à travers ses écrans ; l'agent du service secret Thomas Barnes (Dennis Quaid), sur place pour protéger le Président des Etats-Unis ; le policier espagnol Enrique (Eduardo Noriega), dont le rôle est de protéger le maire de la ville ; Howard Lewis (Forest Whitaker), un touriste américain qui filme toute la scène ; le Président des Etats-Unis, Ashton (William Hurt) ; et enfin les terroristes et leur plan dans sa totalité.

Un très bon film, filmé et réalisé de façon convaincante, au scénario tout simplement génial. Je vous le conseille!

texte de MOI

mardi 23 décembre 2008

J'ai lu... Last Call (Alex Barclay)

Un roman dense que j'ai dévoré en 4 soirs...

Last call.jpg

Un tueur en série qui s'attaque à ses victimes chez elles, sans effraction, comme si elles l'avaient laissé entrer... Qui leur fracasse le visage et leur fait passer un étrange dernier coup de téléphone avant de les tuer.

Un enquêteur à la famille meurtrie par un autre tueur, qui va pourtant devoir arrêter la tuerie...

Une écriture fluide, visuelle, à suspense et pas dépourvue d'humour...

Il aurait pu être intéressant de s'intéresser un peu plus au tueur et à son étrange manie de faire passer un dernier appel à ses victimes - mais le roman est plutôt écrit du côté des enquêteurs et des témoins, point de vue qui permet plus de suspense, choix qui se respecte.

En résumé, un très bon roman, dont vous risquez d'avoir du mal à sortir...

L'extrait (chapitre 2)
"Ils entrèrent dans le bureau d'Ethan Lowry.
- Ca le fait plus, commenta sobrement Joe. Tu vois ce que je veux dire, la pureté des lignes?
- Les gens adorent les séries policières et les émissions de déco. Si tu maries les deux, Joe, t'auras le taf de ta vie. Pense un peu à l'audimat: Les Experts font votre Relooking extrême.
Joe s'esclaffa malgré lui, aussi Danny poursuivit-il:
- L'inspecteur Joe Lucchesi: il enquête sur votre mort et sur vos goûts. Quels ont été vos derniers déplacements? Et pourquoi avez-vous choisi d'assortir ces rideaux-là avec ce tapis. Le mystère sera résolu après la pub. Cette saison, c'est le vert qui fait fureur dans les cuisines. A propos de fureur, les coups de battoir sont..."

texte de MOI

vendredi 19 décembre 2008

J'ai vu & entendu... If I were a boy (Beyonce Knowles)

Une chanson et un clip de Beyonce. Ou comment se mettre à la place de l'autre...

if I were a boy.jpg

La chanson, d'abord. Pour les non-anglophones, le titre signifie "si j'étais un garçon". Quoi, Beyonce envierait les garçons? Eh bien non, pas vraiment. Cette chanson en dépeint un tableau peu flatteur... Et accentue la différence man/boy, homme/garçon: "I swear I'd be a better man --- but you're just a boy" ("je jure que je serais un homme meilleur --- mais tu n'es qu'un garçon") Des paroles vraiment chouettes.

Et puis côté musique, rien à redire. Autant au niveau que musical que vocal, cette chanson est une perle. Beyonce a un sacré "coffre", même si toutes ses chansons ne le montrent pas...

Le clip, maintenant. Dans sa version longue, il contient deux périodes parlées et met en scène la vie d'un couple.

D'abord, avec les "rôles" inversés. Beyonce joue les goujats auprès de son homme au foyer. Comportements que beaucoup d'hommes affubleraient de noms d'oiseau...
Et puis, Beyonce flirte avec un collègue et les tourtereaux se disputent. Traduction à l'à-peu-près:
"Quand tu agis de cette façon... Je ne crois pas que tu réalises de quoi ça me donne l'air - ou ce que ça me fait ressentir.
- Agir comment? Pourquoi tu es si jaloux? C'est pas comme si je couchais avec ce mec.
- Quoi?"
Et là, tout s'inverse: "Quoi?
- Je disais, pourquoi tu es si jalouse? C'est pas comme si je couchais avec cette fille."
Et on revient à la première scène, jouée "dans le bon sens" cette fois-ci... Avec l'homme dans le rôle du goujat et Beyonce en gentille femme soumise...

Très bien tourné, de très belles images, un noir et blanc qui donne de la force au propos, et un jeu d'acteurs remarquable pour un clip. Mention spéciale pour l'acteur qui joue l'homme dans le couple: dans les scènes inversées, il est très convaincant tout en évitant la caricature...

