Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi 11 mai 2016

Pharmacie d'urgence anti maux de gorge

J’ai déjà traité des maux de gorge dans ma pharmacie d’urgence anti-rhumes, et un peu dans celle anti-allergies. J’ai récemment eu le plaisir discutable de souffrir d’une belle angine blanche, très rare dans mon répertoire de rhino-pharyngites et laryngites occasionnellement prolongées d’une sinusite ou d’une bronchite… J’ai donc étrenné de nouveaux remèdes, que je vous fais partager ici puisqu’ils ont fort bien fonctionné (symptômes quasi disparus en deux jours, guérison complète en quatre jours).

ganglions

Petit avertissement pour commencer : une angine peut être blanche ou rouge, en fonction de la couleur de vos amygdales (qui seront probablement rouges dans les deux cas, mais dans le cas de l’angine blanche, s’y ajoutent des taches blanches). Dans tous les cas, le mal de gorge est très fort, surtout lorsque l’on avale, et souvent accompagné de fièvre et d’autres symptômes mentionnés ci-dessous. Les ganglions qui se trouvent de chaque côté de votre cou, juste en-dessous des mâchoires, sont gonflés et douloureux. La plupart du temps, l’angine est virale et il suffit donc de traiter les symptômes en attendant « que ça passe » (et en accélérant si possible le processus), mais elle peut parfois être bactérienne et il y a alors des complications graves possibles, le traitement antibiotique s’impose dans ce cas. Dans le doute, mieux vaut consulter rapidement si les symptômes ne disparaissent pas au bout de quelques jours ou s’ils sont fulgurants.

Premier réflexe comme dans tous les maux de gorge : thym & miel

thym, thyme, herb, herbe, aromate, médicament, automédicationmiel, honey, médicament, automédication, soigner, mal, maux, gorge

Comme je le disais déjà dans mes autres pharmacies d’urgence, le thym et le miel sont des antibiotiques et antiseptiques naturels. Ils s’accordent très bien en infusion, avec de préférence du thym frais et du miel bio. Ils soulagent immédiatement la douleur, et surtout ils traitent l’infection.

Chaleur, gargarismes & cataplasmes

cataplasme, ganglions

Comme pour tous les maux de gorge, il est capital de garder sa gorge bien au chaud et à l’abri des courants d’air, avec un col roulé et/ou une grosse écharpe. On peut aussi appliquer du chaud et/ou du froid (frais, pas glacé) en alternance (avec des cold / hot packs) au niveau de la zone douloureuse, enroulés dans une écharpe.

Particulièrement utile lorsque l’on produit beaucoup de salive et de mucus, le gargarisme à l’eau salée permet également de lutter contre l’infection. À faire plusieurs fois par jour.

Et enfin, j’ai découvert le cataplasme à l’argile verte, extrêmement efficace pour les angines mais que j’appliquerai désormais également pour mes autres maux de gorge tant il m'a convaincue. Prenez de l’argile verte en pâte (mélangée avec un peu d’eau froide si elle est très épaisse) ou en poudre (diluée dans de l’eau froide), et appliquez-en environ 1 cm d’épaisseur en « sandwich » entre deux bandes de gaze que vous placerez ensuite en haut de votre gorge : depuis la zone des ganglions, en-dessous de votre mâchoire, jusqu’en-dessous de la pliure du cou, en remontant ensuite sur les ganglions de l’autre côté. Fixez ce cataplasme avec un bandage et/ou une écharpe. À renouveler dès que l’argile est sèche au début, puis deux fois par jour lorsque les ganglions ne sont plus douloureux. Et vous pouvez continuer le soir pour le garder toute la nuit s'il reste des ganglions gonflés ou une gêne dans la gorge.

Homéopathie

belladonna, homéopathie, granules, belladonnemercurius, solubilis, mercure, homéopathie, granules

Il existe un certain nombre de traitements homéopathiques en fonction des symptômes spécifiques (douleur plutôt à droite ou à gauche, angine blanche ou rouge, etc.), mais voici deux basiques qui m’ont bien aidée : belladonna (4 ou 5 CH) et mercurius solubilis (4 ou 5 CH), 4 granules de chaque plusieurs fois par jour, en alternance avec les huiles essentielles ci-après :

Phytothérapie

niaouli, huile essentielle, phytothérapie, essential, oil, plantementhe, poivrée, piperita, peppermint, huile essentielle, phytothérapie, essential, oil, planteeucalyptus, radié, radiata, huile essentielle, phytothérapie, essential, oil, plante

Un sucre ou une cuiller de miel avec une goutte de niaouli et une goutte de menthe poivrée, plusieurs fois par jour en alternance avec les granules d’homéopathie mentionnés précédemment. Préférez toujours les huiles essentielles bio, pour éviter les pesticides et les risques d’allergie.

Attention, les huiles essentielles particulièrement par voie orale doivent être consommées avec la plus grande prudence : respecter les doses, éviter de les consommer à jeun, et ne pas prolonger le traitement plus d’une ou maximum deux semaines.

Si vous avez aussi le nez qui coule ou bouché, utilisez l’huile essentielle d’eucalyptus radié en application locale sur les arêtes du nez (et éventuellement les sinus : le long de l’os des pommettes et au-dessus des sourcils) : il débouche le nez et lutte contre l’infection.
Vous pouvez aussi utiliser l’eucalyptus en inhalation : sur un mouchoir ou sur votre col (ainsi d’ailleurs que sur le col de vos proches, pour les protéger de vos microbes), ou encore en fumigation, dans un bol d’eau bouillante. Nouveauté que je viens de découvrir : pour une fumigation encore plus efficace, mélangez ½ bol d’eau bouillante avec du vinaigre de cidre chaud. Attention, ça décape ! Mais c’est très efficace, surtout le soir avant de se coucher (vous pouvez aussi laisser le bol sur le radiateur de votre chambre, si l’odeur ne vous incommode pas : vous respirerez mieux pendant la nuit).

Autres symptômes de l’angine : nausées, perte d’appétit, mauvaise haleine

menthe, poivrée, piperita, peppermint, huile essentielle, phytothérapie, essential, oil, plantecitrate, bétaïne, digestion

L’angine peut également causer nausées et perte d’appétit, et même lorsque ce n’est pas le cas, il est douloureux d’avaler et on peut donc avoir tendance à moins manger. Pourtant, il faut garder ses forces !

Première chose : boire beaucoup pour ne pas se déshydrater. Si cela passe, on peut alterner des infusions au thym (sans miel, si le goût sucré donne la nausée) et du bouillon ou de la soupe.

