Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche 04 septembre 2011

Poème: Tes yeux posés sur moi

Inspiré par une série de poèmes de mon amie Liny.

Le moteur de ta voiture
Une portière qui claque
Tes clés dans la serrure
Et tu poses ton sac

Ta façon de te taire
Tes pas dans l’escalier
Ton parfum flotte dans l’air
Je te sens approcher

L’embrasure de la porte
Tes yeux sur moi posés
Je me sens tellement forte
Je garde le dos tourné

J’aime quand tu me regardes
N’osant me déranger
Mais tout de même, ne tarde
Pas trop à m’embrasser

écrit le 2/07/2011

dimanche 04 septembre 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

mardi 23 août 2011

Poème: Le temps qui fuit

Petite fille qui joue sans trêve
Qui s’invente des mondes et des rêves
Et qui parfois pleure dans son lit
Sentant déjà que le temps fuit

Tant d’heures et de minutes d’angoisse
A revenir sur le passé
Et le futur, anticiper
Dans un présent morose, coincée

Quand parfois le temps ralentit
C’est pour la torturer d’ennui
Elle s’invente monts et merveilles
Pour trouver la paix, le sommeil

Le temps la tue puis la fait naître
Il finit par faire apparaître
Les solutions du libre-arbitre
Le temps et elle enfin sont quittes

écrit le 28/06/2011

mardi 23 août 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

lundi 15 août 2011

Poème: Tell me who I am

Un poème écrit en janvier. J'avais dans l'idée d'écrire une ou deux strophes de plus, mais je n'ai pas été très inspirée et en le relisant, je me suis dit qu'il n'était pas trop mal comme poème court.

You act like you know everything
About me and my past, my future
About what I want and what I need
It’s like I’m an open book where you can read
What I am thinking, what I am feeling
You know everything, you can find a cure
Go ahead, tell me – tell me who I am

You act like you can understand
What I’ve been through and what I’ve done
Like you can see it all and predict my future
Like you know when I feel alone
Oh yeah you understand, you can find a cure
Go ahead, tell me – tell me who I am

lundi 15 août 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 03 août 2011

Poème: Ne t'en vas pas

Je ne peux pas te retenir
Sans nous condamner tous les deux
A une mort à petit feu
Et si tu dois vraiment partir
Moi j’essaierais bien de t’attendre
Mais je ne veux pas finir en cendres

Ne t’en vas pas, ne t’en vas pas
Ces mots je voulais te les crier
Mais ils sont restés là, coincés
Tout au fond de moi

Je ne peux pas te demander
De sacrifier tes rêves pour moi
Même si je le ferais pour toi
Si tu es prêt à t’en aller
Est-ce que je peux vraiment te suivre ?
Est-ce que nous pourrions y survivre ?

Ne me laisse pas, ne me laisse pas
J’aurais voulu pouvoir pleurer
Mais toutes mes larmes sont restées
Tout au fond de moi

Ne t’en vas pas, ne t’en vas pas
Ces mots je voulais te les crier
Mais ils sont restés là, coincés
Tout au fond de moi

écrit le 28/06/2011

mercredi 03 août 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

dimanche 24 juillet 2011

Poème: I feel it all

It may look like I’m unaffected
Like all the scathes go unnoticed
Maybe I don’t want to show
When I feel down, when I feel low

But I feel it all, I feel it all
I feel the hard ground when I fall
I feel the rage, I feel the pain
I feel the blood run through my veins

You can call me shy, call me reserved
Maybe I am when I’m observed
And maybe it’s easier on you
To act like I’m different from you

But I feel it all, I feel it all
Get sick of carrying the ball
I feel the void, I feel the cold
Don’t want to fit into this mold

I feel it all, I feel it all
I feel the hard ground when I fall
I feel the rage, I feel the pain
I feel the blood run through my veins

Ecrit les 22 et 28 mai et le 26 juin 2011.

dimanche 24 juillet 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 16 juillet 2011

Poème: Won't blend in

Un poème écrit en octobre 2010.

I was born and I was torn
I smelt the Rose and felt her thorn
Worth both the cheer and the hiss
High in bliss, down the abyss

But no, I still won’t blend in
I don’t want to and I can’t
You can stop and stare all you want
This is simply not my scene

I grew up and I drew up
All kinds of dreams in my bed
I blew up and I screwed up
All kinds of plans in my head

But no, I still won’t blend in
I don’t want to and I can’t
You can stop and stare all you want
This is simply not my scene

I backed off and I pissed off
People that were liked and hip
I took off and I brushed off
All the rumors and gossip

But no, I still won’t blend in
I don’t want to and I can’t
You can stop and stare all you want
This is simply not my scene

samedi 16 juillet 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

lundi 04 juillet 2011

Poème: Corridors of life

Un poème écrit il y a déjà un moment, que j'avais oublié de publier ici. J'en ai eu l'idée quand j'étais à Washington, où je suis effectivement passée par des couloirs blancs et un escalator interminable, ce qui m'a inspiré cette métaphore...

