Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 octobre 2016

Portrait : TANJAKA

Peinture à l'huile (ma première en intégrale) offerte à mon amie Tina pour son anniversaire. Inspirée du magnifique portrait d'elle par le photographe Didier Bonin (ici).

Je suis particulièrement fière des reflets des cheveux :) Le mot tanjaka (prononcé TANjak) signifie en malgache, langue maternelle de Tina, "force".

Vous pouvez trouver cette peinture sur DeviantArt, ainsi qu'une animation étape par étape.

tanjaka, force, strength, portrait, amazone, amazon, fighter, battante, huile, peinture, oil, painting

© mari6s - Merci de ne pas utiliser cette image
(même à but non lucratif) sans ma permission expresse.

samedi, 21 novembre 2015

Humeur du moment n°18

Un livre : On est foutu, on pense trop - Comment se libérer de Pensouillard le hamster (Serge Marquis)

Une chanson : La mauvaise réputation (Brassens)

Une série télé : Fringe (J.J. Abrams)

Un film : Ennemi d’État (Tony Scott)

Un site internet : DeviantArt.

Un mot : compassion.

Un objet : un ruban de dentelle.

Une activité : broder.

Une météo : l'été indien.

Niveau de stress : 2/10.

Niveau d’angoisse : 5/10.

Niveau de contentement : 8/10.

Niveau de bien-être : 9/10.

 

samedi, 13 décembre 2008

Questionnaire "portrait chinois"

Une administration? Celle de l'idéalisme
Une attitude ? Cynique mais pleine d'espoir

Une carte ? La fille dans la famille rêveurs
Une cause ? La justice
Un chemin ? Celui de l'inspiration
Une clé ? Celle des songes bien sûr!
Une consolation ? Une douche chaude
Un conte ? Shrek
Un critère ? La beauté d'âme

Une décision ? La mienne
Un désir ? Devenir moi
Une destination ? Dans mes rêves
Un diplomate ? Pas moi

Une eau ? L'eau de vie?
Une épreuve ? Qui rend plus fort
Un espoir ? Un million plutôt!

Une forme ? Un triskell

Un génie ? Victor Hugo et ses poèmes
Un geste ? Passer mes mains dans mes cheveux

Une île ? L'Antarctique
Une illusion ? La réalité

Un jouet ? Une boîte à musique

Une lampe ? Un réverbère
Une légende ? Celle des Templiers
Un livre ? Celui qui les contient tous
Une lumière ? La vérité

Une magie ? L'envol d'un oiseau
Une matière ? Le papier
Un message ? D'amour
Un meuble ? Un bureau
Un mystère ? De la vie

Une perle ? Dorée
Un des 7 pêchés capitaux ? L’orgueil

Un regard ? Transcendant
Un remède ? Un vaccin
Un rêve ? Des milliards...
Un rôle ? Que je ne veux plus jouer

Un savant ? Einstein
Une science ? La logique
Un secret ? De polichinelle
Une source ? D'inspiration

Un trésor ? La connaissance

Une utopie ? La paix

Un vase ? Dont les fleurs ne fânent jamais
Un vœu ? Etoile filante

questionnaire trouvé sur le blog de MADmoiselle et un peu modifié

samedi 13 décembre 2008 Publié dans Questionnaires | Tags : questionnaire, portrait, chinois, portrait chinois, question | Commentaires (3) |  Facebook | |

dimanche, 09 novembre 2008

Portrait colorisé

portrait modif.jpg

Un dessin colorisé. Pas très "clean", je n'ai pas pris le temps de gommer toutes les ombres au crayon, ça aurait pris plus de temps à refaire... J'en suis pas mécontente quand même, je le trouve assez réussi vu le peu de temps que ça m'a pris... Et... voici la version croquis, dessinée il y a un peu moins d'un an:

Photo femme actuelle, croquis.jpg

dessin et colo de MOI

DONNEZ-MOI VOTRE AVIS!

dimanche 09 novembre 2008 Publié dans Dessins et graphismes | Tags : dessin, colo, colorisation, colorisé, portrait | Commentaires (2) |  Facebook | |

mardi, 03 juin 2008

Description de passage 8: la maison coquette

Une description de passage datant du 7 mai que je viens de retrouver dans mes carnets... 200 mots. Dites moi ce que vous en pensez.