On peut aussi essayer de manger du riz, qui passe en général plutôt bien. Faites le test avec du riz chaud mais aussi avec du riz froid. Si les fruits et légumes frais ne passent pas, vous pouvez essayer la compote. Et si vous n’arrivez pas à manger de grosses portions, optez pour de petites portions tout au long de la journée.

Enfin, on peut lutter contre les nausées avec du citrate de bétaïne. Attention, à ne pas consommer trop longtemps car il modifie l’équilibre acidobasique du système digestif.

L’angine surtout blanche peut causer une mauvaise haleine ou une sensation de mauvais goût dans la bouche. C’est l’infection dans les amygdales et parfois sur la langue qui crée ce désagrément. Pour commencer, brossez-vous les dents et raclez votre langue (avec un gratte-langue prévu à cet effet, ou avec une cuiller en métal) de la substance blanche qui la recouvre.

Comme les choses sont bien faites, la menthe poivrée, qui fait partie du traitement par huiles essentielles ci-dessus, lutte également contre les nausées et contre la mauvaise haleine. 

Et si vous passez par la case antibios… n’oubliez pas votre flore intestinale !

yaourt, levures, intestinale, flore, lactobacillus, bifidobacterium

La flore intestinale est mise à rude épreuve par les antibiotiques ! Or elle est très importante pour l’équilibre de notre corps, et pas seulement de notre digestion, ne la négligez pas. Pour la stimuler pendant et après le traitement, consommez des levures, dans des vrais yaourts (dans la composition desquels vous pourrez lire « lactobacillus » et/ou « bifidobactérium ») ou encore dans des compléments alimentaires probiotiques (idem).

mercredi 11 mai 2016 Publié dans Santé | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 04 juillet 2015

Pharmacie d'urgence spéciale canicule

Il fait chaud, très chaud, et que vous soyez comme moi qui ne supporte pas la chaleur et préfèrerais que le thermomètre ne dépasse jamais 20 ou 25 degrés, ou plutôt de ceux qui adorent le soleil, la canicule peut avoir des conséquences sur votre santé. Ce numéro de Pharmacie d’urgence est donc consacré aux astuces pour limiter les désagréments.

Se protéger du soleil

Nous ne sommes pas tous égaux face au soleil, mais quand il fait 35 ou 40°C à l’ombre, même si votre peau résiste bien, gare aux UV. Les coups de soleil ne sont pas le seul risque, pensez aussi long terme puisque ces rayons accélèrent le vieillissement de la peau et augmentent le risque de cancers. Faites particulièrement attention si vous avez beaucoup de grains de beauté…

Tout d’abord, l’idéal est de mettre de la crème solaire ou une crème de jour avec indice UV sur toutes les parties du corps qui seront exposées au soleil : visage, cou, nuque, mains, et le plus souvent pieds, voire jambes et bras… À réappliquer autant que possible au cours de la journée.

Pour les plus sensibles au soleil, portez des vêtements couvrants mais légers et amples qui protègent l’essentiel du corps.

Casquette ou chapeau s’imposent également pour éviter l’insolation… de préférence avec un rebord suffisamment important pour protéger une bonne partie de votre visage. Ainsi que des lunettes de soleil si vous avez les yeux sensibles.

Si vous êtes sujet aux maux de tête causés par le soleil ou la chaleur, je vous conseille l’huile essentielle de menthe poivrée. Quelques gouttes appliquées sur les tempes et le front (attention à ne pas en mettre dans les yeux !) vous procureront en quelques secondes une sensation de fraîcheur qui fera disparaître la douleur.

Réguler la température corporelle

Évitez les vêtements moulants et portez plutôt des vêtements amples, légers, qui permettent à l’air de circuler. Contrairement aux idées reçues, couvrir tout votre corps (grande robe ample, blouse à manches longues et sarouel…) fonctionne mieux que de se déshabiller au maximum, surtout lorsque l’on est au soleil, puisque la couche de tissu limite le réchauffement de la peau et donc du corps. Ce n’est pas pour rien que les peuples vivant dans les déserts, comme les Touaregs, se couvrent de la tête au pied…

Lorsque c’est possible, prenez des douches froides régulières. Commencez par une eau légèrement tiède pour ne pas risquer le choc thermique, et comme à la mer quand on se baigne dans de l’eau froide, ne vous immergez pas en une fois : mouillez d’abord à la main la poitrine, la nuque, le ventre, le visage. Puis une fois que vous êtes habitué à la température de l’eau, réglez-la au plus froid et restez dessous au moins cinq minutes pour faire baisser la température du corps de façon plus durable.

Le reste du temps, utilisez un brumisateur sur votre visage, votre cou et votre poitrine ainsi que votre nuque, voire vos bras et vos jambes si vos vêtements le permettent. Je vous conseille d’avoir toujours un petit brumisateur dans votre sac pour pouvoir le sortir dans les transports bondés ou dans la rue en plein soleil par exemple.

S’hydrater et bien manger

On nous le répète mais trop de gens l’oublient au quotidien : il faut boire beaucoup, beaucoup d’eau. On en perd énormément quand il fait aussi chaud, il n’y a qu’à voir comme on transpire. Quand on est occupé, concentré sur quelque chose ou que l’on doit tenir un emploi du temps serré, l’hydratation passe souvent au second plan. Je vous conseille d’avoir sur vous en permanence une bouteille, ou mieux, un thermos (il en existe de très pratiques de contenance ¼ ou ½ litre) rempli la veille au soir, éventuellement parfumé avec du thé (thé vert menthe par exemple, il s’infuse en général très bien même dans de l’eau froide) et/ou avec du sirop, et laissé toute la nuit au frigo. Vous pouvez même y ajouter des glaçons le matin. En le posant sur votre bureau et en l’emmenant partout dans votre sac, il suffira de prendre le réflexe de boire régulièrement, et de le reremplir au fur et à mesure de la journée…

Vous pouvez aussi vous hydrater en mangeant beaucoup de fruits et légumes à forte teneur en eau, notamment la pastèque, très rafraichissante.

Et n’oubliez pas de manger même si la température vous en dégoûte un peu. Votre corps travaille dur et dépense beaucoup d’énergie pour résister à la chaleur, il faut lui donner du carburant. Le poulet froid, les salades de riz au thon et au maïs, ou encore des légumes comme la courgette ou le concombre, sans oublier la fameuse pastèque, se mangent bien par temps chaud. Et puis il y a les glaces, en esquimaux par exemple, ne vous privez pas !

