Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 24 février 2016

J'ai vu... Occupied

La Norvège occupée par la Russie... avec la bénédiction de l'UE. Science-fiction ?

occupied, arte, norvège, russie, pétrole

Cette série norvégienne d'anticipation est rudement bien menée. Dans un futur relativement proche, la Norvège élit un premier ministre écologiste. Malgré les pressions extérieures, celui-ci applique aussitôt son programme : l'arrêt immédiat de la production de pétrole et de gaz, qu'il compte remplacer par des centrales nucléaires au thorium, considérées comme plus sûres, moins polluantes et à terme plus productives.

Mais c'est sans compter la détermination de l'Union européenne, qui n'a jamais fait l'effort d'une transition énergétique et se retrouve donc sans essence pour ses millions de véhicules, sans gaz pour le chauffage d'innombrables foyers. Le premier ministre cherchant à leur forcer la main, ils se sentent contraints à faire appel à la Russie, dont la puissance militaire lui permettra de prendre le contrôle des plateformes pétrolières et gazières afin qu'elles irriguent à nouveau l'Europe. Note importante : dans l'univers de la série, les États-Unis sont sortis de l'OTAN et se refusent désormais à toute intervention dans les affaires des autres pays.

Le gouvernement norvégien se retrouve donc face à un choix : résister à une puissance qui ne peut que les écraser, ou appliquer une politique contraire à leurs principes et au programme qui les a fait élire. Le tout étant d'éviter que la population comprenne à quel point les Russes contrôlent le pays...

occupied, arte, norvège, russie, pétrole

Impressionnant et addictif. Les personnages que la série suit vont rarement dans la direction à laquelle on pouvait s'attendre, ou du moins pas longtemps. Leur développement psychologique est solide, et les interactions diplomatiques sont terrifiantes de réalisme et d'hypocrisie.

L'intrigue nous conduit à réfléchir non seulement aux choix que nous ferions dans la peau de ces personnages, mais aussi à la gouvernance, aux ingérences et aux « doigts dans l'engrenage » de notre monde actuel. Pas si invraisemblable que ça...

samedi, 21 novembre 2015

Humeur du moment n°18

Un livre : On est foutu, on pense trop - Comment se libérer de Pensouillard le hamster (Serge Marquis)

Une chanson : La mauvaise réputation (Brassens)

Une série télé : Fringe (J.J. Abrams)

Un film : Ennemi d’État (Tony Scott)

Un site internet : DeviantArt.

Un mot : compassion.

Un objet : un ruban de dentelle.

Une activité : broder.

Une météo : l'été indien.

Niveau de stress : 2/10.

Niveau d’angoisse : 5/10.

Niveau de contentement : 8/10.

Niveau de bien-être : 9/10.

 

samedi, 12 septembre 2015

Humeur du moment n°17

Un livre : Métro Baker Street (The Case of the Gypsy Goodbye,
Nancy Springer)

Une chanson : In the sun (Joseph Arthur).

Une série télé : Les enquêtes de Murdoch (The Murdoch Mysteries,
créé par Maureen Jennings).

Un film : La face cachée de Margo (Paper Towns,
réalisé par Jake Schreier).

Un site internet : Pixlr (outil gratuit en ligne similaire à Photoshop).

Un mot : talents.

Un objet : une pastèque.

Une activité : m'amuser à découvrir les secrets des formules d'Excel.

Une météo : une brise rafraîchissante.

Niveau de stress : 2/10.

Niveau d’angoisse : 4/10.

Niveau de contentement : 9/10.

Niveau de bien-être : 8/10.

samedi 12 septembre 2015 Publié dans Dans ma vie..., Humeur du moment | Tags : humeur, moment, sélection, livre, film, série, site, chanson, musique, mot, météo | Commentaires (0) |  Facebook | |

mercredi, 08 octobre 2014

J'ai vu... Veronica Mars, le film

Si vous lisez ce blog depuis longtemps, vous savez peut-être que j’ai été une grande fan de Véronica Mars et que j’avais été déçue par sa troisième et dernière saison. Une quatrième devait suivre, mais la série a été annulée et depuis lors, des rumeurs de film circulaient. Après plusieurs refus de la part de Warner Bros, le projet a enfin pris forme à la suite d’un projet Kickstarter lancé en 2013 et qui a réuni presque 6 millions de dollars (l’objectif était de 2 millions, atteint en une demi-journée). Le film est sorti en mars 2014 dans quelques cinémas américains et australiens, et uniquement en vidéo à la demande dans le reste du monde.

veronica mars, veronica, mars, détective, série, series, film, movie, 2014

La plupart des acteurs sont revenus pour ce film, ce qui n’est pas rien 6 ans après la fin de la série. La seule absente notable est Leighton Meester de Gossip Girl, occupée ailleurs, ce qui fait que son rôle a été repris par une autre actrice – avec beaucoup de maquillage ça ne choque pas trop, surtout en imaginant que 9 ans se sont écoulés. Sinon, on retrouve évidemment Kristen Bell, l’une des grandes partisanes de ce projet depuis la fin de la série ; Jason Dohring dans le rôle de Logan ; Enrico Colantoni, le père de Veronica ; mais aussi Wallace, Weevil, Mac, Dick, et des apparitions de Vinnie Van Lowe, Leo, Sacks, etc.

