Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 novembre 2016

Poème : Pont aux mille couleurs

Un poème écrit les 10 et 11/09/2016.

Pont aux mille couleurs
Au bout de l’horizon
Transparente lueur
Reine des illusions

          Rencontre du soleil
          Et des gouttes de pluie
          Au pays des merveilles
          Où l’averse s’enfuit

Il paraît qu’à son pied
On trouve des trésors
Mais si vous le suivez
Tout à coup il s’endort

                    Éphémère illusion
                    Qui soudain s’évanouit
                   Comme une apparition
                    Qui file dans la nuit

© mari6s - Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog

samedi 19 novembre 2016 Publié dans Mes écrits, Poèmes | Tags : poème, poésie, poem, poetry, arc-en-ciel, rainbow, pont, couleurs, multicolore | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi, 22 octobre 2016

Puzzle 44 : Hold On to the Beat of Breathing (spécial Regina Spektor)

En ce moment, j'écoute beaucoup Regina Spektor, c'est presque une obsession... Et à force de m'identifier ou de tomber en pâmoison devant presque une strophe sur deux, je me suis dit que cela mériterait bien un puzzle de chansons spécial rien que pour elle.

Et peut-être même que j'en ferai un autre ensuite avec les chansons que je n'ai pas pu placer ici.

Chansons utilisées (toutes de Regina Spektor) :

Blue Lips

Eet

Folding Chair

One More Time With Feeling

Machine

Two Birds

You took a step but then felt tired, you said, "I'll rest a little while". But when you tried to walk again, you weren’t a child. It's like forgetting the words to your favorite song, you can't believe it; you were always singing along. It was so easy and the words so sweet, you can't remember; you try to move your feet. But every time the tide comes in to take you home, you get scared and you’re just sitting here alone.

Hold on, one more time with feeling…

Your stitches are all out, but your scars are healing wrong. You spend half of your life trying to fall behind, you're using your headphones to drown out your mind. You thought by now you'd be so much better than you are, you thought by now they'd see that you had come so far.

Try it again, yes, try to feel the beat…

And all the people hurry fast, real fast and no one ever smiles, and the misery inside their eyes is synchronized and reflected into yours. And no one saw and no one heard, they just followed the lead… Everything's provided, consummate consumer… They smiled real wide for the camera lenses as they made it past the enemy lines just to become enslaved in the assembly lines.

They’re never going to let go of that wire, they say that they will, but they are just liars.

Hold on, one more time with feeling… It was so easy and the words so sweet, you can't remember; you try to feel the beat… Try it again, breathing's just a rhythm.

puzzle,chanson,chansons,songs,song,regina,spektor,poésie,poetry,poem,poème,medley,mash-up,mix,mélange,compo,composition
Image libre de droits de Ryan McGuire

Tu as avancé d’un pas, puis t’es senti fatigué, tu t’es dit « Je vais me reposer un court instant ». Mais quand tu as tenté de marcher à nouveau, tu n’étais plus un enfant. C’est comme d’oublier les paroles de ta chanson préférée, tu n’arrives pas à y croire ; tu l’as chantée si souvent. Elle était si facile et les paroles, si douces, tu n’arrives pas à t’en souvenir ; tu essaies de bouger les pieds. Mais à chaque fois que la marée monte pour t’emmener chez toi, tu prends peur et tu restes seul, assis là.

Accroche-toi, une fois de plus, on y croit…

Tes points de suture sont partis, mais tes plaies cicatrisent mal. Tu passes la moitié de ta vie à essayer de te laisser distancer, tu utilises tes écouteurs pour ne pas entendre tes pensées. Tu croyais que maintenant, tu irais tellement mieux que ça, tu croyais que maintenant, ils verraient tous comme tu as progressé.