Bouger un peu mais pas trop

Être complètement inactif n’est pas très bon même par temps chaud, notamment pour la circulation sanguine. Sortir tôt le matin à la fraîche pour marcher un peu et profiter d’un petit courant d’air s’il y en a peut être une bonne idée, surtout qu’on a souvent du mal à faire de longues nuits par temps chaud. Et pour les jambes lourdes et les pieds enflés, je vous conseille un gel à base d’huiles essentielles et notamment de menthe poivrée. Il en existe plusieurs, comme le baume de Sébastopol JCM5 Jambes légères, ouClimaxol Gel des laboratoires Lehning. Certains peuvent même être mis au frigo pour une sensation de fraîcheur encore plus forte. Vous pouvez également utiliser des poches de froid à mettre au frigo ou au congélateur puis à appliquer sur les zones gonflées par la chaleur.

Cependant, même si vous supportez très bien la chaleur, tout exercice physique intense est très fortement déconseillé par les médecins. Moi qui n’ai pas leur diplomatie, je dirais que c’est complètement con de faire son footing à 14 heures quand il fait 40°C à l’ombre, comme j’ai vu faire tellement de gens mardi. Si vous tenez absolument à continuer votre entraînement, faites-le à la fraîche très tôt le matin, ou alors en intérieur dans un lieu climatisé ou bien aéré. Votre cœur et vos poumons travaillent dur pour permettre à votre corps de supporter la chaleur, si vous leur en demandez encore plus vous risquez de vous déshydrater très vite et de faire une insolation ou encore une charmante petite crise cardiaque…

Limiter la température chez soi

Pour que le thermomètre ne monte pas trop chez vous, il y a quelques astuces. Selon l’épaisseur des murs, la présence ou non de volets et la qualité de l’isolation, vous pouvez avoir plus ou moins de difficultés et il n’y a pas de miracle, mais on peut gagner quelques degrés.

Tout d’abord, pendant la journée, fermez tout, claquemurez portes et fenêtres, rideaux et volets fermés s’il y en a. S’il n’y en a pas, placez des couvertures (le plus efficace : une couverture de survie) devant les ouvertures. Autre option, étendre un linge mouillé devant les ouvertures, tout le monde ne s’accorde pas sur l’efficacité de cette technique que je teste actuellement avec un drap de bain accroché devant ma fenêtre à la tringle à rideaux, et que je remouille régulièrement. À essayer…

Si vous vivez dans une maison à plusieurs étages, envisagez de dormir et vivre au rez-de-chaussée durant l’épisode caniculaire, il y fait en général plus frais.

Quand la température diminue le soir (ces temps-ci souvent pas avant minuit), ouvrez tout en grand. Si vous craignez les moustiques, placez une moustiquaire ; si vous avez du mal à dormir avec la lumière venant de la rue, placez un rideau de fortune autour de votre lit. Mais dans tous les cas, ouvrez volets et rideaux, il faut que l’air circule. Si vous avez un ventilateur (et je vous conseille fortement de vous en procurer un, si vos magasins sont en rupture de stock vous pouvez en trouver sur Internet avec livraison rapide), placez-le à un endroit où il peut ramener l’air frais de dehors à l’intérieur.

Dans la journée quand vous êtes présent, placez plutôt votre ventilateur dirigé uniquement vers l’intérieur de la pièce. Vous pouvez placer un grand bol rempli de glaçons ou de glace pilée devant le ventilateur, qui diffusera ainsi un air plus frais.

 

Bon courage pour traverser cette canicule ! En attendant, n’hésitez pas à consulter les précédentes Pharmacie d'urgence :

Pharmacie d’urgence anti-rhumes

Pharmacie d’urgence anti douleurs articulaires et tendinites

Pharmacie d’urgence anti allergies respiratoires et cutanées

Pharmacie d’urgence pour limiter sa consommation de médicaments

mercredi 08 avril 2015

Pharmacie d’urgence pour limiter votre consommation de médicaments

Nous consommons de nombreux médicaments sans même y penser, au moindre rhume, à la moindre migraine, à la moindre douleur. Or même les plus « anodins » ne sont pas sans conséquence, surtout s’ils sont utilisés de façon régulière. S’ils sont parfois nécessaires, il existe aussi des solutions plus naturelles qui peuvent vous permettre de réduire un peu leur consommation.

Une petite note au passage : naturel ne signifie pas forcément bon pour la santé. L’arsenic est naturel, comme tout un tas de poisons... Le dosage est particulièrement important, notamment pour la phytothérapie. Donc pour profiter des bénéfices de ces remèdes alternatifs, suivez bien les précautions d’utilisation ! Je vous recommande en outre d’acheter des huiles essentielles BIO – l’huile essentielle de pesticide, non merci...

De manière générale, que vous utilisiez un « vrai » médicament ou l’homéopathie, la phytothérapie etc., évitez les mélanges excessifs. Plus vous combinez de produits différents, plus vous risquez des interactions malheureuses. Faites notamment attention aux médicaments composés de plusieurs principes actifs (cachets contre le rhume, etc.). Sauf problème grave, deux ou trois remèdes différents en même temps sont en général largement suffisants. Et si vous suivez un autre traitement, vérifiez qu’il ne risque pas d’interagir avec d’autres remèdes (que ce soit en empêchant son action, en la démultipliant, ou en réagissant ensemble).

menthe poivrée, huile, essentielle, phytothérapie, migraine, maux, crâne, tête, digestion, trouble, digestifmassage, yeux, fatigue, visuelle, maux, crâne, tête, migraine

Maux de crâne et migraines

Fatigue, stress, pollution, changement de météo… chez certains d’entre nous, un rien suffit pour déclencher des maux de tête très handicapants.

Plutôt que d’avaler doliprane sur doliprane (c’est très pratique le paracétamol, mais consommé trop souvent cela peut causer des problèmes de foie) ou aspirine sur aspirine (elle causerait des problèmes de saignements comme des ulcères lorsqu’on en abuse), réservez ces antalgiques aux migraines les plus récalcitrantes et traitez plutôt vos maux de crâne réguliers dès la première douleur avec l’huile essentielle de menthe poivrée. Quelques gouttes appliquées sur les tempes et le front (attention à ne pas en mettre dans les yeux !) vous procureront en quelques secondes une sensation de fraîcheur qui fera disparaître la douleur.

Vous pouvez également masser doucement vos tempes mais aussi le contour de vos yeux avec vos pouces, en effectuant de petites pressions au coin intérieur de l’œil et sur le dessus de la paupière, ce qui détend les muscles souvent trop sollicités quand vous lisez, conduisez ou encore travaillez sur ordinateur.

