Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 mars 2017

Poèmes : Just sounds & Tous faux

Deux poèmes écrits en février 2017.

J'ai commencé par Just sounds, qui au début s'appelait simplement When something is broken et a progressé strophe par strophe sur plus de dix jours ; puis je l'ai adapté en français avec Tous faux, qui une fois l'accroche trouvée (Après une fracture, modification grammaticale dont je suis assez fière) s'est écrit en une seule soirée.

Les deux poèmes traitent du même sujet, avec des différences de forme et aussi de sens (illustrées par la différence de titre, et qu'on retrouve aussi dans le dernier quatrain), qui est influencé par la forme et par la façon dont on peut exprimer les choses dans ces deux langues...

When something is broken
Can it truly be fixed
When words go unspoken
Can they ever exist

However many times
You then say them out loud
However many rhymes
They are only just sounds

When something goes off track
In the wrong direction
Can you just get it back
Back into proportion

However much effort
To try and make it right
However much comfort
It is lost in the night

However many words
They are only just sounds

silence, words, mots, hush, chut, hésitation, hesitation
photo Pixabay - Brooke Agle

Après une fracture
Peut-on tout réparer
Après tant de silence
Peut-on encore parler

Qu’importe combien de fois
On dira tous les mots
Qu’on a pensé tout bas
Ils sonneront tous faux

Après autant d’usure
Quand tout a déraillé
Peut-on dans le bon sens
Essayer d’avancer

Qu’importe combien d’efforts
Pour retrouver les rails
On aura toujours tort
Dans cette maison de paille

Qu’importe combien de mots
Ils sonneront tous faux

© mari6s - Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.

mercredi, 20 avril 2016

Citations : Silence et indifférence coupables

« Le monde est un endroit dangereux, non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui les laissent faire sans réagir. »
(Albert Einstein)

« Lorsqu'une longue suite d'abus et d'usurpations [...] marque le dessein de les soumettre au despotisme absolu, il est de leur droit, il est de leur devoir de rejeter un tel gouvernement. »
(Déclaration d’indépendance des États-Unis)

« Craignons plutôt que la postérité ne porte de nous un tout autre jugement, qu’elle ne prenne cette admirable facilité de tout pardonner pour une indifférence coupable, pour une légèreté criminelle. »
(Réflexions politiques, Chateaubriand)

« La seule chose nécessaire au triomphe du mal est l’inaction des gens de bien. »
(Edmund Burke)

« Notre génération ne doit pas se reprocher seulement les actes et les paroles au vitriol des méchants, mais aussi l'effrayant silence des justes. »
(Martin Luther King, Lettre de la geôle de Birmingham)

can't hear you, lalala, silence, ears, hands, mains, oreilles, sourd
I can't hear you (cookiemonstah)

“The world is a dangerous place to live, not because of the people who are evil, but because of the people who don't do anything about it.”
(Albert Einstein)

“When a long train of abuses and usurpations [...] evinces a design to reduce them under absolute despotism, it is their right, it is their duty, to throw off such government.”
(US Declaration of Independence)

“Let us rather fear that posterity will pass a very different judgment upon us – that it may consider this admirable facility with which everything is pardoned as contemptible indifference and criminal levity.”
(Political Reflections, Chateaubriand)

“All that is necessary for evil to succeed is that good men do nothing.”
(Edmund Burke)

“We will have to repent in this generation not merely for the hateful words and actions of the bad people, but for the appalling silence of the good people.”
(Martin Luther King, Letter from a Birmingham Jail)

°*°

La traduction des citations (vers le français, sauf pour Chateaubriand, vers l'anglais) est ici toujours l'une des traductions officielles disponibles, parfois légèrement modifiée par mes soins. J'aurais aimé citer les noms des traducteurs, notamment pour les très belles traductions des citations de Chateaubriand et de Martin Luther King, mais n'ai malheureusement pas pu en trouver les références - ce n'est malheureusement qu'assez récemment que le traducteur, du moins littéraire, a obtenu ses lettres de noblesses et le droit que son nom figure, même en tout petit, dans l'ouvrage traduit ! Si vous trouvez des informations sur ces traducteurs, n'hésitez pas à me le signaler, cela me ferait vraiment plaisir de les ajouter.

samedi, 05 décembre 2015

Poème : La phrase vraiment parfaite

Tout nouveau poème écrit les 26 et 27 novembre ! L'inspiration revient, en français et en alexandrins !

My secret garden
Photographe : © Dom's Shootings. Modèle : k-méléon.
poème,poésie,poem,poetry,parler,écrire,phrase,mot,parfait,exprimer,timide,introverti,silence,taire,lire, lecture, rêve, rêveuse, forêt, nature

Il n’y a pas si longtemps, je ne savais pas parler
Pas vraiment, pas aux gens, seulement sur le papier

J’en ai noirci des feuilles pour enchaîner des mots
Et heurté tant d’écueils pour m’exprimer tout haut

Malgré tous mes efforts, ma voix ne portait pas
Mes sentiments, poids mort, elle tremblait sous leur poids

Composant dans ma tête chaque phrase, belle et rare
Mais lorsqu’elles étaient prêtes, c’était déjà trop tard

La phrase vraiment parfaite m’échappait jusqu’au soir
Et une fois sous ma couette elle semblait dérisoire

Tout le monde fait semblant mais je ne voulais pas
Si on ne parle pas vraiment, autant vaut rester coi

Il n’y a pas si longtemps, je n’osais pas parler
Tant de bruit, tant de gens, si peu savent écouter

J’en ai noirci des feuilles, réelles, imaginaires
Mais qu’est-ce que j’étais seule à force de me taire

J’ai appris des jurons, j’ai appris à crier
À sortir de mes gonds, et puis à chuchoter

Et j’ai appris des langues, revanche d’une timide,
Plus jamais ne me manquent les mots clairs et fluides

Tout le monde fait semblant à sa propre manière
Personne ne sait vraiment, pas de raison de se taire

La phrase vraiment parfaite, sans doute n’existe pas
Je suis bien dans ma tête mais j’en sors parfois

J’en ai noirci des feuilles, et j’en renoircirai
Mais j’ai dompté l’écueil, j’ai toujours su parler

© mari6s - Si vous le citez, merci de préciser que j'en suis l'auteure et d'inclure un lien vers mon blog.