Essaie à nouveau, oui, essaie de sentir le rythme…

Et tout le monde va vite, tellement vite et personne ne sourit jamais, et la détresse dans leurs yeux se synchronise et se reflète dans les tiens. Et personne n’a vu, personne n’a entendu, ils suivent simplement les instructions… Tout est fourni, consommateur accompli… Ils ont souri avec les dents pour les objectifs photo en s’affranchissant des chaînes ennemies pour être réduits en esclavage dans les chaînes de montage.

Ils ne lâcheront jamais ce fil, ils disent qu’ils vont le faire, mais ce ne sont que des menteurs.

Accroche-toi, une fois de plus, on y croit… C’était si facile et les paroles si douces, tu ne te souviens pas ; tu essaies de sentir le rythme… Essaie à nouveau, respirer n’est qu’un rythme à prendre.

© Composition réalisée par moi (mari6s) sans rémunération quelle qu'elle soit, à partir des chansons citées ci-dessus, dont les droits appartiennent à leurs auteurs, compositeurs et interprètes respectifs, ici principalement Regina Spektor. Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure, ainsi que les droits cités précédemment, et d'inclure un lien vers mon blog. Je suis également l'auteure de la traduction libre.

samedi, 15 octobre 2016

Poème : Je fais comme si

Un poème écrit en mai 2016 pour l'essentiel, avec l'ajout du tout dernier vers en juillet.

photo, photographie, art, modèle, ballon, enfance, noir et blanc, n&b, black and white, b&w, balloon, childhood
Photographe : © Dom's Shootings
. Modèle : k-méléon.

Je fais comme si
Comme si je comprenais ce que disent les grands
Comme si c’était facile de se faire des amis
Comme si je n’avais pas peur dans mon lit la nuit
Je fais comme si j’savais déjà ce qui m’attend

Je fais comme si
Comme si je comprenais le monde, la vie, les gens
Comme si c’était facile d’être une adolescente
Comme si je n’avais pas peur d’être différente
Je fais comme si je n’craignais pas ce qui m’attend

Je fais comme si
Comme si je comprenais ce qu’on attend de moi
Comme si c’était facile d’assumer tous mes choix
Comme si je n’avais pas peur de me tromper
Je fais comme si j’savais déjà ce que je fais

Je fais comme si, je fais semblant
Et un jour je découvre que ce n’est pas que moi
Que les autres font semblant de savoir ce qu’ils font
C’est ça aussi la vie, faire comme si, faire semblant
En attendant de trouver sa voie

Poème © mari6s - Si vous le citez, merci de préciser
que j'en suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

samedi, 01 octobre 2016

Poème : Oublie, efface

Un poème écrit les du 28 mai au 1er juin.

photo, photographie, art, artistique, oublie, efface, pardon, paisible, feuillages, femme, visage, ombre
Photographe : © Dom's Shootings
. Modèle : k-méléon.

Oublie, oublie
Tous les mots que l’on s’est dits
Efface
Les batailles, les volte-face
Retiens, retiens
Tes yeux, tes yeux dans les miens

Finis, finis
Les silences et les non-dits
Gommés
Les peut-être et les jamais
Ne reste, ne reste
Que la seule beauté du geste

Oublie, oublie
Le théâtre, la comédie
Efface
La folie du temps qui passe
Retiens, retiens
Seulement la beauté du lien

© mari6s - Si vous le citez, merci de préciser
que j'en suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

samedi 01 octobre 2016 Publié dans Mes écrits, Poèmes | Tags : poème, poésie, poem, poetry, poet, poète, oublie, efface, finis, gommés, pardon, beauté, lien, geste, relation | Commentaires (4) |  Facebook | |

samedi, 17 septembre 2016

Poème : Beautiful Storm

Un poème écrit en mai 2016, période où j'étais décidément très inspirée par les tempêtes, qui ont également une place de choix dans un poème écrit quelques semaines plus tôt, en français celui-ci : Olim (un jour).