Si vous avez des maux de tête répétés sans raison apparente sur une longue période, consultez tout d’abord un bon médecin généraliste. Peut-être avez-vous besoin de lunettes ? Des problèmes de dents ? Ou encore les mâchoires crispées ? Le généraliste pourra le cas échéant vous proposer une solution ou vous renvoyer vers un ophtalmo, un dentiste, un ostéopathe...

charbon, végétal, carbone, activé, gélule, digestion, trouble, digestif, régulermenthe poivrée, huile, essentielle, phytothérapie, migraine, maux, crâne, tête, digestion, trouble, digestif

Troubles de la digestion

Nausées, constipation, diarrhée, gaz… Pas la peine de filer acheter un de ces médicaments miracle qu’on nous vante à la télévision. Commencez par manger équilibré, vérifier si un aliment en particulier déclenche vos problèmes, et adapter pendant quelques jours votre alimentation – riz et carottes vapeur pour la diarrhée, beaucoup de fruits frais ou secs et de légumes et légumineuses pour la constipation, boire beaucoup et régulièrement dans les deux cas. En cas d’aérophagie, limitez les boissons gazeuses et le chewing-gum mais aussi le lait entier et les céréales à gluten, surtout si elles sont complètes. Pour tous les problèmes digestifs, évitez également les plats très épicés.

Le charbon végétal est très efficace pour réguler le transit. En gélules, vous pouvez en général en consommer deux à six gélules par jour (vérifier la dose exacte selon le contenu d’une gélule pour chaque marque). Il peut être utilisé à moindre dose (une gélule en général) sur des périodes longues sans effet indésirable notable.

La menthe poivrée, toujours elle, peut aussi vous aider. Avalez deux ou trois gouttes sur un sucre ou dans une cuillère d’huile ou de miel, une fois si cela suffit, trois fois par jour pendant quelques jours si le problème subsiste. Contre les nausées, la respirer (sur un mouchoir ou votre col par exemple) peut également aider. Comme avec toutes les huiles essentielles, surtout par voix interne, il ne faut pas prolonger l’utilisation plus d’une semaine sans l’avis d’un médecin.

bouillotte, chaleur, chaud, hot, pack, douleur, règlessaint bernard, emplâtre, américain, patch, chauffant, huile, essentielle, douleur, règle, musculaire

Douleurs liées aux règles

L’apparition du doliprane a fait des merveilles pour celles d’entre nous qui souffrent de règles douloureuses, l’aspirine n’étant pas très indiquée puisqu’elle fluidifie le sang. Mais comme nous l’avons vu plus haut, le doliprane n’est pas très copain avec notre foie, en consommer plusieurs par jour, plusieurs jours par mois de la puberté à la ménopause n’est donc pas anodin.

Comment faire alors ? Comme pour les maux de crâne, réservez le doliprane aux douleurs particulièrement fortes (premier jour des règles par exemple) et utilisez le reste du temps le traitement par la chaleur. Une bouillote bien chaude sur le ventre fait un bien fou, mais vous pouvez difficilement vous balader avec... Mais on n’arrête pas le progrès et il existe des patchs chauffants extrêmement discrets que vous pouvez porter en-dessous du nombril, sous vos vêtements. Si vous n’en trouvez pas qui sont spécifiquement adaptés aux règles, pas de panique : vous pouvez trouver en pharmacie les emplâtres américains Saint Bernard, aux huiles essentielles, qui sont théoriquement destinés aux douleurs musculaires mais fonctionnent aussi très bien pour les règles. Il suffit d’en découper une bande à la taille souhaitée, il est élastique, couleur peau, et résiste assez bien aux douches, vous pourrez donc en général le laisser en place toute la durée des règles.

Les douleurs menstruelles comme les maux de crânes sont souvent plus forts en cas de stress, qui peut également causer des problèmes de digestion... On peut donc aussi s’attaquer à la source :

Stress

mandarine, huile, essentielle, phytothérapie, stress, angoisse, insomnie, dormir, endormirlavande fine, lavanda, angustifolia, huile, essentielle, phytothérapie, stress, angoisse, insomnie, dormir, endormir

Diverses huiles essentielles sont efficaces contre le stress, comme celle de mandarine qui lutte également contre les insomnies et les angoisses, ou celle de lavande fine (lavanda angustifolia, à ne pas confondre avec d'autres types de lavande). Ces dernières peuvent se respirer sur un mouchoir ou se déposer sur un petit caillou diffuseur, notamment près de votre oreiller. On peut également les mélanger à une huile végétale ou à une crème pour un massage relaxant, notamment au niveau du plexus solaire (vous savez, cette zone au milieu de la poitrine où l’on ressent comme une boule ou une tension quand on est angoissé ?).

sédatif, pc, boiron, homéopathie, aconitum, belladona, calendula, dormir, endormir, stress, angoisseeuphytose, valériane, plantes, passiflore, dormir, endormir, stress, angoisse

Vous pouvez également utiliser le sédatif PC,remède homéopathique à sucer, à base notamment d’aconite, de belladona et de calendula, ou l’euphytose, comprimé à base de plantes calmantes comme la valériane et la passiflore, que l’on avale avec un verre d’eau. En traitement d’appoint ou régulier, vous pouvez les consommer un peu avant de dormir mais également le matin ou avant toute situation stressante. La mandarine et la lavande fine n’étant pas prises par voie orale, vous pouvez les combiner avec l’un ou l’autre de ces comprimés sans aucun problème.

Et vous ? Avez-vous d’autres remèdes naturels à recommander ? Des suggestions pour le prochain article « pharmacie d’urgence » ?

En attendant, n’hésitez pas à consulter les précédents :

Pharmacie d’urgence anti-rhumes
Pharmacie d’urgence anti douleurs musculaires et tendinites
Pharmacie d’urgence anti allergies respiratoires et cutanées

mardi 10 mars 2015

Pharmacie d’urgence anti allergies respiratoires et cutanées

Après ma pharmacie d’urgence anti-rhumes et anti-douleurs musculaires et tendinites, voici à présent mes remèdes contre les allergies, et particulièrement les allergies respiratoires, particulièrement actives en ce moment avec le pollen et les pics de pollution. Comme toujours il s'agit de remèdes que j'utilise et qui, si vous les utilisez comme indiqué, ne sont pas dangereux. Dans le domaine des allergies il faut bien sûr faire particulièrement attention et vérifier qu'on n'est pas allergique au remède.

allergie, cutanée, respiratoire, pharmacie, médicaments, homéopathie, phytothérapie, remède, huile essentielle, huiles essentielles, aromathérapie, alternative, douce, médecine, pollen, pollution, rhume des foins, toux, éruption, réaction, allergique, allergène, soulager, soigner, traiter

La source de l’allergie

Pour les allergies respiratoires, il faut tenter de s’exposer le moins possible aux allergènes et irritants que sont la pollution et les pollens. Si vous vivez dans une zone polluée, évitez tout d’abord de faire du sport en extérieur pendant les pics de pollution (on inspire plus profondément pendant l’effort), et lors de trajets à pied vous pouvez porter un masque ou une écharpe devant le nez et la bouche pour limiter l’exposition. Évitez autant que possible les arbres et plantes particulièrement allergènes, comme le bouleau ou le cyprès. Quelques gouttes d’huile essentielle d’estragon sur votre écharpe peuvent également aider.