I’m walking and walking through corridors of life
Pretty soon I’m running and trying to chase time
White walls and white ceiling, nobody by my side
The floor is paved with what I have not realized

There’s anguish, faded fears and rotten anger
Unforgotten things, unforgiven sins
Oh but just tell me, what am I walking for?

I’m walking and walking past closed doors and U-turns
Don’t know what I’m doing, play with fire and get burnt
I have trouble breathing but I still have to run
I’ll just keep on moving and maybe I will learn

There’s despair, dried up tears and utter boredom
Unforgotten things, unforgiven sins
Oh but what the hell am I running from?

I’m walking and stepping on life’s escalator
Looking up, wondering what I am looking for
As I keep on climbing, the end’s getting further
I’m waiting and thinking, expecting something more

There’s comfort, washed up fears and long-dead anger
Most wonderful things, most beautiful sins
Oh I might find out what I am living for…

(écrit le 25 août 2010)

lundi 04 juillet 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

lundi 23 mai 2011

Poème: Still don't hate you

Juste un p'tit poème, situation totalement sortie de mon imagination.

They say hate is closer to love than what you think
They say hate is closer to love than no feeling at all
But after everything we’ve been through, after everything
Well I still don’t hate you, don’t hate you at all

It’s true you’re the one who knows me best in the world
You can almost predict every one of my words
But lately I just feel like it’s been holding me back
How can I grow when you treat me like a child

No it’s not about what you did or didn’t do
It’s about who I became and who I still am for you
It’s not about forgiveness, it’s about what’s best
For the both of us, you know, for the both of us

They say that sometimes love is a matter of will
That trying’s the only way to know if it was meant to be
But do you really want to make me stay out of guilt
When I’m the only one who knows what’s right for me

(décembre 2010)

lundi 23 mai 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook | |

lundi 02 mai 2011

Poème: Noeud marin

A nouveau inspirée pour écrire en français ;p. J'ai commencé à écrire ce poème de façon très automatique, sans même m'occuper des rimes et du rythme - ce qui est très inhabituel pour moi.
Et puis je me suis aperçue que de nombreux termes en rapport avec l'océan et les bateaux me venaient en tête. Alors j'ai fait un petit brainstorming sur ce sujet (pardon pour cet anglicisme, mais je n'arrive pas à parler naturellement de "remue-méninges"), et ai placé un mot ou expression de ce type par vers.
Et enfin, le lendemain, je l'ai retravaillé pour avoir un meilleur rythme et quelques rimes, et j'ai ajouté la dernière strophe.

Voilà!

Angoisse profonde et immergée
Au sein de ma poitrine, ancrée
Au fond de ma gorge, amarrée
Mouillant juste derrière mes yeux
Sans vouloir tout à fait couler

Un nœud comme mes mâchoires, serré
Me fait respirer en apnée
Dans les abysses de ma conscience
Il tente de me pirater
Du cap, à ma place, décider

Je suis comme une figure de proue
Paralysée sur une épave
Je lève l’ancre pour avancer
L’angoisse me dispute la barre
Va-t-elle un jour mettre les voiles ?

Angoisse immergée, amarrée
Nœud comme mes mâchoires, serré
Je lève l’ancre pour avancer
Sans me laisser jamais couler

(écrit les 23 et 24-03-2011)

lundi 02 mai 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (3) |  Facebook | |

lundi 18 avril 2011

Poème: Open the curtains

Un poème écrit les 16 et 17 janvier 2011. J'ai notamment pensé à "Light outside" (Wakey!Wakey!), chanson plus positive que j'adore. Mais dans la vraie vie, il y a un moment où on doit s'occuper de soi, se sauver soi-même. C'est l'idée de base.

I open the curtains of your room, let the light in
For the seventh time this week now
Twenty ninth time of the month
And I do know how miserable you have been feeling
Won’t be okay just yet, I know
But please take a look at the sun

It’s a tragedy
And I’m so sorry
But I don’t have a time-machine
I can only help if you let me

This is life and sure, you can try to block it out
You can push away everyone who ever cared
Lock yourself in and throw the key out, without a doubt
Forget the ugly and unjust, forget the beautiful and fair
And act like you’re the one who figured it all out
And never think about everything that you’re missing out
I will be there tomorrow

Like every morning but for the very last
I’m here like thirty times before
Thirty mornings is enough
Either start living now or keep dwelling on the past
I have got a life of my own
I want to live it, sweet or sour

It’s a misery
And I’m so sorry
But I don’t have a magic wand
And this self-pity has to end

This is life and sure, you can try to block it out
You can push away everyone who ever cared
Lock yourself in and throw the key out, without a doubt
Forget the ugly and unjust, forget the beautiful and fair
And act like you’re the one who figured it all out
And never think about everything that you’re missing out
I won’t be there tomorrow

No I won’t open the curtains and let the light in
I won’t ask how you’re doing
I won’t be there
I’ll leave you alone like you've asked so many times
But if you were to change your mind
Just call… and I’ll be there

lundi 18 avril 2011 Publié dans Poèmes | Commentaires (1) |  Facebook | |