Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 28 janvier 2015

Poème : Marianne et Charlie

Un poème rédigé les 22 et 23 janvier, qui m'a été inspiré par les événements récents. J'ai ressenti le besoin de retourner aux racines pour comprendre (et expliquer) ce qui dans mon histoire familiale a façonné mon point de vue sur les religions et la laïcité.

J'en profite pour expliquer la fin du poème : je ne me sens pas vraiment républicaine, je suis plutôt démocrate dans l'âme (je suis d'ailleurs pour une démocratie plus directe ou au minimum vraiment représentative), et j'applique à la politique la même méfiance qu'à la religion en ce qui concerne l'allégeance inconditionnelle à un groupe. La République, ça ne me parlait donc pas trop. Mon prénom, Marianne, je ne l'associais pas au symbole de la République (sauf dans mes souvenirs de plaisanteries d'école primaire). Patriote, je ne le suis pas pour deux sous. Ce qui n'empêche pas que je me sente française, et ces derniers temps, fière d'être française, car même si certaines réactions m'ont déçue, dans l'ensemble j'ai été agréablement surprise.

crayon, guidant, peuple, rassemblement, république, nation, stéphane, mahé, reuters, le crayon guidant le peuple, tableau, drapeau, statue
                                                                                        Stéphane Mahé (Reuters)

Familles catholiques tranquilles
Du côté de mes grands-parents,
Tous croyants, plutôt pratiquants,
Ceux des villes comme ceux des champs.
Études scientifiques pour mes parents
Avec leur foi tranquillement,
Sans faire de bruit, sans faire de vent,
Ils ont éduqué leurs enfants.

Tant de livres à la maison,
Dicos, magazines, romans,
Des qui expliquent les religions,
Des qui expliquent l’évolution.
Baptisée mais sans communion,
L’église seulement de temps en temps,
Avec Dieu notre relation
N’a pas besoin de démonstration.

Remue-méninges adolescent ;
Amie agnostique, échanges passionnants,
Je me fabrique mes convictions.
Symbolique, la résurrection ?
Quand je l’annonce à mes parents,
Ils me disent que pour eux aussi.

Puis remue-méninges pour mon frère,
Il lit la Bible, le Coran,
Il farfouille sur la webosphère
Et nous annonce qu’il est athée.
Quelques discussions animées ;
Sans Dieu aussi, dur d’être tolérant.

Mais l’amour dépasse les religions ;
L’intelligence, les traditions.
Ma grand-mère à quatre-vingt ans
Sait dire quand elle trouve les papes cons
D’interdire toute contraception
Quand le monde en souffre tellement.

Et puis un jour, Charlie Hebdo.
J’entends tant parler de blasphème
Chez presque toutes les religions,
Et voilà que je comprends
Pour quelles valeurs ils se battaient ;
Je comprends la chance que j’ai,
Moi, pas tellement républicaine,
Que mes parents m’aient élevée... Marianne.

crayon, guidant, peuple, rassemblement, république, nation, martin, argyroglo, tableau, drapeau, statue
                   Martin Argyroglo (photographe indépendant)

mercredi 21 janvier 2015

En six mots (six-word memoirs) : Ras-le-bol

Some people just can't follow instructions.

Leave a message and leave off!                                  

Can't hang up in real life.

Don't put words in my mind!                        

My choices don't necessarily challenge yours!

        Don't blame me for your insecurities.

can't hear you, cookiemonstah
I can't hear you by cookiemonstah

Mes autres six-word memoirs : ici.

Déjà publiés sur ce blog :
Divers
Deuils & épreuves

Colère
Regrets
Météo
Happiness Prescription

Away from Home
Décisions & actions

Where is my mind?

D'autres arrivent bientôt ;)

mercredi 21 janvier 2015 Publié dans En six mots, Mes écrits | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 07 janvier 2015

Poème : Sometimes I Wonder

Un poème retrouvé dans mes archives, écrit en juin 2012.

poem, poème, poetry, poésie, sometimes, i, wonder, i wonder, crossroads, road, traveled
Crossroads de vijamoga

Sometimes I wonder, could I have loved you
If I had just really wanted to
Could you have seduced me if I’d let you
Would you still have loved me too?

It doesn’t make sense, it doesn’t matter
But I can’t help it, sometimes I wonder
If we’d tried to be together
Could we have been happy ever after?

