Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi 02 mars 2013

Rédaction en anglais sur Ender's Game (La Stratégie Ender) - A family is four

Dans mon cours de littérature sur la science-fiction et la fantasy, en Californie, nous avons notamment étudié Ender's Game, un roman d'Orson Scott Card. C'est un livre qui évoque de nombreux sujets comme la guerre, la morale, l'enfance, la compétition, etc, et je vous en conseille la lecture! Mais voici déjà un résumé suffisant pour comprendre la rédaction qui suit.

Dans un futur indéterminé, l'espèce humaine se prépare à une nouvelle attaque des Buggers (dans la version française, les Doryphores), une espèce extraterrestre qui a déjà tenté de les envahir deux fois. Dans ce but, on forme des enfants dans une école militaire. L'un d'entre eux, Ender, a été conçu pour devenir le sauveur de l'humanité: on a laissé ses parents avoir un troisième enfant dans une société où chaque couple ne peut en avoir que deux, car leur patrimoine génétique avait déjà donné naissance à Peter, trop violent, et Valentine, trop douce, tous les deux à deux doigts d'être parfaits pour ce rôle.

Le roman suit la formation et l'évolution d'Ender, mais aussi le rôle capital de ses frère et soeur, qui se lancent dans la rédaction de blogs politiques pour manipuler l'opinion publique à travers deux personnages en opposition théorique, Locke le modéré, incarné par Peter, et Démosthène l'extrémiste va-t-en guerre, joué par Valentine (pseudos provenant bien sûr des philosophes célèbres du même nom, et correspondant en réalité aux positions contraires de chacun des enfants).

ender,game,stratégie,family,four,third,demosthène,demosthenes,valentine

Pour ce devoir, la consigne était de rédiger une chronique de Démosthène/Valentine sur la fameuse loi interdisant d'avoir plus de deux enfants par famille. J'y reprends l'une des citations de ce personnage dans le livre, lorsqu'elle affirme que "le plus noble titre qu'un enfant peut avoir... c'est celui de Troisième", ce titre considéré comme honteux et qui a été utilisé plus d'une fois comme insulte contre son jeune frère.

A family is four. Two parents, two children. A perfect replacement level fertility. We don’t even think about it, really. A family is four, just like the sky is blue and the buggers are our enemy. We don’t question it. And even when someone occasionally does, the answer comes right away, rational, logical: our planet can barely support us as it is. And then, the guilt trip: do you really want to go back to the days when we almost destroyed Earth? Are you really nostalgic for the endless famines?

But is it really that simple? Do we really have to choose between, on the one side, our fundamental right to decide whether, when, and how many times we procreate, and on the other side, the survival of humankind? For if that were the dilemma we’re facing, then most of us would agree that individual rights come after the common good; that having the government meddle in the most private parts of our lives is not so terrible, compared to the alternative.

Why am I bringing this up, then? Well, there are two questions that I would like you to think about; questions that are peculiarly never addressed in either the media or the nets.

The first question is: how do we know that the population limitation law is respected everywhere on Earth? Our government strictly enforces it, dissuasively enough for infringements to have become extremely rare. But how much do we really know about what happens in the Warsaw Pact? There was a time, not so long ago, when a country’s demography was considered as a force just as important as its economy or its military strength. Just because we forgot about it doesn’t mean the Russians did, too. If you have read any of my columns, you are probably well acquainted with my concerns over what may happen once we defeat the buggers, once there is no reason for international cooperation anymore. I will let you weigh the possible consequences of a demographic surge in the Pact while our population is stagnating.

My second question is: why put all our eggs in one basket? We all live in constant fear of the Third Invasion. We have tried to prepare as best we can and to keep on living our lives, but the truth is, the buggers could come anytime and they very well might wipe us all out. If that happens, the tragedy will not only lie in the death toll; it will be the complete and utter extinction of our species. The very same species that we are trying to protect by keeping our birthrates down… when we actually have the technological means to colonize other planets. When we could have the demographic resources to spread mankind everywhere in the galaxy and make it virtually impossible for anything, accidental or otherwise, to ever kill the last of humans.

Such is the grand mission that could be entrusted to those of us Earth cannot support. Making sure that our species survives; that all of us survive in memories somewhere in the universe, even after our death, so that somebody can tell our story. So you see, the most noble title any child can have… is Third.

samedi 16 février 2013

Rédaction en anglais sur Ragged Dick et Working Girl - Office Life in New York with the Secretaries

Voici un devoir que j'ai écrit pour mon cours de sociologie sur le rêve américain en Californie. Il s'agit d'analyser l'évolution du rêve de mobilité sociale basée sur le travail (un mythe américain qu'on intitule "rags to riches", de la misère au luxe, ou encore "pulling oneself by the bootstraps", littéralement se tirer par ses propres bottes, autrement dit se sortir de la misère par ses propres moyens).

Nous avions étudié en classe "Ragged Dick, or Street Life in New York with the Boot Blacks", un roman d'Horatio Alger datant des années 1860 suivant l'évolution sociale de Dick, un cireur de chaussures. La consigne pour cette rédaction était de le comparer à une histoire moderne basée sur ce même mythe; j'ai choisi le film Working Girl avec Julia Roberts.

Et au passage vous verrez le fameux format de citation MLA, obligatoire aux Etats-Unis pour ne pas être accusé de plagiat.

Working Girl, or Office Life in New York with the Secretaries

From rags to riches – this is quite literally the story of Ragged Dick, a novel written by Horatio Alger in the 1860’s about a bootblack who pulls himself by the bootstraps through education and hard work. Mike Nichols’ 1988 Working Girl Tess, a secretary played by Melanie Griffith, might not wear young Dick’s rags, but she does rise above her condition in a similar way. In over a century, what has changed in the American dream of upward mobility, and what has remained the same?

An obvious difference, which reflects the evolution of society, is the place of women, which shifts from quasi inexistence in Ragged Dick to some of the leading roles in Working Girl, even though most executives are still men. We can also notice that contrary to Alger’s novel, in which middle-class people almost always mean well and are willing to help Dick (unpleasant characters are either rich or working-class), Tess has to deal with quite a few unfriendly superiors, whether they are misogynists like her first boss, who send their employees on “dates”, or manipulative ice queens like Katharine Parker, who steal their ideas.

