Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi 16 janvier 2010

Interview en pointillés - les rires de mon amie

Pour ce second questionnaires un peu décalé soumis à l'un de mes proches, j'ai choisi d'aborder le sujet du rire avec l'une de mes meilleures amies, Adeline, qui en connaît un rayon sur le sujet - mais a, comme vous allez le constater, de menus problèmes de mémoire... Par exemple, je suis plus apte qu'elle à vous raconter cette petite anecdote (j'espère qu'elle ne m'en voudra pas ;p): nous étions en 2nde, et nous faisions la queue devant le self quand a résonné dans le ciel le bruit d'un moteur d'hélico, tout proche. Et là, Liny, paniquée, crie bien fort: "Aux abris, Mars attaque!"... Non non, on la connaît pas cette fille ;p...

Adeline.jpg

1- Ton pire moment de ridicule ?
Ce sont plutôt les moments que j'essaie d'oublier.

2- La blague la plus pourrie que tu aies entendue (ou dite) ?
Bouh... je ne retiens jamais les blagues. Donc, je ne peux pas te dire. 

3- As-tu déjà pleuré de rire ?
C'est une chose qui m'arrive assez régulièrement je dois dire. C'est peut-être du à mes yeux qui sont un peu fragiles, quoique je ne sache pas, mais je dirais que ça m'arrive en moyenne une fois par semaine et le fou rire va avec bien évidemment !

4- La photo de toi que tu ferais tout pour faire disparaître ?
Toutes les photos prises par surprise où j'ai une tête absolument horrible. Ou du moins, où je trouve que je n'ai pas une belle tête, parce que les gens ont tendance à te dire : « mais si, t'es toute jolie sur celle-ci ». La seule chose que j'ai envie de répondre, c'est surtout : « mets des lunettes !».

5- Préfères-tu qu'on rie de toi ou qu'on pleure pour toi ?
A la limite, je préfèrerai qu'on pleure pour moi, mais ça me ferait presque souffrir de savoir ça. Non, ni l'une ni l'autre des réponses me fait envie, mais bon, il faut répondre. Après, ce qui arrive le plus souvent c'est qu'on rie de moi, mais ça, c'est le cas pour tout le monde je crois.

6- As-tu déjà ri du malheur d'un autre ?
Ca dépend le malheur en question. En principe, non je ne rigole pas de ces choses, ça me rend même plutôt triste. Ce que les gens éprouvent a tendance à se ressentir sur moi. Pourtant quand ce sont des situations assez comiques et qui ne blessent pas tant que ça l'autre mais qu'il est juste dégoûté, oui, je peux rire, mais bon, dans ce cas, c'est un message gentil que je fais passer.

7- Le type d'humour qui ne te fait jamais rire ?
Les gens qui essaient toujours à chaque instant de faire des blagues et de faire rire afin de se rendre intéressants. Je connais une personne comme ça, et bien, autant certaines blagues sont drôles et pourraient faire rire, mais à force, je ne ris plus, je suis blasée.

8- Ta première réaction quand tu vois quelqu'un rire, sans savoir pourquoi ?
D'un air surpris, je demande pourquoi et suis plutôt du genre : « quoi ! quoi ! quoi ! qu'est-ce qu'il se passe ? », comme si c'était vital que je sache. Si l'autre ne me répond pas et part dans son fou rire, il y a quand même de forte chance pour que ça me fasse rire à mon tour.

9- Ton fou rire le plus énorme ?
Tu m'aurais dit la peur j'aurais pu te répondre exactement. Là, c'est trop confus. Beaucoup de fous rires sont au même niveau et je ne me souviens pas tous mes fous rires, l'un effaçant l'autre... En gros, il y en a de trop.

10- T'arrive-t-il de rire sans raison ?
Oui, vraiment très souvent ! Ca ne se contrôle pas ce genre de choses, des fois c'est un excès de joie qui entraîne le rire, d'autres fois c'est simplement le fait d'être bien dans sa peau. 

11- À quelle fréquence ris-tu, en général ? Ris-tu plus que tu ne pleures ?
Tous les jours ! Je ris pour un rien ! Néanmoins, dans les moments de déprime, je ne rigole pas beaucoup. Mais j'essaie de toujours rire, ou au moins sourire, sinon, on déprime. En fait, tout est lié, c'est un cercle. Ce qui est sûr c'est que je ris bien plus que je ne pleure, même si pleurer peut aussi faire du bien.

12- Dans la vie de tous les jours, qu'est-ce qui te fait rire le plus souvent ?
Les situations vraiment banales du genre certaines paroles, certaines pubs, le fait de me cogner quelque part, ou encore l'intonation d'une personne... Bon, de toute façon, j'ai tendance à sourire très souvent, donc le rire n'est pas bien loin et en général, je ris pour pas grand-chose.

13- As-tu peur du ridicule ?
Je dirais que je n'en ai plus peur. Avant, oui, j'y étais sujette. Et j'avais même peur d'une telle situation. Désormais, je me dis haut et fort « le ridicule ne tue pas » et en plus, j'ai tendance à en rire, comme ça, le truc passe beaucoup mieux.