..:..

Une petite maison toute simple, mignonne, devant laquelle je passe régulièrement. En fait, elle n'est pas si petite, mais c'est l'impression qu'elle donne.

Un crépis blanc, un peu sali par les années. Orné de petites briques, rouges pour la plupart, quelques unes en jaune, qui dessinent des motifs sur les bords de la façade, ainsi qu'en dessous et au dessus des fenêtres.

Ces dernières sont en bois verni clair, légèrement orangé, de même que la porte qui se tient, massive, en haut de quelques marches en pierre gris pâle donnant directement sur la rue.

Deux fenêtres de part et d'autre de cette porte, et deux à l'étage, en chien-assis élégant sous le toit de petites tuiles bleues, presque noires.

A celles-ci, on aperçoit des Diddle suspendues. Sans doute deux chambres de petites filles.

Les volets, à fentes horizontales, sont du même bois que les fenêtres et la porte, un peu plus abîmé par les intempéries.

Sur le côté droit, un grand portail à piques noir, souvent ouvert, qui débouche sur un large chemin blanc plein de marques de pneus, lequel arrive à un garage.

On imagine facilement, derrière, un petit coin de jardin bien entretenu avec des jeux d'enfants.

..:..

texte de MOI

mardi 03 juin 2008 Publié dans Descriptions de passage | Tags : description, décrire, portrait, maison, coquette, petite | Commentaires (0) |  Facebook | |

jeudi, 29 mai 2008

Blonde ou brune

1702815139.jpg
1590778124.jpg

Deux dessins faits à la tablette graphique sur Paint Shop Pro, en environ 10-15 minutes chacun. Juste griffonnés comme ça entre des révisions de français et... des révisions de français, pour me détendre un peu.

images de MOI

jeudi 29 mai 2008 Publié dans Dessins et graphismes | Tags : blonde, brune, fille, portrait, dessin, graphisme | Commentaires (0) |  Facebook | |

vendredi, 23 mai 2008

Descriptions de passage 5: le fou de la gare & le parieur de l'hippodrome

Comme promis voici les descriptions de passage inspirées de la journée du 8 mai, un peu tard c'est tout ;p...

...oO°Oo...

Les tribunes d'un hippodrome. Début d'une course de trot attelé. Ambiance de fête bon enfant, voix métallique du commentateur.

"Vous devriez jouer sur la 2" me dit une voix, à ma droite. Je me retourne pour voir un petit homme que je n'avais pas remarqué jusque là, assis non loin de moi.

Petit, les cheveux gris blanc, une veste élimée, aussi verte que l'herbe de la piste, et un pantalon vaguement gris. Un visage classique, passe-partout, ridé - il doit avoir 60 ans.

Il disserte encore un moment sur la supériorité du 2, en jargon que je ne comprends pas, même quand je lui explique que je ne peux pas parier, étant donné que je suis mineure. Il continue jusqu'à ce que sa chère 2 soit disqualifiée pour avoir galopé.

Puis il se tait jusqu'à l'arrivée des autres chevaux, et il descend des tribunes pour parier sur la prochaine course.

¨¨°OoO¨¨

Une gare. L'arrivée d'un TER. Flot de passagers qui descendent et montent, puis le train repart et le quai se vide peu à peu. Bientôt, il ne reste plus que moi, deux amies, et un type en noir qui marche de long en large tout au bord de la voie.

Courbé. Le dos penché, la tête plus encore, presque à l'horizontale. Jean délavé noir, T-shirt noir, casquette noire, boots noires. Sac à dos d'écolier, kaki et marron, aux motifs "camouflage".

La peau bronzée, le visage buriné. Des cheveux noirs parsemés de gris dépassent de sa casquette. Son regard est fuyant, ses yeux foncés, son nez aquilin.

Il passe devant nous et commence à parler du TGV qui n'arrivera pas de sitôt dans notre ville, des voies qui ne sont pas conformes et ne sont pas prêtes de l'être... D'abord on croit qu'il s'adresse à nous, puis il devient clair qu'il est seul dans son délire, dans sa bulle.