Ici, l'angle est un peu différent, la tempête représentant non pas les épreuves de la vie mais les prises de risque et les plongées dans l'inconnu qui permettent d'avancer. On y retrouve cette phrase que j'aime beaucoup et qui m'avait inspiré un triptyque de peintures :
A ship is safe in harbor, but that is not what ships are for
(Un bateau est à l'abri au port, mais ce n'est pas sa raison d'être)

storm, tempête, beautiful, belle, brume, mist, haze, fog, brouillard, lanterne, lantern, light, lumière
Photographe : © Dom's Shootings. Modèle : k-méléon.

What a beautiful storm
What a splendid disaster
In the place where clouds form
Into lightning and thunder

You say
A ship, a ship is safe in harbor
But you know that is not
Not what ships are for

What a tasty, salty gale
What delicious danger
And yes, it may shake our sails
But not tear us asunder

You think
A ship, a ship is safe in harbor
And there’s no point in venting anger
In courting danger, being out of kilter
But you know staying in harbors
Is not what ships are for

What a sweet-smelling downpour
With such smooth, melodious drops
There’s no wave that we can stop
No storm we cannot weather

I know
A ship, a ship is safe in harbor
But life is what happens when you raise anchor
Staying in harbors
Is not what ships are for

© mari6s - Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

samedi, 03 septembre 2016

Poème : À l'étouffée

Un petit poème écrit en pleine canicule, le 24 août. Un peu plus terre-à-terre qu'à mon habitude :D

photographie, modèle, art,canicule,heat,wave,vague,chaleur,étouffée,étouffe,moustiquaire,rideaux,sueur
Photographe : © Dom's Shootings. Modèle : k-méléon.

La moustiquaire qui danse
Pour le ventilateur
Les rideaux qui balancent
Dans l’air chargé de sueur

D’humeur si molle et lasse
Les draps collent à la peau
Comme une envie de glace
De tête dans le frigo

Avec un peu de chance
Un orage va claquer
Va remuer le silence
De l’air à l’étouffée

© mari6s - Si vous citez ce poème, merci de préciser
que j'en suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

samedi, 13 août 2016

Puzzle 43 : Waiting for You to Come Home from a Thousand Miles Away

You look so beautiful today, I'm a thousand miles away, I wake up to your sunset and it's driving me mad, and I need you, and I miss you, and I wonder if you ever think of me. My heart is so jetlagged, do you still remember my touch at all? Say you'll hold a place for me in your heart.

It's all up in the air and we stand still to see what comes down... I know distance doesn't matter but you feel so far away, so I try to find the words that I could say, hearing you whisper through the phone, “wait for me to come home.”

Don't you worry about the distance, I'm right there if you get lonely, close your eyes... Listen to my voice, it's my disguise, I'm by your side. I swear it will get easier, remember that with every piece of you.

If I could fall into the sky, do you think time would pass me by? I cannot wait for you to come home. For now you're not here and I'm not there, it's like we're on our own, and I don't belong living in your precious memory.

I find the map and draw a straight line, the distance from A to where you'd be. It's only finger-lengths that I see, and though a thousand miles seems pretty far, they've got planes and trains and cars. I'd walk to you if I had no other way, you know I'd walk a thousand miles if I could just see you tonight.

I don't know where it is, I don't know when, but I want you around. If you wait for me, if you think of me, I'll come for you.

I Can Wait Forever (Simple Plan)

Hey There Delilah (Plain White T’s)

Jet Lag (Simple Plan)

A Thousand Miles (Vanessa Carlton)

Gone So Long (Breathe Carolina)

The Promise (Tracy Chapman)

She Is (The Fray)

Photograph (Ed Sheeran)

Set The Fire to the Third Bar (Snow Patrol)

distance, long, miles, away, thousand, kilomètres, amour, love, map, carte, monde, world, relation, relationship

Tu es splendide aujourd’hui, je suis à des milliers de kilomètres, je me réveille quand le soleil se couche chez toi et cela me fait perdre l’esprit, j’ai besoin de toi, je me languis de toi, et je me demande s’il t’arrive de penser à moi. Mon cœur est en plein décalage horaire, te souviens-tu encore de mes caresses ? Dis-moi que tu me garderas une place dans ton cœur.