Le film commence à New York, où Veronica vit avec son petit ami Piz (qui apparaissait dans la saison 3) et s’apprête à devenir avocate dans une grande firme. Mais à Neptune, Logan est accusé du meurtre de son ex petite amie et demande de l’aide à Veronica. C’est l’occasion pour elle de revoir de vieux amis… et ennemis, et de constater à quel point les choses ont empiré à Neptune depuis son départ.

veronica mars, veronica, mars, détective, série, series, film, movie, 2014, cast, casting, distribution, acteurs, actors

L’ambiance visuelle et musicale est excellente, on retrouve l’humour sec de la série et notamment la légendaire répartie de Veronica. La critique sociale omniprésente dans la série est tout aussi importante dans ce film, qui renoue également avec la traditionnelle voix off de Veronica.

L’enquête est à la hauteur, bien qu’un peu condensée en une heure et demie. Les flashbacks, courants dans la série, ont ainsi quasiment disparu dans le film, ce qui n’entrave pas la compréhension mais n’aide pas non plus à s’impliquer dans le passé de certains personnages, surtout quand ils n’avaient fait que de brèves apparitions dans la série. Mais c’est le format qui veut ça, et d’un autre côté l’intrigue aurait sans doute été un peu diluée dans une saison complète (il aurait alors fallu ajouter de mini-intrigues comme dans la série originale) et même une mini-série aurait été compliquée au niveau des divisions entre épisodes.

veronica mars, veronica, mars, détective, série, series, film, movie, 2014, logan

En résumé, si c’était un film indépendant de toute série (ce qui est un peu difficile à imaginer puisqu’il aurait été complètement différent sans les clins d’œil et qu’il aurait fallu présenter des personnages qui apparaissent ici naturellement) ce serait déjà un assez bon film. Mais l’intérêt, c’est surtout de replonger dans l’univers de Veronica Mars pour une dernière dose et de clore son histoire dignement, ce que la saison 3 avait échoué à faire. Mission accomplie, je conseille donc ce film à tous les fans de Veronica Mars – quant aux autres, je vous recommande plutôt de commencer par la saison 1, vous profiterez probablement mieux du film en comprenant des références à la série.

jeudi, 08 octobre 2009

J'ai lu... Philosophie en séries (Thibaut de Saint Maurice)

Ce livre, écrit par un prof de philo en lycée, est une petite merveille, pour les amateurs de philosophie comme pour ceux de séries télé. Le principe est simple: un chapitre est consacré à chacune des 13 séries choisies, où l'on répond à une problématique mettant en jeu une ou deux notions de philosophie (par exemple, la morale et le devoir, pour 24h chrono: la fin justifie-t-elle les moyens?), sous forme d'un "cours" ou d'une dissert de philo, avec des citations plus ou moins longues de philosophes célèbres, qui peuvent de plus introduire à leur doctrine pour les lire de façon plus exhaustive.

La philo est donc expliquée de façon très concrète, avec des exemples tirés des séries qui l'éclairent ; et les séries gagnent aussi à être regardées d'un oeil philosophique, comme l'explique le "season premiere" (peut-on philosopher devant un écran de télévision?)

Voici la liste des séries et notions:
24h chrono (la morale, le devoir)
Prison break (la liberté)
Desperate housewives (le bonheur)
Grey's anatomy (le travail)
Rome (l'histoire)
Les experts (la démonstration, théorie et expérience)
Nip/tuck (La matière et l'esprit)
Dr House (la raison et le réel, la vérité)
Lost (la société)
Dexter (la justice)
Alias (le sujet, la conscience)
Les sopranos (l'inconscient)
Six feet under (l'existence et le temps)

Enfin, sur la notion manquante (l'art), une partie (le "season finale") est consacrée à la problématique "Les séries télévisées peuvent-elles être des oeuvres d'art?", très intéressante et bien traitée elle aussi.

Certains passages des citations pourront sembler très complexes à ceux qui n'auraient jamais fait de philosophie (vocabulaire spécifique, notamment, ajouté parfois à des formulations anciennes, pour les auteurs non contemporains), mais tous sont ensuite expliqués de façon la plus simple possible, ce qui rend le tout accessible à n'importe qui (à condition d'avoir un minimum d'esprit critique). Ces parties d'explications sont de plus un excellent exemple de l'exercice d' "explication de texte philosophique" demandé aux Terminales.

Bref, excellent ouvrage à la fois de vulgarisation et d'approfondissement de la philosophie!

dimanche, 16 août 2009

Nouvelle fanfic: Programme Halcyon

Je viens de publier le début d'une nouvelle fanfiction. Elle porte sur l'univers de la série Alias, et représentera une saison virtuelle (après la saison 2), avec l'introduction d'un nouveau personnage...

Pour la lire, cliquez ici.

Pour voir mes autres fanfictions, c'est .

Et n'oubliez pas de laisser des reviews!

dimanche 16 août 2009 Publié dans Fanfics | Tags : fanfiction, fanfic, fic, alias, série, saison, review, halcyon, programme halcyon | Commentaires (0) |  Facebook | |