On oscille entre une vague peur et une bête pitié. Il continue à faire les cent pas en marmonnant dans sa barbe, puis entre dans la zone d'accueil de la gare, où il se plonge dans un examen détaillé du tableau des arrivées.

...oO°Oo...

Textes de MOI

vendredi 23 mai 2008 Publié dans Descriptions de passage | Tags : description, décrire, portrait, fou, gare, train, tgv | Commentaires (0) |  Facebook | |

dimanche, 11 mai 2008

Descriptions de passage 3: la romantique & la caissière

Voici deux nouveaux portraits, datant du 7 mai. Ils font chacun 150 mots.

#_-_-#°#-_-_#

Une jeune fille dans une pharmacie. Silhouette mince et ondulée: les genoux en arrière, le bassin et le ventre en avant, les épaules et la poitrine en arrière.

Vêtue d'un jean délavé et d'un haut noir et blanc à petites fleurs psychédéliques, décolleté en V, un ruban de dentelle ajusté sous la poitrine.

Les cheveux mi-longs, raides, fins, châtain blond, retenus par un serre-tête. Le regard clair, presque transparent, sans doute bleu ou vert. Dans le vague.

Nerveuse, elle pianote doucement des doigts sur le bloc de papier blanc qu'elle porte au bras comme un bébé, et sur le mignon portefeuille en toile marron qu'elle tient le long de sa cuisse.

Un sac à main à l'épaule, beige avec des fleurs blanches et multicolores, et des brides marron. Des chaussures Kappa noires avec des touches de rose.

La vendeuse la sert, elle sort en fredonnant une petite mélodie.

#_-_-#°#-_-_#

Derrière la caisse à tapis roulant, elle glisse les articles sous la machine à biips, sans répit. Soupire et lève furtivement les yeux au ciel, derrière ses lunettes Dior à monture noire épaisse et carrée, quand un client récalcitrant l'exaspère.

Visage vaguement familier qu'on a déjà dû croiser, ici ou dans les rayons, mais auquel on n'a jamais vraiment prêté attention - trop préoccupé par ses achats, ses soucis.

Cheveux courts, auburn-rouge, une raie sage sur le cîté, le nez fin et droit, les lèvres discrètement ornées de gloss.

Uniforme du magasin, sorte de blouse rouge et blanche. Mains soignées qui se posent sur les produits à un rythme d'enfer, bagues aux doigts. Marques de bronzage sur ses bras fins, musclés.

"... €, s'il vous plaît. Merci, au revoir."

Et chacun reprend le fil de sa vie, on emmène les sacs et elle recommence son travail à la chaîne.

#_-_-#°#-_-_#

Voilà! Comme d'habitude, j'attends des commentaires!!!

#_-_-#°#-_-_#

textes de MOI

mercredi, 07 mai 2008

Descriptions de passage 2: le jogger & le papy à vélo (2-05)

Re-voici deux petits portraits! Des hommes cette fois-ci. Le premier compte 200 mots, le second, 100 seulement.

Plus affectueux peut-être que les précédents... A vous de voir.

#_-_-#°#-_-_#

Je marche. Il court. Je perçois le bruit de ses baskets sur les gravillons derrière moi, puis sa respiration rythmée, contrôlée. Il passe; croise mon regard quand il me remercie d'une voix un rien éraillée par l'effort, mais chaude, pour avoir écarté ma chienne de son passage; continue sa route d'une allure rapide.

Il porte un T-shirt large bleu-gris, qui accompagne tous ses mouvements. Les cheveux poivre et sel, plus de poivre que de sel pour l'instant, sauf sur les tempes. Des lunettes aux montures fines, de forme rectangulaire, sur son nez. Le visage et les bras assez bronzés, des rides d'expression assez marquées - il doit friser la cinquantaine, mais il a la forme.

Il porte des chaussettes et des baskets bleues et blanches, et il sautille autant qu'il court, impression renforcée par le short court bleu nuit qui allonge ses jambes, assez pâles.

Il est très grand, assez mince, et l'ensemble donne une allure un peu dégingandée quand il court, les bras, pliés, oscillant le long de son torse, les épaules se balançant et les jambes grignotant le terrain par ses sauts de géant.