Tout reste en suspens et nous restons figés en attendant de voir ce qui retombe... Je sais que la distance n’a aucune importance, mais tu sembles si loin, alors je tente de trouver les mots que je pourrais te dire, quand je t’entends murmurer au téléphone, « attends mon retour ».

Ne t’en fais pas pour la distance, je suis là si la solitude te guette, ferme les yeux... Écoute ma voix,  c’est le masque que je porte pour arrive près de toi. Je te jure que ce sera plus facile avec le temps, souviens-t’en de tout ton cœur.

Si je pouvais tomber dans le ciel, penses-tu que le temps m’oublierait ? J’ai tellement hâte que tu rentres. Pour l’instant tu n’es pas là et je ne suis pas là-bas, c’est comme si nous étions tous les deux seuls, et ma place n’est pas dans tes précieux souvenirs.

J’ai trouvé la carte et dessiné une ligne droite, la distance du point A jusqu’à toi. Je ne vois que quelques doigts qui nous séparent, et même si mille kilomètres peut sembler tellement loin, c’est pour ça qu’on a des avions et des trains. Je marcherais jusqu’à toi si je n’avais pas d’autre solution, tu sais que je marcherais des milliers de kilomètres  si je pouvais simplement te voir ce soir.

Je ne sais pas où et je ne sais pas quand, mais je veux ta présence à mes côtés. Si tu m’attends, si tu penses à moi, je viendrai te chercher.

 

© Composition réalisée par moi (mari6s) sans rémunération quelle qu'elle soit, à partir des chansons citées ci-dessus, dont les droits appartiennent à leurs auteurs, compositeurs et interprètes respectifs. Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure, ainsi que les droits cités précédemment, et d'inclure un lien vers mon blog. Je suis également l'auteure de la traduction libre, dans laquelle j'ai notamment choisi de ne pas mentionner le genre du locuteur et du destinataire.
L'image quant à elle ne m'appartient pas, je l'ai trouvée ici avec possibilité de la télécharger gratuitement, mais je n'ai pas pu obtenir d'informations précises sur l'auteur et les droits de diffusion. Si vous la reconnaissez, faites-moi signe, je serai ravie de citer l'auteur (ou s'il le faut, de la retirer).

samedi, 06 août 2016

Poème : Armée de courage

Poème écrit du 11 au 29 mai et terminé le 18 juillet 2016, traduction / adaptation de mon poème en anglais Brave, datant de 2012 et que vous pouvez lire ici.

amazon, amazone, guerrière, warrior, woman, photo, photographie, art, picture, photograph, courage, courageux, brave, bravery, oser, dare
Photographe : © Didier Bonin. Modèle : k-méléon.

Dans tous mes souvenirs, j’ai toujours eu si peur
Que le temps m’oublie et qu’il continue sans moi
Peur de prendre des décisions, de faire des choix
Et j’avais toujours tellement peur d’avoir peur

Dans tous mes souvenirs j’étais la moins solide
La fille qu’on embêtait à la récréation
Celle qui n’osait jamais donner son opinion
Timide par solitude, seule car j’étais timide

Et puis un jour, j’ai vu dans le rétroviseur
Que malgré toute ma faiblesse, malgré toutes mes peurs
Dans les moments qui comptent, j’ai su avoir confiance
Assez d’obstination pour voir la peur en face
Et je n’ai pas cédé – je m’arme de courage

Dans tous mes souvenirs, je me cache dans la foule
Invisible, évitant d’attirer l’attention
Évitant les combats, les débats, les tensions
Me méfiant des gens trop fiers, bruyants, dans le moule

Et puis un jour, j’ai défendu mes valeurs
Je suis sortie de l’ombre, entrée dans la lumière
Dans les moments qui comptent, j’étais prête à lutter
Assez d’obstination pour me lever et oser
Ne pas être sage –armée de courage