Working Girl therefore begins with roadblocks for Tess, whereas Ragged Dick narrates an almost continuous social progression, only if ever very temporarily disrupted. Moreover – and it might be significant as to the change in the ideal of upward mobility – Tess does not start off quite as low as Dick did: she already has a job and, before splitting up with her boyfriend, an apartment. Perhaps by the 1980’s, the average American would no longer be so eager to believe that one can actually start with nothing and get somewhere, that going from rags to riches is really a matter of will.

But the ideal of upward mobility is still there. Just like Dick listened to Mr. Whitney and Mr. Greyson express their convictions (“Remember that your future position depends mainly upon yourself, and that it will be high or low as you choose to make it,” Alger 114) and made them his own, so does Tess with Katharine Parker’s advice: “Tess, you know, you don’t get anywhere in this world by waiting for what you want to come to you. You make it happen. […] Only then do we get what we deserve” (Working Girl), which she adapts into her own personal mantra after she finds out she has been betrayed: “You make it happen.” Dick and Tess both work hard to get what they want, they use their talent (both are depicted as smart and have a quick wit) and education (Tess got her degree with honors at night school, and Dick spent evenings learning how to read and write with Fosdick).

We can witness, throughout the book and the movie, the transformation of our heroes, most tangible in their clothing and language. Dick swaps his rags for a suit, and Tess changes her hairstyle and borrows Katharine’selegant clothes, following her advice inspired from Coco Chanel: “Dress shabbily, they’ll notice the dress; dress impeccably, they’ll notice the woman.” They also both adopt a more formal language, refraining from using slang and in Tess’ case, changing her accent. This allows them to pass as what they are not, but wish to become.

But do they really deserve what happens to them, as social Darwinism claims? Admittedly they have worked hard, but they also owe their success to special circumstances: chance, luck, meeting the right people at the right time – Whitney gave Dick five dollars, Greyson invited him to Sunday school, and the drowning child’s father offered him a job; Tess’ boss had a skiing accident and Jack Trainer helped her with her plan. Other people who worked just as hard may not be as lucky as them. Yet Dick blames Johnny Nolan’s failures on his laziness, thus justifying his own belief in the “pulling yourself by the bootstraps” ideology: if he was able to do it, so could anyone else who really wants to (“You’re lazy, Johnny – that’s what the matter,” Alger 20 and 248). It doesn’t mean that Dick and Tess look down on the people who have not succeeded, as we see with Tess and her secretary at the end of the movie, or Dick and Fosdick. But their kindness actually contributes to spreading the belief in upward mobility to those who have the most reasons to aspire to it, while enabling those who have achieved it to feel good about themselves. That way, no one needs to question the system. By believing in their ability to rise in society, our heroes have found motivation to work hard, and once they succeed, it confirms their belief, as well as others’ who don’t realize that such success stories are only the tip of the iceberg.

Moreover, at the end of both the movie and the book, we realize that Tess and Dick still have a long way to go (Working Girl ends showing how many offices just like Tess’ there are). They both have to keep on working hard – but when does it stop? The very nature of pyramidal hierarchy implies that not everyone can reach the highest positions, and if ten equally talented people work very hard, only one of them might rise to the top. But the ideology of upward mobility has people believe that not getting where they planned to means that they haven’t worked hard enough. What would have happened to Dick if he hadn’t stumbled across Whitney and Greyson, to Tess if Parker hadn’t had her accident and had been able to steal her idea unpunished? Anyone who believes in this ideology will feel guilty if he or she doesn’t succeed – but as long as they believe it, they will blame themselves, won’t question the upper class’ legitimacy, and their hard work will keep the system going.

From the Civil War to the era of shoulder pads, the dream of upward mobility lived on. Yet the dreamers seem to have grown less naïve about their options, and to realize that the system is not set up for them to rise to the top, as Tess explains: “You can bend the rules plenty once you get to the top, but not while you're trying to get there. And if you're someone like me, you can't get there without bending the rules”; “I'm not gonna spend the rest of my life working my ass off and getting nowhere just because I followed rules that I had nothing to do with setting up” (Working Girl). Even though in the end it is her sincerity that gets her out of trouble and promoted, just as Dick’s honesty helped him up the social ladder, she first had to lie and pretend she was somebody else for anyone to take her seriously. Her “goodness” was not obvious or visible as Dick’s is described in Alger’s book, and she had to prove it to the world before being granted her American dream.

Works cited

Alger, H. Ragged Dick, or Street Life in New York with the Boot Blacks. Philadelphia: The John C. Winston Co., 1910. E-book.

Working Girl. Dir. Mike Nichols. Perf. Melanie Griffith, Harrison Ford, Sigourney Weaver. Twentieth Century Fox, 1988. Film.

samedi 16 février 2013 Publié dans J'ai vu j'ai lu j'ai entendu..., Mes écrits, Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 29 décembre 2012

Battlestar Philosophia 3: La vie a-t-elle un sens? Le devrait-elle?

Article écrit en juin dernier et oublié dans un recoin de mon disque dur ;p. Voici donc la troisième partie de Battlestar Philosophia:

galactica_03_1024x768.jpg

Au cours de cette année scolaire, j’ai revisionné l’intégrale de BSG, petit à petit, avec ma mère puis avec mes deux parents, que j’ai réussi à convertir ;). Ils sont bien moins voraces que moi en matière de séries, et nous regardions donc entre un et trois épisodes par soir, un ou deux soirs par semaine lorsque j’étais en vacances en province.

Une question qui turlupine encore mon père après avoir vu la fin, c’est : et Starbuck ? C’est à peu près la seule chose qui n’ait pas été expliquée de façon « rationnelle », et j’ai tendance à considérer que c’est normal. Mais il s’est posé pas mal de questions sur sa mort sur la Terre numéro un, sur l’alliance et la plaque d’identification qu’elle y retrouve sur son propre cadavre, et sur son enfance qui semble l’avoir préparée à ce « destin extraordinaire ».  D’ailleurs, si quelqu’un a une explication à avancer, vous lui éviterez sans doute quelques nuits sans sommeil ;p.

A partir de là, je me suis posé la question du destin (qui est abordé dans l’excellent ouvrage que je vous ai déjà recommandé, intitulé Battlestar Galactica and Philosophy : Mission Accomplished or Mission Frakked-Up, disponible en anglais en version numérique sur Amazon et notamment sur Kindle, sa liseuse électronique), et du sens de la vie, dont j’ai récemment parlé avec mon frérot. Lui considère que la vie n’a pas à avoir de sens tandis que je pense que c’est à nous de lui en trouver. Mais laissons de côté ces a priori quelques minutes, et étudions la question à partir de l’univers de la série.