Pour les allergies cutanées, non seulement faut-il identifier le produit qui pose problème – qu’il ait été appliqué localement ou avalé (certains aliments et médicaments peuvent causer des éruptions, notamment sur le visage) – mais il faut aussi une fois la réaction déclarée ne pas appliquer de produits qui pourraient aggraver l’irritation. Je pense notamment aux cosmétiques « chimiques » mais aussi à la lessive de vos vêtements et de vos draps. L’exposition au soleil est elle aussi déconseillée. Il est conseillé de laver la zone concernée à l’eau tiède (non calcaire dans la mesure du possible) avec un savon doux et d’appliquer une crème hydratante la plus naturelle possible, non parfumée. J’utilise de la crème au calendula, mais attention, certaines personnes y sont allergiques, faites un test sur un coin de peau avant de badigeonner une crème sur la zone concernée !

allergie, cutanée, respiratoire, pharmacie, médicaments, homéopathie, phytothérapie, remède, huile essentielle, huiles essentielles, aromathérapie, alternative, douce, médecine, pollen, pollution, rhume des foins, toux, éruption, réaction, allergique, allergène, soulager, soigner, traiterallergie, cutanée, respiratoire, pharmacie, médicaments, homéopathie, phytothérapie, remède, huile essentielle, huiles essentielles, aromathérapie, alternative, douce, médecine, pollen, pollution, rhume des foins, toux, éruption, réaction, allergique, allergène, soulager, soigner, traiter

Soulager l’allergie

Pour les toux allergiques, le miel soulage beaucoup. Pour toutes les allergies respiratoires, le thym est efficace, en tisane par exemple.

Pour les allergies cutanées, il est recommandé de garder la peau au frais et d’hydrater très régulièrement.

allergie, cutanée, respiratoire, pharmacie, médicaments, homéopathie, phytothérapie, remède, huile essentielle, huiles essentielles, aromathérapie, alternative, douce, médecine, pollen, pollution, rhume des foins, toux, éruption, réaction, allergique, allergène, soulager, soigner, traiterallergie, cutanée, respiratoire, pharmacie, médicaments, homéopathie, phytothérapie, remède, huile essentielle, huiles essentielles, aromathérapie, alternative, douce, médecine, pollen, pollution, rhume des foins, toux, éruption, réaction, allergique, allergène, soulager, soigner, traiter

Huiles essentielles et homéopathie

L’huile essentielle d’estragon est excellente pour les allergies respiratoires, notamment le rhume des foins. On peut la diffuser dans une pièce (par exemple quelques gouttes dans un récipient d’eau sur un radiateur) ou l’appliquer sur son col, son écharpe ou un mouchoir, pour la respirer tout au long de la journée.

On peut également l’appliquer en massage avec une huile végétale (de noisette par exemple) sur le thorax en cas de toux allergique, sur les tempes et les ailes du nez en cas de rhume des foins.

Vous pouvez utiliser poumon histamine 7CH, 5 granules à prendre dès les premiers symptômes, deux fois par jour voire plus en cas d’allergie très forte. On peut le compléter par pollens 15CH.

allergie, cutanée, respiratoire, pharmacie, médicaments, homéopathie, phytothérapie, remède, huile essentielle, huiles essentielles, aromathérapie, alternative, douce, médecine, pollen, pollution, rhume des foins, toux, éruption, réaction, allergique, allergène, soulager, soigner, traiter

Antihistaminiques

Si vous avez tendance à faire des réactions allergiques très brutales, je vous conseille d’avoir toujours sur vous un antihistaminique à prendre dès les premiers symptômes. Il peut permettre de régler complètement le problème avec une petite dose (un demi-comprimé voire un quart dans mon cas), et si cela ne suffit pas vous pourrez continuer le traitement quelques jours. Attention cela dit, vérifiez la notice ou interrogez votre pharmacien pour les effets secondaires possibles : certains antihistaminiques peuvent provoquer la somnolence et il est donc déconseillé de les consommer avant de prendre le volant.

Je vous déconseille personnellement les versions repetabs de ces antihistaminiques, censées être plus pratiques car elles agissent sur toute la journée, mais cela empêche de contrôler les moments où l’on veut une action plus forte (exposition à l’allergène, le soir pour s’endormir…) et les moments où l’on doit être bien éveillé, pour conduire par exemple.

allergie, cutanée, respiratoire, pharmacie, médicaments, homéopathie, phytothérapie, remède, huile essentielle, huiles essentielles, aromathérapie, alternative, douce, médecine, pollen, pollution, rhume des foins, toux, éruption, réaction, allergique, allergène, soulager, soigner, traiter

Et si ça ne suffit pas…

Les allergies peuvent aussi préparer le terrain à des infections, sinusites, bronchites, etc. Il faut alors traiter à la fois l'allergie et ces infections. Vous pouvez vous référer à ma pharmacie d’urgence anti-rhumes, mais si vos symptômes perdurent, n’attendez pas et consultez un médecin. Une réaction allergique particulièrement virulente que ces méthodes n'arrivent pas à calmer, une éruption ou un gonflement cutané sur une zone très étendue ou sur tout le corps, ou encore des quintes de toux qui vous empêchent durablement de respirer, doivent bien évidemment également faire l'objet d'une consultation.

mercredi 14 janvier 2015

Pharmacie d’urgence anti douleurs musculaires & tendinites

Après ma pharmacie d’urgence anti-rhumes, voici à présent mes remèdes contre les douleurs musculaires, tendinites et autres périostites.

ergonomie, travail, bureau, position, posture, station

D’où vient le problème ?

Tout d’abord réfléchissez à la source du problème, surtout si ce sont des douleurs récurrentes. Une mauvaise posture, une station de travail mal adaptée, trop de temps passé sur ordinateur, tablette, portable, ou à lire ou écrire dans une mauvaise position… Bien sûr on peut rarement changer radicalement ses habitudes, mais il y a de petits trucs qui permettent de limiter les dégâts.

repose, poignet, ordinateur, clavier, souris, gel

Par exemple, on peut utiliser des repose-poignets pour taper à l’ordinateur, installer un lutrin pour lire des documents que ce soit sur papier ou sur tablette, ou encore un repose-pied sous son bureau… Et puis faire des pauses régulières pour se lever et marcher un peu, étirer ses muscles.