© mari6s - merci de ne pas citer ce poème sans ma permission expresse

samedi 06 août 2016 Publié dans Mes écrits, Poèmes | Tags : poème, poem, poetry, courage, courageux, brave, bravery, oser, dare | Commentaires (0) |  Facebook | |

samedi, 30 juillet 2016

Poème : Là-bas au creux du vent

Un poème commencé le 12 juin après avoir relu Demain dès l'aube, et terminé en Bretagne les 1er et 8 juillet 2016, accompagné d'une photo prise au Cap d'Erquy.

Vous pouvez retrouver toutes les autres photos de Bretagne 2016 que j'ai publiées par thème, à partir des liens dans cet article.

bretagne, breton, celtique, celte, breizh, photo, photographie, baie, cap, erquy, mer, blé, vent

Cela fait trop longtemps
Tu me manques tellement
Je crois, je crois que tu m’attends

Là-bas au creux du vent
Aux belles voiles blanches sur fond
Bleu océan et horizon

Tu me manques tellement
Cela fait si longtemps
Je crois, je crois qu’il est grand temps

J’irai par monts, par vaux
Là-bas au creux du vent
Qui mènera vers toi mes mots

Cela fait trop longtemps
Oh, tu m’as tant manqué
Mais maintenant ça va, tu sais

Tant que de temps en temps
Je vais où tu m’attends
Là-bas au creux du vent

© mari6s - merci de ne pas réutiliser cette image
ou citer ce poème sans ma permission expresse

samedi, 16 juillet 2016

Puzzle 42 : Alone in the Dark

All my life I’ve been waiting, and I tried carrying the weight of the world, but I only have two hands. Loneliness has always been a friend of mine, and I would build walls for miles around me, but I think some company is overdue.

In restless dreams I walked alone, narrow streets of cobblestone, feeling my way through the darkness, guided by a beating heart. There must be some kind of way out of here... There is a crack in everything...

If there is a dark within and without, and there is a light, don't let it go out. I've come a long way from where I began. A revelation in the light of day, maybe this is the part when I break free and accept that I don't have to try so hard.

alone, dark, seul, obscurité, tunnel, lumière, blanche, white, light
image Fotolia

Left outside alone (Anastacia)

Wake me up (Avicii)

As long as you love me (Backstreet Boys)

The art of forgiveness (Maria Mena)

Do you want to build a snowman (Frozen)

Sound of Silence (Simon & Garfunkel)

All along the watchtower (Bob Dylan)

Anthem (Leonard Cohen)

Song for someone (U2)

See you again (Wiz Khalifa)

No light no light (Florence & the Machine)

Break free (Ariana Grande)

Try (Colbie Caillat)


Toute ma vie j’ai attendu, et j’ai tenté de porter le monde sur mes épaules, mais je ne suis pas assez forte. La solitude a toujours été de mes amis, et j’ai beaucoup construit de murs tout autour de moi à des kilomètres à la ronde, mais je pense qu’il est plus que temps pour un peu de compagnie.

Dans mes rêves agités je marchais seule dans d’étroites rues pavées, avançant à tâtons dans l’obscurité, guidée par un cœur qui bat. Il doit bien y avoir un moyen d’en sortir... Il y a toujours une faille quelque part...

S’il y a l’obscurité dedans comme dehors, et s’il y a une lumière, ne la laisse pas mourir. J’ai beaucoup avancé depuis que j’ai pris la route. Une révélation à la faveur du jour, peut-être est-ce enfin le moment de briser mes chaînes et d’accepter que je n’ai pas besoin de m’acharner.


© Composition réalisée par moi (mari6s) sans rémunération quelle qu'elle soit, à partir des chansons citées ci-dessus, dont les droits appartiennent à leurs auteurs, compositeurs et interprètes respectifs. Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure, ainsi que les droits cités précédemment, et d'inclure un lien vers mon blog.