It wasn’t the right time and place
Maybe not the right person either
But when it’s the right time and place
Will I let him in, sometimes I wonder…

© mari6s
Si vous le citez, merci de préciser que je suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

mercredi 07 janvier 2015 Publié dans Mes écrits, Poèmes | Tags : poem, poème, poetry, poésie, sometimes, i, wonder, i wonder | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 13 décembre 2014

Poème : At least that's what you say

Un poème retrouvé dans mes archives, écrit il y a déjà plus de deux ans, mais que je n'avais pas mis en ligne car le sujet était un peu trop personnel. Le voici à présent ;)

I don’t understand
At least that’s what you say
Fine, then give me a hand
Let me try if I may

                                                      It kills me you know
                                                      To see you unhappy
                                                      Everyone can feel low
                                                      I would know, believe me

Maybe we’re not the same
But we’re not that different
So I can take the blame
Take it all if it helps

And who cares if it hurts                                                     
If I fall in the dirt                                                     
You don’t care anyway                                                     
At least, that’s what you say                                                     

You rewrite history
Just like everyone does
Why not make it happy
Or better, give it cause

Meaning’s overrated                                                     
At least that’s what you say                                                     
But since you’re miserable                                                     
What’s the risk anyway?                                                     

It sounds like a cliché
To say you have it all
And of course it’s okay
Sometimes to feel a hole

                                                      But deep underwater
                                                      When you hit rock bottom
                                                      You have to choose whether
                                                      You want to get back home

I love you so much
But you’re so hard to trust
You lie crossing your heart
We don’t buy it, you’re hurt

                                                      You don’t apologize
                                                      You don’t owe anyone
                                                      But you do criticize
                                                      All those who give a damn

Maybe some people suck
But maybe others rock
You won’t know if you hide
Without them by your side

We love you so much                                                     
You’re so freaking clever                                                     
Everything that you touch                                                     
Might as well be silver                                                     

But you don’t let us in
And that’s no way to live
You’re no regular teen
But you don’t have to grieve

I really want to help                                                     
I want to understand                                                     
I can follow your steps                                                     
But I can’t force your hand                                                     

There’s life out there for you
And it’s so freaking great
I really wish you knew
Or took a leap of faith

© mari6s
Si vous le citez, merci de préciser que je suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog

samedi 13 décembre 2014 Publié dans Mes écrits, Poèmes | Tags : poem, poème, poetry, poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 03 décembre 2014

Poème : Le soleil sur ma peau (Je perds)

Poème écrit le 31 octobre 2014 au jardin du Luxembourg.

l-eh, sun, skin, only the sun on my skin
Only the sun on my skin
©2011-2014 l-eh

Oh je sens je soleil sur ma peau
Je sens le vent dans mes cheveux
Mais les couleurs sont un peu fades
Mon humeur papillonne et s’évade
Mon âme noue dans ma gorge un nœud
Quoi que m’en dise mon cerveau

Oh je parle et je bouge et je ris
Mais parfois je perds jusqu’à l’envie
Je perds le sens, la direction de cette danse
Je perds le sens de ce que me disent mes sens
Je perds le sommeil, la raison, l’appétit
Je perds le sens, le sens de cette vie

Mais je sens le soleil sur ma peau
Il brillera plus fort, il est encore tôt.

© mari6s
Si vous me citez, merci de préciser que je suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

 

mercredi 03 décembre 2014 Publié dans Mes écrits, Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 26 novembre 2014

En six mots (six-word memoirs) : Where is my mind?

I like people, in small doses.

              The interpreter got lost in translation.

                                In Absolute terms, everything is Relative.

Rarely ever fully here and now.

I'm defying my very own preconceptions.                       

Cultivating mild madness to deter depression.

gabrielle, ragusi, where, is, my, mind, where is my mind, deviantart
Image: © Gabrielle Ragusi 2013      

 Mes autres six-word memoirs : ici.

                   Déjà publiés sur ce blog :
                               Divers
                            Deuils & épreuves

                         Colère
                      Regrets
                 Météo
          Happiness Prescription

     Away from Home
Décisions & actions

                            D'autres arrivent bientôt ;)

mercredi 26 novembre 2014 Publié dans En six mots, Mes écrits | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 22 novembre 2014

Si j'ai un jour des enfants...

Quand j’étais enfant, je remplissais des carnets avec mes idées pour l’avenir, comme la promesse de ne pas oublier que j’avais été petite quand je serais grande (en général motivée par l’horrible injustice d’une punition ou d’une interdiction formulée par mes parents :p), des idées de ce que je ferais faire à mes élèves quand je serais maîtresse d’école (le programme a un peu changé entre-temps), mais aussi des projets concernant mes futurs enfants : les prénoms que je leur donnerais (il ne m’était pas venu à l’idée que leur papa aurait son mot à dire), la façon dont je les élèverais. Une façon finalement d'avoir l'impression de contrôler l’avenir.

baby, bébé, shoe, chaussure, pregnant, enceinte, mère, maman, mom, mum, mother, to-be, parent
Baby Shoes par Meagan

Et à présent… Il n’y a pas une semaine qui passe sans que je me demande face à tel ou tel problème de société comment je me débrouillerai si j’ai un jour des enfants – la phrase, selon le moment et selon l’humeur, passe du « quand j’aurai des enfants » au « si j’ai des enfants ».