Extrait de la chanson:
But you're just a boy, you don't understand
How it feels to love a girl, someday you'll wish you were a better man
You don't listen to her, you don't care how it hurts
Until you lose the one you wanted, 'cause you've taken her for granted
And everything you have got destroyed... But you're just a boy

Traduction de l'extrait:
Mais tu n'es qu'un garçon, tu ne comprends pas
Ce qu'on ressent quand on aime une fille, un jour tu regretteras de ne pas être un meilleur homme
Tu ne l'écoutes pas, tu te fiches si ça fait mal
Jusqu'à ce que tu perdes celle que tu voulais, car tu l'as prise pour acquise
Et que tout ce que tu as soit détruit... Mais tu n'es qu'un garçon

texte & traductions de MOI - image & paroles trouvée sur le net

vendredi 19 décembre 2008 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Tags : clip, vidéo, musique, chanson, if i were a boy, beyonce | Commentaires (5) |  Facebook | |

mardi 02 décembre 2008

J'ai vu... Resident Evil 3: Extinction

Je ne suis pas une grande fan de films d'horreur. Mais les Resident Evil, s'ils ont indéniablement un côté horrible, sont aussi d'excellents films sur leur réalisation, leur scénario, les personnages... Alors j'évite juste de les regarder le soir ;p

resident evil extinction.jpg

Resident Evil: Extinction a lieu 5 ans après le 2. Petit rappel: dans le premier film, le virus T, qui réveille les morts et en fait des monstres assoiffés de chair fraîche, s'est répandu dans le Hive, un laboratoire souterrain d'Umbrella Corporation. Dans le second, il s'étand à toute une ville, Raccoon City. A chaque fois, Alice (Milla Jocovich) et ses compagnons (qui changent tout le temps, vu qu'ils meurent au fur et à mesure) s'efforcent de survivre, et Umbrella Corporation s'efforce d'étouffer l'affaire en tuant tout le monde.

Ce qui n'empêche pas le virus de se répandre sur toute la planète Terre. Les quelques survivants, toujours moins nombreux, n'ont d'autre choix que de bouger en permanence en évitant les grandes villes pour échapper aux contaminés, ce que la diminution des stocks de nourriture, d'essence et de munitions rend de plus en plus difficile.

Alice intègre un convoi de survivants dont font partie 2 personnages du deuxième film: L.J. et Olivera. Elle rencontre d'autres personnages, dont Claire Redfield, qui mène le convoi.

Un film qui se regarde bien, un peu horrible évidemment mais rien d'insupportable, scènes d'action bien ficelées. J'ai été déçue de ne pas revoir Angela ou Valentine, dont on ne sait pas trop ce qu'il est advenu, et de quelques détails du déroulement du film dont je ne peux pas parler sans vous "spoiler" la surprise, en gros, de la propension à tuer les personnages au fur et à mesure avant même de développer de façon satisfaisante leur caractère.

Le film n'est donc pas parfait, mais c'est un bon divertissement. J'espère qu'il y aura un quatrième (pour le moment on est un peu dans le flou), car vu la fin en cliffhanger, ce serait criminel de nous laisser en suspens sans savoir ce qu'il va se passer...

texte de MOI

mardi 25 novembre 2008

J'ai entendu... Hall of Mirrors (Grace)

Vous avez peut-être vu le clip Imagine one day.

L'album de cette jeune fille est hétéroclite et à multiples influences, ce qui n'est guère surprenant quand on connaît son parcours, elle qui a grandi sur plusieurs continents...

Plusieurs titres à consonance humanitaire, la plupart ont de toute façon une sorte de philosophie zen. Avec, toujours, son joli brin de voix et sa marque personnelle.

Mention spéciale pour Open road, New day et Lost.

Comme toujours, je conseille de prendre le temps de comprendre les paroles...

Hall of mirrors.jpg

L'extrait: refrain de New day

I don't know if we'll be here tomorrow
I do know I am here right know
Come join me and we'll have a go at calling in a prophecy

Cuz anything could happen here right now
I dare you to step out and try it
Comme join me and we'll have a go at calling in our destiny

mardi 25 novembre 2008 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu... | Tags : musique, chanson, tube, album, cd, disque, hall of mirrors | Commentaires (2) |  Facebook | |

mercredi 19 novembre 2008

J'ai vu... 2ème couche, le spectacle de Nicolas Canteloup

J'ai assisté au nouveau spectacle de Nicolas Canteloup.

Au programme: des sketchs sur des tas de sujets, des imitations extras, des parodies d'émissions télé...

Canteloup 2ème couche.jpg

Chanteurs/chanteuses: Christophe Willem, Mylène Farmer ("et la douleur de la souffrance"... ;D), Patrick Sébastien, Claude François, Eddy Mitchell...

Emissions télé: Du côté de chez vous, Y a comme un doute (Sans aucun doute), Fesez entrer celui-là qu'est coupable (Faites entrer l'accusé). Cette dernière est vraiment bien rendue, la voix d'Hondelatte est nickel!
Et aussi Le plus grand cabaret du monde, avec un faux numéro de Shirley et Dino (les voix... un délice)

Politiques: en a-t-il oublié un seul? J'aime beaucoup son François Hollande, et son Sarkozy est très convaincant aussi...

Journalistes: Nelson Montfort et son anglais très particulier... Des flash infos des Jeux Olympiques, et des Jeux Paralympiques (le saut à ski pour non-voyants unijambistes avec chien... si si!)

J'admire les performances vocales... On ferme les yeux et on s'y croit (enfin, quand on n'est pas morts de rire sur le contenu...) Et en ce qui concerne l'humour, relisez la parenthèse ci-avant... ;p

Tout ça pour dire: si vous avez l'occasion d'assister à un de ses spectacles, précipitez-vous! Un DVD ne rend certainement pas l'émotion et l'interactivité...

texte de MOI