Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 février 2015

Bouillon de culture 29 : Religion et société

Liberté d’expression n.f.

Sens : liberté fondamentale politique qui consiste en la libre communication des pensées et des opinions et qui fait partie des droits reconnus par la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

Exemple : « Qu'est-ce que la liberté d'expression? Sans la liberté d'offenser elle cesse d'exister. » (Salman Rushdie)

Synonyme : libre communication des pensées et des opinions.

En anglais : freedom of speech, freedom of expression.

Dérivés : laïc, laïque.

 

Blasphème n.m.

Sens : discours jugé irrévérencieux ou offensant à l'égard du religieux, de ce qui est vénéré ou considéré comme sacré par les religions. Sens figuré : irrévérence ou offense à l’égard de toute chose jugée sacrée, inviolable.

Exemple : « Le blasphème n'est scandaleux qu'aux yeux de celui qui vénère la réalité blasphémée. » (Pierre Bayle, XIIème siècle)

À ne pas confondre avec : l’incitation à la haine raciale ou religieuse ou la diffamation qui, elles, peuvent être punies par la loi française, contrairement au blasphème qui n’est plus un délit depuis la Révolution.

Étymologie : du latin blasphemia (diffamation), du grec ἡ βλασφημία [blasphêmia], de βλάπτειν [bláptein] (injurier) et φήμη/φάμα [phếmê] ou [pháma] (parole, rumeur, réputation).

Dérivés : blasphémer, blasphémateur, blasphématoire.

En anglais : blasphemy.

Sur la même racine : de φήμη en passant par le latin fama : en anglais famous (célèbre), fame (renommée), en français fameux, diffamation, diffamatoire.

 

Laïcité n.f.

Sens : impartialité ou neutralité de l'État à l'égard des confessions religieuses ; principe de séparation entre l'État ou la société civile et les institutions religieuses ; neutralité religieuse, indépendance face aux religions.

Exemple : « La laïcité n’est pas seulement une réaction anticléricale, c’est une philosophie, une philosophie positive qui repose sur le socle des droits fondamentaux. […] Ils supposent un être de raison, capable de choix et d’engagements, […] qui accepte de confronter ses convictions et ses idées à celles des autres. » (Jacqueline Costa-Lascoux)

À ne pas confondre avec : l’athéisme ou l’absence de religion.

Étymologie : de laïc, n., ou laïque, adj. fém. et masc., (séculier, non religieux), du latin laicus (commun, ordinaire), du grec ancien λαϊκός [laïkós] (populaire, démocratique, laïque), de λαός [laós] (peuple, foule).

En anglais : le concept le plus proche est celui de « secularism », qui n’est pas tout à fait équivalent puisque la laïcité à la française nous est particulière.

Dérivés : laïque (adj. fém. et masc.) qui prend le nouveau sens de « conforme au principe de séparation de l’Église et de l’État ».

Sur la même racine : de λαός [laós] via λήιτον [lêiton] (maison du peuple) et λειτουργός [leitourgos] (ministre du culte, fonctionnaire) : liturgie.

 

Apostasie n.f.

Sens : Abandon volontaire et public d'une religion ; renonciation publique à une doctrine, à un parti.

Exemple : « Un Mauritanien a été condamné à mort pour apostasie après avoir écrit un article sur Mahomet et le système de castes, sujet sensible dans ce pays. » (à partir d’un article paru dans Le Monde en décembre 2014)

À ne pas confondre avec : blasphème.

Étymologie : du latin apostasia « action de se détourner de Dieu, de renier Dieu », du grec ancien ἀπόστασις [apostasis] (action de s’éloigner, défection, abandon), de ἀπό- (loin de), et στάσις (action de se tenir).

En anglais : apostasy.

Dérivés : apostasier, apostat.

Sur la même racine : de στάσις : statique. Le même radical indo-européen *steh (se tenir debout) donne notamment stand en anglais, ou en sanscrit स्था (sthā).

 

Satire n.f.

Sens : Écrit, propos, œuvre par lesquels on raille ou on critique vivement quelqu'un ou quelque chose, notamment les mœurs et les vices d’une société.

