Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 mai 2016

Armoiries de Clo - Même pas peur des dragons

Nouvelles armoiries, réalisées pour l'anniversaire d'une amie (avril 2016).

blason, héraldique, écu, armoiries, heraldry, coat of arms, chat, cat, dragon, musique, music, dessin, drawing, pencil, brush, crayon, pinceau, clé de sol, clef de sol, treble clef, G-clef, angelica, angélique, bleuet

Tiercé en pairle de carnation, d’or et de gueules, accompagné à dextre d’un crayon et d’un pinceau passés en sautoir du troisième, chapés et chaussés de fer et de carnation, et à senestre d’une clef de sol du deuxième. L'écu surmonté d’un visage féminin du premier criné de sable et dissimulé par un masque vénitien de gueules et d’or, qu’entourent deux dragons en vol des mêmes. Soutenu par des fleurs d’angélique d’argent et de sinople et de bleuets d’azur, et supporté par deux chats rampants, l’un de tanné et de sable et l’autre des mêmes et d’argent.  Surmontant l’écu, un listel du même portant le cri « Par Saint Georges ! » d’azur, et surmontant la suite du cri « Même pas peur des dragons » de sinople. Sous l’écu, un listel du premier portant la devise « La liberté commence où l’ignorance s’arrête » d’or.

Rouge : joie

Or : lumière

Bleu : loyauté, liberté

Vert : espoir

Bleuet : délicatesse, timidité

Angélique : inspiration

Dragon : persévérance

Masque vénitien : costumes, théâtre

Citation de Victor Hugo.

mercredi, 17 février 2016

Charlie, Aylan, Cologne, et le cimetière de Méditerranée

Cela fait un bon moment que je n’ai pas publié un article de réflexion, pas trop le temps en ce moment ! Mais là j’ai quelques minutes devant moi et des choses à dire, donc je prends le temps de compiler et d'adapter l’essentiel de débats et discussions que j’ai eues récemment au sujet d’un dessin de Charlie Hebdo.

Si vous ne savez pas duquel je parle, vous avez beaucoup de chance, car tous les « médias » Internet en ont fait leur buzz le mois dernier. Il s’agit d’un dessin représentant en haut à gauche le petit Aylan, enfant kurde syrien mort noyé l’an dernier pendant la traversée de la Méditerranée, et dans le dessin principal, « ce qu’il aurait pu devenir » s’il avait grandi : « tripoteur de fesses en Allemagne ».

Scandale, choc, stupéfaction : Charlie ferait donc dans l’humour noir voire morbide, et d’un goût bien particulier ? Le Point, Paris Match et autres BFMTV se sentent obligés de diffuser partout ce dessin et notamment de le montrer au papa du petit Aylan, qui n’avait rien demandé à personne et en a pleuré. Le Figaro notamment fait preuve d’un peu plus de recul (ici), mais dans l’ensemble cela reste au niveau du constat des réactions, sans explication. Même chose dans les médias internationaux, qui s’offusquent la plupart sans comprendre le 2ème (voire 3ème degré)… Résultat, des débats houleux entre les pro Charlie qui prennent les autres de haut car eux, ils ont compris la blague, et les anti Charlie pour qui « là, ils vont vraiment trop loin » et la liberté d’expression n’excuse pas tout.

charlie, hebdo, liberté, expression, aylan, dessin, caricature, cologne, tripoteur, fesses, allemagne, scandale, polémique, riss, luz, plantu, choc, choqué, degré, satire, vitriol

Premier point : la ligne éditoriale de Charlie est d'aller TOUJOURS trop loin. Ils n'épargnent rien ni personne, rien n'est sacré. Le mauvais goût et les rapprochements de choses qui n'ont aucun rapport, c'est leur marque de fabrique ! Le principe, c'est de choquer et de faire réfléchir. Ça peut surprendre en venant des autres médias, tous plus aseptisés les uns que les autres... Et il y a certains de leurs dessins que je trouve juste choquants sans que ça me fasse particulièrement réfléchir, ça dépend des jours, ça dépend des sujets, et ça changera d’une personne à l’autre... Mais en résumé, ça ne sert pas à grand-chose d'en ouvrir un exemplaire si ce genre d'humour vous heurte ou vous blesse vraiment !

