Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 novembre 2014

Citations : Tant de livres à écrire

“If there's a book that you want to read, but it hasn't been written yet, then you must write it.”
(Toni Morrison)

“Writing is a socially acceptable form of schizophrenia.”
(E.L. Doctorow)

“We write to taste life twice, in the moment and in retrospect.”
(Anaïs Nin)

“By now, it is probably very late at night, and you have stayed up to read this book when you should have gone to sleep. If this is the case, then I commend you for falling into my trap. It is a writer's greatest pleasure to hear that someone was kept up until the unholy hours of the morning reading one of his books. It goes back to authors being terrible people who delight in the suffering of others. Plus, we get a kickback from the caffeine industry...”
(Brandon Sanderson)

“You must stay drunk on writing so reality cannot destroy you.”
(Ray Bradbury)

“There is nothing to writing. All you do is sit down at a typewriter and bleed.”
(Ernest Hemingway)

“This is how you do it: you sit down at the keyboard and you put one word after another until it’s done. It's that easy, and that hard.”
(Neil Gaiman)

“You have to write the book that wants to be written. And if the book will be too difficult for grown-ups, then you write it for children.”
(Madeleine L'Engle)

“Make up a story... For our sake and yours forget your name in the street; tell us what the world has been to you in the dark places and in the light. Don't tell us what to believe, what to fear. Show us belief's wide skirt and the stitch that unravels fear's caul.”
(Toni Morrison)

“We who make stories know that we tell lies for a living. But they are good lies that say true things, and we owe it to our readers to build them as best we can. Because somewhere out there is someone who needs that story. Someone who will grow up with a different landscape, who without that story will be a different person. And who with that story may have hope, or wisdom, or kindness, or comfort. And that is why we write.”
(Neil Gaiman)

écrire, livre, write, book, writing, écriture, écrivain, writer, gaiman, morrison, bradbury, nin, l'engle, hemingway, sanderson, doctorow

« S’il y a un livre que tu souhaites lire mais qui n’a pas encore été écrit, alors c’est à toi de l’écrire. »
(Toni Morrison)

« L’écriture est une forme socialement acceptable de schizophrénie. »
(E.L. Doctorow)

« On écrit pour goûter la vie deux fois : dans l’instant et rétrospectivement. »
(Anaïs Nin)

« À l’heure qu’il est, on doit être au milieu de la nuit et vous avez veillé pour lire ce livre au lieu de dormir.  Si c’est le cas, alors je vous félicite d’être tombé dans mon piège. Il n'y a pas plus grand plaisir pour un écrivain que d'apprendre que quelqu'un est resté éveillé jusqu’à des heures qui n’ont pas de nom pour finir l'un de ses livres. On en revient à la nature détestable des écrivains, qui se délectent des souffrances d’autrui. Et puis il faut dire que l'industrie du café nous graisse la patte... »
(Brandon Sanderson)

« Il te faut rester ivre d'écriture pour éviter que la réalité ne te détruise. »
(Ray Bradbury)

« Écrire n’a rien d’exceptionnel. Il suffit de s’asseoir devant une machine à écrire, et de saigner. »
(Ernest Hemingway)

« Voilà comment ça marche : on s’assoit devant un clavier et on met un mot après l'autre jusqu’à la fin. C'est aussi simple que ça, et aussi difficile. »
(Neil Gaiman)

« Il faut écrire le livre qui veut être écrit. Et si ce livre est trop difficile pour les adultes, alors on l'écrit pour les enfants. »
(Madeleine L'Engle)

« Invente une histoire… Dans notre intérêt et dans le tien, oublie ton nom dans la rue ; raconte-nous comment tu as vu le monde dans les lieux les plus sombres et en pleine lumière. Ne nous dis pas ce qu'il faut croire, ce qu'il faut craindre. Montre-nous les larges jupons de la confiance et le fil qui défait le tricot de la peur. »
(Toni Morrison)

« Nous, qui créons des histoires, savons que nous gagnons notre vie en racontant des mensonges. Mais ce sont de bons mensonges qui énoncent des vérités, et nous devons à nos lecteurs de les bâtir du mieux que nous pouvons. Car quelque part dans ce monde, quelqu'un a besoin de cette histoire. Quelqu’un qui grandira dans un paysage différent, qui sans cette histoire sera une autre personne. Et à qui cette histoire pourrait apporter espoir, sagesse, affection ou réconfort. » Voilà pourquoi nous écrivons. »
(Neil Gaiman)

écrire, livre, write, book, writing, écriture, écrivain, writer, gaiman, morrison, bradbury, nin, l'engle, hemingway, sanderson, doctorow