Exemple : « En droit français, le droit à la satire fait partie de la liberté d'expression, relevant du droit de la presse, et inclus le droit de caricaturer des personnes publiques, des dieux, quitte à être choquant ou blessant. »

Synonymes partiels : sarcasme, ironie, caricature.

À ne pas confondre avec : satyre (n.m.), dans la mythologie grecque demi-dieu mi-homme, mi-bouc, par extension exhibitionniste, pervers.

Étymologie : du latin satira ou satura, qui désignait au départ une poésie qui mélange plusieurs mètres, de satur, saturé.

En anglais : satire.

Dérivés : satirique.

Sur la même racine : saturé, saturation. Le radical indo-européen *sa (assez, satisfait) a aussi donné via le latin satis (assez) satisfait, satisfaction, satisfaisant et rassasier.

 

Sources :

Wikipédia

Wiktionnaire

Larousse

CNRTL

mercredi, 28 janvier 2015

Poème : Marianne et Charlie

Un poème rédigé les 22 et 23 janvier, qui m'a été inspiré par les événements récents. J'ai ressenti le besoin de retourner aux racines pour comprendre (et expliquer) ce qui dans mon histoire familiale a façonné mon point de vue sur les religions et la laïcité.

J'en profite pour expliquer la fin du poème : je ne me sens pas vraiment républicaine, je suis plutôt démocrate dans l'âme (je suis d'ailleurs pour une démocratie plus directe ou au minimum vraiment représentative), et j'applique à la politique la même méfiance qu'à la religion en ce qui concerne l'allégeance inconditionnelle à un groupe. La République, ça ne me parlait donc pas trop. Mon prénom, Marianne, je ne l'associais pas au symbole de la République (sauf dans mes souvenirs de plaisanteries d'école primaire). Patriote, je ne le suis pas pour deux sous. Ce qui n'empêche pas que je me sente française, et ces derniers temps, fière d'être française, car même si certaines réactions m'ont déçue, dans l'ensemble j'ai été agréablement surprise.

crayon, guidant, peuple, rassemblement, république, nation, stéphane, mahé, reuters, le crayon guidant le peuple, tableau, drapeau, statue
                                                                                        Stéphane Mahé (Reuters)

Familles catholiques tranquilles
Du côté de mes grands-parents,
Tous croyants, plutôt pratiquants,
Ceux des villes comme ceux des champs.
Études scientifiques pour mes parents
Avec leur foi tranquillement,
Sans faire de bruit, sans faire de vent,
Ils ont éduqué leurs enfants.

Tant de livres à la maison,
Dicos, magazines, romans,
Des qui expliquent les religions,
Des qui expliquent l’évolution.
Baptisée mais sans communion,
L’église seulement de temps en temps,
Avec Dieu notre relation
N’a pas besoin de démonstration.

Remue-méninges adolescent ;
Amie agnostique, échanges passionnants,
Je me fabrique mes convictions.
Symbolique, la résurrection ?
Quand je l’annonce à mes parents,
Ils me disent que pour eux aussi.

Puis remue-méninges pour mon frère,
Il lit la Bible, le Coran,
Il farfouille sur la webosphère
Et nous annonce qu’il est athée.
Quelques discussions animées ;
Sans Dieu aussi, dur d’être tolérant.

Mais l’amour dépasse les religions ;
L’intelligence, les traditions.
Ma grand-mère à quatre-vingt ans
Sait dire quand elle trouve les papes cons
D’interdire toute contraception
Quand le monde en souffre tellement.

Et puis un jour, Charlie Hebdo.
J’entends tant parler de blasphème
Chez presque toutes les religions,
Et voilà que je comprends
Pour quelles valeurs ils se battaient ;
Je comprends la chance que j’ai,
Moi, pas tellement républicaine,
Que mes parents m’aient élevée... Marianne.

crayon, guidant, peuple, rassemblement, république, nation, martin, argyroglo, tableau, drapeau, statue
                   Martin Argyroglo (photographe indépendant)