Lors de la destruction des colonies par les Cylons, au début de la minisérie qui introduit le nouveau BSG, tout sens semble annihilé. Tous les projets individuels ou collectifs que les humains pouvaient avoir sont, non pas mis en suspens comme lors de la plupart des guerres, mais réduits à néant. Ce qu’il reste de l’humanité s’entasse dans quelques boîtes de conserve qui sautent d’un point à l’autre de l’espace pour tenter de survivre quelques jours de plus aux Cylons qui les pourchassent. La vie n’a plus le moindre sens.

Ah, vraiment ? Pourtant, ils continuent à avancer. On pourrait argumenter que le simple instinct de survie et de pérennité de l’espèce donne à lui seul un sens, au sens de direction, comme l’explique Roslin à Adama qui s’accroche à l’ancien sens de sa vie, combattre, en disant qu’il faut maintenant préserver ce qui reste de l’humanité et commencer à faire des bébés. Mais il s’agit bien de survie, et pas de vie.

Adama comprend vite que la flotte a besoin d’un sens à donner à ses actions, à cette vie difficile. C’est pour cela qu’il ressort une vieille fable, ou du moins c’est ce qu’il croit à ce moment-là : la Terre, treizième colonie oubliée et terre promise pour les coloniaux. Il leur donne un sens, là encore très littéralement une direction, un cap. Qui n’est pas clair, qu’il prétend être le seul à connaître pour dissimuler son stratagème, mais qui donne néanmoins une signification aux sacrifices individuels des cinquante mille âmes de la flotte, et l’espoir d’un futur meilleur. Il n’est guère surprenant, dès lors, qu’il ait tiré cette fable des Ecritures de la religion polythéiste dominante dans les Colonies : la religion n’est-elle pas le support privilégié de la quête de sens et d’espoir pour ce monde ou l’au-delà ?

Le sens est, ici, collectif. Car dans une telle période de crise, une telle apocalypse, les survivants ne peuvent se permettre de se disperser. L’unité de la flotte sera au cœur de nombreux épisodes où elle se déchire, entre guerres civiles, coups d’Etat et abandon de civils, par exemple sur New Caprica. Elle rappelle l’unité des Etats-Unis défendue au cœur de la guerre de Sécession par Lincoln, qui disait être prêt à des compromis sur des valeurs qui lui tenaient à cœur, comme l’abolition de l’esclavage, si cela s’avérait indispensable pour préserver l’Union. Et pour maintenir cette unité dans une flotte disparate notamment composée d’un luxueux vaisseau de croisière, d’une raffinerie et d’un vaisseau pénitentiaire, il faut un sens partagé par tous : la progression de l’humanité vers la Terre promise.

Ce sens est parfois remis en question. Et l’objectif semblant s’éloigner au fur et à mesure que l’on avance, comme un mirage, certains ressentent le besoin d’un sens plus personnel, qu’ils trouvent dans l’amour ou l’engagement politique, par exemple.

Admettons que nous ayons besoin de donner un sens à notre vie… Mais en a-t-elle pour autant un, intrinsèquement ? C’est ce que la trame concernant Starbuck peut laisser à penser. Sans s’enfoncer dans le débat entre destin et libre-arbitre, on peut se demander si le sens de la vie de Kara était de mener les humains jusqu’à la Terre. Cette thèse semble accréditée par le fait qu’elle disparaît une fois cette tâche accomplie. Était-elle un ange ? Un héraut des Dieux, ou du Dieu unique ? Était-elle vivante ou morte ? Ces questions, bien qu’elles passionnent mon père et méritent effectivement réflexion, ne changent rien au fait que toutes les actions de l’enfant née Kara Thrace et supposément morte sur la Terre numéro un, puis de celle qui lui ressemble trait pour trait et guide finalement la flotte jusqu’à la Terre numéro deux, semblent avoir mené à cette destination, à l’accomplissement de la « destinée » de ce qu’il reste de l’humanité. Bien qu’elle ait ignoré ce sens, a-t-il sous-tendu toutes ses actions ? Ou tout n’est-il que hasard ? Ou encore, cette destinée se serait-elle accomplie avec ou sans elle ? Mais nous retombons dans la question de destin…

Prenons d’autres exemples. Pour étudier le sens de la vie, le cas de ceux qui sont morts avant d’arriver sur Terre me paraît assez intéressant. Dee se suicide après la découverte de la Terre numéro un, inhabitable suite à une guerre nucléaire datant de quelques milliers d’années. Elle considère que la vie n’a plus de sens et décide d’y mettre fin… y a-t-il un sens à cela ?

Et Racetrack, et Kat ? Leur vie avait-elle pour sens de mourir pour protéger la flotte… et lui permettre d’atteindre son objectif ? Leur mort aurait-elle eu moins de sens si l’humanité avait continué à errer dans l’espace jusqu’à son extinction ?

Plus que jamais, j’ai l’impression de dresser un inventaire de questions. Mais les réponses sont-elles toujours nécessaires ?

(Après relecture j'ajoute ce passage sur un aspect auquel je n'avais pas pensé auparavant.)

Et les Cylons, alors? La question devient double: vivent-ils? Et leur existence a-t-elle un sens? Je tendrais à répondre que oui, d'une certaine façon, puisque leur raison d'être initiale (travailler pour les humains) n'est pas leur raison d'être actuelle (se venger des humains). Même si la vengeance c'est pas beau et souvent contre-productif (commence par creuser deux tombes, etc) et que ça fait un peu crise d'ado au complexe d'Oedipe latent (surtout une fois qu'on apprend toute la vérité au sujet de Numéro Un et des Final Five), cela prouve tout de même qu'ils ont un objectif différent de celui que leurs créateurs leur avaient attribué.

Ce qui me permet de conclure cet article de façon positive: si des machines créées par l'homme sont capables de dépasser leur programme, peut-être les hommes sont-ils capables d'influencer leur destin s'ils en ont un? Battlestar Galactica serait donc à la fois une illustration de destinée absolue (Starbuck, la Terre) et de libre-arbitre épatant avec cet exemple des Cylons, ainsi que la partie de l'épisode final qui m'a le plus surprise: la décision des humains et Cylons d'abandonner la technologie qui les avait conduit à s'entretuer. Et si la toute dernière scène nous rappelle que cela n'était que retarder l'inévitable (la réapparition de la technologie et des risques qui lui sont inhérents), bouclant la boucle et diffusant une dernière dose de destin inéluctable... je préfère y voir de l'ironie et un avertissement (courant en science-fiction) que du pessimisme.