Le changement climatique, l’inégalité de répartition des richesses qui se creuse – est-il bien responsable de donner naissance à un enfant dans ce contexte ? L’omniprésence des nouvelles technologies, objets connectés, tablettes numériques dès l’école primaire sans tenir compte des conséquences cognitives ou physiques (vue, canal carpien, dos…), des robots vendeurs dans les magasins – comment préserver ses enfants de tout ça ? Ils me trouveront ringarde et seront jaloux de leurs copains qui ont leur propre iPad à six ans, tant pis. Les produits chimiques partout, les additifs dans la nourriture toujours plus artificielle, les vaccins pleins de métaux lourds – comment choisir lesquels sont vraiment nécessaires face aux risques, et comment les obtenir sans qu’ils soient mélangés avec cinq autres, pourquoi pas bientôt dix ? Le système scolaire allergique à la différence, le formatage des rôles homme/femme jusque dans les jouets et les livres pour enfants, les corps retouchés qui s'affichent partout – comment les élever pour qu’ils deviennent eux-mêmes avec le moins de complexes possibles sans en créer de nouveaux par mon intervention ?

generation, génération, father, child, baby, bébé, père, enfant, parent
Generations par Gilad Benari

Tous ces problèmes me font peur par eux-mêmes, pour moi, pour la race humaine en général, mais c’est quand je pense à mes éventuels futurs enfants que je me dis qu’il y a peut-être quelque chose d’héroïque à la chose la plus naturelle du monde : la perpétuation de l’espèce.

On me dit que je me pose trop de questions, mais c’est le cas sur bien des sujets et ce n’est pas comme si je pouvais appuyer sur le bouton « off ». Mais bon, contrairement à l’enfant que j’étais, j’aurai le cas échéant le papa de mes enfants pour endosser la moitié de cette responsabilité ;)

samedi 22 novembre 2014 Publié dans Mes écrits, Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 19 novembre 2014

Poème : Left behind

Un poème écrit le 30 octobre 2014. Il s'agit d'un sujet qui me touche personnellement et auquel j'ai malheureusement été confronté plusieurs fois de plus ou moins près. Par rapport à l'autre poème que j'avais écrit en 2011 (Trop facile), il est plus apaisé, moins dans la confrontation. Sans doute parce que j'ai pas mal travaillé là-dessus depuis, et essayé notamment de comprendre un peu ce que je sais que je ne comprendrai jamais vraiment.

Sensibiliser les gens à ce sujet qui reste tabou me paraît très important pour que l'on soit plus attentifs à certains signes et que l'on ait des conversations difficiles (pas facile d'entendre ou de faire entendre certains sentiments) mais qui peuvent sauver des vies.

suicide, awareness, prévention

You don’t feel the pain anymore
You don’t feel the void, the sadness
They had filled everything and more
Emptying you with every breath

You don’t feel the pain but we do
And the void and the sadness
The ones left behind, behind you
Trying to fill the emptiness

You don’t feel the pain, or the sun
And those left behind will wonder
What they missed, what they could’ve done
Questions haunting them forever

You don’t feel the pain anymore
And the world goes on without you
A worse place than it was before
For those left behind, behind you

© mari6s
Si vous me citez, merci de préciser que je suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

mercredi 19 novembre 2014 Publié dans Mes écrits, Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 12 novembre 2014

En six mots (six-word memoirs) : Décisions & actions

My bravest action, a bad example?

Not accepting responsibility for inspiring decisions.

My inner feminist's mad at me.

Why would I not interrupt him?

Agreeing to disagree isn't that easy

Too picky?! You're not picky enough!

plage au crépuscule - silhouette s'étirant.jpg

Mes autres six-word memoirs : ici.

Déjà publiés sur ce blog :
Divers
Deuils & épreuves

Colère
Regrets
Météo
Happiness Prescription

Away from Home

D'autres arrivent bientôt ;)

mercredi 12 novembre 2014 Publié dans En six mots, Mes écrits | Tags : six-word, six-words, memoir, six mots, six-word memoir | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 01 novembre 2014

En six mots (six-word memoirs) : Away from Home

Living out of a suitcase again.

Looking forward to real-life, non-Skype arguments.

Midnight: lost roomie. Found buying candy.

Pretty sure that's not his hand.

So damn hot ideas are melting.

At least mosquitoes think I'm sweet...

 Fotolia_7576552_S.jpg

 Mes autres six-word memoirs : ici.

Déjà publiés sur ce blog :
Divers
Deuils & épreuves

Colère
Regrets
Météo
Happiness Prescription

D'autres arrivent bientôt ;)

samedi 01 novembre 2014 Publié dans En six mots, Mes écrits | Tags : six-word, six mots, six-word memoir, memoir | Commentaires (0) |  Facebook | |