Toutes les traductions vers le français sont de moi. Vous pouvez les réutiliser si elles vous plaisent, mais un petit lien vers mon blog serait le bienvenu.

mercredi, 27 février 2013

J'ai lu... L'étrange vie de Nobody Owens (Neil Gaiman)

The Graveyard Book, en anglais, est un roman fantastique pour jeunes adultes de Neil Gaiman, qui est également l'auteur de Neverwhere. J'avais lu ce roman pour mon cours de littérature science-fiction/fantasy en Californie, je vous en parlerai peut-être un de ces jours. En tout cas, je vous le recommande, c'est un bouquin génial qui m'a donné envie de savourer un peu plus de l'humour et de l'imaginaire de Gaiman.

graveyard,book,neil,gaiman,nobody,owens,étrange,vie

L'étrange vie de Nobody Owens commence lorsqu'à deux ans, il échappe à l'assassin qui vient de tuer ses parents et sa soeur et entre dans un cimetière. Il est alors recueilli par les habitants des lieux - oui, les défunts. Le couple Owens l'adopte et le baptise Nobody (diminutif, Bod), et le mystérieux Silas, qui n'est ni tout à fait mort, ni tout à fait vivant, et peut sortir du cimetière contrairement aux fantômes, l'approvisionne en nourriture puis organise son éducation.

Mais l'assassin est toujours à la recherche de Bod, qui semble faire peur à bien du monde.

graveyard,book,neil,gaiman,nobody,owens,étrange,vie

"It is going to take more than just a couple of good-hearted souls to raise this child. It will," said Silas, "take a graveyard."

"Il faudra bien plus que quelques âmes généreuses pour élever cet enfant. Il faudra, dit Silas, tout un cimetière." *

graveyard,book,neil,gaiman,nobody,owens,étrange,vie

A travers l'évolution de Bod, l'on découvre une multitude de pépites d'humour et de philosophie, tournant bien sûr autour de la vie et de la mort. Par exemple:

"There are always people who find their lives have become so unsupportable they believe the best thing they could do would be to hasten their transition to another plane of existence."
"They kill themselves, you mean?" said Bod. [...]
"Indeed."
"Does it work? Are they happier dead?"
"Sometimes. Mostly, no. It's like the people who believe they'll be happy if they go and live somewhere else, but who learn it doesn't work that way. Wherever you go, you take yourself with you. If you see what I mean."

"Il y aura toujours des gens qui trouvent leur vie si difficile à supporter qu'ils se disent que la meilleure chose à faire serait de précipiter leur transition vers un autre plan d'existence.
- Tu veux dire qu'ils se suicident? demanda Bod.
- Effectivement.
- Est-ce que ça fonctionne? Sont-ils plus heureux une fois morts?
- Parfois. Mais pas le plus souvent. C'est comme ces gens qui s'imaginent qu'ils seront plus heureux en allant vivre ailleurs, puis comprennent que cela ne fonctionne pas comme ça. Où qu'on aille, on s'emmène avec soi. Si tu vois ce que je veux dire." *

graveyard,book,neil,gaiman,nobody,owens,étrange,vie

Quelle étrange vie en effet que celle de Bod, dont tous les proches sont des fantômes et qui ne sait pas grand-chose du monde des vivants, et tout simplement de la... vie. Il s'étonne que ses amis d'enfance ne grandissent pas avec lui et Silas lui explique:

"You're alive, Bod. That means you have infinite potential. You can do anything, make anything, dream anything. If you change the world, the world will change. Potential. Once you're dead, it's gone. Over. You've made what you've made, dreamed your dream, written your name. You may be buried here, you may even walk. But that potential is finished."

"Tu es vivant, Bod. Cela veut dire que tu as un potentiel infini. Tu peux tout faire, tout fabriquer, tout rêver. Si tu changes le monde, le monde changera. Le potentiel. Quand tu meurs, il disparaît. C'est fini. Tu as fait ce que tu as fait, rêvé tes rêves, gravé ton nom. Tu seras peut-être enterré ici, tu pourras peut-être même te déplacer. Mais ce potentiel a disparu." *

graveyard,book,neil,gaiman,nobody,owens,étrange,vie

Et puis ce roman est aussi une histoire de passage à l'âge adulte, de la transition de l'oisillon qui quitte le nid.

"If I change my mind can I come back here?" And then he answered his own question. "If I come back, it will be a place, but it won't be home any longer."

"Si je change d'avis, je pourrai revenir ici? demanda Bod avant de répondre à sa propre question. Si je reviens, ce sera un endroit, mais ce ne sera plus ma maison." *

* traductions personnelles qui peuvent différer de la version française publiée.