 

Battlestar Philosophia 1: A-t-on ce qu'on mérite? Apprend-on de ses erreurs?

Battlestar Philosophia 2: Résister ou collaborer? Du côté des justes ou des gagnants?

samedi 29 décembre 2012 Publié dans Battlestar Philosophia, Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 01 décembre 2012

Mean little voice

Un texte écrit l'été dernier (début juillet je crois), avant mon départ pour la Californie. Les préparatifs ont été un peu semés d'embûches et par moments, je me suis demandé ce qui m'était passé par la tête, et les remarques de ceux qui avaient remis en cause mon choix de partir aux USA plutôt qu'en Europe via Erasmus, me sont revenues.

Et c'est là que j'ai réalisé que ces voix, ce sont les mêmes qui s'inquiétaient de ma décision d'étudier au Cned il y a déjà... ouh là, cinq ans, je me fais vieille. Les mêmes bonnes intentions, la même conviction que j'empruntais la mauvaise route. Cette prise de conscience m'a fait éclater... de rire. Car j'ai enfin compris.

J'ai compris pendant l'écriture de ce texte, entamée une boule dans la poitrine, morte d'angoisse, et terminée... morte de rire, comme je le dis plus haut. Voici le résultat (version anglaise, puis traduction française qui ne me satisfait pas pleinement mais permettra aux non-anglophones de voir l'idée générale).

°-°

Sometimes when people keep telling you that you’re wrong, you end up believing them. Maybe not consciously, ‘cause you brush it aside once you’ve honestly thought about their arguments; but deep down it all sticks with you, ready to pop out when you least expect it.

They mean well, most of the time; they’re just looking out for you because they think they know better. But even if they did in theory, they’re not you, they don’t want or need the same things and you’re stubborn enough to realize that.

So you go ahead and ignore their negativism, and you’re so sure it’s best for you and you’re full of enthusiasm. Until you hit a wall or stumble on a hitch and then it all comes back to bite you in the ass and you wonder if maybe you were wrong and they were right. It’s devious, almost unconscious, but it can eat you alive. You start questioning your choices and if you listen to that mean little voice repeating all that they said, you might just blow it for good.

And then they can say they told you so.

Or you can stay strong, stay focused, use their warnings to make sure you tried your best, and you may just surprise them. And yourself.

But after all, didn’t you know you could make it?

-°-

Parfois, à force d’entendre les gens dire qu’on a tort, on finit par les croire. Peut-être pas consciemment, car on les ignore une fois qu’on a sincèrement pesé leurs arguments ; mais ils restent là, tout au fond, prêts à réapparaître au moment où l’on s’y attend le moins.

Ils ont de bonnes intentions, le plus souvent ; ils s’inquiètent pour toi parce qu’ils croient avoir l’expérience nécessaire pour juger. Mais même si c’était le cas en théorie, ils ne seraient tout de même pas à ta place, ils ne veulent pas, n’ont pas besoin des mêmes choses, et tu es assez obstiné pour t’en rendre compte.

Alors tu traces ta route en ignorant leur pessimisme, et tu es persuadé que c’est le bon choix et tu débordes d’enthousiasme. Jusqu’à ce que tu fonces dans un mur ou tombes sur un os, et là c’est le retour de bâton et tu te demandes s’il est possible que tu aies tort, qu’ils aient raison. C’est sournois, presque inconscient, mais cela peut te ronger de l’intérieur. Tu te mets à remettre tes choix en question, et si tu prêtes attention à cette vilaine petite voix qui répète tout ce qu’ils ont dit, tu pourrais bien tout foutre en l’air.

Et après, ils pourront dire qu’ils t’avaient prévenu.

Ou alors… tu peux rester fort, déterminé, utiliser leurs avertissements pour t’assurer de faire de ton mieux, et il se pourrait bien que tu les surprennes. Que tu te surprennes.

Mais après tout… ne savais-tu pas que tu pouvais y arriver ?

samedi 01 décembre 2012 Publié dans Dans ma vie..., Mes écrits, Réflexions, USA | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 01 août 2012

Le moule, le piège

Un texte écrit le 20 mai 2012, dans le train.

Tant de noms différents pour quelque chose qui existe depuis si longtemps… On l’a appelé l’étiquette, la bonne éducation, la sociabilité, les codes sociaux… Mais ne vous y trompez pas, c’est toujours lui. Le moule. Qui nous attire par de belles promesses et tente de nous façonner à sa guise.

Il a de bonnes intentions. Il ne vise que notre bien-être. Notre intégration. Notre sociabilisation. Il est prêt à tout, le moule, pour y arriver. Il nous apprend à dire ce qu’il faut, à ne pas tout dire, à enjoliver la réalité et à bien l’enrober, à dissimuler ce qui heurterait nos interlocuteurs. A rire ou verser une larme mais sans trop d’excès. Il nous apprend à plier comme le roseau pour ne pas casser comme le chêne. A s’adapter. A louvoyer. Petit à petit, nous développons une personnalité à géométrie variable.

Mais il est aussi cruel, le moule. C’est un professeur impitoyable qui se retourne contre nous et nous recrache lorsqu’ingrat, l’on ne suit pas ses conseils avertis. Il nous montre du doigt à ses fidèles disciples qui nous mettent aussitôt à l’index, qui avec un zeste de pitié, qui avec une satisfaction perverse. Sans lui, aux autres nos réussites ne suffisent jamais et nos échecs sont source d’autocongratulation.

Nous ne sommes pas tous égaux face au moule. Certains souffrent d’un terrible handicap, d’une sorte d’incapacité à s’y fondre, en général accompagnée, sans que l’on sache si c’en est la cause ou la conséquence, d’un certain dégoût pour lui. Une sorte de peur paranoïaque de la compromission et des petits arrangements avec la vérité, de tristesse de ne pas pouvoir l’éviter, d’angoisse qu’il nous piège.