Malheureusement, maintenant qu'ils sont très médiatisés, tous les journaux reprennent leurs dessins les plus choquants et les analysent au 1er degré, allant jusqu'à les montrer au papa d'Aylan qui ne peut évidemment qu'en pleurer, ne comprenant pas les intentions qu'il peut y avoir derrière...

Alors que justement, il s’agit pour moi d’une caricature hilarante au 3ème degré, sur les raccourcis et les préjugés ! Je le trouve hilarant autant qu'il fait pleurer ce dessin : il m'évoque tous ces Européens qui essuyaient une larme devant leur télé en voyant Aylan mort sur une plage, et qui quelques mois plus tard, non seulement n'ont pas bougé pour aider tous les autres enfants comme lui, et pourquoi pas leurs parents tant qu’on y est (combien sont morts depuis ?), mais en plus se replient sur eux dès qu’on leur donne un prétexte, j’ai nommé les agressions à Cologne à la Saint Sylvestre. Comme si les viols n'existaient pas en Europe avec ou sans migrants, comme si on s'imaginait auparavant que tous les migrants seraient forcément des anges, et que finalement ils étaient tous des prédateurs ! Ce passage du « oh pauvre petit chou, il avait toute la vie devant lui ! » à « renvoyez-les tous chez eux, ils ne sont pas comme nous ! », voilà où se situe la dissonance, l’hypocrisie, voilà où doit se glisser l’humour engagé.

D’ailleurs, Plantu, qui fait pourtant dans le beaucoup moins trash que Charlie, défend aussi ce dessin : ici.

Pour autant, je comprends parfaitement que ça puisse heurter. Le dessin est fait pour choquer, entre la situation elle-même, le rappel d’Aylan noyé (même si la photo a beaucoup circulé, cela reste forcément marquant), le physique caricatural des « tripoteurs »... Et tous ces éléments qui participent selon moi à la satire et à l’électrochoc qu’il veut provoquer, peuvent aussi, c’est sûr, susciter l’émotion et la tristesse chez les plus sensibles et les moins habitués à ce type d’humour. C’est leur droit le plus élémentaire d’être peinés, blessés, choqués. Mais cela ne veut pas dire à mon sens que les dessinateurs doivent forcément édulcorer leur vitriol…

Après une autre polémique, toujours sur un dessin d’Aylan par le dessinateur Riss (celui avec McDo, « si près du but »), un autre dessinateur de Charlie, Luz, avait écrit : « Tu fais partie des millions de ‟nouveaux lecteurs” qui ont découvert Charlie en même temps que son humour après les attentats de janvier dernier. On n'avait jamais imaginé que tu t'intéresserais à notre travail, toi qui habite à des milliers de kilomètres de la rédaction, loin si loin de la tradition satirique de notre pays, toi qui n'a jamais été baigné dans l'humour de Desproges, de Reiser, de Topor, de Cabu, de Charb… ». Il touche notamment au problème culturel. Beaucoup en France ont été exposés d’une façon ou d’une autre (certes plutôt avant la vague de politiquement correct) à ce type d'humour noir, qui ne respecte rien, satirique à la mode anarchiste, historiquement très français. Ceux-là peuvent être choqués tout en le relativisant et même en en riant, alors que d’autres, ailleurs dans le monde comme en France d’ailleurs, pour qui le simple fait de dessiner la mort peut être considéré comme tabou, ne voient simplement pas le 2ème degré derrière l’émotion ou l’horreur qui les saisit, ou s’ils le voient, n’en voient pas forcément l’intérêt.