De plus, il est possible que comme moi vous ayez des articulations hyperlaxes, ce qui signifie qu'elles sont en quelque sorte trop souples et peuvent donc aller trop loin sans faire mal sur le moment. À terme cela favorise les tendinites. Pour limiter le problème, vous pouvez faire une cure de fluor, mais il faut aussi faire attention aux mouvements qui peuvent vous paraître naturels mais qui forcent en fait sur vos tendons.

étirement, poignet, main, tendinite, canal carpienétirement, bras, dos, poignet, main, tendinite, canal carpien
Étirements et massages

Vous trouverez sur Internet des séries d’exercices pour différents problèmes. Pour les problèmes de dos, de cervicales et de poignets, très courants quand on passe sa journée à travailler sur ordinateur, je vous conseille des étirements des bras (vers le haut, les côtés, devant, derrière) puis de décrire des cercles avec ses bras étendus sur les côtés. Faites aussi tourner votre nuque lentement, enroulez et déroulez le dos en vous penchant en avant comme pour toucher vos orteils avec vos doigts (même si vous n’arrivez pas jusqu’au bout).

Plus particulièrement pour les poignets, vous pouvez pratiquer trois exercices. Ils sont adaptés aussi bien pour les problèmes de canal carpien que pour les tendinites en général (dans mon cas, des zones reliées au pouce et à l'auriculaire). Cela peut faire mal si votre poignet est enflammé, n'abandonnez pas mais ne forcez pas trop ; cela fonctionne aussi très bien en prévention.
1) Bras droit étendu devant vous, paume vers le bas, posez les doigts sur les doigts de la main gauche perpendiculaire et paume vers le haut et poussez doucement vers le haut jusqu’à ce que la main droite soit à angle droit avec le bras, et essayez de pousser de la main droite tout en résistant de la main gauche.
2) Bras droit étendu devant vous, paume vers le haut, posez les doigts de la main gauche perpendiculaire paume vers le bas sur les doigts de la main droite et poussez vers le bas jusqu’à ce que la main droite soit à angle droit avec le bras. Là encore, poussez et résistez.
3) Enfin, faites un poing avec la main droite (pas trop serré), bras étendu devant vous, et appuyez sur le dos de la main avec les doigts de la main gauche, tout en résistant, le but étant de garder la main droite dans le prolongement du bras et de ne pas la laisser descendre. Renouvelez ces trois exercices avec l’autre bras. À faire au moins une fois par jour, voire à chaque pause soit toutes les heures ou toutes les deux heures pendant la journée de travail.

Les jambes peuvent également souffrir d’une position assise prolongée. Tout d’abord il faut marcher autant que possible, mais l’on peut aussi étirer ses jambes : attraper sa cheville et la soulever derrière soi jusqu’à toucher ses fesses et tenir la position vingt secondes. Puis lever le genou jusqu’à la poitrine et l’y maintenir avec les bras pendant vingt secondes. Étendre une jambe devant soi à quelques centimètres du sol, et secouer un peu le pied pour détendre tous les muscles de la jambe.

Il y a bien d’autres exercices en fonction de vos problèmes précis, mais si vous pouvez déjà intégrer tous ceux-ci à votre quotidien, c'est un bon début.

Des massages réguliers peuvent également beaucoup aider ; méfiez-vous cela dit en cas d’inflammation de ne pas empirer les choses. Il est difficile de masser son propre dos mais on peut se masser au moins les épaules et la nuque, le bas du dos, ainsi que les bras, les poignets et les mains (même les doigts), les jambes, les chevilles et les pieds. Si vos mains se fatiguent rapidement (problème quand on a une tendinite par exemple), vous pouvez vous masser avec les articulations des doigts et avec les coudes, qui vous donnent plus d'appui sans forcer sur des zones sensibles.

poche, pack, chaud, froid, cold, hot, nexcare, thermogel, actipoche, gel, bleu, bouillotte
Chaud et froid

La chaleur et le froid sont très efficaces… mais comment savoir lequel utiliser ? En règle générale, en cas d’inflammation, préférez le froid, et pour toute autre douleur musculaire, utilisez la chaleur qui détend les muscles. Des poches en vente en pharmacie permettent les deux : on peut les mettre au congélateur pour les refroidir, et les passer au micro-ondes ou au bain-marie pour les réchauffer.

En cas de doute, faites ce qui vous soulage le plus ; sur une méchante tendinite poignets et pouces, il m’est arrivé sur conseil de mon médecin d’alterner froid et chaud pour à la fois limiter l’inflammation des tendons et détendre les muscles qui eux n’étaient pas enflammés mais ultra-tendus. Et comme toujours, si la douleur persiste, allez voir un médecin !

gaulthérie, couchée, huile, essentielle, phytothérapie, muscle, musculaire, articulation, articulaire, tendinitemacadamia, huile, végétale, massage
Huiles essentielles

La gaulthérie est notamment anti-inflammatoire, calmante et vasodilatatrice. Elle est très efficace contre les douleurs musculaires et articulaires, les tendinites, contractures et rhumatismes et détend avec une douce chaleur. Elle s’applique en massage avec une huile végétale (de macadamia par exemple), à raison de trois gouttes de gaulthérie pour une dizaine ou une vingtaine de gouttes de macadamia.

Pour des huiles essentielles à l’action prolongée avec les bienfaits de la chaleur en plus, vous pouvez utiliser les patchs chauffants Puressentiel dont les ingrédients incluent le capsicum et des huiles essentielles comme la gaulthérie et le niaouli (pour huit heures à ne pas renouveler plus d’une fois par période de vingt-quatre heures) ou les emplâtres américains Saint Bernard au capsicum et à l’essence de girofle (que l’on peut garder deux voire trois jours). Très fins, adhésifs et extensibles, ils se portent facilement sous les vêtements et s’adaptent aux mouvements.