Avec le temps, j’ai appris à faire avec le moule. J’arrive même parfois à le tromper. Mais je reste, fondamentalement, la fille qui entre quelque part, sent le regard des autres se poser sur elle et se demande si elle fait quelque chose de travers.

mercredi 01 août 2012 Publié dans Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 11 juillet 2012

Synchronicité, sérendipité

Parfois le hasard fait bien les choses. Lui, ou la vie, le destin, l’univers, son grand architecte si vous y croyez, ou encore notre inconscient. Peu importe. Parfois ils nous envoient précisément ce dont on a besoin, au moment où on en a besoin. Jung appelle cela la synchronicité (l’occurrence simultanée d’au moins deux évènements sans lien de cause à effet, mais dont l’association a un sens pour la personne qui les perçoit).

Par exemple, il y a environ un an, pendant mon stage dans une bibliothèque, je découvre en feuilletant un livre le mot « sérendipité ». En rentrant chez moi, je le cherche sur Internet et découvre son sens et son origine (que j’ai expliqué sur ce blog : ici): en gros, le fait de trouver quelque chose sans le chercher. Un accident heureux, en quelque sorte. Une bonne surprise.
Dans les semaines qui suivent, je tombe sur ce mot plusieurs fois, notamment dans le pseudo d’une chanteuse de reprises que je suis sur Youtube et que je n’avais jamais remarqué jusque-là, et plus tard je l’entends deux fois en anglais (langue dans laquelle il est légèrement moins rare qu’en français) : dans la bouche d’une prof en cours, et de Gaius Baltar dans BSG 2003 (« the universe is a vast and complex system; coincidental, serendipitous events are bound to occur. » : l’univers est un système vaste et complexe ; des coïncidences et des évènements fortuits arrivent forcément).

serendipity, sérendipité
Une image de SEREN-D-IPITY sur Deviantart (ici).

Cela m’arrive régulièrement, mais pas avec une telle intensité. Bien sûr, il y a une explication tout à fait logique : peut-être ne prêtais-je jusque-là pas attention à ce mot, cela ne veut pas dire que personne ne l’utilisait. Pour preuve, le pseudo Youtube que je n’avais jamais remarqué, et la phrase de Baltar dans un épisode que j’avais déjà vu sans relever le mot.

Mais peut-être que c’est plus que ça. Peut-être est-ce un message. Si ce n’est de l’univers, peut-être simplement de mon inconscient, subconscient, bref, de ma petite voix intérieure. Quel message, me direz-vous ? Avec le recul, je dirais qu’il s’agissait d’une incitation à m’ouvrir à la sérendipité. N’est-ce pas par exemple le sujet de mon article publié fin 2011, Cultiver l’imprévu ? Il est vrai que j’ai un peu tendance à filer droit devant sans regarder autour, et à avoir des idées bien arrêtées. Par exemple sur mes études à Paris, qui sont un passage obligé mais dont je me serais bien passée. Accepter la sérendipité, c’est ne pas pour autant oublier de profiter des bons côtés, des films en VO, des musées, des rencontres. C’est ralentir un peu le pas, regarder le ciel (http://www.onlyphotos.org/article-regarde-le-ciel-98329657.html), s’arrêter pour prendre une photo de graffiti.

graff, tag, graffiti, street art, regarde, le, ciel, regarde le ciel
Celle-ci n'est pas de moi mais de pitch, postée sur pix-populi (ici).
Quelques photos de street art, de moi celles-là: ici.

Cela vous est-il aussi arrivé de découvrir une chanson qui reflète ce que vous ressentez ou vous permet de le transcender quand vous en aviez le plus besoin ? Cela m’est arrivé tout récemment et c’est ce qui m’a poussée à écrire cet article qui me trottait dans la tête depuis cette histoire de sérendipité qui fait, avouons-le, un parfait exemple de mise en abyme ;p.

Et les gens, alors ? N’avez-vous jamais rencontré ou sympathisé avec quelqu’un dans un moment où vous en aviez bien besoin ? C’est ainsi qu’est née en février 2011 une belle amitié avec ma camarade de classe Tina, qui était jusque-là une bonne copine. Je venais d’apprendre une mauvaise nouvelle en compagnie de ma mère, qui me rendait visite à Paris. Mais lorsqu’elle rentra en province le lendemain, je savais que j’avais besoin d’en parler à quelqu’un, de ne pas rester toute seule (ma tendance naturelle).

DSC00724.JPG

Je ne saurais dire si j’ai choisi Tina parce que nous étions toutes les deux en avance ce jour-là ou parce que je sentais que c’était la bonne personne. Le fait est qu’elle m’a raccompagnée chez moi pour la pause après ce cours, malgré la peur de s’imposer, parce qu’elle savait qu’il ne fallait pas me laisser seule. Qu’elle m’a écoutée. Et qu’on ne s’est pour ainsi dire plus quittées. Alors elle me fait rire quand elle dit que je la sauve toujours, moi que son copain surnomme Super Marianne. Parce que c’est elle, Wonder Tina, qui m’a sauvée la première.

Car l’amitié sauve, vous savez ? J’avais tendance à l’oublier à Paris, loin de mes amies d’enfance, je croyais pouvoir filer droit devant sans regarder autour, et les retrouver pendant les vacances. Jusqu’à ce que la sérendipité se rappelle à moi…

mercredi 11 juillet 2012 Publié dans Dans ma vie..., Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 12 mai 2012

Savoir ce qu'on veut

J’ai beaucoup écrit sur ce blog, il y a quelques années, que je ne savais pas ce que je voulais, que je voulais trop, que je voulais tout - j'écrivais par exemple dans mon poème Pleurer pour un rien (ici): un peu de bonheur, ça suffit pas - moi je veux tout, moi je veux trop - mais personne ne comprend ça. Et c’est sans doute partiellement vrai. Mais il me semble maintenant que je sais également très bien ce que je veux. Et que c’est peut-être de là que vient le problème.

Je veux une vie simple. Loin de la ville. Travailler en free-lance. Je veux une vie de famille. Un peu de temps pour moi, un peu d’argent pour acheter des livres, un peu des deux pour faire quelques voyages.

C’est plutôt clair, non ? Bien plus clair que pour la plupart de mes camarades de promo. Eux veulent plutôt mettre leur carrière au premier plan pendant quelques années, vivre à Paris ou à l’étranger car c’est là qu’il y a des opportunités à la hauteur de leur ambition. Travailler en entreprise, bien sûr.