L’intérêt, pour moi, c’est de secouer le cocotier, de donner un coup de pied dans la fourmilière. Amuser les gens, en soi, c’est facile. Prenez un mec qui se casse la figure au ralenti, tout le monde est mort de rire. Mais les faire réfléchir, les faire remettre en question leurs opinions à peine conscientes, leurs préjugés et leurs idées préconçues, ça, c’est compliqué. Et c’est précisément ce que permet selon moi ce type d’humour qui nous met face à nos contradictions. Alors non, ce n’est pas tendre, c’est même violent. C’est irrévérencieux et blasphématoire, souvent. Mais à un moment donné, il faut bien que quelqu’un se charge de mettre les pieds dans le plat quand tous les autres s’auto-congratulent de leur compassion tout en laissant la Méditerranée engloutir des milliers de personnes (environ 10 000 depuis 2008, d’après les chiffres du Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU)... Soit dit en passant, on accuse Riss d'exploiter l'image d'Aylan car ce n'est pas son premier dessin le représentant, et cela ne semble choquer personne que la vraie photo du corps inanimé d'un enfant de trois ans, la tête dans l'eau, ait fait le tour de la planète et soit ressortie régulièrement pour faire pleurer les chaumières...

On accuse Charlie Hebdo de semer la haine. Malheureusement je crois que la haine est souvent déjà là, cachée... Vaut-il mieux faire comme si elle n'existait pas et essayer d'éviter de la réveiller, quitte à renoncer à toute liberté d'expression ? Je ne sais pas. Pour moi, il est sain d'être confronté à toutes sortes d'opinions pour former son esprit critique... Et l'humour noir a une place dans mon cœur, comme une espèce de fou du roi qui se moque de lui derrière son dos... Un rôle toujours aussi dangereux, comme on a malheureusement pu le constater.

Et il faut arrêter avec cette idée que parce qu’ils ont été victimes d’un attentat, on ne peut rien dire contre eux. Ils ont le mérite d’être assez seuls sur ce créneau, avec aussi le Canard Enchaîné. Pour autant, évidemment, on a le droit de ne pas être d’accord avec Charlie, et d’exprimer ses opinions à leur sujet – c’est ça aussi la liberté d’expression ! Mais les museler ou attendre d’eux un humour gentillet ne sera jamais une solution. D’abord, parce que si une fatwa et les kalachs ne les ont pas arrêtés, je crois qu’il n’y a pas grand-chose qui peut le faire. Et ensuite, parce que quand on se sent agressé par une opinion, la solution est rarement de mettre un poing dans la figure de celui qui l’a énoncée (et cela, même quand il s'agit d'une insulte, désolée Saint Père). La solution, c’est soit de se demander si on se sent agressé parce qu’on se sent mal à l’aise avec notre propre opinion... soit simplement de l’ignorer !

Pour finir, je conseillerais à ceux d’entre vous qui ne connaissent Charlie Hebdo que par l’intermédiaire d’autres médias, d’ouvrir le magazine ou de consulter leur site internet ne serait-ce qu’une seule fois, un jour où vous êtes tranquilles et d’humeur stable, en vous préparant à être choqué. Il y a de très bons articles de fond, très bien écrits et souvent pertinents, notamment les articles d’investigation, qui même quand on n’est pas d’accord explorent les sujets plus en profondeur que la plupart des journaux « sérieux ». Et il y a aussi beaucoup de dessins. Sans doute trouverez-vous 50 % d’entre eux inutilement choquants, et il est fort probable que vous ne compreniez pas l’humour de 25 % de plus, parce qu'il y en a pour tous les goûts. Mais comme les dessinateurs sont justement très éclectiques, je parierais qu’au moins un quart vous fera rire aux éclats. Et réfléchir. Ils avaient notamment récemment un dessin hilarant sur la visite de Rohani en Italie, avec la fameuse histoire de « cachez-moi ces statues que je ne saurais voir » (mais je ne peux pas l’inclure ici sans risquer les foudres de la police des mœurs internautiques, car il est assez… cru).

Et si ce n’est vraiment pas votre truc, eh bien, vous n’aurez plus qu’à éviter comme la peste BFMTV et consorts. Ce qui est de manière générale plutôt bon pour la santé du ciboulot.

samedi, 10 octobre 2015

Dessin : Fashion attitude

fashion, attitude, mode, dessin, drawing, marker, feutre, stylisé
Août 2015 - © mari6s

samedi, 26 septembre 2015

Stars des archives n°28

Un poème : Où as-tu disparu ?

...
Mon amie, camarade, où as-tu disparu ?