En cas de début de tendinite ou de muscles très tendus dans les mains ou les bras, vous pouvez en enrouler une bande de quelques centimètres de large autour du poignet ou du bras. On peut également en coller des bandes de plus ou moins grande taille dans le dos ou sur la nuque, autour des chevilles, etc. Dans un tout autre registre, je les utilise en longue bande collée sur le ventre juste en-dessous du nombril en cas de règles douloureuses : c’est discret et la chaleur diffusée soulage efficacement.

argel, gel, massage, huiles, essentielles, menthe poivrée, thym, cajeput, romarin, argile, verte, pommadeflector, gel, anti-inflammatoire, antalgique

Pommades et gels

En traitement régulier, vous pouvez utiliser l'Argel, gel de massage à base d'argile verte et d'huiles essentielles de menthe poivrée, de romarin et de thym entre autres. Il détend et crée une sensation de chaud-froid qui vous met sur un petit nuage. Il n'est à ma connaissance pas disponible en pharmacie, il faut le commander en ligne - si vous constatez comme moi son efficacité, vous pourrez rentabiliser les frais de port en le commandant en quantité.

Pour les tendinites déclarées, vous pouvez appliquer du Flector en traitement ponctuel. C'est un antalgique et anti-inflammatoire efficace disponible en pharmacie sans ordonnance, mais il ne faut surtout pas l'utiliser à jet continu - si les douleurs persistent et que les autres solutions ne suffisent pas, filez chez le médecin.

périostite, périostesemelles orthopédique.jpg
Et pour les périostites

Une périostite est une inflammation du périoste, la membrane qui recouvre les os. La plus fréquente est la périostite tibiale, souvent causée par des sports comme la course à pied, particulièrement sur surface dure et/ou avec de mauvaises chaussures. Si vous êtes concerné, commencez par consulter un médecin ou un podologue : vous avez peut-être besoin comme moi de semelles orthopédiques.

Mais même en arrêtant le sport et en portant des chaussures et semelles adaptées, la périostite peut mettre un bon moment à guérir. La première fois que j’ai eu le problème, quand je m’entraînais pour le bac en 2009, je n’ai pas pu recourir pendant deux bons mois (et j’ai donc été dispensée d’épreuve de sport) même après qu’on m’ait prescrit des semelles, et j'ai longtemps eu mal en marchant. La seconde fois, cet automne, la périostite n’a pas été causée par la course mais par une marche déséquilibrée et sans semelles (après que mon petit orteil ait été fêlé suite à un choc, je boitais donc un peu et j’ai dû retirer mes semelles pour que mes chaussures soient moins serrées). En seulement deux jours, mon tibia commençait à me faire mal, et j’ai reconnu la douleur de la périostite. J’ai réussi à m’en sortir en moins d’une semaine avec deux solutions simples, en plus de l’application de froid et de gaulthérie que j’avais déjà utilisée la première fois mais que j’ai commencée plus rapidement cette fois.

Il s’agit, d’une part, d’enrouler un sparadrap (ou un scotch) autour du mollet à peu près à mi-hauteur, et un autre quelques centimètres plus haut. Pas trop serré, mais pas trop lâche, il évite que les muscles subissent trop de secousses en marchant. C’est un truc utilisé par les sportifs quand ils reprennent la course après une périostite, mais ça marche très bien en toutes circonstances. Vous pouvez aussi porter un plus gros bandage autour du tibia ou des bas de contention, mais attention à ne pas trop le comprimer.

D’autre part, essayez d’étendre votre jambe le plus souvent possible. La position genou plié me crispait, alors j’ai trouvé moyen d’étendre la jambe concernée sur un carton posé sous mon bureau, au travail, et sur une chaise, chez moi. Essayez d’en changer la position régulièrement pour bien étirer tous les muscles. Vous pouvez aussi masser la jambe, pas en appuyant sur la zone enflammée du tibia, mais les muscles du dessous de la jambe sont souvent crispés et les masser peut soulager la douleur.

Dans tous les cas évitez de reprendre le sport avant que la douleur n’ait disparu ! Vous risqueriez de repartir à zéro.

ostéo, ostéopathe, ostéopathie
Et si ça ne suffit pas…

Vous pouvez également aller voir un ostéopathe qui, contrairement à un masseur ou à un kiné (qui fait de la rééducation), pourra remettre en place des éléments décalés. Parfois les problèmes apparaissent à un endroit mais la source est tout autre ; par exemple, une ostéopathe consultée récemment a beaucoup soulagé mes problèmes récurrents de dos et de poignets en seulement deux séances, en travaillant essentiellement sur mon bassin, mon cou (les membranes qui entourent la thyroïde étaient tendues, ce qui est apparemment courant quand on a des problèmes de thyroïde), et mes mâchoires (que je crispe beaucoup la nuit). Bien sûr le travail est à continuer pour moi avec des massages réguliers des mâchoires et du cou, et des efforts sur ma posture, en complément de ma pharmacie d’urgence quand un travail intensif sur ordi ou le stress relancent les douleurs. L'ostéopathie n'est pas remboursée par la sécu, mais certaines mutuelles la prennent en charge.

Et vous, avez-vous d'autres astuces à partager ?

mercredi 14 janvier 2015 Publié dans Santé | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi 06 décembre 2014

Pharmacie d’urgence anti-rhumes : mise à jour

En 2011 j’avais publié une liste de remèdes sans prescription pour tuer dans l’œuf rhumes, laryngites, rhino-pharyngites et autres grippes sans passer par la case antibiotiques. Depuis lors j’ai découvert quelques petites choses et j’ai donc adapté ma pharmacie d’urgence, je vous en fais à présent profiter à une saison où les nez qui coulent et les maux de gorge commencent à se multiplier.

rhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinalerhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinalerhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinale

Premier réflexe : thym, miel et réglisse.

Comme je le disais déjà en 2011, le thym et le miel sont des antibiotiques et antiseptiques naturels. Ils s’accordent très bien en infusion (le mieux est d’acheter du thym frais sur les marchés ou dans les magasins bios, mais il existe aussi en sachets de tisane). Si vous devez sortir, préparez-vous un thermos d’infusion, à consommer tout au long de la journée ! Non seulement cela soulage immédiatement le mal de gorge, mais cela aide à soigner le rhume.

Autre découverte depuis lors : le pouvoir de la réglisse ! Contre les infections, notamment respiratoires, les maux de gorge et la toux, mais aussi les allergies (et bien d’autres, comme l’explique par exemple cette page), elle est très efficace. Selon vos préférences, vous pouvez l’acheter en bonbon (rouleaux, bâtonnets, petits cubes style caramel…) à avoir sur vous pour en sucer en cas de grattements dans la gorge, mais aussi en racines séchées à faire infuser ou en teinture mère à verser dans l’eau, ou encore utiliser des sirops à la réglisse comme la marque Antésite.