Je ne les envie pas, je ne pourrais pas vivre cette vie. Et au moins, quand comme moi, on sait ce qu’on veut, et quand on sait qu’on ne peut pas tout avoir, je pense qu’on risque de finir avec moins de regrets. Et Dieu que je déteste les regrets…

Mais peut-être est-ce cette différence qui me rend plus exigeante, plus angoissée. Car quand on sait ce que l’on veut, on se rend forcément compte si on ne l’obtient pas. On me met également en garde contre la tendance que je pourrais avoir à laisser passer des opportunités parce qu’elles ne rentrent pas dans ce  « plan »… je verrai bien, mais pour l’instant, je ne vois pas lesquelles pourraient me tenter.

Je ne sais pas si c’est très clair u_U …

Ce qui est drôle, aussi, c’est que c’est à partir du moment où j’ai accepté de ne pas savoir ce que je voudrais toute ma vie – impératif imposé par l’ « orientation » à l’école – que j’ai fini par trouver un métier que je pourrais bien, finalement, exercer toute ma vie. La traduction, en l’occurrence. Peut-être pas seul, et peut-être de façons différentes. Arrêter de vouloir choisir « la » bonne voie à tout prix m’a libéré… et permis d’en trouver une que j’emprunterai peut-être très longtemps.

Sur ce thème vous pouvez aussi lire... mon poème Have it all (ici), Futurs métiers, choisir une vie (ici), L'exigence, la création, ce que je veux (ici), Mes doutes (ici).

samedi 12 mai 2012 Publié dans Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 25 avril 2012

Matraquage publicitaire

L’omniprésence de la publicité nous énerve tous de temps à autre, je crois. Intrusive et envahissante, souvent stupide ou vulgaire (même si je reconnais volontiers que certaines sont des trésors de créativité), voire inquiétante lorsque l’on nous fiche à notre insu, que notre numéro de téléphone pourtant sur liste rouge circule de fichier clients en fichier clients ou que l’on piste nos habitudes sur Internet pour nous transmettre des annonces « personnalisées ». Mais la question que je me pose, c’est : pourquoi ? 

Oui, rassurez-vous, je sais bien pourquoi, ma prof de marketing (à prononcer à moitié à la française : mar-keu-ti-ng, comme on prononce management ma-na-dje-man-t) bien aimée nous l’a expliqué lors de son seul cours où j’avais daigné me déplacer (mais il y a une raison médicale tout à fait sérieuse : une allergie viscérale à son contenu) : la publicité et le mar-keu-ti-ng ont une raison d’être dans des sociétés d’abondance comme la nôtre, où l’offre est plus forte que la demande et où les marchés sont donc saturés. Il s’agit de pousser le consommateur à acheter chez nous plutôt qu’ailleurs quand il en a besoin, et surtout, à acheter plus et plus souvent qu’il n’en a besoin – un exemple au pif : changer de téléphone portable tous les six mois et de cuisine aménagée tous les trois ans.

D’accord. Admettons. Admettons que ce soit viable, durable écologiquement et sain psychologiquement – et croyez-moi, je me retiens très fort pour ne pas dégouliner de vitriol. Aujourd’hui, je veux juste remettre en question la pertinence de la stratégie de ces pousse-à-la-conso, en ne songeant qu’à leur propre intérêt.

Comme je l’ai dit en intro, la pub est omniprésente. On la retrouve dans nos boîtes aux lettres par brassées, à la télévision toutes les demi-heures voire plus, sur tous les sites Internet que l’on visite (parfois de manière bien intempestive et envahissante comme les pop-ups, les vidéos qui se déclenchent automatiquement…), dans la rue, sur les quais du métro… Ça fait déjà beaucoup d’ « information » à traiter pour notre pauvre petit cerveau, et le mien est bien incapable de dire de quel parfum Natalie Portman est l’égérie, ou si c’est le Crédit Agricole ou la Lyonnaise de Banque qui ridiculise le banquier d’en face qui ne fait rien comme il faut – et est incapable de proposer un forfait de téléphone portable à sa maman, quel goujat, cela ne fait-il pourtant pas partie de son cœur de métier ? Oh, zut, chassez le vitriol, il revient au stylo.

Et à cela s’ajoute la répétition, le matraquage. Mon prof de maths au collège avait l’habitude de dire, ne plaisantant qu’à moitié, que l’enseignement, c’est enfoncer des clous – en général, après qu’un élève ait posé une question dont il avait donné la réponse quelques minutes plus tôt. Cela s’applique apparemment a fortiori au mar-keu-ti-ng : comment, sinon, expliquer les cinq affiches identiques côte à côte vantant un site de rencontres extraconjugales à La Motte-Piquet - Grenelle ? La même pub sur un mec à l’haleine d’hyène précédant la moitié des vidéos Youtube pendant une semaine ? Encore que je comprends mieux la présence de pubs sur des sites Internet offrant un service gratuit (ce qui ne veut pas dire qu’ils doivent pousser Mémé dans les orties, au risque de se prendre un coup de canne au popotin) que dans un moyen de transport public et payant.

Je ne sais pas vous, mais ça me met hors de moi, ce harcèlement - n'ayons pas peur des mots. Achetez, consommez, c'est nous les meilleurs et ça va vous changer la vie, vous rendre beau, désirable, heureux, même si vous n'en avez pas besoin et même si vous ne pouvez pas vous le permettre! Plus c’est intrusif et moins ça me donne envie d’acheter le produit vanté. Je retiens même parfois le nom de la marque pour la fuir comme la peste. Je sais bien qu’il paraît que toute publicité est bonne à prendre, mais n’y a-t-il pas un moment où l’énervement du consommateur (qui, avant de l’être, est un citoyen et une personne, quoi qu’en pense ma prof de mar-keu-ti-ng) risque plutôt de le détourner du produit qu’on essaie à tout prix de lui fourguer ? Ou peut-être, dans l’un de mes accès de naïveté utopiste, sous-estimé-je notre proximité génétique avec le mouton. De Panurge, bien sûr.

Si vous voulez découvrir mes articles sur la société, en voici des extraits choisis: ici.