Serais-tu en balade en m’oubliant ici
Qu’est-ce que cette charade, que je ne te voie plus ?
...

Une réflexion : la lutte des classes & l'espérance de vie

...
On n’est pas tous égaux devant la Faucheuse. Ce n’est pas nouveau, mais
récemment, l’espérance de vie des plus pauvres a commencé à reculer.

...

Une sélection de citations : Portrait de femme

...
« She made broken look beautiful
And strong look invincible »
...

Un puzzle musical : n°21 A song for your heart & the last words you said

...
Et peut-être que c’est fini, mais cela ne s’arrête pas là, tu sais je te cherche
du regard le matin, je sens toujours ta peau dans mes rêves.

...

Un bouillon de culture : n°28 Conditions

...
The last straw vient du proverbe « it’s the last straw that breaks the camel’s back »
(c’est le dernier brin de paille qui casse le dos du chameau)
...

Un j’ai vu j’ai lu j’ai entendu : Scarlet

...
Le style et le langage sont délicieusement authentiques : Scarlet raconte comme elle parle, ce qui permet de se plonger totalement dans l’histoire. Et cela n’empêche pas le style d’être aussi poétique, avec de belles métaphores et un rythme agréable.
...

Une fiche de mes listes : 100 years of beauty

100, years, beauty, cut video, cut, iran, world, monde, beauté, fashion, mode, femme, woman

Un dessin : Remember who the enemy is

remember, enemy, katniss, hunger games, souvenir, souviens-toi, ennemi, flèche, arrow, arena, arène, révolution, revolution, dessin, drawing, painting, peinture

Un graphisme : Balance

balance, libra, dessin, scales, weighing, soupeser, zodiaque, zodiac, signe, sign

Une sélection de photos : Minettes au jardin

minette, chatte, chat, cat, jardin, backyard, pelouse, grass, herbe

..°..°..

Merci de ne pas réutiliser des éléments cités dans cet article sans avoir vérifié dans l'article original (auquel mène le lien) qui est l'auteur et sous quelles conditions la réutilisation, citation ou modification est autorisée. Si vous avez un doute n'hésitez pas à me contacter !

mercredi, 23 septembre 2015

Draw this again : Poumpidoum

Une nouvelle réinterprétation d'anciens dessins. On voit clairement les évolutions... Notamment au niveau de l'anatomie ! Je suis très contente de l'expression du visage.

draw,again,draw this again,deviantart,poumpidoum,fée,fairy,dessin,drawing,poumpidou

draw, again, draw this again, deviantart, poumpidoum, fée, fairy, dessin, drawing, poumpidou
© mari6s

samedi, 05 septembre 2015

Dessins : héroïnes Disney

Peintures aquarelle et acrylique réalisées en 2013 ! Je comptais compléter la série avec par exemple Ariel et Jasmine, mais je n'ai pas eu le temps et l'inspiration depuis. Cela viendra je l'espère bientôt ! En attendant, les voici.

L'idée qui m'est venue en cours de route est de les peindre en action. Pour Belle ce n'est pas tout à fait ça, et même si je ne suis pas mécontente du résultat et notamment de son expression, je la redessinerai peut-être plus en mouvement.

dessin, peinture, drawing, painting, art, disney, princess, princesse, character, personnage, belle, esmeralda, mulan, pocahontas

dessin, peinture, drawing, painting, art, disney, princess, princesse, character, personnage, belle

dessin, peinture, drawing, painting, art, disney, princess, princesse, character, personnage, pocahontas

dessin, peinture, drawing, painting, art, disney, princess, princesse, character, personnage, mulan

© mari6s

mercredi, 20 mai 2015

Draw this again : évolutions de style

J'aime beaucoup revisiter certains de mes dessins. Avec le temps, on améliore sa technique (et notamment le réalisme de l'anatomie !) mais encore plus intéressant, on voit les choses différemment.