Les ombres des arbres redessinent sa silhouette, puis il disparaît au tournant.

#_-_-#°#-_-_#

Crissement de roues sur le sol ; petite sonnette aiguë, joyeuse, avertissant de son passage.

Il déboule, si rapide qu'il m'envoie comme un vent sur le visage. Il pédale gaiement sur sa bicyclette, des airs de papy dynamique accrochés au porte-bagages.

Son jean et ses baskets confirment l'impression? Un T-shirt bleu. Des cheveux très blanc très ras.

Etincelle dans les yeux, sifflement guilleret aux lèvres. Je le regarde s'éloigner, pédalant comme une grenouille, les genoux écartés - sans doute son vélo est-il trop grand pour lui - appuyé de tout son poids sur ses bras, raides, cramponnés au guidon. Et il file.

#_-_-#°#-_-_#

Donnez votre avis s'il vous plaît! Un petit commentaire!

#_-_-#°#-_-_#

textes de MOI

samedi, 03 mai 2008

Descriptions de passage: la rousse aux talons & la blonde au portable (30-04 & 1er-05)

Mon point faible essentiel en écriture, c'est la description. Surtout de personnes. Alors j'ai décidé de m'entraîner un peu en décrivant des personnes que je croise et qui me frappent.

Voici donc deux portraits de 200 mots (une obligation supplémentaire pour que ce soit plus drôle), dites moi ce que vous en pensez.

#_-_-#°#-_-_#

Une petite femme qui arrive je ne sais d'où, se poste sur le trottoir, au bord de la rue, et attend qu'une voiture la laisse passer.

Le premier mot qui me vient à l'esprit pour la décrire est "potelée". Le second est "décalée". Elle a peut-être soixante ans - difficile à dire, sous son maquillage outrancier. Ses lèvres fines et pincées sont couvertes d'un rouge sang séché.

De drôles de cheveux, assez courts, très frisés, de très petites boucles d'un roux blond, presque crépus en fait.

Habillée comme l'as de pique, d'après mes critères vestimentaires du moins. Une sorte de long gilet noir en coton tricoté serré, avec des petits motifs en bordure, de couleurs indéterminées, ouvert, sur une veste noire qui lui sert de tunique ou de robe et laisse voir ses jambes à partir du genou.

Touche finale, des talons aiguille de quasiment quinze centimètres de haut, en cuir brillant noir, ouverts sur le pied. Leur incongruité est renforcée par sa petite taille.

Elle traverse la rue en courant presque. Ses échasses lui donnent une façon de marcher un peu hésitante, entre le déhanchement et le dandinement en fait. Puis elle s'éloigne vers la boulangerie.

#_-_-#°#-_-_#

Elle est assise sur un banc, les jambes croisées. De loin, sur le chemin, le soleil jouant sur sa silhouette, on la croirait toute enveloppée dans un tissu immaculé.

Je m'approche un peu. Ses cheveux sont en fait d'un blond très clair, nordique mais probablement pas naturel, sur son visage bronzé. Une coupe carrée qui lui arrive aux épaules, avec une jolie frange qui recouvre entièrement son front.

Elle porte une veste longue en grosse laine gris clair, sur un pull à col roulé et un pantacourt large en lin blanc cassé. Moins jeune qu'à première vue, pas bien vieille pourtant - quarante-cinq, cinquante ans sans doute.

D'une main, elle tient son portable contre son oreille - détail incongru sur cette promenade tranquille - et de l'autre, elle tient quelque chose, un paquet de cigarettes, je crois, et ponctue ses phrases de gestes larges et nerveux.

Je passe près d'elle et j'attrape une miette de sa conversation. Une voix posée, calme, un ton grave un rien mielleux. Elle approuve son interlocutrice sur tout et dit surtout des banalités. Si son apparence est avenante, sa façon de parler me déplaît définitivement. Un peu hautaine, je-sais-tout-et-je-joue-à-la-psy.

#_-_-#°#-_-_#

Le but est de dégager une émotion, pas de vous donner un portrait robot, n'hésitez pas à critiquer, ça ne peut que m'aider.

#_-_-#°#-_-_#

textes de MOI