Et vous, qu'en pensez-vous? Laissez un commentaire!

mercredi 25 avril 2012 Publié dans Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 18 avril 2012

Battlestar Philosophia 2: Résister ou collaborer? Du côté des justes ou des gagnants?

bsg-the-last-supper.jpg

A la fin de la saison 2 de Battlestar Galactica, sous l’impulsion de leur tout nouveau Président Gaius Baltar, qui en avait fait un argument de campagne contre Laura Roslin, la Présidente sortante, les humains s’installent sur une planète nommée New Caprica, en référence à leur monde d’origine détruit par les Cylons. Mais un an plus tard, les Cylons les retrouvent et installent une force d’occupation. L’épisode 3.19 (Crossroads Part 1, en français Croisements 1/2) décrit le procès de Gaius Baltar pour trahison, une fois l’occupation terminée et l’humanité de retour dans sa flotte de vaisseaux spatiaux. Romo Lampkin, avocat de l’ancien Président, argumente que :

« Le seul vrai crime commis par Baltar a été de s’incliner devant l’inéluctable. Gaius Baltar a sauvé la vie de la population de New Caprica, quand Laura Roslin aurait préféré nous voir morts, victimes d’une bataille que nous n’avions aucune chance de gagner. … Je ne sais pas pour vous, mais je suis bien content qu’elle n’ait pas été la Présidente quand les Cylons sont arrivés et ont dit “Rendez-vous ou mourez”. Je dois ma vie à Gaius Baltar et à la décision qu’il a pris ce jour-là. Et c’est aussi le cas de Laura Roslin. »
“ [Baltar’s] only real crime was bowing to the inevitable. Gaius Baltar saved the lives of the people on New Caprica, where Laura Roslin would have seen us all dead, victims of a battle we had no hope in winning. … I don’t know about you, but I’m glad she wasn’t the President when the Cylons arrived and said ‘Surrender, or die’. I owe my life to Gaius Baltar and the decision he made that day. And so does Laura Roslin.”

Difficile de ne pas être d’accord. La collaboration dans une certaine mesure serait donc parfois nécessaire. Mais n’est-ce pas le même dilemme auquel fut confronté le honni Pétain ? Lui comme Baltar ne seraient-ils alors que les victimes de leur succès – condamnés par ceux qu’ils ont permis de sauver ?

Peut-être alors faut-il introduire des degrés de collaboration. Lorsque Baltar signe l’arrêt de mort de centaines de personnes une arme sur la tempe, fait-il passer sa propre survie avant celle de son peuple… ou se résout-il à en sacrifier quelques uns en espérant sauver les autres ? Pétain, à ce que je sache, n’a pas gouverné sous la menace d’une arme, et ma sensibilité personnelle tend à tracer la ligne à la façon dont le gouvernement de Vichy s’est fait un devoir de devancer les désirs d’Hitler en faisant par exemple recenser et arrêter des Juifs de son propre chef. Mais il me paraît évident que ce ne sont pas des sujets que l’on peut traiter de façon manichéenne…

Tout d’abord, simplement parce qu’il est toujours plus facile de juger a posteriori, une fois que l’Histoire a jeté les dés… Ni Pétain ni Baltar ne pouvaient savoir combien de temps l’occupation ennemie allait durer, ni parier sur un débarquement des Alliés ou du Galactica. Alors bien sûr, si tout le monde avait fait comme eux, s’il n’y avait pas eu des hommes comme De Gaulle et Adama pour s’éloigner et revenir plus forts, comme Jean Moulin et le Colonel Tigh pour organiser la résistance et sacrifier leur vie ou un œil, et risquer la vie de leurs hommes, rien n’aurait changé. Mais comment ne pas se poser de questions lorsqu’on entend ce que promet Tigh dans l’épisode 3.02 (Precipice), répondant à un autre Résistant qui remet en question sa stratégie d’attentats meurtriers et lui demande dans quel camp ils sont : « Nous sommes dans le camp des démons, Sergent. Nous sommes des suppôts du diable dans le jardin d’Eden. Envoyés par les forces de la mort pour répandre la désolation et la destruction partout où nous allons. »
“We're on the side of the demons, Chief. We're evil men in the gardens of Paradise. Sent by the forces of death to spread devastation and destruction wherever we go.”

C’est la question de l’utilité pour le plus grand nombre des actions de chacun – et c’est là que vient se greffer l'éternel débat entre l'intention et les conséquences, entre le déontologisme et l'utilitarisme, entre Kant et Mill... (Wikipedia a de bons articles à ces sujets si vous voulez les approfondir) On peut donc s’interroger sur les motivations des uns et des autres : défendre la liberté, la démocratie, un gouvernement plus ou moins légitime, un peuple ou une ethnie, un pays, un territoire ? Mais aussi sur les résultats concrets : comment savoir quand l’occupant arrive quelles conséquences sa présence pourra avoir ? Après tout, notre Vercingétorix national a courageusement défendu « nos ancêtres les Gaulois », mais s’il n’avait pas perdu, aurions-nous profité des routes pavées, des aqueducs et des thermes importés par les Romains, qui tout occupant qu’ils aient été, font eux aussi partie de notre patrimoine génétique ?

Mais il y a aussi la question celle de l’auto-préservation… C’est un instinct fort et le plus souvent salutaire. Oui, il faut que certains se sacrifient, mais pourquoi moi, surtout si je ne suis pas assuré de faire une différence ? N’est-il pas plus sage de se ranger du côté des gagnants ? Ce n’est pas anodin que le seul résistant que nous connaissons auteur d’un attentat suicide dans la série n’est-il pas un homme qui n’a plus rien à perdre depuis la mort de sa femme ? D’un autre côté, on a le Sergent Tyrol, engagé dans la Résistance alors qu’il a un enfant en bas âge et qu’il est fort possible que, comme le dit sa femme Cally, « un jour il ne rentre pas » “One of these days, you're just not gonna come back, are you? You'll just vanish, and that'll be it. I'll never see you again. Nick will never know his father.”
Un de ces jours, tu ne rentreras simplement pas, pas vrai ? Tu disparaîtras purement et simplement. Je ne te reverrai plus jamais. Nick ne connaîtra jamais son père. », épisode 3.01 Occupation) – elle manquera d’ailleurs d’être exécutée par les Cylons à cause de ses liens avec la Résistance. En admettant que pour le bien commun, il faille des gens comme lui, cela rend-il moral le risque qu’il prend et fait prendre à ses proches ?

