Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 avril 2015

Description n°31 : Pique-nique urbain

Je renoue avec la tradition des descriptions de passage après une longue interruption. Pas sûr que j'en publie d'autres avant longtemps, je ressens moins le besoin de m'exercer à la description qu'à l'époque où je les avais lancées et n'y reviens donc qu'au gré de scènes qui me marquent.

55 mots. Enjoy !

description, passage, décrire, pique-nique, urbain, ville, fleuve, rivière, eau, bord
Berges de la Seine (© mari6s)

Au bord du fleuve, oasis en cœur de ville, un homme assis sur un muret. Chapeau de cow-boy et pantalon de costume, il finit son déjeuner. Sac à pique-nique noir chic, reflet doré d’une bouteille de champagne presque vide. Les paroles d’une chanson folk s’évadent d’un petit poste radio et s’émiettent au gré du vent.

dimanche, 11 mai 2008

Descriptions de passage 3: la romantique & la caissière

Voici deux nouveaux portraits, datant du 7 mai. Ils font chacun 150 mots.

#_-_-#°#-_-_#

Une jeune fille dans une pharmacie. Silhouette mince et ondulée: les genoux en arrière, le bassin et le ventre en avant, les épaules et la poitrine en arrière.

Vêtue d'un jean délavé et d'un haut noir et blanc à petites fleurs psychédéliques, décolleté en V, un ruban de dentelle ajusté sous la poitrine.

Les cheveux mi-longs, raides, fins, châtain blond, retenus par un serre-tête. Le regard clair, presque transparent, sans doute bleu ou vert. Dans le vague.

Nerveuse, elle pianote doucement des doigts sur le bloc de papier blanc qu'elle porte au bras comme un bébé, et sur le mignon portefeuille en toile marron qu'elle tient le long de sa cuisse.

Un sac à main à l'épaule, beige avec des fleurs blanches et multicolores, et des brides marron. Des chaussures Kappa noires avec des touches de rose.

La vendeuse la sert, elle sort en fredonnant une petite mélodie.

#_-_-#°#-_-_#

Derrière la caisse à tapis roulant, elle glisse les articles sous la machine à biips, sans répit. Soupire et lève furtivement les yeux au ciel, derrière ses lunettes Dior à monture noire épaisse et carrée, quand un client récalcitrant l'exaspère.

Visage vaguement familier qu'on a déjà dû croiser, ici ou dans les rayons, mais auquel on n'a jamais vraiment prêté attention - trop préoccupé par ses achats, ses soucis.

Cheveux courts, auburn-rouge, une raie sage sur le cîté, le nez fin et droit, les lèvres discrètement ornées de gloss.

Uniforme du magasin, sorte de blouse rouge et blanche. Mains soignées qui se posent sur les produits à un rythme d'enfer, bagues aux doigts. Marques de bronzage sur ses bras fins, musclés.

"... €, s'il vous plaît. Merci, au revoir."

Et chacun reprend le fil de sa vie, on emmène les sacs et elle recommence son travail à la chaîne.

#_-_-#°#-_-_#

Voilà! Comme d'habitude, j'attends des commentaires!!!

#_-_-#°#-_-_#

textes de MOI

mercredi, 07 mai 2008

Descriptions de passage 2: le jogger & le papy à vélo (2-05)

Re-voici deux petits portraits! Des hommes cette fois-ci. Le premier compte 200 mots, le second, 100 seulement.

Plus affectueux peut-être que les précédents... A vous de voir.

#_-_-#°#-_-_#

Je marche. Il court. Je perçois le bruit de ses baskets sur les gravillons derrière moi, puis sa respiration rythmée, contrôlée. Il passe; croise mon regard quand il me remercie d'une voix un rien éraillée par l'effort, mais chaude, pour avoir écarté ma chienne de son passage; continue sa route d'une allure rapide.

Il porte un T-shirt large bleu-gris, qui accompagne tous ses mouvements. Les cheveux poivre et sel, plus de poivre que de sel pour l'instant, sauf sur les tempes. Des lunettes aux montures fines, de forme rectangulaire, sur son nez. Le visage et les bras assez bronzés, des rides d'expression assez marquées - il doit friser la cinquantaine, mais il a la forme.

Il porte des chaussettes et des baskets bleues et blanches, et il sautille autant qu'il court, impression renforcée par le short court bleu nuit qui allonge ses jambes, assez pâles.

Il est très grand, assez mince, et l'ensemble donne une allure un peu dégingandée quand il court, les bras, pliés, oscillant le long de son torse, les épaules se balançant et les jambes grignotant le terrain par ses sauts de géant.

Les ombres des arbres redessinent sa silhouette, puis il disparaît au tournant.

#_-_-#°#-_-_#

Crissement de roues sur le sol ; petite sonnette aiguë, joyeuse, avertissant de son passage.

Il déboule, si rapide qu'il m'envoie comme un vent sur le visage. Il pédale gaiement sur sa bicyclette, des airs de papy dynamique accrochés au porte-bagages.

Son jean et ses baskets confirment l'impression? Un T-shirt bleu. Des cheveux très blanc très ras.

Etincelle dans les yeux, sifflement guilleret aux lèvres. Je le regarde s'éloigner, pédalant comme une grenouille, les genoux écartés - sans doute son vélo est-il trop grand pour lui - appuyé de tout son poids sur ses bras, raides, cramponnés au guidon. Et il file.

#_-_-#°#-_-_#

Donnez votre avis s'il vous plaît! Un petit commentaire!

#_-_-#°#-_-_#

textes de MOI