Tous ces "draw this again" étaient à l'origine dessinés sur modèle, c'est comme ça que j'ai commencé à dessiner quand j'avais 14-15 ans. Leur réinterprétation quelques années plus tard s'éloigne souvent un peu plus de l'univers de leur auteur pour entrer dans le mien.

draw this again, draw, again, dessin, meme, fée, danseuse, dance, fairy
Un de mes premiers dessins revisités. En un an on voit déjà une évolution au niveau de l'anatomie (taille et buste, visage, main) et de l'équilibre de la composition (ailes) et puis l'apparition de tactiques pour cacher mes difficultés (jupe rallongée pour ne pas s'embêter avec les genoux...

draw this again, draw, again, dessin, meme, fée, fairy, sphere, sphèreUne fée un peu moins anorexique, et en l'occurrence, privée de ses ailes pour mieux me concentrer sur le personnage en lui-même. Une belle évolution au niveau des ombres, de l'anatomie (épaules, cuisses) ainsi que du visage.

draw this again, draw, again, dessin, meme, mode, fashion, dior, elegant, élégance
Choix du type de peinture plus adapté aux couleurs bien prononcées, meilleure technique d'aplat de couleurs, physique moins fidèle à la taille de mannequin du modèle (défilé Dior) et avec plus de formes.

draw this again, draw, again, dessin, meme, prêtresse, priestess, waiting, wait, attente
En redessinant cette grande prêtresse, j'ai simplement commencé par la rendre plus réaliste (et il y avait du boulot : poitrine, taille, hanches...), mais en cours de route, je me suis aperçue que je la rendais plus vulnérable (notamment avec la courbure des épaules) et j'ai donc décidé de continuer dans cette direction avec l'expression du visage et la main, qui au lieu de tenir un sceptre, semble suspendue dans un geste incertain. Demande-t-elle d'arrêter ? D'attendre ?

draw this again, draw, again, dessin, meme, pirate, ship, navire, flibustier, corsaire, femme, woman, female, privateerLes deux premières versions de cette pirate datent toutes deux de 2008 et sont assez proches l'une de l'autre, avec notamment une incohérence anatomique frappante - essayez de prendre cette position pour voir, le buste est complètement absurde. Pour la version 2013, j'ai commencé par rectifier la position (du coup elle se tient presque droite, je la recréerais peut-être avec un léger déhanché dans quelques temps...) et j'ai ensuite souhaité lui donner plus de vie avec de la couleur et un décor.

mercredi, 04 mars 2015

Stars des archives n°26

Un poème : How can I trust you anymore

Une réflexion : La minute Charlie

Une sélection de citations : L’histoire de nos vies

Un puzzle musical : n°16 Finding love with someone who’s loving me

Un bouillon de culture : n°26 Médisances

Un j’ai vu j’ai lu j’ai entendu : Veronica Mars le film

Une fiche de mes listes : Google Translate Sings

Un dessin : Dessine-moi un crayon

Une sélection de photos : Perruches callopsittes

mercredi, 18 février 2015

Dessin : Du premier degré

premier degré, humour, prophète, religion, dieu, moïse, jésus, mahomet, tuer, tu ne tueras point, violence, commandement, dessin

mercredi, 05 novembre 2014

Dessin : La mythologie au féminin - Chimères

Cette série, que j'appelle affectueusement les « nénés mythologiques » (surnom inventé par mon frère lorsque je l'ai consulté sur les dessins, en raison de la nudité partielle qui est simplement motivée par le fait que je trouvais artificiel d'ajouter une feuille de laurier ou un bout de tissu judicieusement placé), est née pendant l'été 2014. Je comptais attendre les versions finies et peintes pour les publier, mais comme cela tarde un peu je me suis dit que les croquis seraient déjà mieux que rien... et l'occasion pour vous de me donner votre avis !

J'ai commencé par une sirène, puis j'ai eu envie de revisiter d'autres chimères au féminin, avec une « centaurette » (j'attends vos suggestions pour un plus joli nom) et une « minogazelle ». Je compte à terme en dessiner d'autres, inspirées du griffon, du loup-garou, de la vouivre, de la harpie et/ou du sphinx, en fonction de l'inspiration. Je veux aussi les reproduire sur un plus grand support et les mettre en couleur, probablement à l'aquarelle.

DSC09114.JPG

centaure, centaur, centaurette, femme, woman, female

minotaur, minotaure, female, femme, woman, gazelle, antilope, antelope

Images © mari6s