Dans l’autre camp, on a Jammer, qui s’engage dans la force de police humaine créée par les Cylons. D’abord sensible à l’idée de résister (ce qui est montré dans les webisodes Résistance), il décide finalement de collaborer, persuadé que cela permettra de sauver des vies et qu’il vaut mieux que les rues soient contrôlées par des humains que par les Cylons. Il est trop tard lorsqu’il se rend compte qu’il a été abusé et que les Cylons les utilisent pour arrêter des centaines de personnes destinées à une mort certaine. Reconnaissant son amie Cally parmi eux, il tente d’abord d’intercéder en sa faveur, puis il l’aide à s’enfuir. Même si cela prouve qu’il reste « quelqu’un de bien », la question posée avant son exécution sommaire à la fin de l’occupation subsiste : « Est-ce que parce qu’il a sauvé Cally, on est censé oublier qu’il a tué 23 autres personnes ? » (“Does saving Cally let him off the hook for killing 23 others?”, épisode 3.05 Collaborators, en français Le Cercle). D’un autre côté, sauver une seule vie, n’est-ce pas déjà mieux que rien? Les autres ne seraient-ils pas morts avec ou sans sa participation ? Oui, mais lui et ses camarades n’ont-il pas apporté une certaine légitimité au régime d’occupation ? C’est sans fin…

On a aussi Gaeta, qui reste au service du gouvernement collaborateur de Baltar, dans le but de transmettre des informations utiles à la Résistance. Ce genre de source interne est essentiel à la réussite d’un mouvement de résistance… Le faux collabo risque sa vie et accepte que son action ne soit pas reconnue, s’exposant à la haine et au mépris de ceux-là même qu’il aide – Gaeta passera d’ailleurs à deux doigts de l’exécution dans ce même épisode 3.05, tant son anonymat était bien protégé. N’est-ce pas là une autre forme d’héroïsme, moins voyante mais tout aussi importante ?
Je finirai avec une question : si Baltar, comme il le prétend, savait que son fidèle adjoint aidait la Résistance, et l’a laissé faire, doit-on le considérer comme un collaborateur… ou comme un résistant ? S’agissait-il d’une forme d’inertie, ou de la seule façon d’agir qu’il a trouvée ? En effet, un chef d’Etat qui serait surpris à trahir l’occupant ne risquerait pas que sa propre vie… S’il faut tirer une conclusion, ce serait sans doute qu’on peut difficilement ranger tout le monde dans deux cases bien séparées – ou plutôt, que rien n’est plus facile… ni plus réducteur. Quand Sartre dit que l’on n’a jamais été plus libre que sous l’Occupation allemande, il a sans doute raison, mais savoir si chacun récolta ensuite ce qu’il avait semé… là, c’est une autre histoire. Je vous propose dans ce registre de lire mon premier Battlestar Philosophia, qui s’interroge sur le mérite et les leçons tirées de nos erreurs.

mercredi 18 avril 2012 Publié dans Battlestar Philosophia | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 28 mars 2012

Révolution internautique

Que sauront nos enfants de nous ? La question vient de me venir à l’esprit. Avec l’omniprésence de la photo, de la vidéo, des réseaux sociaux et des blogs… Sauront-ils tout de nous ? Liront-ils nos révoltes adolescentes, nos premières amours, nos doutes métaphysiques ? Verront-ils l’historique de nos « relations » sur Facebook (relations libres, partenariats domestiques et autres « c’est compliqué ») ? Les groupes que nous y avons rejoint (« je parle aux animaux avec une voix débile et je crois qu’ils me répondent », « pour la légalisation du cannabis », « je ne veux pas d’enfants plus tard ») ? Pourront-ils regarder, immortalisés sur pellicule, carte mémoire ou DVD, nos premiers pas, nos premiers émois amoureux, nos soirées bien arrosées ?

C’est un changement non négligeable. Cela rendra tout mensonge plus difficile, mais je me demande surtout si ce surplus d’information est une bonne chose pour le développement d’un enfant ou d’un ado. A des âges où les nuances ne sont pas la première préoccupation, se prendre en pleine figure les incohérences de ses parents, leurs changements d’avis, leurs errances, est-ce souhaitable ? Ne risque-t-on pas de trop en tenir compte, que ce soit pour les imiter ou pour s’en différencier ?

Quel rapport à l’image auront nos descendants ? J’ai vu récemment des vidéos super-8 tournées par mon grand-père, avec mon père et ses frères et sœurs, et ma grand-mère trentenaire et quadragénaire, des vidéos sans son et abîmées, en noir et blanc ou en sépia. C’est très émouvant, cela n’a rien à voir avec les photos, d’autant qu’à l’époque on ne prenait la pose que pour des occasions importantes… Si mes enfants s’y intéressent un jour, ils pourront dénicher des cassettes et des fichiers numériques de moi et mon frère en train de jouer, de nos spectacles scolaires et de ceux que nous organisions dans notre jardin. Et des milliers, probablement des millions de photos de tous les anniversaires, les repas de famille, les vacances, les sorties entre amis… dont certaines en accès relativement facile sur Internet. Cela ne peut pas être anodin.

Il y a un aspect positif, bien sûr. Et par exemple, ceux qui perdent un parent trop tôt pourront voir son visage, entendre sa voix, le regarder danser… ce qui est une bonne chose, sans doute, à condition d’être bien géré. Cela changera probablement la conception de la généalogie : d’ici quelques générations, les gens pourront regarder des vidéos de leurs arrière-grands-parents, de leurs arrière-arrière-grands-parents, ils pourront lire ce qui s’apparente à leur journal intime sur le net… Cela ne veut pas dire que tout le monde le fera, bien sûr – la quantité astronomique de données poserait problème. Mais cette seule possibilité aura forcément des conséquences.

Et j’en viens à me demander s’il ne devrait pas y avoir une date de « péremption » aux publications internautiques, même si pour certains elles sont l’assurance de laisser une trace pour l’éternité. D’autant plus que le stockage de toutes ces données finira par représenter un coût énergétique gigantesque – il n’y a qu’à voir le nombre de sites créés en seulement vingt ans d’existence du web, dont certains ne seront pas supprimés lorsqu’ils ne seront plus utilisés, je pense notamment aux blogs… En tout cas, je crois qu'on devrait tous se poser la question: combien sommes-nous prêts à laisser de nous sur cette Toile pour toute l'éternité...?

Ce qui me fait penser à cette vidéo, A life on Facebook, si vous ne l'avez pas encore vue la voici. Très drôle et finalement très poétique...

mercredi 28 mars 2012 Publié dans Réflexions | Commentaires (0) |  Facebook | |