La réglisse à très haute dose (50 g par jour soit 2 litres d’Antésite ou environ 10 paquets de bonbons) peut poser des problèmes d’hypertension voire d’arythmie cardiaque. Par acquit de conscience, vérifiez avec votre médecin si vous avez une tendance à ces maladies, et faites plus particulièrement attention au dosage si vous utilisez une teinture mère. Si au contraire vous faites des chutes de tension, la réglisse est un bon truc pour « remonter », sans abus bien sûr.

rhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinale

Homéopathie

Consultez mon article de 2011 pour tous les détails. Et attention, évitez de prendre au même moment homéopathie et phytothérapie par voie orale (par contre la phytothérapie par voie externe ne pose pas problème), ou encore de la menthe (notamment se brosser les dents avec un dentifrice mentholé) juste avant ou après l’homéopathie, car il peut y avoir des interactions.

En plus des remèdes dont je parlais en 2011, il y a bien sûr oscillococcinum qui est très efficace contre la grippe mais aussi la plupart des rhumes. En hiver, on peut faire une cure de prévention avec un petit tube par semaine, et en cas de début de rhume on peut en prendre plusieurs par jour pour le tuer dans l’œuf.

Avec l'homéopathie, il arrive de se sentir plus malade au début du traitement, n'arrêtez pas là, c'est le signe qu'il est en train d'agir. N'arrêtez pas non plus dès que les symptômes disparaissent, continuez un ou deux jours pour éviter une rechute immédiate.

rhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinalerhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinalerhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinalerhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinale

Phytothérapie

Contre infections et virus, utilisez deux ou trois gouttes d’arbre à thé et de niaouli en massage sur la zone douloureuse de la gorge ou sur les sinus (au-dessus des sourcils, sur les côtés du nez, et du nez aux pommettes) le cas échéant, ou encore à avaler dans une cuiller de miel (par contre le goût n’est pas extra).

Je vous parlais en 2011 de l’eucalyptus radiata, dont on peut verser quelques gouttes sur un col ou une écharpe avant de sortir, et dans un petit récipient d’eau posé sur votre radiateur, pour se protéger des microbes. En cas de sinusite ou simplement de nez bouché, il est également très efficace en massage sur les sinus (voir paragraphe précédent).

Enfin, en cas de toux grasse, de début de bronchite, utilisez la myrte (qu’on appelle aussi bien myrte rouge, myrte verte ou myrte à cinéole) là encore deux ou trois gouttes en massage sur votre gorge et votre poitrine et éventuellement dans une cuiller de miel (goût très fort).

rhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinale

Un antibiotique naturel : l’origan

Un rhume vraiment costaud, une bronchite qui démarre ? Si vous ne voulez ou ne pouvez pas consommer de médicaments antibiotiques mais que le reste de la pharmacie d’urgence ne suffit pas, vous pouvez tester l’origan. Notamment vendu en capsules par Pranarôm, il peut se prendre comme un traitement antibio et fonctionne très bien, il est particulièrement indiqué pour les voies respiratoires. Mais attention, si votre bronchite ne s’arrange pas significativement dans la semaine, vous aurez sans doute besoin de « vrais » antibios, consultez un médecin et ne laissez pas traîner, elle risque d'empirer.

rhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinalerhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinale

Pour le nez bouché : Vicks Vaporub en inhalateur & Prorhinel

Son célèbre grand frère en pommade dégage bien les voies respiratoires mais est un peu gras et salissant, et donc pas idéal quand on doit sortir, aller au travail etc. Il peut aussi s’utiliser en fumigation, mais là encore, difficile hors de chez soi. Mais ce petit tube, très pratique dans une poche ou un sac, vous permet d’inhaler du Vicks à tout moment en l’ouvrant, en le plaçant sous la narine et en inspirant fort.

N’oubliez pas pour autant le Prorhinel qui permet, lui, de désinfecter le nez – sinon le rhume se réinstallera tout seul. Les deux sont complémentaires. Contrairement au Prorinhel, l’inhalateur Vicks ne peut pas s’utiliser à volonté, il ne faut pas plus de 6 inhalations par jour et par narine.

rhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinale

Et si vous passez malgré tout par la case antibios… n’oubliez pas votre flore intestinale !

En effet, la flore intestinale est mise à rude épreuve par les antibiotiques ! Or elle est très importante pour l’équilibre de notre corps (et pas seulement du système digestif), ne la négligez pas. Pour la stimuler pendant et après le traitement, consommez des levures, dans des vrais yaourts (dans la composition desquels vous pourrez lire « lactobacillus » et/ou « bifidobactérium ») ou encore dans des compléments alimentaires probiotiques (idem).

rhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinale

Remarques concernant Mucomyst & Fluimucil, fluidifiants conseillés en 2011 :

Préférez si possible le Mucomyst au Fluimucil, qui contient de l'aspartame (faux sucre qui serait responsable de cancers voire d'accouchements prématurés). À moins que le saccharose, contenu dans le Mucomyst, ne pose problème avec votre état de santé... Dans ce cas vous n'avez guère le choix puisque les équivalents qui existent contiennent tous à ma connaissance soit l'un, soit l'autre. Vous pouvez alors peut-être le remplacer par la myrte qui tient à peu près le même rôle...

rhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinale

Dans tous les cas, si vos symptômes persistent, mieux vaut aller voir un médecin !

Je signale aussi que tous ces conseils ne valent pas forcément pour les enfants, vérifiez bien les doses autorisées à différents âges sur les notices ou demandez à votre pharmacien. Prudence pour les femmes enceintes également : l’homéopathie est sans danger mais la phytothérapie peut parfois poser problème, notamment lorsque l’on mélange plusieurs plantes. Privilégiez plutôt les tisanes dans la mesure du possible, ou consultez un médecin pour éviter tout risque.

rhume, grippe, gorge, mal, maux, pharyngite, laryngite, bronchite, sinusite, rhinopharyngite, santé, malade, enrhumé, médecine, douce, alternative, homéopathie, phytothérapie, plante, plantes, thym, miel, réglisse, origan, myrte, niaouli, arbre à thé, huile essentielle, huiles essentielle, antibio, antibiotique, levure, flore intestinale

Enfin, n'oubliez pas les règles élémentaires de l'hygiène et de la civilité: on est en général contagieux dès les premiers symptômes et quelques jours après leur disparition, donc évitez si possible de côtoyer des personnes fragiles, ne faites la bise et ne serrez la main à personne, lavez-vous les mains très régulièrement, et gardez toujours sous la main un stock de mouchoirs ;)

Si ce genre d'article vous intéresse, j'en publierai peut-être d'autres, sur le traitement des toux sèches et grasses, les bronchites, et puis d'autres choses que l'on peut traiter avec la phytothérapie ou l'homéopathie : l'acné par exemple...