14- La toute première fois que tu te souviens avoir ri ?
C'est une très bonne question. Il me semble que la première fois que j'ai marché, personne ne s'y attendait et je ne me laissais pas rattraper, j'ai bien rigolé. Mais je dois dire que c'est assez flou, j'allais sous la table, ça c'est sûr.

15- La dernière fois que tu as ri ?
Pas plus tard qu'aujourd'hui.

Questions par mari6s, réponses par Liny!
Photo datant de 2009.

samedi 16 janvier 2010 Publié dans Interviews en pointillés | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi 09 décembre 2009

Interview en pointillés - L'enfance de mon frère

Voici une nouvelle catégorie, les Interviews en pointillés, des questionnaires un peu décalés soumis à mes proches. Le premier à se prêter au jeu est mon petit frère Gilou, avec des questions orientées sur l'enfance et le passé.

Gilles 1999.jpg

1- Ton premier souvenir?

Je dois avoir 3 ou 4 ans, et comme presque toutes les nuits, je sors de mon lit pour aller dans la chambre de ma soeur et lui demander d'y dormir. J'ouvre la porte, et je découvre avec effroi, juste devant moi, une barrière qui m'empêche de sortir - de celles qu'on met devant les escaliers pour empêcher les enfants de tomber ; sauf que là, le but était de m'empêcher de sortir de ma chambre et d'embêter ma soeur. Pas moyen d'ouvrir, et je dus me résoudre à dormir seul dans ma chambre - c'était la première fois depuis longtemps!

2- Ce que tu regrettes le plus dans ton passé?

Ne jamais avoir frappé C.B., le plus gros emmerdeur que j'aie jamais connu et qui sévissait dans mon collège.

3- Ce que tu ne regretteras jamais?

Entre autres, d'avoir embrassé mon actuelle petite copine.

4- Ce qui te fait le plus peur?

Que mes proches meurent.

5- La première chose que tu te souviens avoir dite?

Etant donné que je suis atteint d'un Alzheimer profond, ton questionnaire commence à sérieusement m'emmerder... Je t'explique, la première chose que je me souviens avoir dite date d'avant-hier. C'était "J'vais te buter."

6- La première chose que tu te souviens avoir écrite?

Mon nom en maternelle, qu'on nous faisait écrire sur chaque feuille, et qu'il fallait aller vérifier sur l'espèce de truc scratché sur un tableau au mur de la classe, alors que je m'en souvenais très bien. Comme si, à chaque fois que l'on me demande mon nom, je disais: "Euh... J'vais vérifier, attends-moi deux secondes!"...

7- Le premier livre dont tu te souviennes?

Anga, fils du feu, en maternelle, dont j'avais aussi vu l'adaptation en spectacle dans mon école.

8- Ta madeleine de Proust, la chose qui rappelle toujours à tes sens un souvenir précis?

L'opéra le Barbier de Séville, que j'avais entendu en visite chez quelqu'un de ma famille et que j'avais beaucoup apprécié. C'est la première fois que j'entendais de la "vraie" musique.

9- La première colère dont tu te souviennes?

C'était en 1ère section de maternelle, y avait une peste qui adorait arriver par derrière les gens et leur tirer les oreilles très fort. Une fois, elle avait un peu trop tiré sur les miennes, ce qui m'avait fait pleurer comme pas croyable, et après j'avais carrément envie de la tuer, en fait. L'instit a mis une heure et demie à me calmer.

10- La première joie?

En CE2, j'avais réussi à battre tout le monde en saut en hauteur - 1,02. J'avais même battu le plus grand et plus athlétique de l'école, un vrai tombeur en plus. Ca lui a coupé le sifflet!

11- Le premier chagrin?

Au passage de la maternelle au primaire, quand j'ai finalement compris ce qui m'attendait, j'ai poussé un gros chagrin à la maison car je ne voulais pas quitter l'école maternelle.

12- L'occasion où tu aurais aimé être adulte?

Franchement, j'vois pas.

13- Ton premier sentiment d'injustice?

Ca devait être en CM2, on était dans la cour et on jouait au foot avec un ballon en mousse - pour ne pas casser les vitres. Un des joueurs m'a envoyé le ballon à pleine puissance dans la tête - ça pique! - et un autre a un peu engueulé le premier. C'est à ce moment-là qu'une institutrice est arrivée et n'a vu que la dispute et a puni celui qui était venu à ma rescousse. Quand j'ai voulu lui expliquer qu'elle se trompait, elle n'a pas du tout écouté.

14- La première idée ou entreprise dont tu t'es senti fier?

 En primaire, on nous avait demandé de faire un exposé à deux, sur un sujet qui nous intéressait. Bien sûr, certains n'ont pas trouvé de partenaire pour le sujet qu'ils avaient choisi, donc je me suis retrouvé à faire trois exposés en tout ; un sur la musique, un sur le rugby et le dernier sur les jeux de société. Et les trois exposés ont été appréciés.

15- Le plus beau cadeau qu'on t'ait jamais fait?

L'amour.

Questions par mari6s, réponses par Gilou!
Photo prise en 1999.

mercredi 09 décembre 2009 Publié dans Interviews en pointillés | Commentaires (3) |  Facebook | |